La machine perspective d’Albrecht Durer et autres machines à dessiner

durer-machine-perspective.1277784468.jpg

Je participe cette semaine au Centre d’arts plastiques et visuels de Lille,  à un stage de modèle vivant.

Pour démontrer le passage de la vue « en trois dimensions  » à sa traduction en deux dimensions, la professeur Karina Waschko, a fait réaliser « made home » une sorte de variante de la machine à dessiner d’Albrecht Dürer.

En regardant, avec un oeuil par un œilleton et en fermant l’autre l’oeuil, l’on peut, à l’aide d’un feutre, sur une plaque transparente, disposée devant un objet ou personnage, le dessiner en deux dimensions. Cela s’applique aussi bien au mannequin d’exercice qu’au modèle vivant ou encore à un lieu, un paysage.

J’avais déjà vu dans des livres consacrés à l’apprentissage du dessin, des illustrations  de la machine de Dürer. J’ai voulu en savoir un peu plus sur la perpective centrale et les dispositifs pour la restituer

 Albrecht Dürer (1471-1528) graveur et peintre de talent a aussi écrit, à la fin de sa vie des ouvrages théoriques et techniques. Le plus célèbre est son « Traité des proportions du corps humain » Il a aussi écrit en allemand, un traité sur les applications mathématiques dans le rendu des proportions et de la perspective  « Underweysung der Messung mit dem Zirckel und Richtscheyt » – « Instructions pour mesurer à la règle et au compas  » paru en 1525.

Ce Traité de géométrie est aussi un guide à l’intention des artistes. « Il est évident que si les peintres allemands sont loin de manquer de talent tant dans l’emploi de la couleur que du point de vue de leur dextérité manuelle, ils ont encore beaucoup à gagner sur le chapitre des mesures et de la perspective. Il y a donc lieu d’espérer que s’ils se penchent sur l’étude de ces problèmes et que s’ils améliorent leur talent grâce à de nouvelles connaissances, et leurs connaissances grâce à leur talent, le moment venu ils ne permettront aux artistes d’aucune nation de se montrer meilleur qu’eux »

La « machine perspective » de Dürer appelée aussi  « perspectographe » ou encore fenêtre ou portillon de Dürer, est un dispositif destiné à transposer les formes d’un objet tridimensionnel dans un plan, de façon à en obtenir le dessin.

Voir également un dossier d ‘Espace des Sciences sur la perspective. Et encore , réalisée par  le plasticien Edouard Sautai une application en plein air dans le Gâtinais

Et aussi les expériences sur les machines mathématiques de l’Université de Modène et »Prendre l’aire » des pages conscrées à une exposition du Cabinet de dessins du Conservatoire des Arts et Métiers

durer3.1277794716.jpg

Fenêtre de Dürer – Utilisation en plein air

On trouvera un panorama des « machines à dessiner » sur acmi.net avec sa traduction par Google et aussi un historique ici .Par ailleurs, le Stanford Institute for Reading and Learning a élaboré un dossier sur la perspective. On y voit l’invention de Dürer ainsi qu’une reconstitution présentée en 2005 par le Virginia Museum of Fine Arts de Richmond aux Etats-Unis.

durer-reconstitution-virginia-museum-of-fine-art-2005.1277784537.jpg

Recreation of a Renaissaince perspective device

from a Virginia Museum of Fine Arts 2005 exhibit

Festival du Touquet 2010 – Le rendez-vous des Artistes de demain

festival-le-touquet.1277517913.jpg

 Le sous-titre de cette manifestation est un peu curieux, puisque pour y participer, il faut déjà être artiste. En réalité ce festival dont c’est la seconde édition s’est fixé pour but de révéler des artistes peintres méconnus. Le  Festival du Touquet a été initié par Alain Godon, peintre et sculpteur avec le concours de la Ville. Il se déroulera cette année les

3 et 4 juillet 2010.

