Spin art -Billet n° 352

Spin art ou Spin painting , de to spin = tourner n’est pas un mouvement artistique. C’est une approche artistique que certains artistes se sont approprié à partir des années 60.

Le processus est assez simple. De la peinture liquide est disposée sur un support (toile, carton, métal, plexiglas, etc.) Il est posé sur un système rotatif. Grace à la force centrifuge le médium se disperse sur le support. Un schéma vaut mieux qu’un long discours. Voici donc une vidéo explicative

Glenn Farurhar

Au départ le Spin art est utilisé dans les écoles. Il est à la fois ludique et offre aux enfants un processus de création. Voir la proposition de la Tate Le spin art a également investi les loisirs créatifs. Des machines sont proposées. mais beaucoup de personnes bricolent le système rotatif, par exemple en utilisant une essoreuse à salade (+) ou tout autre matériel qui tourne.

Plusieurs artistes ont à un moment ou à un autre pratiqué la spin painting. Certains attribuent l’antériorité à Eugene R. Pera qui a créé des œuvres de spin art en 1957 sur CBS dans les émissions de divertissement What My Line et I’ve Got a Secret.
L’artiste le plus célèbre est le britannique Damien Hirst qui a découvert la technique lorsqu’il avait 9 ans à la BBC dans l’émission Blue Peter. Il débute l’expérimentation de la Spin painting en 1992

On peut aussi citer sans que la liste soit exhaustive : Annick Gendron  = Mark Chadwick = Angus Fairhurst = Brian John = Trevor Knapp =Wade Olson = Nigel Oddy = Mandii Pope = Rose Popay = Alfons Schilling =Walter Robinson =Callen Schaub   =Brian Schumacher = Andy Shaw = Abraham de la Torre = Gleen Faruhar

Nigel Oddy and Rose Popay
Annick Gendron
Damien Hirst
Walter Robinson
Mark Chadwick
Callen Schaub
Alfons Schilling
Eugene Pera





Serial art – Les séries dans l’art contemporain- Billet n° 351

J’ai déjà abordé les séries dans l’art moderne dans le billet n° 254 du 21 mai 2020. Bien que né avant 1960, c’est à cette époque que le Serial art ou art sériel n’est plus seulement un concept mais un mouvement artistique.
Le précurseur est sans conteste Constantin Brancusi avec par exemple l’Oiseau dans l’espace de 1923 dont il dupliquera 15 fois l’original. L’art en séries est concomitant à l’art conceptuel et du minimalisme. On citera en premier l’américain Sol LeWitt et ses wall drawings
Certains artistes veulent alors créer de l’art sans recourir à l’expression personnelle. Dans l’art en série l’artiste produit plusieurs objets, peintures, sculpture. Par exemple ils composent leur œuvre en une déclinaison sur une même idée, comme la mort pour Damien Hirst ou un thème comme René Magritte avec l’Empire des lumières. Il y a aussi Homage to the square de Josef Albers décliné sur toile, papier un millier de fois.
On peut rapprocher ces pratiques du développement des Multiples comme ceux de l’allemand Joseph Beuys On parle aussi de séries limitées qui font l’objet d‘expositions, de manifestations

Un certain nombre d’artistes, comme par exemple ceux du Pop art ont produit des œuvres en série.
On pense à Andy Warhol et à plusieurs de ses séries dont notamment ses Campbell’ Soup Cans = Nabil Kanso et ses nombreuses séries, notamment, Apocalypse et America 500 years = Roy Lichtenstein et sa série des Brushtrokes (coups de pinceaux) =
Et aussi Sylvie Bonnot =Jean-Christian Bourcart=Claire Chevrier = Denis Darzacq =Boris Gayrard ==Philippe Grandrieux =Pippo Lionni =Anna Iris Lüneman Anna Iris Lüneman =Alex MacLean=Fred Morin =Gian Domenico Sozzi =Georges Tony Stoll =Agnes Thurnauer Julio Villani =Isabelle Waternaux

Le nouveau réalisme- 3/3 Décollages, déchirages, lacération – Billet n°350 -C

Certains artistes du Nouveau réalisme font leurs choux gras des affiches. Elles sont généralement de grande dimension. Elles envahissent les couloirs du métro, les lieux publics, les palissades des chantiers, les panneaux électoraux. Les plasticiens, souvent en infraction avec la Loi, décollent, arrachent, lacèrent ce qui va constituer la matière première de leurs futures œuvres.

Il semble que ce mot français, décollage, a d’abord été utilisé dans le domaine artistique par un allemand Wolf Vostell pour sa série Nein 9 Decollagen. Le décollage a surtout été pratiqué par les français François Dufrene, Raymond Hains et Jacques Mahé de Villeglé ainsi que par l’ italien Dominico Mimmo Rotella ou encore Burhan Dogancy puis, plus tard Marc Bradford, Michael Viviani et Brian Dettmer, Mais avant le décollage, il y a eu le travail des colleurs d’affiches et des afficheurs.

La collecte des fragments d’affiches, la lacération est un travail un physique pratiqué souvent subrepticement et nuitamment. Le décollage, sorte de travail archéologique, par mise en lumière des différentes couches, des strates, permettra des compositions, des assemblages chargés de sens.
Une exposition sur cette pratique a été présenté au LaM . Jacques Villegié a publié « Le lacéré anonyme » aux Presses du réel. Et le Centre Pompidou a organisé l’exposition « La comédie urbaine » en 2009

Nein 9 – decollagen
Wolf Vostell, Rue de Buci, 1960
Jacques Villeglé, 122 rue du temple, les présidentielles
Jacques Villéglé – Métro Arts et métiers
François Dufrêne.
Burhan Dogancay – Mystery woman
Rotella-Decollage- – La-contessa-di-Hong-Kong


Le nouveau réalisme- 2/3 Accumulations – Billet n°350 -B

Les artistes du Nouveau réalisme, mettent en œuvre des pratiques qui s’éloignent des techniques picturales. Ils accumulent les objets du quotidien, ils déchirent ou décollent des affiches des lieux publics. Et parmi leurs techniques il y a les Accumulations

L’un des pionniers de l‘accumulation dans l’art, est sans contexte Armand Fernandez. A partir de 1958, à l’occasion d’une exposition chez Iris Clert, il prend Arman comme nom d’artiste. Dans la même galerie, est présentée en octobre 1960 l’exposition « Le plein » Il y rassemble des objets de rebut et le contenu de poubelles qu’il insère dans des boites en plexiglas. C’est le même mois qu’il adhère mouvement des Nouveaux réalistes. L’année suivante il s’installe à New-York. Il va commencer ses découpages d’objets, comme les instruments de musique. L’une de ces œuvres emblématiques est « Espoir de Paix » érigée à Beyrouth 1995. Il s’agit d’une accumulation de 78 chars d’assaut, jeeps et pièces d’artillerie scellés dans une tour de béton haute de 32 mètres.

