Devětsil – Billet n° 196

Umělecký Svaz Devětsil Union artistique Devětsil est un groupe d’artistes et d’écrivains socialistes de l’avant-garde tchèque, créé à Prague en 1920 . Il durera 10 ans.

Les fondateurs Karel Teige,Jaroslav Seifert, Vladislav Vančura, Adolf Hoffmeister sont rejoints par Artuš Černík , Josef Fric , Josef Havlicek , Karel Prox , Ivan Suk , Ladislav Suss , Vladimir Stulc , , Karel Vanek , Karel Veselik et Alois Wachsman

Les principaux artistes peintres, proches du réalisme magique et du surréalisme étaient Adolf Hoffmeister, Otakar Mrkvička, František Muzika, Jindřich Štyrský, Marie Čermínová dite Toyen

Une exposition est actuellement consacrée à Devetsil au Musée de Prague. Par ailleurs le Modern Art d’Oxford a publié un ouvrage

Adolf Hoffmeister- Kompozice – 1931
Adolf Hoffmeister – Stínohra – 1930 –
Otakar Mrkvička,
Otakar Mrkvička,
František Muzika,
Frantisek-Muzika-In-memoriam-II-
Frantisek-Muzika-Composition
Jindřich Štyrský
Jindřich Štyrský
Toyen
Toyen


La Société Anonyme, Inc. – Billet n° 195

La Société Anonyme, Inc. est un collectif artistique américain créée en avril 1920 par Katherine Dreier, Man Ray et Marcel Duchamp. Son but était d’organiser des lectures de poèmes, concerts, des expositions d’art contemporain, principalement d’art abstrait. Cette véritable S.A. fonctionna jusqu’en 1928 et fut dissoute en avril 1950.
La collection de plus de mille ouvres rassemblée par la Société Anonyme , inc appartient désormais à la Yale University Art Gallery. Elle recèle notamment des œuvres de Josef Albers , Alexander Archipenko , Alexander Calder , Arthur Dove , Louis Eilshemius , Max Ernst , Paul Gauguin , Arshile Gorky , Wassily Kandinsky , Fernand Léger , Henri Matisse , Roberto Matta , Pablo Picasso , Man Ray , Kurt Schwitters , Joseph Stella et Jacques Villon
Par ailleurs les archives de Katherine Dreier sont conservées à la Beinecke Rare Book and Manuscript Library de l’Université de Yale. Cf. catalogue

En 2006 d’abord au Hammer Museum pour finir en 2013 à Yale University , une exposition itinérante ainsi qu’un livre ont été consacrés à la Société Anonyme Inc

Il gruppo Labronico – Billet n° 194

Il Gruppo Labronico est un groupe de peintres fondé à Livourne et actif depuis juillet 1920 et qui existe encore de nos jours . Au décès de Mario Puccini 1860-1920 ses amis Llewelyn Lloyd , Benvenuto Benvenuti , Giovanni Bartolena , Oscar Ghiglia et Giovanni March se sont réunis à Livourne au Caffè Bardi Ils décident la création d’un groupe d’artistes, dans la continuité des Post-Macchiaioli. Le groupe promeut les arts figuratifs, plastiques et visuels. Il restera toujours à l’écart des mouvements d’avant-garde.

Il a rassemblé notamment , à un moment ou à un autre : Adriano Baracchini Caputi =Eugenio Carraresi=Gino Cipriani =Eugenio Caprini= Ettore Castaldi =Tito Cavagnaro = Goffredo Cognetti =Mario Cocchi = Carlo Domenici =Cafiero Filippelli =Umberto Fioravanti = Giulio Ghelarducci = Paulo Ghiglia= Beppe Guzzi =Lando Landozzi= Ulvi Liegi =Gio Batta Lepori = Giovanni Lomi ,= Giovanni March = Manlio Martinelli = Corrado Michelozzi = Renato Natali = Plinio Nomellini ,= Gastone Razzaguta =Gino Romiti=Ferruccio Rontini = Renuccio Renucci = Luigi Servolini=Cesare Tarrini = Giulio Cesare Vinzio =Alberto Zampieri = Giovanni Zannacchini