Cet événement devrait rassembler plus de 500 artistes de France et d’ailleurs, de tous les courants de la création actuelle, qui pourront accrocher une seule toile. Ils ont été sélectionnés par un jury touquettois assisté d’Hubert Konrad co-fondateur d’ Artprice.

Le jury présidé par Emmanuel Bréon,  directeur du musée de l’orangerie entouré notamment d’un représentant de la DRAC du Nord-Pas-de-Calais, d’un historien d’art, du rédacteur en chef d’Artclair.com , du directeur adjoint du Musée Matisse du Cateau-Cambrésis et bien entendu d’ Alain Godon

Un chèque de 10.000 euros et un accrochage dans une galerie new-yorkaise récompensera le lauréat du premier prix. Du matériel de Beaux-arts sera attribué aux deux autres Prix du Jury ainsi qu’au Prix du Public. A l’issue de la manifestation les participants pourront exposer leur œuvre sur le site du festival

Le tram . . . à l’aquarelle

Le  «tram » est revenu à la mode. Dans les années 1960 il avait été démonté  pour laisser place à l’AUTOMOBILE. De nombreuses villes de France l’on réinstallé ou ont des projets à l’étude ou en cours de réalisation. Le tramway  on le trouve dans de nombreuses villes  à travers le monde

Ici, nous sommes au cœur d’une ville, sur une place inondée de soleil, avec un palais rose. C’est un arrêt du. Des personnes sont descendues du et d’autres en attendent sans doute un autre qui va venir dans l’autre sens. C’est cette ambiance que cette aquarelle veut traduire.

J’ai utilisé du papier Montval grain fin 300 gr – Format 50 cm x 65 cm « Raisin » tendu sur châssis. Comme chaque fois, j’ai d’abord inondé la totalité du papier et laissé diffuser les couleurs de fonds, puis j’ai dessiné directement avec mon pinceau les structures de la scène. J’ai terminé par les personnages qui sont esquissés. C’est l’ambiance qui m’intéresse, pas les détails, sinon je ferais de la photographie.

Voici donc  cette nouvelle aquarelle (avec toujours les mêmes difficultés des « rendus » de couleurs)

tram-best.1277656347.JPG

Le Tram © masmoulin 2010

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Dynasty Expo

dynasty.1277520494.jpg

Le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris et le Palais de Tokyo présentent conjointement Dynasty Expo  « 2 lieux, 40 artistes, 80 propositions ».Dans un élan « franchoullard », j’allais écrire Dynastie. J’oubliais que le marché de l’Art est international.

 Une quarantaine d’ artistes plasticiens français ou installés en France, la plupart nés après 1975, choisis parmi plus de mille candidature,  sont présentés dans les deux institutions jumelles.

Gabriel Abrantes et Benjamin Crotty / Farah Atassi / Laëtitia Badaut Haussmann / Gaëlle Boucand / Mohamed Bourouissa / Guillaume Bresson / Pierre-Laurent Cassière / Yuhsin U. Chang / Stéphanie Cherpin / Pauline Curnier Jardin / Mélanie Delattre-Vogt / Alain Della Negra et Kaori Kinoshita / Dewar et Gicquel / Bertrand Dezoteux / Rebecca Digne / Antoine Dorotte / Julien Dubuisson / Vincent Ganivet / Fabien Giraud et Raphaël Siboni / Camille Henrot / Louise Hervé et Chloé Maillet / Armand Jalut / Laurent Le Deunff / Benoît Maire / Vincent Mauger / Robin Meier et Ali Momeni / Théo Mercier / Nicolas Milhé / Benoît-Marie Moriceau / Jorge Pedro Núñez / Masahide Otani / Florian Pugnaire et David Raffini / Jean-Xavier Renaud / Raphaëlle Ricol / Bettina Samson / Alexandre Singh / Oscar Tuazon et Eli Hansen / Cyril Verde + Mathis Collins / Duncan Wylie / Chen Yang