Poubelle des Halles

D’autres artistes, sans forcément appartenir à la Nouvelle réalité, se sont essayés au recyclage des déchets et aux accumulations par exemple :Eugen Gomringer = Horst Haack = Nicolas Lieber = David Mach = Jean-Luc Parant = Carmen Perrin = Vera Röhm qui étaient réunis à la Topographie de l’Art en 2010
Mais aussi Chris Jordan et ses recensements photographiques. Annette Messager travaille aussi sur les accumulations, comme son mari Christian Boltanski à la Monumenta 2010. Il y a aussi Damien Hirst à la Tate Modern en 2012 et encore plus récemment le couple Tim Noble and Sue Webster et peut-être Fabrice Hyber

Tim Noble et Sue WebsterDirty white trash, with gulls (1998),
Horst Haack Apocalypse Blow-up
David_Mach – Out_Of_Order (Cabines de téléphone)
Jean-Luc Parent – Manger des yeux

Nouveau réalisme- 1/3 Généralités – Billet n°350 -A

Le nouveau réalisme est un groupe d’artistes fondé en 1960 par le peintre Yves Klein et le critique d’art Pierre Restany. C’est ce dernier qui, lors d’une exposition , organisée à la Galerie Apollinaire de Milan, trouve le nom de Nouveau réalisme. Le groupe disparait en 1970

Le manifeste des nouvaux réalistes

Ils publient le Manifeste des Nouveaux réalistes. Il est signé par Yves Klein = Pierre Restany =  ArmanFrançois DufrêneRaymond Hains = Martial Raysse = Daniel Spoerri = Jean Tinguely =Jacques Villeglé. Ce collectif sera rejoint pas César =Christo =Gérard Deschamps = Mimmo Rotella ==Niki de Saint Phalle (*) On peut y rattacher Alina Szapocznikow = Lourdes Castro

La volonté du Nouveau Réalisme est de rompre avec l’abstraction. Sans être figuratifs, ils utilisent des objets de la vie quotidienne, symboles de la société de consommation : Voitures, chiffons, vêtements, affiches publicitaires, utilisation de matériaux du BTP, comme le ciment, la laine de verre, la taule, le tissu. C’est pour certains, un art de l’assemblage ou et de l’ accumulation. D’autres comme Yves Klein, réalisent des performances comme  » La Grande anthropophagie bleue » Le nouveau réalisme est souvent considéré, comme la version français de Pop art.

Martial Raysse- – Soudain-l’Été-dernier -1963
César – Compression Ricard
Mimmo Rotella, Marylin Monroe
Daniel Spoerri- Mettre le paquet 1965
Arman – accumulation de trompettes
Jacques Villlegié – 26, rue du Pont-Neuf – Affiches lacérées
Jean Tinguely – Fata Morgana

American Lyrical abstraction-n° 349

The american Lyrical abstraction = l’abstraction lyrique américaine est un mouvement artistique, lié à l’expressionnisme abstrait et au tachisme européen, qui apparait dans les années 1960–1970 aux Etats-Unis. Non seulement à New York, mais aussi à Los Angeles, Washington, puis à Toronto et à Londres. C’est le collectionneur Larry Aldrich fondateur du musée de Ridgefield qui porte son nom, à propos d’une exposition qu’il organise et qui est reprise ensuite au Whitney Museum of Art de New York que le terme abstraction lyrique est utilisée de ce côté de l’Atlantique.

Les peintres dont beaucoup d’entre eux produisaient des œuvres minimalistes, dans une approche géométrique monochrome se remettent en cause, Ils réagissent contre le formalisme, le minimalisme, l’art conceptuel, le pop art et l’abstraction géométrique des années 1960.

Les tenants de l’Abstraction lyriques emploient la peinture acrylique et les techniques récentes, tel le dripping, pour une expression libérée, spontanée, intuitive, colorée.Ils veulent insuffler dans leurs œuvres plus de lyrisme, de sensualité et de romantisme. Ils rejettent les théories philosophiques compliquées et le réalisme social et s’inspirent de la tradition américaine. Cependant une dizaine d’année l’abstraction lyrique avait une connotation péjorative dans les milieux artistiques américains.
Un certain nombre d’artistes, ont à un moment ou à un autre de leur carrière été considérés comme faisant partie du mouvement de l’American Lyric Abstraction et notamment :

Edward Avedisian =Charles Arnoldi =Walter Darby Bannard=Frances Barth=Morris Louis Bernstein =Jake Berthot =Natvar Bhavsar =Gary Bower =Frank Bowling =Stanley Boxer =Peter Bradley = James Brooks =David Budd =Ralph Busch =Jack Bush-=Oscar Chelimsky =Dan Christensen = Edward Corbett =Alan Cote= Ronald Davis= David Diao = Richard Diebenkorn =Joseph Drapell = Robert Duran =Friedel Dzubas =Sam Francis = Helen Frankenthaler

Sam Gilliam =Carl Gliko = Arshile Gorky == Adolph Gottlieb =Nancy Graves = Cleve Gray = =Philip Gus =Carol Haerer = Joe Haske = Julian Hatton = Tom Holland =Darryl Hughto = Howard Hodgkin=John Hoyland =Gary Hudson =Ralph Humphrey ==Paul Jenkins == Marilyn Kirsch = Victor Kord=Ronnie Landfield =John Levee =Pat Lipsky = Morris Louis =Al Loving= Brice Marden =Emily Mason =Eugene J. Martin =Melissa Meyer=Joan Mitchell =Ed Moses= Robert Motherwell =Stephen Mueller=Robert Natkin =David Novros

Kenzo Okadaton Jules Olitski =Frederick Lund Ottensen =Doug Ohlson= William Pettet= Larry Poons =Joanna Pousette – Dart =David R. Prentice =Harvey Quaytman =Irene Rice-Pereira =Peter Reginato =Murray Reich = Mark Rothko = Ed Ruda =Richard Saba=Kikuo Saito =Sean Scully ==John Seery === Alan Shields= Kenneth Showell= David Simpson = Shirley Smith =Joan Snyder =Lawrence Stafford =Gary Stephan =Carol Sutton = Francine Tint ==Carlos Villa =John Walker =Jean Weinbaum= Joyce Weinstein =Jack Whitten= Neil Williams =Thornton Willis =Phillip Wofford= =Larry Zox

Seery – _Red_Isle
Rihard Saba
Helen Frankenthaler, Riverhead, 1963
Richard Diebenkorn


Fluxus – Billet n° 348

Fluxus (du latin : flux, courant), est un mouvement artistique pluridisciplinaire et international initié aux Etats-Unis en 59-60 par le galeriste George Maciunas. Mais c’est John Cage, alors professeur à la New School for Social Research qui a inspiré le mouvement Fluxus.