Emblème du Gruppo Labronico
Renuccio Renucci – Nord de mer
Giovanni March -Capre-in-monte
Ulvi Liegi- Porta Romania
Puccini – Metalwork
Ferucio Rontini – marché au bétail
Cafiero Filipelli, – Scorcio di Ardenza –
Gruppo Labronico en 2018



Les Ziniars et les Nouveaux à Lyon -Billet n° 193 -B

Les Ziniars est un groupe de peintres créé en 1920 à Lyon et actif jusqu’en 1924. Ce collectif d’artistes comprenait 11 peintres et 1 sculpteur : Adrien Bas = Louis Bouquet = Pierre Combet-Descombes ==Claude Dalbanne, Émile Didier, Marcel Gimond, Jacques Laplace, Paul Leriche Étienne Morillon = Joseph Pognante, =Antonin Ponchon = Jules Roblin == Henri Béraud = Richard Cantinelli = Georges-Albert Tresch. = En 2016, les Ziniars ont fait l’objet d’une rétrospective à la Fondation Renaud. Ils sont à l’origine de la création du Salon du Sud-Est qui existe toujours à l’heure actuelle

Jacques Laplave – Fourvière
Pierre Combet-Descombes – Les arbres
Etienne Morillon – Paysage dromois

En 1930, les Nouveaux prennent la suite. Ils organiseront six expositions. Faisaient partie de ce groupe : Marc Aynard = René Besset = René-Maria Burlet =Henri Vieilly =Pierre Pelloux = Antoine Chartres = Jean-Albert Carlotti = René Chancrin =Jean Couty =Alice Kohn =Charles Machet

René Marie Burlet – Composition
Alice Kohn – Femme dans un intérieur
Jean-Albert Carlotti – bateau et barque



.

Group X – Billet n° 193 – A

Group X qu’il ne faut pas confondre avec The Ten de New York (1897) est un mouvement artistique britannique éphémère créé à Londres en 1920.
Il regroupait d’anciens vorticistes en rupture avec le London Group. A savoir Jessica Dismorr = Frederick Etchells = Cuthbert Hamilton = Wyndham Lewis = William Roberts = Edward Wadsworth, rejoints par Frank Dobson = Charles Ginner = Edward McKnight Kauffer et John Turnbull.
Le groupe n’exposera qu’une seule fois en avril 1920 à la Mansard Gallery. Selon un critique  » la véritable tendance de l’exposition est vers une nouvelle forme de réalisme, développée par des artistes qui sont passés par une phase d’expérimentation abstraite « 

Poster for the Group Xexhibition – 1920
Jessica Dismorr_Abstract Composition
William Roberts – The Cinema 1920
Willems Roberts – – The Diners 1919
Wyndham Lewis – Bagdad
Wyndham Lewis portrait of Edith Sitwell
Edward Wadsworth – Dazzle-ships_in_Drydock_at_Liverpool
Edward-McKnight-Kauffer -affiche Flight Daily Herald
John Turnbull – Air Fight de 1919,
Wyndham Lewis, vétéran des avant-gardes

El muralismo mexicano – Billet n° 192

El muralismo mexicanole muralisme méxicain est un courant artistique des années 1920 essentiellement mexicain. Il est inspiré par la peinture murale précolombienne. Il est porté par les revendications sociales qui ont accompagné la Révolution mexicaine1910-1920. Il s’agissait de créer une identité nationale. Les messages étaient sociaux et politiques. Les fresques devaient être comprises par tout le monde, y compris les analphabètes cf Thèse de Rosa Turgeon « Le muralisme et la reconstruction de l’imaginaire national mexicain »

En 1922 est créé le Sindicato Revolucionario de Obreros Técnicos y Plásticos . Le mouvement est actif des années 1920 à 1950 où il est contesté par la Generacion de la Ruptura

