Perturbations sur la plateforme des blogs « lemonde.fr »

perburbations.1275294399.jpg   

Depuis quelques jours se présentent des difficultés pour consulter le blog http://masmoulin.blog.lemonde.fr/

Et en ce qui me concerne pour le gérer dans de bonnes conditions

Ce n’est pas du au mistral qui souffle fort en ce moment

Ce sont les services techniques de «  lemonde.fr »

Qui procèdent à une ré-indexation générale de la plate forme des blogs.

Je regrette, comme chaque fois, le manque de communication

Vu de mon ordinateur, ici peu performant,

tout semble maintenant fonctionner à peu près correctement

Merci pour votre patience et votre compréhension

masmoulin

Giorgio Morandi – L’abstraction du réel à l’Hôtel des Arts de Toulon

affiche-morandi.1275239751.jpg

L’hôtel des Arts de Toulon depuis une dizaine d’années s’intéresse à la peinture, la sculpture,  la photographie, les installations, l’art vidéo, etc. des années 1950 à nos jours. Cette année, il a choisit de présenter des œuvres du peintre italien

Giorgio Morandi (1890-1964)

Du 5 juin au 26 septembre 2010

dossier de presse téléchargeable

et

vidéo

Voir aussi ma notice biographique


Corrida – Passe de cape – Aquarelle – Essai de rendu de mouvement

Je ne suis absolument pas un aficionado et je n’ai jamais assisté à une corrida. Ma seule expérience en matière de taureaux est une  Course_camarguaise où, on le sait il n’y a pas de mise à mort de l’animal.

On trouve sur la toile un certain nombre de sites consacrés à la tauromachie et à la corrida. Tauromachie.inf Le portail de la TauromachieLe glossaire_de_la_tauromachie  de Wikipédia et aussi « en miroir »celui de academic.ru et également  le site Corrida photo et la chaîne  corrida.tv et aussi des vidéos

J’ai voulu représenter « la passe  de cape» ou de « capote » en espagnol. Il s’agit pour le torero à pied, d’atirer l’animal avec un leurre. Cette épisode intervient dès la sortie du taureau du « toril », afin d’étudier son comportement. 

J’ai essayé de traduire ici « le bougé », les mouvements des deux protagonistes.

corrida-passe-de-cape.1275154689.jpg

Corrida – Passe de cape ©masmoulin  2010 – Aquarelle

Ma nouvelle palette hermétique AMI – pour l’aquarelle ou l’acrylique

Je viens de recevoir de chez Denis Beaux-Arts  la palette modèle n°2 de la marque AMI – Art material International que j’ai commandée

Le modèle n°1 est constitué d’un certain nombre de plateaux amovibles. Sa conception est très intéressante lorsque l’on travaille chez soi, en atelier. Par contre lorsque l’on se déplace à l’extérieur ou que l’on participe à un atelier collectif, l’étalement des différents plateaux devient problématique.

Le modèle n°2 est de conception plus simple.

Il est composé en trois parties

  1. Un plateau creu entouré de vingt alvéoles
  2. Un grand plateau pour les mélanges
  3. Un couvercle hermétique avec joints et clips de fermeture

Les dimensions approximatives sont de 24 cm x 32 cm x 4 cm

Voici les photos des diffèrents éléments de ce modèle. Par ailleurs, je donne ma répartition provisoire des couleurs dans les vingt alvéoles

dscn2704.1275151342.JPG

Palette fermée

dscn2702.1275151469.JPG

Plateau principal avec 20 alvéoles

dscn2703.1275151728.JPG

Plateau de mélange et couvercle

dscn2705.1275151852.JPG

 Légende des couleurs disposées dans les alvéoles

 

Des stages d’aquarelle sont proposés toute l’année et un peu plus en été. Mais pour ceux qui pratiquent la peinture à l’huile ou à l’acrylique . . . qu’existe-t-il ?