Plusieurs de ses étudiants figureront parmi les fondateurs :Jackson Mac Low, Dick Higgins, George Brecht ou La Monte Young. Fluxus concerne non seulement les arts visuels mais le design, la musique, la littérature, la poésie, le cinéma, les vidéos, la photographie (+)

George Maciunas publie en février 1963 son Manifesto lors du Festum Flexorum Fluxus qui se tient à Düsseldorf. Fluxus: c’est un état d’esprit, un espace de liberté, de partage, d’humour provocant , d’amitié. Des dizaines d’artistes de toutes nationalités vont se reconnaître dans cette mouvance. Ce mouvement artistique qui pratique le non-art et l’anti-art, a une proximité avec ses ainés : le Futurisme italien, le dadaïsme, Marcel Duchamp et ses ready-mades.

Fluxus rejette les structures institutionnelles, la marchandisation de l’art. Il est anti- système, comme l’on dit de nos jours. Il veut s’affranchir des limites de la pratique artistique qu’il entend inscrire dans la vie. Il organise des concerts, favorise les happenings, les performances.
Alors que certains pensent que l’esprit Fluxus a disparu en 1975 avec la mort de George Maciunas, d’autres disent que l’art inter médiatique (+) descend directement de Fluxus. A noter qu’en 2002 a été célébré le 40 ème anniversaire de Fluxus.

Parmi les artistes qui se sont revendiqué de Fluxus il y a eu :
Marcel Alocco =Eric Andersen =Ay-O =Mary Bauermeister =Joseph Beuys
George Brecht = =Bazon Brock =Sylvano Bussotti= =John Cage
Giuseppe Chiari =Walter Cianciusi = Philip Corner
Charles Dreyfus =Jean Dupuy =Robert Filliou =Albert M. Fine=Henry Flynt
Ken Friedman =Michael Gibbs = Al Hansen =Geoffrey Hendricks =Dick Higgins
Ray Johnson ===Joe Jones ==Allan Kaprow =Bengt af Klintberg
Milan Knížák =Alison Knowles =Arthur Køpcke =Takehisa Kosugi
Vytautas Landsbergis =Jean-Jacques Lebel =Gyorgy Ligeti==Barry McCallion
Jackson Mac Low= George Maciunas =Adolfas Mekas = =Gustav Metzger
Larry Miller=Charlotte Moorman =Max Neuhaus =Serge Oldenbourg
Staffan Olzon=Yoko Ono =Nam June Paik =Robin Page =Benjamin Patterson
Willem de Ridder = Dieter Roth ==Ric Royer=Takako Saito
Gianni Sassi ==Carolee Schneemann=Tomas Schmit =Wim T. Schippers
=Mieko Shiomi=Gianni-Emilio Simonetti =Daniel Spoerri
=Yasunao Tone = Ben Vautier= Branko Vučićević =Wolf Vostell =Yoshi Wada
Robert Watts =Emmett Williams =La Monte Young =Zaj group

George Brecht – Free event
Diagramme de Shelley
Victor Tsyganko – man and woman
Joseph Beuys
 Shigeko Kubota
Georges Macunias – Box 2
Geoff Hendricks, 2 aRt traps -A 197
Robert Watts


Auto-destructive art -Billet n°347

Auto-destructive art – ADA est une approche particulière de l’Art lancée par l’artiste britannique Gustav Metzger qui avait fuit le nazisme en 1939.

Le concept d’art auto-destructif né en 1959. Il est inspiré par les désastres causés par la WW2. On sait que la seconde guerre mondiale a fait de nombreuses victimes civiles et a entrainé de nombreuses destructions à la suite des bombardements conventionnels puis nucléaires. L’ ADA, dans une approche politique combat le consumérisme et le capitalisme.

Metzger utilise des objets du quotidien, la brique, le tissu, les acides, les adhésifs,, la toile, l’argile, la le béton, la goutte, le verre, Glace, Jet, Charge, Production de masse, Métal, Film cinématographique, Peinture, Papier, Plâtre, Plastiques, , Sable, Terra -cotta, , eau, soudage, fil, bois.  Il se sert également de la physique : les vibrations, la chaleur, l’énergie humaine, l’élasticité,la compression,la corrosion, la combustion,Forces naturelles, Énergie solaire, Son, Vapeur, Stress,Pression Et aussi des sciences et techniques : la balistique, la cybernétique,l’électricité, l’électrolyse, la rétroaction, Lumière, l’énergie nucléaire,Radiation,Photographie,

Et aussi pour certains artistes, leur propre corps. Cet anti-art requiert généralement la participation du public lors de performances. En 1966, est organisé le Destruction in Art Symposium (DIAS)

Outre Gustav Metzger ont été, à un moment ou à un autre dans cette posture : Kathrin Böhm = Stuart Brisley =Günter Brus =Henri Chopin=Ivor Davies = Guy Pro Diaz =Barnaby Drabble = Dadi Hall = Al Hansen =Juan Hidalgo Garry A, Jones =Jeef Keen =Andreas Lang =John Latham = Otto Mühl =Hermann Nitsch =Paul O’Neill =Yoko Ono = Raphael Montañez Ortiz == Page Robin =Jasia Reichardt =Werner Schreib = Hans Sohm =Barbara Steveni = Biff Stevens =Jean Tinguely == Pete Townshend =Wolf Vostell =Peter Weibel = Mick Wilson. Et bien entendu le graffeur Bansky et sa « Girl with a balloon« , auto-détruite en direct, découpée en lanières pendant son adjudication chez Sotheby en 2018