Les muralistes peignent sur toutes sortes de support, notamment le béton. A leur demande, l’ Instituto Politécnico Nacional de Mexico a mis au point la peinture acrylique

Los Tres Grandes, les trois grands peintres, étaient Diego Rivera + , José Clemente Orozco et David Alfaro Siqueiros. Ils ont réalisés des fresques sociales au Mexique mais ont aussi peint aux Etats-Unis, pour des firmes capitalistes. Par exemple America Tropical de Siqueiros

Il y a beaucoup d’autres peintres muralistes comme Gerardo Murillo = Rufino Tamayo = Roberto Monténégro = Federico Cantú =Juan O’Gorman = Pablo O’Higgins = Ernesto Ríos Rocha et aussi Ramóm Alva de la Canal =Fito Best =Jorge González Camarena= Cirilo Almeida Crespo =Amado de la Cueva= Fernando Leal =Manuel Rodríguez Lozano =José Reyes Meza= Fermín Revueltas.

Une exposition a été organisée à Paris au Grand Palais en 2017  » Mexique 1900 – 1950 Diego Rivera, Frida Kahlo, José Clemente Orozco et les avant-gardes

David Alfaro Siqueiros – « Du porfirisme à la Révolution » –
David Alfaro Siqueiros – America tropical
José Clemente Orozco, Destruction de l’ancien ordre -1926
Diego Rivera – Fresque du Palacio Nacional de Mexico
José Clemente Orozco – Cortés y la Malinche
José Clemente Orozco – La Trinidad Revolucionaria



American regionalism-Billet n° 191

American regionalism Régionalisme américain parfois appelé American scene painting, concerne les arts visuels. C’est un courant naturaliste qui s’est développé aux Etats-Unis pendant l’entre-deux-guerres, à partir de la great depression . Les artistes présentent des scènes de genre, situées dans les zones rurales du Midwest et du Sud ds Etats-Unis. Les artistes adoptent un style plutôt conservateur et traditionaliste, en réaction contre le style européen moderne montré par l’ Amory Show en 1913. Ils tentent ainsi, non sans esprit nationaliste ou romantique, de définir un style d’art typiquement américain. Leurs œuvres sont parfois redevables du Réalisme social.

Les grands représentants de cette approche sont : Grant Wood , Thomas Hart Benton et John Steuart Curry.

Ils seront suivis par Norman Rockwell et Andrew Wyeth et aussi John Rogers Cox Marsden Hartley Alexandre Hogue Mattie Lietz John McCrady Dale Nichols Margot Pee t Edna Reindel Sanford Ross William S. Schwartz = Isabel Bishop = Charles Ephraim Burchfield = Marvin Cone = William Gropper = Edward Hopper = Joe Jones = Jack Levine = Martin Lewis = Ben Shahn =Isaac Soyer = Moses Soyer = Raphael Soyer = Hale Woodruff

Grant Wood – American Gothic +
Grant Wood – The Appraisal 1931
Thomas Hart Benton. – Cradling the Wheat (1938),
Thomas Hart Benton.
John Steuart Curry. Tornado
Norman Rockwell – Freedom from Want
Grant Wood – Spring works.
John Steuart Curry- Our-Good-Earth-1942
Barse Miller – Esso,

r

Scottish colourists-Billet n° 190

The scottish colourists Les coloristes écossais est un groupe restreint de peintres postimpressionnistes d’Edimbourg. Il était composé de Francis Cadell , John Duncan Fergusson , Leslie Hunter et Samuel Peploe . Ils sont influencé par les expressionnistes et les fauves français.
Les coloristes écossais étaient internationalement connus au cours de leur vie. Cependant ils sont tombés dans l’oubli à partir des années 1940 Ils ont été redécouverts dans les années 1980 et ont ensuite joué un rôle influent sur le développement de l’art écossais .