On trouve un dossier très complet sur Slash  et des diaporamas de certaines œuvres sur Arts.fluctuat.net ou Le Monde

Cette manifestation se tient à Paris jusqu’au 5 septembre 2010

 

Aquarellistes canadiens anglophones – carnet de liens – English canadian watercolorists – Linns book

canadian-society.1277514687.jpg

Je poursuis ma collection de carnets de liens. Je viens de franchir l’Atlantique et me voici au Canada. Il s’agit d’artistes qui appartiennent à la Canadian Society of painters in Water Colour – Société canadienne des peintres en aquarelle ou à la Otawa Watercolor Society. Sur les site de ces organisations l’on trouve les noms de tous les artistes inscrits. Mais bien entendu ne figurent ici que les peintres qui possèdent un site internet.

Il s’agit ici d’un classement alphabétique, en dehors de tout jugement de valeur. Mon prochain carnet de liens sera consacré aux aquarellistes canadiens francophones.

Ona Alisauskas  

Ann BalchPoppy BalserDianne BerseaNorma Bradley

Josy BrittonCathy Brown

Laurie CampbellEllen CatherwoodMargo Chick

Norman ChooKimberley CookLaura Culic

Lois DierlamTed Duncan

Catherine EdmondsMargaret Armstrong Elliot

Pat Fairhead

Marc L. GagnonSherrill GirardChristopher Gorey

 Vyvyan GreenMarg GrothierBianka Guna

Ron HazellJoanne Hunt

Cecelia JurgensLinda Kemp

Heidi LambertJudith LivingstonLok Kerk Hwang

Ken MacFarlanePatsy MacKinnonVirginia May 

Doug Mays  David McEownBarbara McGuey

Sean McHughKai Liis McInnesPam McKinnon

Dominic ModlinskiYvonne MorrishTim Packer –

Jean Pederson Merv RichardsonMargaret Roseman

Monica SheltonHiroshi ShimazakiLynn Shwarchuck

Barbara SimmonsRobert SinclairMargaret Smith

Patricia Séguin SmithCharles SprattWilma Stamm’ler

Rudolf StussiBarbara Sutherland

Rene ThibaultGerry Thompson

Joanne Lucas WarrenCarol WestcottKaren Wilson

Yaohua YanStephen YauJoan Zageris

Eugen Chisnecean – Un jeune aquarelliste moldave très prometteur

banniere.1277356750.jpg

Eugen Chisnicean est né en 1984 en Moldavie. Il réside dans la capitale Chisinau .

Son père  est peintre et photographe aussi il s’est très vite intéressé à l’Art.

Il a étudié le dessin et la peinture et a suivi un enseignement d’architecture à l’Institut des Arts. Il a très vite été remarqué dans les concours nationaux et internationaux.

A partir de 2007 il s’intéresse au travail de grands aquarellistes modernes. Ses thèmes de prédilection sont les paysages et la ville.

Ses aquarelles sont très vivantes, très lumineuses. Il a été récemment l’invité d’honneur du Salon de l’aquarelle du Haillan. Voici quelques unes de ses œuvres

chisnicean-eugan-gare-dodessa.1277356852.jpg

Eugen Chisnicean – Gare d’Odessa – Aquarelle

chisnicean-eugan-vue.1277357142.jpg

Eugen Chinicean – Vue de Chisinau- Aquarelle

chisnicean-eugen-bordeaux-36-54-aqua.1277357252.jpg

Eugen Chisnicean – Bordeaux – Aquarelle

chisnicean-eugen-arcachon-4.1277357340.jpg

Eugen Chisnicean – Arcachon – Aquarelle

Jean-Michel Basquiat – Rétrospective à Bale puis à Paris

affiche-bale.1277351721.jpg

A l’occasion du cinquantième anniversaire de la naissance de l’artiste américain Jean-Michel Basquiat (1960-1988) une grande rétrospective lui est consacrée.

Elle est présentée actuellement à Bale à la Fondation Beyeler et jusqu’au 5 septembre 2010.