Girl with a balloon – enchère à Sotheby
Jean Tinguely – Hommage à New-York



Gorgona Grupa – Billet n° 346

Grupa Gorgona, du nom, à mon avis mal-inspiré, de la mythologie grecque, est un groupe croate avant-gardiste et un anti-magazine du même nom. Gorgona a été créé en 1959 et s’est dissous en 1965. Il a été initié par Josip Vaništa et rassemblait Julija Knifer =Đuro Seder = Marijan Jevšovar =Ivan Kožarić =Miljenko Horvat ainsi que Dimitrije Bašičević-Mangelos , Matko Meštrović et Radoslav Putar .
Ils ne lancent pas de manifeste. C’est une association de créatifs, conceptuels, non conventionnels. Ils sont « anti » esthétisme, art académique et dénonce l’absurdité du monde. Ils organisent des expositions, des réunions, des promenades en groupe. Il a fallu attendre le milieu des années 1970 pour qu’ils se fassent connaitre. De nos jours leurs œuvres sont présentes au Muzej suvremene umjetnosti de Zagreb ,à la Zbirka Filip Trade et la Collection Marinko Sudac ainsi qu’au MoMa et aussi plus récemment au Kunstmuseum Liechtenstein

Josip Vaništa
Julia Knifer
Duro Seder


L’art qui bouge – 4/4 Artistes de l’Op Art – Billet n° 345

Dans les années 1960 Victor Vasarely était un artiste star, puis il est passé par la case purgatoire. Depuis le début du 21 ème siècle sa cote et celle de quelques uns ont le vent en poupe. La Fondation Vasarely un moment menacée de dépôt de bilan, maintenant classée monument historique, est tirée d’affaire. Après un purgatoire d’une vingtaine d’année l’Op art revient à la mode. Plusieurs expositions y étaient consacrée en 2016 , dans plusieurs galeries : à Paris : Carlos Cruz-Diez + Joel-stein, à Miami Julio Le Parc, à Chambéry François Morellet

De nombreux artistes ont pratiqué l’art optique à un moment de leur carrière ou de façon permanente. Parmi ceux les plus connus, il y a :

Yaacov Agam =Richard Allen= Marina Appolonio = Patrice Allart =Josef Albers =Richard Anuszkiewicz = Getulio Alviani =Milton Becerra=Hartmut Böhm =Daniel Buren =Alexander Calder =Tony DeLap,= Carlos Cruz-Diez ==Patrick Dupré =Morits Cornelis Escher=Wojciech Fangor =,Gunter Fruhtrunk =Hans Jörg Glattfelder =Lily Greenham =Horacio Garcia-Rossi =Franco Grignani =Patrick Hughes =Pierre Kiandjan =Julio Le Parc =Miodrag =John McHale =Youri Messen-Jaschin =Guido Molinari =François Morellet =Youri Messen-Jaschin =Reginald H. Neal = Kenneth Noland=Ivan Picelj =Cécile Plaisance =Lawrence Poons=Bridget Riley = Patrick Rubinstein =Emmanuelle Rybojad==Nicolas Schöffer =Peter Sedgley=Francisco Sobrino =Jesús-Rafael Soto = Julian Stanczak,=Joël Stein =Frank Stella =Claude Tousignant =Günther Ueckerg=Grazia Varisco =Victor Vasarely ==Zanis Waldheims =Ludwig Wilding =Yvaral = Marian Zazeela.

Marina Appolonio
Carlos Cruz Diez – induction en jeune
Joël Stein
Victor Vadarely

L’art qui bouge – 3/4 – Les groupes de recherche – Billet n° 344

Dans les années 1960, en Europe, des collectifs d’artistes voient le jour, à Paris, le Groupe de Recherche d’Art Visuel – Grav, à Padoue le Groupe N, à Milan le Gruppo T, à Düsseldorf le Zero Gruppe, en Hollande le Groupe nul, à Moscou le Groupe Dvizhenie, ainsi qu’aux Usa à Cleveland l’Anonima Group.


Les travaux de ces groupes de recherche artistique vont être relayés par Nouvelle tendance, fondée en 1961 à Zagreb par les croates Matko Meštrović et Božo Bek et le peintre brésilien Almir Mavignier. Cette cellule, à laquelle ces groupes vont adhérer va pendant plusieurs années exposer les œuvres de la mouvance Op art et art cinétique


Le Groupe de Recherche d’Art Visuel – Grav, est un collectif d’artistes collaboratifs qui veulent faire descendre l’art dans la rue. Il a fonctionné de 1961 à 1968. Il rassemblait : François Morellet , Julio Le Parc , Francisco Sobrino , Horacio Garcia Rossi   Jean-Pierre Yvaral ,Joël Stein,, Vera Molnár . Ils ont exploré tous les effets de l’ art cinétique et de l’ op art en utilisant divers types de lumière artificielle et de mouvement mécanique. Leur première œuvre est un labyrinthe présenté en 1963 à la 3ème Biennale de Paris.

Des membres du Grav


Le Gruppo N était un collectif d’artistes italiens de Padoue actifs de 1960 à1966. et se compose d’ Alberto Biasi , Ennio Chiggio, Toni Costa , Edoardo Landi et Manfredo Massironi. Ils privilégient le travail collectif. Ils ont participé en 1965, à l’exposition du Moma « l’oeil réactif »

Le Gruppo T est un collectif de quatre artistes intéressés par le lumino-cinétisme fondé en 1959 à Milan.
Le groupe était composé de Giovanni Anceschi , Davide Boriani , Gianni Colombo , Gabriele Devecchi vite rejoints par Grazia Varisco .
Leur objectif est de développer un art collectif et impersonnel. Ils utilisent la lumière artificielle, la technologie, les moteurs, pour créer le mouvement. Ils privilégient un art interactif


Zero Gruppe a fait l’objet du billet complet sous le n° 332 A.


Le Groupe Nul est un collectif d’artistes hollandais créé en 1960 par Jan Schoonhoven, Armando , Jan Henderikse, Herman de Vries et Henk Peeters. Il s’est éteint en 1965. Il s’inspire des travaux de Lucio Fontana et Yves Klein et aussi du cinétisme.


Le Groupe Dvizhenie Двиdu qui signifie Mouvement est un collectif d’artistes russes créé en 1962 et dissout en 1978. Il rassemblait Lev Nusberg,Francisco Infante-Arana et Viacheslav Koleichuk А. Krivchikov, V. Аkulinin, V. Scherbakov, R. Zanevskaya et М. Dorokhov.. Leur projet se voulait une synthèse des différents moyens techniques disponibles. Ils prévoyaient l’utilisation du mouvement de la lumière, du gaz, éléments en trois dimensions et des projections animées


Anima Group est un collectif de trois artistes américains. Il a été fondé à Cleveland en 1960 par Ernst Benkert, Francis Hewitt et Ed Mieczkowski.


