Inde antique et + – Les trois dynasties tamoul- Billet n°A 42

L’ancien Pays Tamoul du Sud de l’Inde ou Tamil Nadu , au cours de la période Sangam qui fait réfèrence à la littérature antique tamoul (-500 à -300 av. JC) , a été régi par trois dynasties. Celles des Cheras, des Cholas et des Pandyas

La dynastie Cheras débute au 5ème siècle avant J.C et se maintient au-delà de l’Antiquité à l’orée du 12ème siècle de notre ère. Leur capitale était Karur et ils règnent semble-t-il sur la Côte de Malabar(le Kerala actuel) Ils font commerce des épices, de l’ivoire, du bois de construction et des gemmes. A part la découverte de pièces de monnaie l’on sait très peu de chose sur ce royaume.

La dynastie Cholas qui règne de -300 av.JC jusqu’au 13ème siècle de notre ère est un empire maritime. Son apogée ne se situe pas dans l’antiquité mais au 9ème siècle de notre ère. Cette civilisation a été active en architecture et en sculpture mais aussi en littérature et en musique.

La dynastie des Pandyas de Madurai du nom de la capitale a régné du 6ème siècle av. JC jusqu’au 14ème siècle de notre ère. Les rois se sont intéressé à l‘architecture et à la sculpture

Bronze Chola
Vishnu à quatre bras , dynastie Pandya,
Pilier de Darasuram
Peintures murales de la grotte de Sittannavasal
Pièce de monnaie Chola

L’Inde antique- L’empire Gupta-Billet n° A 41.

Les Gupta qui s’installent au milieu du 3ème siècle de notre ère fondent une dynastie au début du 4ème siècle. L’empire Gupta connait un âge d’or de la culture Bramhaniste de 320 à 510 apr. J.C. Il est alors défait par les Hephtalites ou Huns blancs.

L’empire s’étendait dans le sous-continent indien du Bengale au Kathiawar et de l’Himalaya à la rivière Narmada. A la même époque s’est constitué le royaume éphémère de Vakataka 250 à 520 apr.J.C.

L’administration de ce vaste territoire est décentralisée. Plusieurs monarques se sont distingués, les conquérants Chandragupta et Samudragupta et les adminstrateurs Kumâragupta Ier et de son fils Skandagupta. Pour le reste, les noms et la chronologie des régnants est incertaine. La société, essentiellement rurale, sans être figée, est régie par le système des Castes et le monde des commerçants et artisans est regroupé au sein de guildes, les Shreni.

Au cours de cette période, qui rayonne sur les pays voisins, on note les travaux des penseurs et notamment de l’astronome et mathématicien Âryabhata,l’œuvre poétique de Kâlidâsa, ou encore la sculpture des écoles de Mathura et de Sārnāth, l’édification du temple de Deogarh et les grottes peintes d’Ajantâ. L’art des Gupta est très marqué par la religion et principalement par le brahmanisme avec Vishnou et bien d’autres divinités. Mais aussi le bouddhisme avec les représentation du Bouddha. Des palais sont érigés, des sculptures en pierre, des œuvres en métal

L’intérieur d’une des grottes d’Ajantâ.
Bouddha couché d’Ajenta
Bouddha prêchant, Dharmachakra Mudra trouvé à Sārnāth
Krishna combattant le cheval démoniaque Keshi,
Peinture du bodhisattva
Scène de vie de palais. Jâtaka Mahajanaka.
Couple d’amoureux

L’Inde antique – Empire Kushan – Billet n° A40

L’empire Kouchan ou Kusana ou encore Kushan est issus du regroupement de cinq tribus Yuezhi héritières des Koutchéens, : les Xiūmì =les Guishuang= les Shuangmi, les Xidun et Dūmì Leur langue était le Bactrien. C’est par les textes chinois que les historiens tentent de cerner l’histoire de cette dynastie. En effet, cet important empire reste mal connu

L’empire est semble-t-il actif du 1er au 3ème siècle de notre ère, vers 350 apr.JC. Il aurait été fondé par Kujula Kadphisès, mais le monarque le plus connu est Kanishka dont la capitale était Purushapura Les Kouchans prennent le contrôle des tribus indo-scythes et mettent fin au royaume indo-parthe.