J.D. Fergusson -Café-Concert des Ambassadeurs 1907
Leslie Hunter – Kitchen Utensils 1914-
J.-D.-Fergusson – Le-Manteau-Chinois -1909
Francis Cadell, The Vase of Water
Samuel Peploe – Still life
Samuel Peploe – The house in the woods

Edward Hopper – Lanscapes/paysages

La Fondation Beyeler de Bâle, propose une rétrospective du
peintre réaliste américain Edward Hopper (1882-1967)
A new look on lanscape
Elle est consacrée aux paysages naturels et urbains de son pays
peints à l’huile ou à l’aquarelle.
Cette exposition est visible jusqu’au 17 mai 2020

Edward Hopper, Cape Ann Granite, 1928
Edward Hopper Cobbs_Barns_Distant_1930-33
Edward Hopper – Burly_Cobbs_1930-33
Edward Hopper – Railroad_Sunset_1929
Edward Hopper – Lighthouse_Hill_1927
Edward Hopper -Gas_1940
Edward Hopper – Second_Story_Sunlight_1960
Rdward Hopper Road_and_Houses_Truro_1930-33
Edward Hopper – Blackhead, Monhegan – 1916
Edward Hopper Cape Cod Afternoon 1936
Edward Hopper – Corn Hill (Truro, Cape Cod) 1930
Edward Hopper – Road in Maine – 1914
Edward Hopper – Landscape with Tower .
Edward Hopper – Spindleu locust
Edward Hopper – Rain on river
Court métrage de Wim Wenders

Die backstein expressionismus -Billet n° 189

Backstein expressionismus expressionnisme de brique est, dans les années 1920, une variante de l’architecture expressionniste. Elle utilise de préférence la brique, les tuiles ou la brique vitrifiée. Elle s’est développée, avec des variantes régionales , dans les villes importantes d’ Allemagne et aussi en Hollande avec l’École d’Amsterdam. Les façades sont arrondies avec des éléments purement décoratifs et non-fonctionnels comme des pinacles, des sculptures, alors que les architectes du Bauhaus pronaient le dépouillement.

Les principaux architectes de cette tendance étaient Peter Behrens = Dominikus Böhm = Martin Elsaesser= Alfred Fischer= Josef Franke = Fritz Höger=Michel de Klerk = Edmund Körner = Max Krusemark = Wilhelm Kreis =Paul Mebes = Hans Poelzig = Wilhelm Riphahn = Fritz Schumacher = Theodor Veil

Dès le Moyen-âge la brique est utilisée dans l’Europe du Nord. D’autre part, pour les immeubles industriels ou publics , les maisons particulières, de la Métropole lilloise on a , très largement utilisé la brique, comme à Roubaix

Hamburg Holthusenbad
Gare d’Oberhausen
Hans Poelzig – Goethe_University_Frankfurt_
Max_Krusemark – Hamm_Geschaeftshaus_Lommel_1927_
Hans-Sachs -Haus, Gelsenkirchen
Heilig-Kreuz-Kirche
galeries Leonhard Tietz à Wuppertal
Rathaus_oberhausen
Stadtbildstelle_Presseamt_Essen
Wilhelm Kreis, – Tonhalle Düsseldorf
La brique un jalon dans l’architecture

Juliette Jouannais : un tout de nature.

C’est un article récent du journal Le Monde qui a attiré mon attention sur la peintre et sculptrice Juliette Jouannais. Née en 1953 elle est diplômée de l ’Ensba de Paris. Elle est l’une des artistes de la Galerie Exit Art Contemporain.   Elle expose actuellement et jusqu’au 1er mars 2020 à la Fondation Fernet-Branca à Saint-Louis dans le Haut-Rhin.
Son œuvre peinte a beaucoup à voir avec la sculpture.
Elle s’exprime et elle nous montre dans les vidéos ci-dessous :


Voici quelques unes de peinture, souvent à base de gouache sur papier découpé

Juliette Jouannais.
Juliette Jouannais
Juliette Jouannais
Juliette Jouannais
Juliette Jouannais

The precisionnism-Billet n° 188

The Precisionismprécisionnisme est le premier mouvement moderniste d’origine typiquement U.S. apparu en 1920. Il est toutefois influencé par le Cubisme orphique et le Futurisme.