Un art qui bouge – 2/4 – Op Art -n°343

L‘ Op Art ou art optique est un courant artistique abstrait international . Il ne doit pas être confondu avec l’art cinétique. Pour certains commentateurs l’art optique est une des branches de l’art cinétique. Il est vrai qu’il s’agit de deux approches cousines d’un « art qui bouge » .Cependant l’ Op Art est fondé sur l’illusion d’optique. C’est l’œil du spectateur qui est sollicité pour créer des effets d’illusion et des jeux d’optique. Il n’y a aucun intervenant extérieur permettant de créer du mouvement. Tandis que dans l’art cinétique, les œuvres comportent des éléments qui bougent. L’un des exemples les plus représentatifs : les mobiles de d’Alexander Calder.

Ceux sont les théories visuelles de Vassily Kandinsky et les observations d’un Josef Albers, les travaux sur la couleur de Johannes Itten ou le Farbenlichtspiele /le jeu coloré de Ludwig Hirschfeld-Mack, ses collègues du Bauhaus. qui donneront naissance, dans les années 1920, à ce que l’on appelle pas encore l’art optique. En effet, le terme Op Art est utilisé pour la première fois par le Time à propos de l’exposition, en 1964, « Julian Stanczak Optical Paintings » à la Martha Jackson Gallery.

Mais c’est l’exposition « The Responsive Eye «  l’œil réceptif organisée en 1965 par le MoMa, qui présentait des œuvres de près de 100 artistes, qui a valu la reconnaissance internationale du Op art.

Le billet 3/4 s’intéressera aux groupes qui ont contribué à développer l’art optique, un peu partout en Europe et aux États-Unis. Puis l’article suivant, s’intéressera aux artistes qui ont marqué cette approche, comme par exemple Victor Vasarely considéré comme le père de l’art optique.

Un art qui se bouge – 1/4 – Art cinétique -Billet n° 342

L’Art cinétique ou Kinetic art, du grec. κ ι ν η τ ι κ ο ́ ς « qui met en mouvement », est un courant artistique qui propose des œuvres contenant des parties en mouvement. Le mouvement peut être produit par le vent, le soleil, un moteur ou le spectateur. L’art cinétique englobe une grande variété de techniques et de styles qui se chevauchent.

Dès 1910, les Futuristes italiens s’intéressent au mouvement, puis Alexander Calder et ses Mobiles en 1932 ou encore Marcel Duchamp en 1935 et ses Rotoreliefs

L’expression « art cinétique » apparaît pour la première fois au Kunstgewerbemuseum devenu depuis le Museum für Gestaltung de Zürich en 1960, à propos de l’exposition consacrée à Daniel Spoerri :  » Mat-Kinetische Kunst — Multiple Art Transformable -Art cinétique »

C’est l’exposition « Le mouvement », consacrée à Victor Vasarely entouré d’ Agam, Pol Bury, Robert Jacobsen, Jesus-Rafael Soto et Jean Tinguely, organisée par la Galerie Denise René en 1955, qui fait connaître au public l’art cinétique. A cette occasion Vasarely publie le Manifeste jaune consacré au mouvement et à la lumière, qui recouvre, on le verra dans d’autres articles, l’Art optique.


Ont appartenu au courant de l’art cinétique les artistes suivants :
Yaacov Agam =Pol Bury =Alexander Calder = Marcel Duchamp
Victor Vasarely = Jean Tinguely = =Jesús-Rafael Soto
et aussi
Uli Aschenborn = David Ascalon =Milton Becerra = Noutayel Belkadhi
=Pascal Bettex =Martha Boto =Marc Cavell = Ivan Contreras-Brunet =
Gérard Courant =Elias Crespin= Carlos Cruz-Diez =Alexandre Dang
=Hugo Demarco =Malachi Farrel =Arthur Ganson = Horacio Garcia
= Rube Goldberg ==Théo Jansen =Roger Katan ==Pierre Kiandjan
=Piotr Kowalski ==Gilles Larrain = Pierre Legendre = Len Lye
=Heinz Mack =Jean-Bernard Métais =Charles F. Morgan
=Joëlle Morosoli= Hans-Walter Müller= Cyril de La Patellière
=George Rickey=Emmanuelle Rybojad = Bridget Riley =Horacio Garcie Rossi
=Nicolas Schöffer =Francisco Sobrino =Joël Stein =Haruhiko Sunagawa
=Jack Vanarsky =Marcel Van Thienen = Grégorio Vardanega

Marcel Duchamp – Retrorelief
Jesus-Rafael Soto
Josef Stein
Pol Bury



.

The Minimalism movement -Billet n° 341

The Minimalism – le Minimalisme (+) ou de minimal art, nom donné par Richard Wollheim, est un mouvement de l’Art contemporain. Il fait sien l’adage de Ludwig Mies van der Rohe, directeur du Bauhaus « less is more« , – moins c’est plus .

Ce mouvement d’art abstrait basé sur le carré et le triangle est né aux États-Unis à la fin des années 1950. Il s’oppose à l’expressionnisme abstrait dominant mais aussi le pop art, à la figuration décomplexée. Le minimalisme est généraliste et concerne non seulement la peinture et la sculpture mais aussi le design, l’architecture (+) , la musique encore appelée répétitive, et aussi en littérature et le domaine de la Mode.

A consulter « Esthétique minimalistes » et aussi un dossier pédagogique + Artsper magazine + docu Bnf + Hisour + Fandom

Parmi les artistes adeptes à un moment ou à un autre du minimalisme
il y a les sculpteurs David Smith , Anthony Caro , Tony Smith , Sol LeWitt = Carl Andre
Dan Flavin , Richard Serra =Albert Hirsch = Michel Parmentier = Daniel Buren
Donald Judd l’un des théoriciens du mouvement

les peintres Frank Stella créateur du dispositif du « shaped canvas « ,
Kenneth Noland , Al Held , Ellsworth Kelly , Robert Ryman = Jo Baer Rosemarie Castoro = Mary Corse = Félix González-Torres= Sol LeWitt =
John McCracken =François Morellet = Robert Morris = Niele Toroni

les musiciens Steve Reich, Michael Nyman, John Adams, Philip Glass, Terry Riley,
La Monte Young, Arvo Pärt

les Designers Marteen van Severen, Jasper Morrison, Jean-Marie Massaud,
Ronan & Erwan Bouroullec = Shiro Kuramata

= les graphistes A.G. Fronzoni = Emil Ruder, Helmut Schmid

= les écrivains Jon Fosse et Samuel Beckett e=John Barth , Robert Coover = William H. Gass = Raymond Carver , Ann Beattie , Bret Easton Ellis , Charles Bukowski , Ernest Hemingway
KJ Stevens , Amy Hempel , Bobbie Ann Mason , Tobias Wolff , Grace Paley
Sandra Cisneros = Mary Robison , Frederick Barthelme
Richard Ford , Patrick Holland = Cormac McCarthy et Alicia Erian.

