Les aquarelles glacées de Jean-Paul Limousi

Limousi matos

Outils et produits utilisés par Jean-Paul Limousi

Tous les aquarellistes, au moment d’un accrochage sont confrontés au poids des encadrements vitrés de leurs œuvres. J’ai déjà, à plusieurs reprises, abordé cette question dans plusieurs billets  « présentation des aquarelles sans verre de protection » ou « marouflage 1 » « marouflage 2 » Dans ces procédés l’on utilise un vernis pour protéger l’œuvre sur papier.

Jean-Paul Limousi , membre de la Société bordelaise d’aquarelle, souhaitais s’affranchir de l’encadrement traditionnel et rapprocher la présentation de ses œuvres de celle des peintures à l’huile ou à l’acrylique, notamment lors des expositions multi-techniques.

 Il a depuis adopté la technique du glaçage en utilisant la résine époxyde ( Pascal RosierPébéoEsprit compositeCléopâtreAxson)

Je ne vais pas développer la méthode de Jean-Paul Limousi. Il le fait de façon très claire et instructive dans une série d’articles sur l’aquarelle glacée :

Pourquoi ?Commentmatériels & matériaux utilisésle marouflage

le glaçage 1le glaçage 2

précautions d’emploiapplication pour le papier synthétique

voir aussi Boesner & Sud-Ouest

Exposition en solo – Comment faut-il faire ? Petit vade-mecum

 Préparatifs

1 Trouver un lieu d’exposition  Si le lieu est intéressant il faut généralement postuler longtemps à l’avance. Il faut souvent s’y prendre un an à l’avance. Si la demande est agrée un calendrier sera fixé : Date d’accrochage, dates de l’exposition, date de décrochage et de remise en état. Faire un repérage précis des lieux – s’assurer du mode d’accrochage, cimaises, grilles – estimer le nombre d’œuvres que l’on pourra exposer – un plan est peut-être disponible, sinon il faut en dresser un avec des cotes et indications des ouvertures.

 2  Rapport avec le propriétaire du lieu  Généralement il faut adhérer à un règlement intérieur ou signer un contrat. Il faudra produire une attestation d’assurance Responsabilité civile.  Les endroits gérés par les collectivités locales ou les offices de tourisme, les restaurants sont souvent gratuits.

 3 –  Communication  Les service culturels des communes peuvent apporter leur soutien logistique, mise au point et impression de l’affiche et des cartons de vernissages, parfois mailing. Souvent ils communiquent via leur site internet.

Il est important de prévoir pour la Presse une note de présentation de l’exposition avec le thème retenu. Et quelques éléments biographiques

Il est aussi  intéressant de contacter les sites d’annonces gratuites en ligne comme : AcryomArt-vernissage, Mouvart, Spectable, Agenda culturel, Alerte-évènements, Loisirama

Il faudra aussi circulariser par courriel les amis, les relations, les institutionnels

Enfin, il restera à déposer les affiches chez les commerçants, offices de tourisme, lieux stratégique. Ne pas oublier du ruban adhésif. Préférer celui qui ne nécessite pas de ciseaux.

 4 – Choix des œuvres   Il faut sélectionner les œuvres que l’on va présenter autour du thème que l’on aura choisi. Et bien entendu en dresser la liste

 5 – Encadrement des œuvres  Il est préférable de choisir des cadres et des passe-partout sobres et si possible uniformes. J’ai personnellement choisi  le bois naturel et le papier blanc vergé que je me suis procuré auprès de Denis Beaux Arts qui livre à domicile à des prix très compétitifs.

 6 – Transport des œuvres  Il faut empaqueter les œuvres deux par deux, avec du papier bulle, faces vitrées à l’intérieur, avec une épaisseur de papier bulle entre deux. Pour un format 65 cm x 80 cm il faut prévoir 225 cm en 100 cm de large. Ranger les cadres droits plutôt qu’à plat – caler avec des couvertures de déménageur ( magasins de bricolage)

 7 – Installation  Installer les aquarelles par genre (pour qu’elles se répondent) veuillez le cas échéant à ce qu’elles soient au même niveau. Prévoir des pastilles sur lequel on inscrira le numéro de l’œuvre qui sera identifiée sur la liste. Penser à du fil de fer inoxydable, des crochets, une pince coupante pour parer à toute éventualité.  Se munir d’un tournevis, d’un pince coupante, d’uj cutter et d’une petite échelle. Généralement les œuvres ne sont pas assurées contre les dégradations et le vol.