L’empire Kouchan favorise l’expansion du bouddhisme dit mahayana ou « grand véhicule « et assimile la culture hellénistique.. Il fait évoluer l’art gréco-bouddhique du Gandhara vers l’art serindien. L’empire était en contact avec Rome (+) et la Chine. (+)

De la vallée du Gange aux Pamirs, les Kouchans ont créé un vaste ensemble relativement épargné par la guerre, à la jonction de l’Inde, de l’Iran et de la Chine. Ainsi ont été créées les conditions d’un développement économique accéléré et d’un commerce international florissant. La sûreté des voies de communication, le mélange des populations, la multiplication des échanges furent éminemment favorables à la diffusion des idées et à la rencontre des courants artistiques. 3ème siècle commence le déclin. L’empire se fragmente au profit des perses Sassanides puis de l’Empire Gupta et de l’un de leurs vassaux Kidara, qui formera le Royaume Kidarite 320-467. Les Kouchan sont finalement balayés au Ve siècle par les invasions des Shvetahûna ou Huns blanc

En même temps que l’hellénisation de l’Asie centrale et de l’Inde du Nord se poursuit, la civilisation indienne conquiert l’Asie centrale et pénètre en Chine. Des écoles artistiques très diverses se constituent, qui s’influencent mutuellement, et qui, par leur diversité même, reflètent bien le cosmopolitisme d’un empire multiracial et largement ouvert vers l’étranger.

L‘art Kushan est cosmopolite. Il a été influencé par l’art gréco-bouddhiste du Gandhara, l’art hellénistique du royaume gréco-bactrien et l’ art de Mathura

Territoires de l’Empire Kouchan
Ruines d’un temple Kushan à Ghor Khuttree
Ruines du temple de Takht-i-Bahi
Bodhisattva debout – Monastère de Shahbaz_Garhi
Bas relief

Monnaie Kouchan
Dieu de la guerre Karttikeya et Dieu du feu Agni,
Homme Kouchan
Peinture d’un souverain Kushan
Kanishka I représenté en Bouddha assis
Un Bouddha debout style Mathura,
Statue de Nāga
Tête d’un Bodhisattva

L’Inde antique – Royaume des Satavahana -Billet n° A39

L’empire Satavahana ou Andhra couvre à partir de -220 av.JC une grande partie de l’Inde. Cette domination va se poursuivre jusque vers + 220 apr.JC soit pendant ~ 450 ans. A l’origine leurs monarques étaient suzerains de ‘l’Empire Maurya. Ils se sont libérés de ce joug à la mort d ‘Ashoka. Le premier roi de la dynastie serait Simuka. Mais les historiens sont divisés sur les origines, l’histoire, l’organisation de ce régime.

La cohabitation avec leurs voisins n’est pas toujours facile. Et les Kanva vont s’emparer du Magadha. Au 1er siècle de notre ère Gautamiputra Satakarni va battre les scythes des Ksaharâtas et prendre leur royaume.

Cependant dès 203, le royaume est morcelé. Notamment une partie du territoire va être conquise par les Vakataka menés par Vindhyashakti qui a fondé la Dynastie Vakataka

La dynastie Satavahana était une dynastie bouddhiste, et les restes les plus significatifs de leur se trouvent à Sanchi et Amaravati , ainsi qu’un certain nombre de complexes taillés dans la roche.. Ils ont notamment restauré les stupas construits par l’empereur Ashoka Des travaux majeurs de décoration du site avec la passerelle et la balustrade Torana ont été réalisés par l’Empire Satavahana. Une inscription sur la porte sud indique qu’il s’agit de l’œuvre de l’architecte royal de Satakarni II, Ananda. [68] Une inscription enregistre le don de l’une des plus hautes architraves de la Porte Sud par les artisans de l’Empereur Satavahana Satakarni :

Satavahana architecture in Nashik’s Pandavleni
Porte du palais de Sanchi
Aart des satavalana
Bijoux en or –
Bas relief – éléphant
-Yakshini
Grotte aménagée
Représentation d’un Stupa
Les assaut de la déesse Mara
Sculpture provenant d’ Amaravati

L’Inde antique – Les dynasties : Shunga et Kanva- Billet n°38

Avec l’assassinat du dernier monarque Maurya l’empire dans les siècles suivants va être morcelé Une partie du territoire va être repris par les colons grec du Royaume gréco-bactrien menés par Démétrios . Ces territoires seront perdus au 4ème siècle apr.JC par les Gupta

Le reste de l’empire Maurya va, en tout ou en partie, être repris par une succession de royaumes. Tout d’abord par le fondateur de la Dynastie Shunga, puis la dynastie des Kanva prend le Magadha. Il y a aussi les Andhra qui ont fait sécession à la mort d’Ashoka le troisième empereur des Maurya.