Il s’agit de peindre de façon souvent figurative, dans des formes géométriques. Les paysages industriels et urbains, avec des cheminées d’usines, des bâtiments, des châteaux d’eau, des silos, peuvent être très réalistes. Ils représentent aussi des machines et des installations industrielles. Généralement, les toiles sont vides de personnages.

Le mouvement, qui ne constituait pas un groupe, dura jusqu’en 1930. Il ne s’est pas propagé au-delà de l’Amérique, sauf chez l’australien Jeffey Smart . Le terme de precisionism aurait été proposé par Charles Sheeler.

Ce petit groupe rassemblait George Ault =Ralston Crawford = Charles Demuth = Preston Dickinson = Elsie Driggs = Gerald Murphy = Georgia O’Keeffe = Charles Sheeler = Niles Spencer =Joseph Stella

D’autres artistes étaient associés au mouvement précisionniste : Dale Nichols , Millard Sheets , Virginia Berresford , Henry Billings , Peter Blume , Stefan Hirsch , Edmund Lewandowski , John Storrs , Miklos Suba , Sandor Bernath, Herman Trunk , Arnold Wiltz , Clarence Holbrook Carter , Edgar Corbridge et les photographes Paul Strand et Lewis Hine

Davis_Stuart -Lucky Strike 1921
Charles Demuth – Chimney and Water Tower 1931
Charles;Demuth -Incense of a New Church_1921
John Stoor ?- Head – 1920
Joseph_Stella – Brooklyn_Bridge
Morton_Livingston_Schamberg_-Telephone(1916)
Charles Sheeler – Skyscrapers_ 1922
Paul_Strand – Wall_Street – 1915
Charles Demuth – _figure 5 gold
Davis Stuard – Steeple street

Claire Bretécher †, autrice de bandes dessinées humoristiques

Claire Bretécher 1940-2020, créatrice d’Agrippine , des « Frustrés » ou encore de « Cellulite » est décédée. Elle a longtemps été une pionnière dans le monde du 9ème art dominé par les hommes. A Angoulème, elle a obtenu, en 1982, le Grand Prix du Festival de la BD. Elle débute sa carrière dans le Groupe Bayard puis elle dessine dans Pilote Elle a créé avec Marcel Gotlib et Nikita Mandryka l’Écho des Savanes. et la page hebdomadaire dans le Nuuvel Obs de 1973 à 2009
Claire Bretécher aimait croquer ses contemporains, avec un crayon et une plume féroce. Les copines quadra, les ado rebelles, les épouses éplorées… sont toutes passées par les bulles et les cases de l’autrice. Roland Barthes disait d’elle en 1976 quelle était « le meilleur sociologue de l’année » Voir un hommage en 2015. En 1983 elle avait épousé le constitutionnaliste Guy Carcassonne
Une exposition lui avait été consacrée à la Bibliothèque du Centre Pompidou en 2015-2016

Arte met en ligne gratuitement 26 vidéos consacrées à Agrippine disponibles jusqu’au 15 mai 2020

Claire Brétécher – Agrippine
Claire Bretécher – Les frustrés

Beaver Hall Group – Billet n° 187

Beaver Hall Group ou Groupe de Beaver Hall est un regroupement d’artistes canadiens, fondé à Montréal en 1920. Il est dissous en 1923, faute d’argent, après avoir organisé quatre expositions. C’est le premier groupement qui au Canada rassemble des artistes des deux sexes. Leur primauté est l’expression individuelle. Les artistes sont des portraitistes et des paysagistes orienté vers la modernité. Le nom du groupe correspond au nom de la rue où ils avaient leur atelier.