 8 – Vernissage  Il y a le vernissage entre amis sans façon. Il y a aussi la version avec des officiels, le Maire, les conseillers municipaux, etc. Dans ce cas réfléchir à une petite allocution d’accueil des personnalités.  Très souvent le Service culturel prend en charge tout ou partie du cocktail.

10 – Exposition proprement dite  Prévoir un « Livre d’Or » –  Des cartes de visites – Liste des œuvres en plusieurs exemplaires – Un carnet pour tenir ce compte des visiteurs – et beaucoup de patience

J’espère ne rien avoir oublié !

Quelques trucs et astuces glanés ici ou là

Prendre une  photo d’une œuvre et la retoucher avec Photo filtre

Apprendre la perspective sur Dessin 3 D

Apprendre à dessiner ou à peindre à l’huile ou à l’acrylique mais aussi à l’ aquarelle sur le site de l’ atelier de peinture

Trois vidéos de Joëlle Thirion qui montrent comment

ouvrir des blancs

utiliser la gomme à masquer

réserver des zones sèches

La mise en valeur des aquarelles. Techniques de présentation des Aquarelles sans verre de protection – Watercolors without glass – Acuarelas sin vidrio

Tous les aquarellistes sont confrontés au problème de l’encadrement de leurs aquarelles. Quelques aquarellistes ont essayé de trouver une solution comme par exemple la canadienne Brigitte Charland

Il y a aussi une américaine, Dustan Knight qui peint sur des supports proposés par Ampersandart. Pour réaliser ses watercolors without glass (traduction par Google), elle les protège en les couvrant de Golden gel medium un produit acrylique transparent. Certains artistes se posent la question sur le forum Wetcanvas de savoir si l’on peut encore parler d’aquarelles

=o=o=o=o=o=

Une autre technique est proposée par l’aquarelliste alsacien Fernand Lamy doyen de la Société française d’aquarelle . Il a donnera le 21 juillet 2011 une conférence à la 5ème Biennale de Brioude. Il y présentera les avantages de cette nouvelle technique et fera une démonstration d’un montage sur châssis (marouflage et pose de vernis) Puis montrer la solidité de ce concept il procédera à des lavages, à l’eau, à l’essence et à l’acétone

Il a rédigé un dossier explicatif  de la démarche très précis. On peut télécharger Ici. Il y a aussi un visuel sur son site présenté en six étapes, que Monsieur Lamy a autorisé à reproduire

1Marouflage de l’aquarelle sur un médium rigide, en l’espèce du bois compressé de 3 mm d’épaisseur. On le prendra, laqué blanc sur une face pour permettre de conserver le rendu habituel du passe-partout. Ce produit, en panneau ou à la découpe, est disponibles dans les magasins de bricolage

Phase 2Collage de l’aquarelle sur le support. A l’aide d’une Colle à papier peint renforcée on encolle le verso de l’aquarelle et la face blanche du support

Phase 3Application d’un vernis protecteur. Il faut attendre que le marouflage soit parfaitement sec. On recouvre alors sur le recto de l’aquarelle un vernis en couche épaisse,  à l’aide d’un rouleau en mousse  de 10 cm de large. Il ne faut pas appuyer sur le rouleau et croiser l’application. Monsieur Lamy utilise le vernis Polydiam mat transparent (voir par exemple chezTourde et à la Boutique de la maison)

Phase 4 – Pose d’un châssis en lattes

Au dos de l’aquarelle, sur la partie « bois brut », pour assurer la rigidité de l’ensemble l’on pose un châssis l’aide de quatre lattes. Elles sont assemblées, en biseau, à l’aide d’une colle à prise rapide et maintenues jusqu’au séchage à l’aide de petits étaux ou serre-joints. La dimension des lattes sera fonction de la surface de l’aquarelle. Par exemple 30 mm x 40 mm  pour une aquarelle de 40 cm x 50 cm et 40 mm x 35 mm pour des tailles supérieures

=o=o=o=o=o=

Grâce à cette technique les aquarelles sont protégées de l’humidité, elles sont plus légères à transporter. Elle permet aussi la présentation de grands formats, comme dans cet exemple une marine de 150 cm x 100 cm.

Or, on sait qu’à l’heure actuelle, dans les expositions, les galeries, les musées, la tendance est aux tailles XXL. Il devient alors possible de présenter des œuvres de tailles comparables à celles peintes à l’huile ou à l’acrylique.

Fernand Lamy est convaincu que sa technique est appelée à un avenir prometteur.  C’est une façon de permettre aux aquarellistes de  concourir  à armes égales avec les peintres à l’huile et à l’acrylique.