Territoire des Shunga

La dynastie Shunga -185 à -73 av. JC a comme capitale Pâtaliputra fondée par les Maurya. Son fondateur le raja Pushyamitra Shunga qui est brahmane est surtout connu pour avoir persécuté et fait exécuter de nombreux bouddhistes. Le dernier monarque Devabhûti est détrôné par Vâsudéva qui fonde la dynastie des Kânva. L’art Shunga est un art populaire influencé par le bouddhisme. Il est l’héritier de l‘art harappéen (civilisation de la vallée de l’Indus)

Déesse Shunga
Famille royale Shunga
Déesse de la fécondité
Art Shyga -scène érotique
Royaume de Magadha

La dynastie de Kanva règne sur le Magaha pendant 45 ans de -72 à -27 av.JC.. Quatre rois de confession brahmanique se succèdent : Vasudeva = Bhumimitra =Narayana =Susarman. Ce dernier sera déposé par le fondateur de la Dynastie Satavahna. Le court règne des Kanva ne semble pas avoir laissé de traces d’un art spécifique. Il se confond vraisemblablement avec l’art des Shungas

L’Inde antique « L’empire Maurya » – N° A 37

L’empire des Maurya est une dynastie, encore très mal connue, qui a régné sur le sous-continent indien jusqu’aux confins de la Perse de – 321 à -186 av.JC .Cependant les dynasties l’origine tamoul des Chera, des Pandya et des Cholas n’ont pas été soumises. La capitale de cet empire était Pataliputra..

C’est Chandragupta Mauryaa qui après avoir déposé le roi Nanda de Magadha fonde cette dynastie indienne. Vont lui succéder sur le trône, son fils Bindusâra et son petit fils Aśoka. Le dernier souverain Brihadratha qui règne de -180 à -186 av JC est assassiné par Pushyamitra Shunga,qui fonde à son tour un nouvel empire qui porte son nom.

L’Empire Maurya connait une ère de prospérité économique. Il exporte du riz, du coton, des épices, des pierres précieuses et des éléphants et importe de la soie chinoise, des chevaux d’Asie centrale, et de l’or. C’est aussi un régime de tolérance, et d’expansion des infrastructures.

Dans une sorte de syncrétisme, plusieurs religions sont pratiquées :le bouddhisme, le jaïnisme, le mouvement Ājīvika, le védisme et le brahmanisme.

La société indienne se répartie en quatre castes, les varna qui regroupent les Brahmanes, les Kshatriyas, Vaishyas et les Shudras. Et les hors caste dit les Intouchables 

L’art pendant le règne des monarques Maurya se situe à la transition entre l’usage du bois et celui de la pierre. Cet art royal essentiellement consacré à la sculpture et à l’architecture aurait été influencé par l’art grec et l’art persan. Le développement des arts doit beaucoup à Ashoka le 3ème prince de la dynastie, guerrier devenu non-violent. On a retrouvé des piliers et des chapiteaux sculptés notamment au Palais de Pāṭaliputra, des statues en terre et de la poterie.. Selon les textes anciens il y avait des fresques peintes. Mais elles n’ont pas résisté à l’épreuve du temps.

Empire Maurya
ruines de Pataliputra
Dharmek Stupa à Sarnath
Entrée de la Grotte de Lomas Rish
Statue féminine
Figurine votive
Chapiteau aux lions
Le torse de Lohanipur – grès poli
Pièce de monnaie
Tête de villageois
singe à Mathura
chapiteau de Pataliputra,
Édit impérial

L’Inde antique – Civilisation de la la Vallée de l’Indus – Billet n° A 36

La Civilisation de la Vallée de l’Indus ou Civilisation harappéenne, s’est développée à l’age du bronze de -2600 à – 1900 av JC dans autour de l’Indus, dans l’ouest du sous-continent indien . C’est l’une des civilisation de l’Inde ancienne. Cette période est appelée par les archéologues la Phase Harappa mature. Elle a été précédée par la Phase de ravi , la Phase Hakra, la Phase Kot Diji. Elle sera suivi par la Cimetery H Culture du -1900 à – 1300 av.JC et la Painted Grey Ware Culture -1300 à -500 av. JC.

En ce qui concerne les arts de la Vallée de l’Indus, l’organisation urbaine explique l’architecture, assez développée, avec des réseaux hydrauliques, l’usage de la brique. De nombreux bâtiments publics chantiers navals, entrepôts, thermes ou privés sont édifiés ainsi que des fortifications et des cimetières. Par contre il n’a pas été découvert de palais. Sans que l’on soit certain qu’il s’agisse d’une véritable écriture il a été trouvé un système de plus de 400 signes.sur des sceaux. Par contre, il ne semble pas que l’on ait trouvé des fresques peintes

Les artistes et les artisans travaillent le bois, les os, l’argile qu’ils modèlent, , la pierre comme la stéatite, l’agate, la cornaline, l’ambre. Mais les bijoux avec le fer, le bronze, l’or, l’argent, Ils confectionnent les vêtements en tissant le coton, le lin, le chanvre, la laine et la soie.