Cette grande exposition sera ensuite présentée au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris du 15 octobre 2010 au 30 janvier 2011

Cet artiste d’’origine portoricaine et haïtienne, né en 1960 à Brooklyn est décédé d’une overdose à l’âge de 27 ans. Il appartient à la génération des graffiteurs qui ont émargé « sans prévenir » à la fin des années 1970.

En l’espace de huit ans à peine, Basquiat a donné naissance à une œuvre de grande ampleur comptant environ 1000 peintures et plus de 2000 dessins. En outre, il a réussi à imposer de nouveaux éléments figuratifs et expressifs dans l’art moderne américain de l’après-guerre.

On peut  avec la vidéo réalisée par Culture box France 3 faire une visite virtuelle de l’ exposition de Bale.

Je présenterai des éléments biographiques et quelques œuvres dans un prochain billet.

Le papier kraft et la création artistique en peinture

kraft.1277269998.jpg

 Le mot kraft semble être un emprunt au suédois « kraftpapper » composé de kraft « force » et papper « papier ». Par ailleurs en allemand « kräftig » signifie « robuste, vigoureux, fort, énergique »

Il s’agit d’une variété de papier très résistant, généralement de couleur brune, obtenu avec des pâtes à base de bois traité à la soude. On utilise généralement le pin des Landes comme chez Gascogne Paper  Ce papier est généralement rainuré ou « vergé ». On le trouve dans différents grammages qui peuvent aller jusqu’à 140 gr/m2 et même 260 gr/m2 Certains fabricants ou distributeurs le propose en blanc et même en couleurs  

Lorsque l’on parle de papier kraft, l’on pense d’abord à papier d’emballage et aux sacs en papier. L’origami ne néglige pas non plus ce matériau. Ce support peut aussi être utilisé dans une démarche artistique. Bien entendu, il est alors nécessaire d’utiliser un papier d’un grammage assez élevé

On pense bien entendu d’abord au dessin, à l’esquisse, réalisés à l’encre, au crayon, au fusain,  au pastel, comme ici avec ce nu de  Laurent Diaz..Certains artistes comme Jacques Clauzel  ou Marie-Claire Bussat peignent à l’acrylique sur du papier Kraft ou encore à l’encre de chine et à l’acrylique comme Nilufer .D’autres artistes comme Blasco Mentor (1919-2003) ou Patrick Duchemin peignent à l’huile sur du papier Kraft. Et aussi Lorette Beaulieu-Daoust ou encore la sérigraphie comme Yvelyne Wood

Une visiteuse se demandait si l’on pouvait aussi peindre à l’aquarelle sur du papier kraft. Il suffit de voir les très beaux nus de Sylvie Guillot  pour se convaincre que l’on peut aussi faire de très jolies aquarelles sur du  papier kraft

On trouve des informations et des possibilités d’acheter du papier kraft à des fins artistiques chez Géant des Beaux-arts Clairefontaine-rhodiaPapier et compagnieKraft compagnie ou La Compagnie du kraft

Vitraux de Zao Wou Ki au Prieuré de Saint-Cosme

st_cosme.1277140805.jpg

Zao Wou Ki a réalisé, en Touraine, au Prieuré de Saint Cosme dont Pierre de Ronsard fut le Prieur, 14 vitraux originaux. La plupart sont en noir et blanc, seuls trois d’entre eux, destinés à la chaire du lecteur, seront marqués de rouge. Les vitraux ont été fabriqués dans les ateliers d’Eric Linard.suivant la technique du vitrail à verre libre

Une exposition titre « Zao Wou-Ki – les arts décoratifs ».  est organisée sur place du

 4 juillet au 19 septembre 2010

Outre les vitraux on pourra voir, dans le réfectoire du Prieuré,  une soixantaine de céramiques, porcelaines, paravents tapisserie, livres d’artiste, réalisés au cours de ces dernières années. Ces pièces n’ont encore jamais été présentées en France