les cinéastes Robert Bresson , Carl Theodor Dreyer
Yasujirō Ozu Abbas Kiarostami = Elia Suleiman

Le minimalisme c’est aussi une attitude, un mode de vie inspiré du Japon et des courants philosophiques et de l’air du temps, de la remise en cause de la société de consommation et de la lutte contre le gaspillage et le réchauffement climatique

Frank Stella
Kenneth Noland
Al Held
Jo Baer
Sol LeWitt

Neo-concretismo brasileiro- n° 340

Neo-concretismo est un mouvement artistique et poétique brésilien. Il est officialisé par la publication en mars 1959, dans le Jornal do Brasil, du « Manifesto neoconcretismo ». Il est signé par Amílcar de Castro = Ferreira Gullar =Franz Weissmann =Lygia Clark =Lygia Pape  =Reynaldo Jardim  =Theon Spanúdis bientôt rejoints par Helio Oiticica. on rattache également au néo-concrétisme Yvan Sherpa = Mira Schendel = Hércules Barsotti =Aluísio Carvão =Willys de Castro= Décio Vieira

Entre 1959 et 1961 sept expositions sont organisées . Le néo-concrétisme prend ses distances vis à vis du concrétisme et est considéré comme précurseur de l’art conceptuel. Les peintres utilisent les formes géométriques comme le véhicule de l’imagination. Ces artistes ont encouragé la production d’œuvres n’utilisant ni cadre, ni support artificiel, Ceci afin d’amener l’art dans l’espace réel et en contact direct avec le spectateur.

Helio_Oiticica_ – Metaesquema
Lygia Clark – Planes in Modulated Surface 4,
Lygia Pape – Comoposition
Mira Schendel
Hercules Barzotti

NO!art -Billet n° 339

NO!art est un groupe avant-gardiste « anti-art » . Il est créé à New York en 1959 par Boris Lurie , Sam Goodman et Stanley Fisher. . Ces artistes s’opposent aux tendances contemporaines de l’expressionnisme abstrait et du Pop Art et à bien d’autres choses. Leur approche fait un peu penser au mouvement Dada (1915). Ils sont politiquement engagés contre le fascisme, le racisme et l’impérialisme.

A l’origine les expositions ont souvent des thèmes scatologiques.Le critique d’art Harold Rosenberg, a pu écrire dans son essai«Bull by the Horns», «NO! art reflète le mélange de merde et de crime avec lequel les médias de masse inondent l’esprit de notre temps. C’est de la pop avec du venin ajouté ».

Le collectif NO!art existe toujours de nos jours. L’organisation est basée à la fois à New York et à Berlin. Sont impliqués, à un moment ou à un autre, dans le mouvement les artistes :

Rocco Armento + Isser Aronovici + Enrico Baj + Paolo Baratella + Franziska Becher + Herb Brown + Ronaldo Brunet + Bruno Schleinstein + Günter Brus + Krum Chorbadzhiev + Allan D’arcangelo + Aleksey Dayen + Frederica De Ruvo + Frank-Kirk Ehm- Marques + Erro + Klaus Fabricius + Stanley Fisher + Charles Gatewood + Paul Georges+ Jochen Gerz + Dorothy Gillespie + Esther M. Gilman + Amikam Goldman + Leon Golub + Sam Goodman Blalla W. Hallmann + Harry Hass + Detlev Andrea Hjuler + Allan Kaprow + Dietmar Kirves + Yayoi Kusama + Konstantin K. Kuzminsky + Jean-Jacques Lebel + Martin Levitt + Suzanne Long + Boris Lurie + Vincenzo Mastrangelo + Stu Mead +Peter Meseck + Clayton Patterson + Lil Picard + Leonid Pinchevsky Birgit Ramsauer + Bernard Rancillac + Brigitte Roussel + Naomi T. Saumon + Reinhard Scheibner + Dominik Stahlberg + Michelle Stuart + Aldo Tambellini + Seth Tobocman + Jean Toche + Toyo Tsuchiya + Wolf Vostell + Friedrich Wall + Mathilda Wolf + Harriet Wood + Natalia E. Woytasik+ Miron Zownir

Boris Lurie
Sam Goodman – Shit sculpture
Stanley Fischer – Sex -Collage 1963
Boris-Lurie -Liberty-or-Lice – 1960
Sam Goodman

Hard edge painting- Billet n° 338

The hard edge painting littéralement peinture aux bord durs, est plus une technique qu’un mouvement. Le terme a été inventé par Jules Langsner, critique d’art au Los Angeles Times et Peter_Selz, curator au MoMa.

Il qualifiait ainsi le travail des peintres californiens John McLaughlin = Lorser Feitelson = Karl Benjamin = Frederick Hammersley rassemblés dans l’exposition Four Abstract Classicists (+) ainsi qu’ Helen Lundeberg, l’épouse de Feitelson. Ces artistes se rattachent à l’abstraction géométrique. Leurs œuvres sont peintes avec des transitions brusques entre les zones de couleurs. Cette approche est également utilisée par les artistes de la Color Field painting et l’art optique.

D’ autres artistes sont associés au hard edge painting, comme :

Herb Aach , Josef Albers , Richard Anuszkiewicz , Max Bill , Ilya Bolotowsky , Herbert Busemann , Ralph Coburn, Nassos Daphnis , Ronald Davis , Gene Davis , Robyn Denny , , Burgoyne Diller , Burhan Dogancay, John Ferren , Peter Halley , Al Held , Robert Indiana , Ellsworth Kelly , Günther C. Kirchberger , Alexander Liberman

Agnes Martin ,Howard Mehring, George LK Morris , Kenneth Noland , Barbro Östlihn,Ad Reinhardt , Deborah Remington , Bridget Riley , Ludwig Sander, David Simpson , Leon Polk Smith , Julian Stanczak , Jeffrey Steele , Frank Stella ,John Stephan , Myron Stout, Leo Valledor , Victor Vasarely , Charmion von Wiegand , Neil Williams , John Stephan , Larry Zox Jack Youngerman

John McLaughlin
Lorser Feitelson
Karl Benjamin
Frederick Hammersley

.