Fouilles à Kalibangan
Figurine masculine
Jarre à grains
Statuette féminine
Bracelets et louche
Sceau
Inscriptions sur plaque en or – Vallée de l’Indus
Figurine de déesse

Les autres civilisations antiques dans le Monde -Généralités- Billet n° A 35

En dehors d’Égypte, de Grèce, de Rome, des étrusques ou les Celtes , des civilisations se sont développées un peu partout dans le monde : En Asie avec les civilisations de la Vallée de l’Indus = celles du Japon = la Chine = l’Afrique = l‘Amérique du Sud = l’Amérique du Nord = l’Océanie.

Je vais donc continuer ma remontée dans la Préhistoire et l’Antiquité dans ces régions moins connues du grand public. A la fois dans leur organisation, leur monde de vie mais bien entendu dans leur approche artistique.

Petit rappel des évènements aquarellés de Mai-Juin 2023

Un petit rappel des Salons d’aquarelle qui se tiennent en France en mai/juin

27ème Salon de Montgermont du 13 au 20 mai 2023
Aquarellistes en Nordgalerie le Minorelle du 1er juin au 2 juillet 2023
=Vincennes Aquarelle le 3 juin 2023
4ème salon de Saint-Egreve du 1er au 11 juin 2023
-Le Pouliguen au Grand-Rex du 1er au 28 juin 2023

Bel Helloin du 24 juin au 2 juillet 2023

Les aquarellistes en Nord exposent en Juin au Minorelle

L’association « Aquarellistes en Nord »
A été initiée et fondée par Pierre Debroucker et quelques ami(e)s en octobre 2010.
On le sait elle rassemble des aquarellistes de qualité, professionnels ou amateurs confirmés
qui résident dans la Métropole européenne de Lille, de Tournai et de Kortrijk
ailleurs dans les Hauts-de-France, de la région de Mons-Charlerois et d’un peu plus loin.
Après sa 6ème Biennale
qui s’est tenue en novembre-décembre 2022 à Tourcoing à l’Hospice d’Havré
C’est à la Galerie du Minorelle
25, rue Raymond Derain à Marcq-en-Barœul
que les Aquarellistes en Nord exposent
du jeudi 1er juin au dimanche 2 juillet 2023.
C’est le thème de l’Eau, très actuel, qui a été retenu

L’art celtique antique en Gaule et ailleurs- Billet n° A 34

L’Art des celtes est divers selon les lieux et les époques. Par ailleurs les artistes et les artisans ont été influencés par le savoir-faire de leurs voisins, les étrusques, les grecs, les scythes, puis plus tardivement les Romains.
L’art celte (+) privilégie les petits objets mobiles comme des armes, des casques, des bijoux, des ustensiles. On trouve peu de statues sinon des figurines. Les décorations sont abstraites (cf. les Triskèles) ou inspirées par la nature.

Les recherches ont démontré qu’il n’y a pas de traces d’une véritable architecture, quoique des des spécialistes prouvent le contraire (cf vidéo ci-dessous) notamment les remparts, En effet les édifices publics ou privés étaient construits en bois et l’on ne trouve donc que peu de vestiges. Les seuls monuments qu’ils érigent sont des pierres dressées non taillées.

L’art typiquement celtique semble plus tardif outre-Manche par contre il y a un art gaulois (+) avec notamment le travail du bronze comme la statuette dite  » Dieu de Bourray ». Un peu plus tardivement la Gaule va subir l’influence romaine. C’est la période de la Gaule romaine et de la culture Gallo-romaine (+) qui voit apparaitre les sculptures en ronde-bosse . Ce sont les migrations appelées « invasions barbares » qui donnera le coup d’arrêt de cette culture.

Carte de l’implantation celte
Reconstitution d‘une ferme gauloise – Maquette
Pierre gravée de Triskell
Bol gravé celte
. Stèle décorée en spirale de Kéralio
Envers miroir briton
Art celtique
Vases celtiques peints
Collier d’ambre celtique

Les Celtes de l’Antiquité- Généralités – Billet n°A 33

Les Celtes est un groupe de populations indo-européennes de l’Antiquité. Ils parlaient des langues celtiques et présentant une certaine unité culturelle. Les pré-celtiques apparaissent à l’âge de bronze, vers -1350 av.JC, en Europe centrale.