Parmi les artistes il y avait les femmes Nora Collyer = Emily Coonan = Prudence Heward = Mabel Lockerby = Mabel May = Kathleen Morris = Lilias Torrance Newton =Sarah Robertson = Anne Savage = Ethel Seath. Regina Seiden Ethel Seath, Kathleen Morris

et les hommes : Randolph Stanley Hewton , Edwin Holgate AY Jackson Adrien Hébert Henri Hébert= John Y. Johnstone, Hal Ross Perrigard, Robert W. Pilot, Adam Sherriff Scott, André Biéler, Albert H. Robinson.
Le groupe était totalement oublié des canadiens. Heureusement, une grande exposition a été organisée par le Musée des Beaux Arts de Montréal en 2015-2016 : « La couleur du Jazz – Vivez la modernité des années 1920 à Montréal avec le Groupe de Beaver Hall« 

Orudence Heward -Au théâtre
_Kathleen_Morris – Côte du Beaver Hall_-
Lilias_Torrance_Newton -Jack_May
Sarah_Robertson -Le traîneau bleu
Mabel-May- View Studio from University-Street-Montreal-
Randolph-Hewton-Woman-in-an-Interior
Regina Seiden, Dora
Sarah Robertson, – Old Fort, Sulpician Seminary
A propos de Prudence Heward dite Pru

L’école de Paris 2/2 – Billet n° 186

Voici une liste d’artistes, surtout étrangers, beaucoup se sont installés à Paris entre 1920 et 1940. Quelques uns avant 1914 et quelques autres après la seconde guerre mondiale. On les regroupe sous le vocable trompeur d’École de Paris. Cette cohorte hétéroclite recouvre des pratiques picturales très différentes. En effet, il n’y a jamais eu d’organisation ou de structure artistique à ce nom école de Paris. Beaucoup étaient des juifs de l’Europe de l’Est, notamment de Russie, de Pologne. Ils furent nombreux à périre dans les camps de concentration nazis.

Il y a un certain nombre de ces artistes qui sont célèbres. Certains sont arrivés avant 1914 comme Juan Gris, Marc Chagall, Pablo Picasso, Pinchus Kremegne, , Pascin, Amadeo Modigliani, Kees van Dongen, Moïse Kisling, Alexander Archipenko, Joseph Csaky, Ossip Zadkine, Tsugouharu Foujita, Francis Picabia, Marevna Vorobieff, Isaac Païles, Constantin Brancusi , Louis Marcousis, Jacques Lipchitz , Maurice Utrillo , Piet Mondrian ,Jacques Villon = .Beaucoup s’installent entre 1920 à 1940 Henri Epstein , Jacques Chapiro ,Wassily Kandinsky, Joan Miro , Serge Charchoune, Hans Hartung, André Lanskoy , Emmanuel Mané-Katz, Serge Poliakoff , Chaïm Soutine , Sigmund Menkès, Michel Kikoïne, Simon Mondzain, Joachim Weingart, Victor Vasarely , Simon Glatzer= Maurice Estève, Jean-Francis Laglenne, Jules Pascin , Abraham Mintchine. Jean Metzinger , Pierre Tal Coat, Maria Helena Vieira da Silva = Jean Bertholle Et dans l’Après-guerre, on parle de Nouvelle école de Paris, il y a Karel Appel, Corneille, Antoni Clavé, Peter Klasen, Nicolas de Staël, Zao Wou-Ki, Jean Bazaine, Charles Lapicque, Jean Le Moal, Alfred ManessierRobert Helman, Sergio de Castro, Xavier Oriach