The Antipodeans – Billet n° 337

The Antipodeansles Antipodéens est un groupe de sept peintres figuratifs modernistes, créé à Melbourne en 1959. Sous l’égide de l’historien d’art Bernard Smtih, le groupe publie le  » The Antipodean Manifesto. Il est constitué des peintres Charles Blackman , proche du mécène John Reed le fondateur du Heide Circle ainsi que Arthur Boyd = David Boyd = John Brack = Robert Dickerson = John Perceval = Clifton Pugh.

Ils étaient en butte contre l’expressionnisme abstrait américain qu’ils jugeaient trop conquérant et invasif . Notamment, suite à l’exposition en 1958-1959 de « The new American Painting » organisée par le MoMa et présentées à la Tate de Londres et dans sept autres capitales européennes.

Certains antipodéens ont participé en 1961 à la Whitechapel Gallery de Londres à l’exposition intitulée « Recent Australian Painting » . A évènement participaient également, l’expressionniste Jon Molvig ainsi qu’Albert Tucker , Sidney Nolan membres de l’ Heyde Circle et Fred Williams.

John Perceval
Fred Williams

K.W.Y. Grupo artístico português Billet n° 336

K.W.Y (Ká Wamos Yndo ?) était d’abord le nom d’un magazine artistique publié à Paris de 1958 à 1964.

Un groupe du même nom a été constitué également en 1958 par les portugais Lourdes Castro (*) = René Bértholo, = António Costa Pinheiro = João Rodrigues Vieira = José Escada = Gonçalo Duarte ainsi que le bulgare Christo et l’allemand Jan Voss.

Le groupe KWY a propulsé l’art portugais au niveau international. Le collectif n’a pas rédigé de manifeste ni édicté de règles communes. Les membres du groupe ne sont pas intéressés par l’abstraction, Ils sont tournés vers le réel, la vie urbaine, le quotidien des habitants, les évènements socio-culturels. C’est ce que l’on appelé la Nouvelle figuration (*)

António Costa Pinheiro
Joao Rodrigues Vieira
René Bértholo
José Escada
Jan Voss
Gonçalo Duarte
+ Lourdes Castro -interview

Pratique des Arts n° 153

Le numéro 153 de Pratique des Arts est paru. Il débute par la rubrique « La vie des artistes  » avec les expositions dans les musées et les salons spécialisés.

Puis on découvre l’américaine Dina Brodsky qui dessine des arbres au stylo à bille. Le breton Jacques Tanguy dans un dossier sur la couleur nous explique comment les domestiquer. Ces paysages me rappellent les couleurs psychédéliques des années 1960. L’huiliste britannique Jon Doran revisite les classiques. Puis les ambiances urbaines du polonais Jacek Hazuka que j’avais rencontré en son temps lorsqu’il avait une galerie face à la Cathédrale de Lille et aussi à ce qui est devenu Art Up

Pour continuer, les Portraits expressifs d ‘Ewa Hauton puis les aquarelles fleuries de la finlandaise Anna Emilia Laitinen . Au pastel : les paysages urbain au pastel de l’américaine Nancie King Mertz , les vignes d’Amanda Houston et la technique de Gemma di Grazia.Une visite de l’atelier du sculpteur Emmanuel Bour. L’expérience de la graveuse allemande Jana Lottenburger
t
Et bien entendu le dossier technique avec : Stéphanie Portal qui a testé les encres Aqua Drop de Schmincke = Un dessin par jour par Philippe Autefage = Peindre un drapé au pastel et à l’huile par Barbara Petit = Toujours au pastel, paysage côtier par Lana Ballot = Chien à l’aquarelle par Kim Johnson = Le marouflage à l’ancienne par Xavier Kosmalski. Un article d’information sur  » Le barreau des Arts «  une association de jeunes avocats qui entend aider les jeunes artistes.

Et aussi par Stéphanie Portal  » Les couleurs aquarelle « Comment choisir parmi toutes ces marques ? » J’ai en son temps plusieurs articles à ce sujet : en 2008 Les fabricants de couleurs =en 2009 Les nuanciers de l’aquarelle =en 2015 Quelle marque d’aquarelle choisir


Diez pintores concretos -Billet n° 335

Diez pintores concretos – est un collectif de peintres fondé à La Havane en 1958.

Il rassemblait Pedro Carmelo Álvarez López = Wilfredo Arcay Ochandarena = Mario Carreño Morales = Salvador Corratgé = Sandú Darié =Luis Martínez Pedro =Alberto Menocal = José María Mijares = Pedro de Oraá = José Ángel Rosabal Fajardo = Dolores Soldevilla Nieto = Eafael Soriano López
Jusqu’à sa dissolution en 1961, le groupe d’abstraction géométrique a organisé plusieurs expositions à Cuba.
En 2015, la David Zwirner gallery de Londres a consacré une exposition au groupe « Concrete Cuba« 

Luis Martinez
Mario Carreño
Pedro de Oraá.
Sandu Daré
Wilfredo Arcay
Pedro Carmelo Álvarez López
Salvador Corratgé
Alberto Menocal
José María Mijares
José Ángel Rosabal Fajardo
Dolores Soldevilla Nieto
Rafael Soriano López

Atelier de la Monnaie + Groupe de Roubaix – Billet n° 334

L’Atelier de la Monnaie est un groupe de jeunes artistes, fondé à Lille en 1957. Ils s’oppose de façon radicale à l’enseignement académique de l’École des Beaux-Arts. Le but des fondateurs de ce collectif est de se libérer des contraintes académiques et de présenter, lors de manifestations publiques la Création contemporaine.

L’Atelier de la Monnaie a été fondé par Roger Frezin, Pierre Olivier, Claude Vallois, Jean Brisy, Jean Parsy , Lyse Oudoire et Adolphe Deronne

Ils se réunissent, rue de la Monnaie à Lille, dans les caves de l’ancien Hôtel du Juge-Garde de la Monnaie, d’où le nom du groupe. Ils sont très vite rejoints par des membres du Groupe de Roubaix -1946-1975, notamment Eugène Leroy, Jean Roulland et Arthur Van Hecke,Pierre Hennebelle et aussi venus d’autres horizons Marcel_Lempereur-Haut. Serge Comtesse, Robert Droulers, Guy Himpens, Yves Jouannaud

Ils organisent de 1957 à 1972, des expositions en vue de promouvoir l’art contemporain. Outre les membres, ils y invitent des artistes reconnus comme Eugène Dodeigne, Jean Fautrier, Constant Permeke, Antoni Tapiès, Victor Vasarely, Niki de Saint Phalle, Gianni Bertini, Hervé Télémaque, Enrico Baj, Natalia Dumitresco ou Roger-Edgar Gillethttp://louisnahi.blogspot.com/2008/05/latelier-de-la-monnaie.html

En 2007-2008, le Palais des Beaux-Arts de Lille a présenté une rétrospective pour les 30 ans de la fondation de l’Atelier de la Monnaie. Parmi les invités d’honneur figuraient des artistes de l’École de Paris comme Balthus, des représentants de l’abstraction lyrique comme Alfred Manessier, de l’art informel comme Jean Fautrier, des surréalistes, de l’Op Art, de la nouvelle figuration.