Ces peuples sont mal connus puisqu’il n’ont pas laissé de textes sur leur mode de vie, leurs actions, leur culture, leur religion. C’est par les écrits de leurs voisins Grecs et Romains que les historiens les cernent. Depuis les années 1950 des équipes scientifiques pluridisciplinaires se sont penchés sur les Celtes. Il est maintenant convenu qu’ils ne constituent pas un groupe ethnique homogène.

Les Celtologues distinguent plusieurs périodes : la Culture de Hallstatt du nom du site archéologique des mines de sel d’ Hallstatt en Autriche. Puis la Culture de La Tène (+) en Suisse. L’essor de ces population s‘achève avec la conquête romaine de la Gaule et le siège d’Alésia et avec les migrations germaniques.

On va rencontrer les Peuples Celtes un peu partout en Europe , en Italie, dans la Gaule Belgique, en Gaule, en Britannia (+), en Hibernia (Irlande), en péninsule ibérique, dans les Balkans, les Scordiques.. Il y a les gaulois, les britons

De nos jours certaines nations ou pays revendiquent toujours leur appartenance au monde celtique.

L’organisation de la société celte est composée, dans chaque clan, de plusieurs groupes hiérarchiques distincts. Au sommet se trouvaient les souverains et les guerriers d’élite, les druides, chefs religieux et enfin les artisans spécialisés, les commerçants, les agriculteurs et les esclaves.

Les Celtes sont-ils des Gaulois – France Culture -Carré noir

Empire Neo-babylonien – les arts sous Nabuchodonosor – Billet n° A 32

L‘Empire Néo-Babylonien se situe entre -626 et-529 av.J.C.et marque l’apogée de Babylone.. Cet âge d’or est l’œuvre de Nabuchodonosor II qui règle de -605 à -562 av. JC. et succède à son père Nabopolassar 626-605 av. J.-C. C’est un guerrier qui gagne la bataille de Karkemish contre les égyptiens. On lui attribue la destruction du Temple de Salomon à Jérusalem. Il consolide la situation économique de l’Empire.

C’est à Nabuchodonosor qui l’on devrait l’édification des jardins suspendus de Babylone. Nabuchodonosor achève la construction de l’ Etemenanki, la grande ziggourat commencée par son père. Il restaure de nombreuses chapelles du temple de Mardouk ; agrandit, fortifie et décore le palais royal .Il trace dans la ville, à partir de la porte d’Ishtar, la large voie des « processions » . Il entoure la cité de remparts. Il édifie ou rénove des palais des cités mésopotamiennes de Dilbat, Kutha, Sippar, Ourouk, Larsa, Ur, Borsipp..

L’art de la terre cuite est répandu : de nombreuses figurines et reliefs sont réalisés à l’aide de moules. Les figurines les plus courantes représentent des divinités, des génies protecteurs comme Pazuzu et le « dragon-serpent » Mušḫuššu, Il y a également des amulettes protectrices en pierre ou en métal. On doit aussi aux artistes les décors colorés ornant les palais comme par exemple la Porte d’Ishtar.

Carte de l’empire néo-babylonien
amulette en bronze
Homme et chien – bronze
Tête en terre cuite
Bas relief – divinité
Frise – Cheval
panneau de briques vernissées
sceau et empreinte
Tablette écrite

Je souhaite un Joli Mai !

Dans la mythologie grecque Maïa est l’ainée des sept Pléiades. Fille de d’Atlas et de Pléioné elle est séduite par Zeus, elle donne naissance à Hermès. Chez les Romains elle est la déesse de la Fertilité et du Printemps. Le calendrier Julien utilise son nom Maius pour nommer le cinquième mois de l’année.

Mai est le mois du renouveau de la nature. Le diction nous dit qu’en matière de vêture, en Mai l’on fait ce qu’il nous plait.
Le Joli mois de Mai, c’est la Fête du muguet et la Fête du Travail et les défilés du 1er mai,le 8 mai 1945 la fin de la seconde guerre mondiale, le 3 mai 1968 l’occupation de la Sorbonne. C’est aussi le Mois de Marie et les Saints-de-glace.Ou encore l‘arbre de Mai et la Rosa ×centifolia ou May Queen. C’est aussi le 10 mai 1940 le début de la seconde guerre mondiale.

Le mois de Mai a inspiré un chant à Clément Janequin mais aussi des chansons populaires à Charles Trénet, Claude Nougaro, Marcel Amont ou encore Nana Mouskouri et Charles Azenavour. Mais aussi des cinéastes avec Milou en Mai et ceux consacrés à Mai 68. Il y a aussi Le joli mai le documentaire tourné en 1968 par Chris Parker et Pierre Lhomme