Beaucoup d’autres artistes sont considérés comme appartenant à ladite école de Paris
Alfred Aberdam =Michel Adlen =Alexandre Altmann =lexis Arapoff = Isaac Antcher =Armand Assus =Salomon Assus =David Azuz Alexandre Altmann =Gérard Altmann =Maurice Asselin = Moses Bagel = Reszo Balint = Max Band =Toshio Bando = =Henryk Berlewi = Aron Haber Beron =Bärbel Bohey =Benn =Maurice Blond =André Blondel =Arbit Blatas =Joseph Alfred Bellet du Poisat =Albert Benaroya = Walter Bondy =Francisco Bores =Abram Brazer = = Rodolphe Caillaux Federico Cantú =Georges Capon =Esther Carp==Youla Chapoval =Jean Cluseau-Lanauve=Tal Coat=Luigi Corbellini =Béla Czobel =Hermine David = Aaron Dejez =Isaac Dobrinsky =Marcel Dyf = François Eberl =Eugène Ebiche =Willy Eisenschitz= =Alexandre Fasini =Aizik Feder= Adolf Fényes =André Fougeron = Yitzhak Frenkel =Boris Frenkel =Alexandre Frenel = Otto Freundlich = Alexandre Garbell=David Garfinkiel = Léon Gischia= Albert Gleizes =Georges Goldkorn =Samuel Granowsky =Nathan Grunsweigh =Robert Guénine =Léopold Gottlieb =Nahum Gutman =Pierre Grimm =Jacques Hara =Heinrich Hirt = Marthe Hirt =Paul Hirt =Alice Halicka = Henri Hayden =Alexandre Heimovits =Philippe Hosiasson =Shimshon Holzman =Antoine Irisse =Nicolas Issaie =Jacques Kotko = =Alexis Kalaeff =Raymond Kanelba =Georges Kars = =Jesekiel David Kirszenbau ==Alain Kleinmann = Ernst Korner =Isis Kischka = Ismak Kogan =Arthur Kolnik =Sigismond Kolos-Vary =Chana Kowalska =Nathalie Kraemer =Roman Kramsztyk =Menahem Krif =Celso Lagar= Zygmunt Landau = Lucien Lautrec =Léopold-Lévy =Rudolf Levy = =Robert Lotiron =Ossip Lubitch=Jacob Macznik =Tadeusz Makowski=Jerzy Merkel= Jacob Markiel ==Maurice Mendjizki =Grégoire Michonz =Adolphe Milich = Mela Muter= =Édouard Moyse =Vladimir Naïditch =Maxa Nordau=Moritz-Daniel Oppenheim = Józef Pankiewicz = =Leonid Pasternak =Robert Pikelny=,=Joseph Pressmane =Élie Anatole Pavil = Lutka Pink = Isaac Perlmutter =Oscar Rabin = Sam Ringer=Isaachar Ryback=Sam Ringer =Jacinto Salvado =Hugo Scheiber =Savely Schleifer=Zygmund Schreter =Walter Spitzer = Nat Mayer Shapiro =Pinchas Shaar =Edgar Stoebel =Lasar Segall=Simon Segal = David Seifert = Gustave Singier =Marcel Slodki =Simeon Solomon = =Marc Sterling=Marek Szwarc=Kostia Terechkovitch =René Thomsen =Théo Tobiasse =Mark Tochilkin =Yigal Tumarkin == Marcel Vertes =André Villeboeuf =Lazare Volovick=Charles Walch, =Elemer Vagh Weinmann = =Abraham Weinbaum =Léon Weissberg= Charles-André Wolf =Jacques Yankel =Léon Zack =Faïbich-Schraga Zarfin=Eugène Zak =Gabriel Zendel = Alexandre Zinoview

A voir : Villa La Fleur– L’École de Paris à Konstancin (Pologne) = Les russes de la première école de Paris = école de Paris.org de Nadine Nieszawer, spécialiste des peintres juifs de l’École de Paris.

L’école de Paris 1/2 – Billet n° 185

L’école de Paris School of Paris 1900-1950 n’est pas une école. Ce n’est pas non plus un mouvement artistique, ni une institution constituée. C’est plutôt une appellation , comme l’on dit dans le secteur vinicole. C’est au journaliste André Warnod que l’on doit le nom.