Le seul risque qui guette cet ingénieux concept, c’est bien entendu l’inertie et les préjugés. Une sorte de bataille des modernes et des anciens, comme souvent face à l’innovation : « On a toujours encadré les aquarelles, pourquoi changer  » – « Le vernis va modifier l’apparence des ouvres » « comment le vernis va-t-il réagir au fil des années ».

Monsieur Lamy a déjà, dans son dossier technique, répondu à la plupart de ces objections. Aussi, j’espère que l’esprit novateur triomphera.

Quelques trucs et astuces dans la pratique de l’aquarelle

atelier-canson.1305994403.jpg

 La marque de papier Canson a créé un site dédié aux artistes l’Atelier Canson. L’une de ses rubriques de la « Tribu des artistes » est consacrée à l’aquarelle. On y trouve entre autre dix textes illustrés qui traitent de questions techniques.

Réaliser un lavis en à plat

 Réaliser un lavis dégradé

Peindre à la brosse sèche

Créer des réserves

Réaliser des auréoles

Réaliser des projections

Alléger les couleurs

Utiliser les crayons aquarellables

Expérimenter différentes textures

Rattraper ses erreurs

 

Utilisation de quelques « outils »et additifs dans une démarche d’aquarelle libre et créative

 pieces-de-quincaillerie.1273294933.jpg

L’autre mardi, au cours, Dominique avait aligné des flacons de médiums pour aquarelle et autres additifs-pour-l’aquarelle. Elle avait aussi rassemblé un tas de petits objets ou de matériaux, des pièces de monnaie, des poinçons, un sac en filet pour les pommes de terre,  des jetons, de la gaze, des peignes, des cartes de crédit, des boulons, et autre quincaillerie, et j’en passe. J’avais déjà rencontré, en théorie, tout cela dans l’Aquarelle Techniques et astuces de Cathy Johnson – Ulisseditions – 1993

Comme additif l’on a essentiellement utilisé outre la bougie et l’encre de Chine,  trois médiums

Le médium de granulation. Il permet donc d’apporter du relief à des zones préalablement lisses. Il se mélange directement aux couleurs, l’intensité de ses effets variera selon la quantité d’eau que l’on y ajoute

Le médium de texture. Grace à ses fines particules il va apporter une impression de profondeur ou de volume à l’aquarelle.

Le médium d’irisation. Il donne un aspect nacré ou givré aux couleurs. Il peut s’appliquer mélangé à l’aquarelle, en lavis, ou pur, par-dessus un fond sec ou au préalablement humidifié.

Winsor & Newton et schmincke  proposent de genre de produits.A l’instar de ceux qui pratiquent l’art avec la récupération des rebuts on peut aussi mettre de côté tout ce qui peut « laisser des traces »

Et voici quelques travaux réalisés au cours de cette séance d’expression libre

abstrait-3.1273295081.jpg

Abstrait I – Irisation © masmoulin

abstrait-2.1273295255.jpg

Abstrait II – Bougie – encre et autres – © masmoulin

abstrait-1.1273295368.jpg

Abstrait III – Texture et encre de Chine © masmoulin

Aquarelles – la pratique – Quelques conseils glanés ici ou là

trucs-aquarelle.1266656324.jpg

Ardoise avec Flycreations

 Voici quelques conseils et observations autour de la pratique de l’aquarelle.

La réalisation d’une aquarelle, comme toute œuvre picturale,  commence avant que  l’on prenne ses pinceaux. C’est vrai lorsque l’on travaille dans l’atelier mais aussi lorsque l’on se trouve sur le motif.

Réfléchir à la composition

Il faut observer d’abord  ce qui se passe dans le sujet choisi : d’où vient la lumière, où sont les ombres.

Ensuite, penser à ce que l’on veut exprimer, faire ressortir, mettre en avant. Quel genre d’atmosphère l’on veut faire ressentir. Quel cheminement dans la future œuvre l’on veut proposer au spectateur. Où va-t-on ménager un « puits de lumière » avec le blanc du papier ou avec une zone plus lumineuse.

Il ne faut pas tout vouloir dire, sauf pour l’hyper-réalisme ou l’aquarelle botaniste.

Faire un  croquis préalable

Un petit croquis sommaire, qui peut être coloré, permet de concrétiser son approche.

La recherche des nuances

Ensuite il faut faire des essais de tons, d’harmonie. Il peut souvent utile de se servir d’un cercle chromatique ou  roue des couleurs.

Il faut encore voir comment réagissent entre elles les couleurs choisies, en provoquant des fusions sur du papier à aquarelle. Il faut utiliser pour ces essais, le même type de papier, le même grammage, sinon les réactions peuvent être différentes lors de l’exécution proprement dite.