 

plein-air-flou.1274980272.jpg

Ambiance de stage de peinture en été

Je viens de recevoir la dernière livraison de « Pratique des Arts », comme à chaque numéro, il y a dans les dernières pages des petites annonces sous la rubrique  » Espace services ». Tout au long de l’année certains artistes font la promotion de leurs cours, ateliers ou stages.

Comme l’on est à l’orée de l’été les encarts promotionnels concernent essentiellement les stages. On trouve plusieurs propositions de stages de dessin, de modèle vivant ou de pastel. Ceux relatifs à la pratique de la peinture à l’huile ou à l’acrylique se comptent sur les doigts d’une seule main.

Par contre on trouve en proportion énormément de stages d’aquarelle. Il y a des artistes dont les noms nous sont familiers, d’autres parfois totalement inconnus, quelques uns venus d’outre-atlantique. Certains stages se déroulent à l’Etranger dans des lieux hautement touristiques. La promotion de certains stages est faite par des hoteliers, propriétaires de domaines qui vantent leur confort, leur cuisine, et la participation de « Maitres ». Il n’est pas dit s’il s’agit comme au 19ème siècle de « Petits Maîtres » ou de grands. En résumé, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses.

C’est tout à fait normal et on sait qu’il y a bien d’autres stages d’organisés en France et ailleurs. C’est du reste souvent le « bouche à oreille » qui est le meilleur vecteur d’information.

Par contre ce qui m’étonne, j’allais dire m’interpelle, c’est cette quasi-absence des autres techniques picturales dans les propositions de stages.

L’on sait très bien que dans les clubs de peintres amateurs ou lors des expostions collectives organisées un peu partout, ce n’est pas l’aquarelle qui est majoritaire, tant s’en faut. C’est la peinture à l’acrylique et à l’huile qui dominent alors pourquoi si peu de stages d’été pour ces médiums ?

Il est certain que l’aquarelle est une technique « vendeuse » en été. L’on est en vacances, disponible, il fait beau, il faut, au départ peu de matériel, un peu de papier, quelques pinceaux et une boite de couleurs. Si on essayait, c »est ludique, c’est un loisir…créatif !

J’ose espèrer que ce n’est pas la raison. En effet, l’aquarelle est une technique difficile. Les personnes qui la pratiquent à longueur d’année n’ont pas toujours un cours permanent  près de chez elles. Et puis c’est l’occasion de rencontrer des artistes réputés, de confronter les « manières » de peindre. Je connais des passionnés qui du reste « enchaînents » plusieurs  stages dans une même année, avec des aquarellistes diffèrents. S’ils y trouvent leur satisfaction et s’il arrive à concilier cela avec le propre style, c’est parfait, mais ce n’est pas si sûr.

Mais ceci ne répond pas à ma question, mais comment les peintres à l’huile et à l’acrylique se forment-ils ?

   

Les Peintres de Marine belges

marine-belge.1274807468.jpg

Je poursuis mon petit voyage autourr des Peintres de la mer qui bénéficient dans leur pays d’un statut particulier.. L’autre semaine, j’ai évoqué les P.O.M. français. Aujourd’hui je vais à  la rencontre de nos amis d’Outre-Quiévrain. Ensuite, il y aura les Etats-Unis, la Grande Bretagne et d’Autres pays à vocation maritime.

L’association Les Peintres de la Marine Belges  rassemble des artistes en activité en Belgique ayant choisi pour thème la mer et la navigation. Ses membres sont tous liés – par profession ou par plaisir – au monde de la mer. Toutes les  techniques et disciplines sont admises, le dessin, l’aquarelle,  la gouache, l’huile ou l’acrylique, l’encre de Chine, le fusain, la sérigraphie. Tous les sujets sont admis,  navires de guerre et cargos, voiliers et bateaux de pêche, petits ports et paysages marins. Tours styles sont représentés, figuratif, abstrait, impressionnisme, hyper réaliste.

L’association des « Peintres de Marine Belges » a été fondée en décembre 1991 à l’initiative de Georges Remi et de quelques autres passionnés. Ils voulaient perpétuer les traditions de la “ Société Belge des Peintres de la Mer ” créée en 1930 par Henri De Vos – Maurice Pauwaert et Louis Royon et dissoute en 1989.