Jean Parsy
Arthur Van Hecke
Pierre Hennebelle
Roger Frezin
Serge Comtesse
Lise Oudoire
Adolphe Deronne
Pierre Olivier – Sans titre
Jean Brisy
Jean Roulland
Eugène Leroy

Grupo Ruptura et Concretismo Basileiro – Billet n° 333

O Grupo Ruptura , qu’il ne faut pas confondre avec le site anarchiste du même nom, ni avec Ruptura 25 un mouvement politique équatorien, a été fondé en 1952, par un collectif d’artistes abstraits de Sao Paulo. Ces artistes veulent faire évoluer l’art brésilien du naturalisme traditionnel vers l’ art moderne. C’est une période où le Brésil commence à se transformer, développement de l’industrie, urbanisme et création de Brasilia sans oublier l’annonce du miracle économique brésilien

Le Groupo Ruptura organise en décembre 1952, une exposition qu’ils intitulent « Ruptura » au tout récent Musée d’art moderne de São Paulo. Ils publient à cette occasion le « Manifesto Grupo Ruptura » (+) L’exposition marque le début du mouvement artistique concret au Brésil.

Ledit manifeste est signé par les 7 membres fondateurs : Waldemar Cordeiro = Anatol Władysław, Leopoldo Haar, Lothar Charoux, Kazmer Féjer, Geraldo de Barros et Luiz Sacilotto. Le groupe a été rejoint par Hermelindo Fiaminghi, Judith Lauand et Maurício Nogueira Lima.

Le Grupo Ruptura a adopté le concretismo = concrétisme (+) qui à l’origine concernait les poètes mais dont se sont emparés les arts plastiques, par le truchement de Max Bill .

Le mécène brésilien Adolfo Leirner a rassemblé une importante collection des peintres du Crupo Ruptura de Sao-Paulo et du Grupo Frente, de Rio de Janeiro , les deux tenants brésiliens du concrétisme. Cette collection a été acquise par le Museum of fines Arts d ‘Houston en 2005-2007.
Par ailleurs l’exposition « Antropofgia y Modernernidad. Arte Brasileño » a présenté, à Buenos-Aires et à Mexico, la collection Hecilda e Sergio Fadel qui comprend des œuvres des deux groupes concrétistes brésiliens.

Certains concrétistes de Rio de Janeiro,qui appartenaient au Grupo Frente, publient en 1959 , le manifeste du neoconcretismo qui vise les concrétistes orthodoxes.

Geraldo de Barros – Composition
Judith Lauand – Abstração
Luiz Sacilotto – Concreção
Lothar Charoux
Léopold Haar
Maurício Nogueira Lima
Waldemar Cordeiro – Composition
Waldemar-Cordeiro- – Sem-titütulo
Anatol Władysław


Modern architecture in Calofornia + La Maison Neutra -Billet 332 C

L’architecture moderne californienne est un mouvement qui se développe pendant les années 1950-1960. L’on est dans le contexte général de la reconstruction de l’après-guerre. Ce mouvement est influencé par le style international des années 20 puis le Mid-century_modern

La station touristique de Palm Springs , aux portes du désert, constitue le champ d’expérimentation d’un certain nombre d’architectes d’avant-garde. On parle aussi de Desert modernism. La petite ville est située à une centaine de kilomètres de Los Angeles.

Les vedettes d’ Hollywood en presque voisins vont pendant une vingtaine d’années s’y faire construire des villas. Notamment celles de Frank Sinatra, Elvis Presley , Marylin Monroe, Marlene Dietrich, Greta Garbo, Clark Gable, Kirk Douglas et beaucoup d’autres.
Des villas de même style ont aussi été construites à . Malibu, Santa Monica, Hollywood, ou Los Angeles

Mais tout le monde n’a pas les moyens des stars du cinéma. Aussi, pour faire face au « baby-boom » est lancé le programme : Case Study houses (1945-1966) qui s’adresse plutôt à la Middle Class. Un architecte comme William Krisel lance les tract housing avec leur toit papillon
Les architectes adoptent des formes simples et épurées sans ornementations, avec de poutres et des poteaux Ils veulent faire entrer la lumière . Les espaces de vie sont vastes, rectangulaires, colorés et tournés vers l’extérieur avec leurs murs de fenêtres. Il est fait usage d ‘éléments préfabriqués, du béton,de l’acier, du bois, du verre. Dans cette région où il pleut rarement, les constructions sont ,pour la plupart,en terrasse.

Parmi les architectes de cette mouvance on relève notamment :
Welton Becket 1902-1969 = John Black Lee -1924 = John P.Clark 1905-1991
William F. Cody 1916-1978 =Craig Ellwood 1992-1992 = Albert Frey 1903-1998
Archibald Quincy Jones 1913-1979 = = Pierre Koenig 1920-2004 = William Krisel 1924-2017
Gene Leedy 1928-2018:= Richard Neutra 1892-1970 = = William Pereira 1909-1985
Donald Wexle 1926-2015 = =Emerson S.Williams 1909-2005 =Paul R Williams 1894-1980
=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=

La maison Neutra-Delcourt à Croix (Nord)

J’avais un peu zappé de mouvement architecturale. Mais mon attention a été récemment alertée par la seule construction réalisée en France par l’architecte Richard Neutra. La Maison Neutra est un édifice tout à fait dans la conception décrite ci-dessus que le célèbre architecte américain d’origine autrichienne a réalisé, en 1968, à la demande de Marcel Delcourt.

La Maison Neutra est située à Croix, à quelques centaines de mètres de la Villa Cavrois construite en 1932. Le patron de l’entreprise des Trois suisses l’a habitée jusqu’en 1995. La villa a été inscrite aux Monuments historiques il y a vingt ans

Ces seconds propriétaires Bruno et Brigitte Ernst cherchent depuis quatre à la vendre. Le prix demandé est de deux millions d’euros. On souhaite qu’elle puisse échapper au sort, longtemps incertain, de sa superbe voisine, superbement restaurée. Il est actuellement possible de la visiter en groupe

-john-lautner- Maison à Palm springs
John Black Lee
Richard Neutra
Case study Houses