L’exécution proprement dite

Voilà, tout est maintenant en place pour commencer : Papier, couleurs disposées sur la palette, pots d’eau, et bien entendu une série de pinceaux.

Et puis ne pas oublier d’avoir toujours à la portée de la main un chiffon propre pour essuyer ses pinceaux.

Il faut aussi nettoyer ses pinceaux à l’eau clair entre chaque intervention, notamment lorsque l’on fait des retraits, que l’on tire des blancs.

Il faut aussi être très attentif au travail de l’eau, pour intervenir à temps, notamment lorsque l’on travaille dans l’humide

L’aquarelle et la règle des contraires

Les contraires à l’aquarelle, qu’il faut alterner ce sont :

Le mouillé et le sec – Le dit et le non dit – Le net et le flou – Le chaud et le froid – L’ombre et la lumière Le clair et le contrasté  – Le proche et le lointain – La masse et le trait – Le positif et le négatif

Remarque

Ces conseils de bonne pratique, c’est ce qu’il faut faire. Mais souvent à tort,  j’oublie, comme tout le monde de les appliquer. Suivant l’adage : « Fait ce que je dis, pas ce que je fais »

Comment faire sécher une aquarelle

decapeur-thermique.1256628673.jpg

Décapeur thermique

 Pour faire sécher une aquarelle, nous avons tous notre  méthode. En voici trois, à chacun de choisir

1 – Le « laisser faire » ou séchage naturel

La façon la plus simple d’attendre que l’air ambiant fasse son œuvre. En été, cela va même  souvent vite. Dans les techniques humides, c’est la solution la plus intéressante. Elle permet au « cycle de l’eau » de se poursuivre jusqu’à la fin.

2 – Le sèche-cheveux

Lorsque l’on travaille en technique « mouillé sur sec » on utilisera le sèche-cheveux après chaque lavis, pour éviter les fusions entre les couleurs. Il faut cependant, faire attention que la puissance du souffle ne disperse pas la couleur.

3 -Le décapeur thermique

Lorsque l’on est très pressé et que le sèche-cheveux n’est pas assez rapide on peut utiliser le décapeur-thermique. Vous savez c’est cet engin que les bricoleurs passent sur les peintures écaillées des portes, fenêtres et volets, avant de peindre à neuf. On trouve cet appareil dans les magasins de bricolages. Certains peuvent être réglés en intensité de chaleur, jusqu’à 600°. Il ne faut pas mettre l’engin trop près de l’aquarelle, sous peine d’avoir des couleurs brulées

http://www.web-libre.org/dossiers/decapeur-thermique,5599.html

Il ne reste plus qu’à choisir ce qui est le plus approprié, suivant les circonstances ou le tempérament de chacun. Pour l’extérieur où il n’y a pas d’électricité, il y a seulement l’air ou encore ce que propose Richard dans son commmentaire.

Et la patience est souvent la meilleure attitude à avoir… souvenez vous de la fable de la tortue..

Comment enlever les taches de gomme à masquer ou drawing gum

anti-adhesif-gibert.1256763384.jpg

Depuis que je peins à l’aquarelle en technique humide je ne me sers plus de gomme ou liquide à masquer, généralement désignée sous le nom anglais de « drawing gum » ou par les initiales G D. Je pense que de toutes façons l’on pas beaucoup d’intérêt à utiliser ce produit. Quand on le retire, une fois l’aquarelle terminée, on découvre une surface blanche, trop blanche et surtout trop franche dans sa forme

Cependant, il peut arriver qu’on soit amené à y recourir, pour un travail déterminé.

Et malheureusement, l’on peut se tacher. Alors comment faire. Quel produit naturel ou chimique utiliser.

La réponse :

Un produit antiadhésif utilisé pour enlever les traces laissées  par les pansements autocollants et les bandes de sparadrap. Le  plus connu est celui de la marque Gilbert  C’est un produit que l’on trouve en pharmacie. Il coute environ 4€

Essayez-le, vous avez de fortes chances que la tache disparaisse.

Taches d’aquarelle sur un vêtement – comment la faire disparaître

taches-aquarelle.1256012791.jpg

Lorsque l’on peint, il est prudent de se protéger avec un tablier ou une blouse. Mais on peut l’oublier. C’est alors qu’apparaissent les taches. Ce petit accident domestique n’est pas irrémédiable.

Voici comment procéder

Pour les taches récentes

Il faut utiliser un linge imbibé d’un mélange d’eau et ammoniaque.

Pour les taches plus anciennes

La tache est sèche. Il faut alors utiliser un linge imbibé d’essence minérale