 L’association bénéficie depuis 1998 du parrainage de la Marine belge. Celle-ci  a créé en  2000 le titre de « Peintre officiel de la Marine ».

Ce titre est attribué en fonction de deux critères essentiels : qualité académique et connaissance du milieu maritime. Un jury composé par des Autorités maritimes et académiques reconnues attribue chaque année un titre d’aspirant à l’artiste qui aura satisfait à ces deux exigences.

Après deux périodes probatoires de deux années, l’artiste pourra recevoir le titre de « Peintre officiel de la Marine ». Statutairement, les membres de l’association sont tenus d’exposer leurs oeuvres au moins une fois par année lors de l’exposition annuelle. Voici les liens vers les sites des Peintres de la Marine belges

Yvan BonMichel BrosseauBob De Bruycker  –

  Jean-Yves DelitteMike de Jonge  –  Paul Deck

  René-Marie Dujardin  Michel Dumont Suzanne Fournais

Wim LafèreDirk Lauwers EJean Luyens 

Ronny Moorgat  André Paquet  Georges Remi Jr

Serge RetourFrank Thibaudeau

Gilbert Van den EeckoutFrançoise Van Ré– – Philippe Wauthion

frame-g_r2_c2_f2.1274807763.jpg

John Singer Sargent – Peintre américain -Partie 3- Aquarelliste, paysagiste et toujours portraitiste

col-du-symplon-la-lecon-1911.1274802060.jpg

John Singer Sargent – Le col du Symplon – La leçon – 1911 – Aquarelle

John Singer Sargent (1856-1925) lors de sa longue carrière a peint plus de neuf cent toiles et deux mille aquarelles. Ces oeuvres représentent la campagne anglaise, Venise, le TyrolCorfou, le Moyen-Orient, l’ Afrique du Nord. Sargent peint des bédouins, des gardiens de chèvres et des pêcheurs, des amis et aussi des paysages des monuments, des palais.

Au cours de la dernière décennie de sa vie, il produit de nombreuses aquarelles, dans le Maine, en Floride, et dans l’Ouest américain, représentant la faune, la flore, et les peuples autochtones. Ses aquarelles sont exécutées avec une joyeuse fluidité. Il y peint la famille, les amis, les jardins et les fontaines.

En 1918, comme beaucoup d’autres artistes de son temps, John Singer Sargent a, à la demande du Ministère britannique de l’information,l a illustré de nombreuses « scènes de le Grande Guerre »

Sa première exposition personnelle d’aquarelles Importante une place à la Carfax Gallery de Londres en 1905.  En 1909, il expose quatre-vingt-six aquarelles à New York.

Il existe un ouvrage de Carl Little Watercolors of John Singer-Sargent

On trouve les musées qui possèdent certaines de ses œuvres sur artcyclopedia et la reproduction de nombre de ses œuvres sur the athenaeumMetropolitan Museum of art de New York  et le Museum of fine art de Boston ainsi que sur le site qui lui est dédié the-complete-works ou encore Olga Gallery

Voci quelques paysages à l’huile et surtout des aquarelles de paysages mais souvent avec des personnages. John Singer Sargent, même lorsqu’il change de médium, reste un portraitiste. Et avec l’aquarelle l’on quitte le tableau officiel pour trouver une très grande sponténéïté, une grande fraicheur, comme par exemple avec « the tramp »

capri-1878-huile.1274802216.jpg

John Singer Sargent – Capri – 1878 – Huile sur toile

a-view-from-the-bacino.1274802369.jpg

John Singer Sargent – Vue sur le bassin –

sagent-cottage-a-fairford-gloucestershire-1892-aquarelle.1274805191.jpg

 John Singer Sargent – Cottage fariford Gloucestershire 1892 – Aquarelle

 personnage-au-drap-rouge-aquarelle.1274803936.jpg

John Singer Sargent – homme au drap rouge – 1900 – Aquarelle

a-tremp-aquarelle.1274802719.jpg

John Singer Sargent -The tramp (le clochard) 1904 – Aquarelle

sargent-zuleika-1906-aquarelle.1274803730.jpg

Sargent John Singer – Zuleka – 1906 – Aquarelle

boboli-1907.1274802600.jpg

John Singer Sargent – Statue – Aquarellle

sargent-ponton-palais-venitien-1907.1274804358.jpg

John Singer Sargent – Ponton Venise et du Palais 1907

sergant-corfu-1909-aquarelle.1274803469.jpg

John Singer Sargent – Corfou – 1909 – Aquarelle

 parasol-vert-1910-aqua.1274803087.jpg

John Singer Sargent – Le parasol vert – 1910 – Aquarelle

 sargent-nageur-dans-la-piscine-1917.1274804621.jpg

John Singer Sargent – nageur de Dans la piscine – 1917-Aquarelle

sargent-casamate-1918-aquarelle.1274804827.jpg

John Singer Sargent – Casemate – 1918 – Aquarelle

 sargent-arras-cathedrale-en-ruine-1918-aquarelle.1274805022.jpg

John Singer Sargent – Arras Cathédrale en ruines -1918 – Aquarelle

 on-the-verandah-1921-1922.1274803616.jpg

John Singer Sargent – Veranda – 1921-1922 – Aquarelle

rainy-day-on-the-deck-of-the-yacht-constellation-1924.1274803210.jpg

John Singer Sargent – Jour pluvieux sur le pont du yacht -1924 – Aquarelle

John Singer Sargent – Peintre américain -Partie 2 – Le portraitiste

sargent_carolus_duran-1879.1274718367.jpg

Carolus-Bertran par John Singer Sargent – 1879

John Singer Sargent (1856-1925) est très réputé de son vivant pour son talent de portraitiste. Il est comme son maître un « portraitiste à la mode » 

Il a peint l’académicien Edouard Pailleron et de son épouse, Auguste Rodin, John D. Rockefeller, Robert Louis Stevenson, ou encore des Présidents américains Theodore Roosevelt et Woodrow Wilson et bien d’autres personnages en vue, où des inconnus fortunés.

.Il expose au Salon de Paris, le portrait de Madame Pailleron en 1880 et l’année suivante celui de Madame Ramón Subercaseaux. Il peint ensuite le portrait de  Charlotte Burckhart « The Lady with the Rose » puis celui de Madame Pierre Gautreau « Madame X ». Cette œuvre est jugée à l’époque trop sensuelle (pour un bretelle qui tombait et qu’il rectifia). De nos jours ce protrait est celui qui est le plus apprécié.

 Lest réactions négatives voir virulentes de la critique française et les commandes qui se tarissent l’amène à s’installer à Londres. Cependant, sa peinture y au départ jugée « trop française ».

C’est le portrait de « Mrs Henry White » et l’amitié d’Henry James qui feront démarrer sa carrière en Grande-Bretagne. La Tate Gallery en 1887, lui achète « Camation, Lily, Lily, Rose » .Il sera par la suite membre associé de la Royal Academy. Il peindra aussi des portraits de la famille du marchand d’art Asher Wertheimer qui en a fait don à  la National Gallery

C’est seulement à cette époque qu’il se rend, pour la première fois aux Etats-Unis, à Boston et à New York. Il y rencontre immédiatement le succès. Il réalise le portrait d’Isabella Stewart Gardner et de Madame Adrian Iselin.

Il demande environ 5.000 dollars par portrait. De nos jours le prix serait multiplié par plus de vingt. Il travaille seul et réalise en moyenne 14 portraits par an. On disait alors qu’il était « le Van Dyck de son époque » Voir une cotation chez Sotheby’s

On trouve les musées qui possèdent certaines de ses œuvres sur artcyclopedia et la reproduction de nombre de ses œuvres sur the athenaeumMetropolitan Museum of art de New York  et le Museum of fine art de Boston ainsi que sur le site qui lui est dédié the-complete-works ou encore Olga Gallery

Outre les portraits que l’on trouve en cliquant sur un certain nombre de liens hypertextes repris ci-dessus, voici quelques autres portraits.

rodin.1274719353.jpg

Auguste Rodin par John Singer Sargent

gabriel-faure.1274777177.jpg

Gabriel Fauré par John Singer Sargent

mamame-pailleront-et-edoauard-1881.1274778175.jpg

Edouard et Marie-Louise Pailleron par John Sinfer Sargent – 1881

johnsargentjohndrockefeller.1274719560.jpg

John D. Rockfeller par John Singer Sargent

stevenson-robert-louis-1887.1274719684.jpg

Robert Louis Stevenson par John Singer Sargent

399px-theodore_roosevelt_by_john_singer_sargent_1903.1274720070.jpg

Theodore_Roosevelt par John Singer Sargent

essie-ruby-and-ferdinand-children-of-aster-wertheimer-1902.1274720167.jpg

Essie, Ruby and Ferdinand Children of Aster Wertheimer par John Singer Sargent

the-misses-hunters-1900-1902.1274720357.jpg

The Misses Hunters par John Singer Sargent

 claire-stuart-wortley-fusain.1274730247.jpg

Claire Stuart Wortley par John Singer Sargent – Fusain

fillette-italienne-1878-huile.1274730379.jpg

Fillette italienne par John Singer Sargent – 1878

John Singer Sargent – Peintre américain – Partie 1 – Eléments de biographie

a_portrait_of_john_singer_sargent-par-goldini.1274714673.jpg

John Singer Sargent par Giovanni Boldini

John Singer Sargent (1856-1925) est un peintre américain , fils de Fitz William, un ophtalmologiste de Philadelphie. Ces parents qui ont un pied-à-terre à Paris voyagent beaucoup, et c’est un peu par hasard qu’il naît à Florence.

Sa mère née Mary Singer est une bonne artiste amateur et son père un illustrateur scientifique qualifié. Très vite il dessine des bateaux, de paysages. Il reçoit des leçons d’aquarelle de Carl Welsch, un peintre paysagiste allemand. Il parle couramment le français, l’allemand, l’italien. Il découvre lors de voyages en famille, les grands Maîtres classiques, le Tintoret, Michel-Ange, le Titien.

Il commence sa formation artistique à l’Accademia delle Belle Arti de Florence. Puis de 1874 à 1878 il étudie à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris dans l’atelier de Carolus-Duran  et de Léon Bonnat. Il a un atelier commun avec James Carroll Beckwick. Il est vite l’élève préféré de Carolus-Duran dont il peint le portrait en 1879, à 23 ans. Il visite l’Espagne, se passionne pour la musique et la danse du pays et s’imprègne de la technique de Vélasquez. Il est proche  de Paul Helleu,  Claude Monet ; de Degas, Rodin, James McNeill Whistler ou du compositeur Gabriel Fauré.

C’est d’abord un portraitiste à la mode en France d’abord puis en Angleterre et enfin aux Etats-Unis. On le verra dans la seconde partie de ce dossier.

Par la suite, il peindra beaucoup d’aquarelles. Il me semble que c’est surtout pour ces oeuvres sur papier qu’il est connu en France.

Sargent a aussi dessiné de nombreux croquis et esquisses au fusain les « mugs » il a aussi réalisé des décorations architecturales

Sans être considéré comme un peintre impressionniste il a peint beaucoup dans la campagne anglaise et aussi à Giverny notamment Claude Monet painting at the edge of a wood

Vers la fin de sa vie les modernistes, comme Roger Fry le critique d’art du « Bloomsbury Group » lui reprochent de rester en dehors de mouvements artistiques de l’époque, comme le cubisme, le fauvisme.

Il faudra attendre les années 1960 pour que l’artiste soit à nouveau considéré à sa juste valeur. Andy Warhol en a été un grand admirateur.

Bien qu’il est vécu plus souvent en Europe qu’aux Etats-Unis, il s’est toujours considéré comme américain. Il en a du reste toujours conservé la citoyenneté.

On trouve les musées qui possèdent certaines de ses œuvres sur artcyclopedia et la reproduction de nombre de ses œuvres sur the athenaeumMetropolitan Museum of art de New York  et le Museum of fine art de Boston ainsi que sur le site qui lui est dédié the-complete-works ou encore Olga Gallery et Artnet

Voici quelques vidéos sur ses oeuvres à l’ Huile , sur Venise et une analyse malheureusement en anglais sur Madame X et aussi celle-ci

 

Bram et Geer Van Velde – deux peintres, un nom. Au Musée des Beaux-Arts de Lyon

expo-freres-van-velde.1274548224.jpg

Le musée des Beaux-Arts de Lyon nous révèle ces deux artistes néerlandais restés dans l’ombre de Picasso et de Giacometti. Ce sont frères les Van Velde nés en Hollande mais ayant tous les deux vécu la majeure partie de leur vie en France.

L’aîné c’est Abraham dit Bram (1895-1981) et le cadet Gerardus dit Geer (1898-1977). Ils sont tous les deux autodidactes. C’est Bram qui est le plus connu, bien qu’il ait du attendre les années 1960 pour bénéficier d’une certaine reconnaissance. Pendant toute la seconde guerre mondiale, il n’a peint aucun tableau. Geer a réalisé beaucoup de lithographies, de gouaches et de dessins.

L’exposition analyse et confronte leur peinture. Unis par leur nom et un déracinement qui les a longtemps rapprochés, les frères van Velde sont entrés et ont cheminé « fraternellement » dans l’histoire de l’art du XXe siècle grâce à deux œuvres aussi différentes que caractéristiques. Voir ici une vidéo de CultureBox

Une exposition est également programmée au Museum Belvedere à Amsterdam. Elle se tiendra du 12 novembre 2010 au 13 février 2011.

Les deux frères sont à l’origine influencés par le cubisme. Geer ne s’en écarte jamais totalement. Il demeure proche d’une  composition idéaliste à la manière de Jacques Villon Picasso ou Braque. Bram est plus radical. Il adopte dans une approche gestuelle, le seul triangle dont il adoucit les angles et cesse après la guerre de renvoyer au réel.   Il s’engage alors dans une voie où la peinture s’affranchit de toutes références, perd  ses codes habituels et acquiert une autonomie. Ils peignent ce qui se dérobe à la représentation, ce qui ne peut être peint. Cependant, leurs cheminement s’interpénêtrent. C’est leur ami commun Samuel Becket (1906-1989) qui a été l’un des premiers à confronter la peinture des deux frères.( Peintres de l’empêchement ). Voici quelques exemples des oeuvres des deux frères Van Velde

bram-femme-corse-1930.1274602030.jpg

Bram Van Velde – Femme Corse – 1930

bram-nature-morte-1930.1274602255.jpg

Bram Van Velde – Nature morte – 1930

geer-apparition-1928-1929.1274602151.jpg

Geer Van Velde – Apparition – 1928-1929

geer-palette-et-pinceaux-1932-1935.1274602396.jpg

Geer Van Velde – Palette et pinceaux – 1932-1935

bram-peinture-beckeet-1937.1274602538.jpg

Bram Van Velde – Peinture Beckeet- 1937

geer-mediterannee-1941.1274602793.jpg

Geer Van Velde – Méditérannée – 1941

bram-sans-titre-1946.1274602899.jpg

Bram Van Velde – Sans titre – 1946

geer-composition-1950-1951.1274603090.jpg

Geer Van Velde – Composition – 1950-1951

bram-sans-titre-1959.1274602982.jpg

Bram Van Velde -Sans titre 1959

geer-composition-1958.1274603233.jpg

Geer Van Velde – Composition – 1958

bram-sans-titre-1978.1274603315.jpg

Bram Van Velde – Sans titre – 1978