Des innovations majeures ont eu lieu à la fin du 19 ème siècle en France comme l’ impressionnisme et le post-impressionnisme. Paris dans les années 1910-1940 aimante les artistes du monde entier. Certaines transformations de l’art moderne y sont lancées, notamment le fauvisme , le cubisme , l’art abstrait et le surréalisme .

Certains artistes sont français mais beaucoup sont des étrangers venus notamment de l’Est européen et aussi d’outre-Atlantique. Ils s’installent à Montparnasse, le quartier des artistes On les appelle les Montparnos Ils se retrouve dans les nombreux cafés. Pour ne pas alourdir le billet, je vais donner la liste des artistes dans un second billet.

La primauté de Paris se termine peu après le fin de la seconde guerre mondiale. C’est alors New-York qui prend le leadership en matière d’art. Mais cela, n’a pas grande chose à voir avec l’Art.

La CIA -Central Intelligence, à fin des années 1950, a financé et utilisé l‘art moderne américain, comme arme dans la guerre froide . On verra à ce sujet dans The independant l’article de Frances Stonor Saunders historienne et journaliste britannique intitulé « Modern art was CIA weapon » ainsi que le livre qu’elle a publié en 1999 Who Paid the Piper?: CIA and the Cultural Cold War. La CIA était épaulée par le marchand de tableau Leo Castelli et par le Congress for Cultural Freedom – CCF

Le Bauhaus – billet n°184

Le Bauhaus ce n’est pas un mouvement artistique mais l’école architecture et d’arts appliqués. Elle a été fondée en 1919 à Weimar par Walter Gropius sous le nom de Staatliches Bauhaus 1919-1933. On y enseigne l’architecture et le design, la photographie, le costume et la danse Elle pose les bases de la réflexion sur l’architecture moderne, et notamment du style international.

Le «State Bauhaus» a été conçu par Walter Gropius comme un groupe de travail réunissant sans distinction les artistes et les artisans. Le Bauhaus était un lieu de création et d’apprentissage pluridisciplinaire où professeurs et étudiants partageaient un même esprit communautaire. Ainsi existaient un atelier de métal, mais aussi de plexiglas, un autre de poterie, ou encore un atelier de menuiserie et de meubles, un autre de textile, et aussi de verre et peinture murale et enfin un atelier de théâtre.

Les idées étaient proches de celles du Werkbund allemand et en partie du mouvement britannique Arts and crafts. Il est d’abord installé en 1919 à Weimar, puis en 1925 à Dessau, puis à peine installé à Berlin en 1933 le régime nazi le contraint à cesser son activité. Mais son influence internationale demeure en design ou en architecture

Parmi les artistes professeurs il y avait Walter Gropius, le fondateur et de nombreux artistes venus d’Europe et d’ailleurs :
Vassily Kandinsky, Paul Klee,Anni Albers, Josef Albers, Herbert Bayer, Marianne Brandt, Marcel Breuer, Christian Dell, Lyonel Feininger, Ludwig Hilberseimer, Johannes Itten, Ernst Kallai, Gerhard Marcks, László Moholy-Nagy,Georg Muche,Walter Peterhans,Lilly Reich,Oskar Schlemmer,Joost Schmidt, Lothar Schreyer, Gunta Stölzl, et souvent oublié Henry Van de Velde

Et parmi les élèves : Max Bill = Theodor Bogler = Kattina Both = Friedl Dicker-Brandeis = Andreas Feininger = Albert Flocon = Jacques Germain= Dörte Helm = Hans Kessler = Jean Leppien = Richard Oelze = Henri Pfeiffer = Élisabeth Ronget = Ré Soupault = Otto Umbehr = Wilhelm Wagenfeld

Il y avait aussi les filles du Bauhaus, professeurs, artistes ou élèves, souvent les épouses. Elles étaient aussi nombreuses que les garçons. Mais l’histoire les a occultées. Voici quelques noms Gunta Stölzl, Gertrud Grunow, Margarete Willers, Lucia Moholy, Ise Gropius, Kattina Both . Voir « les femmes du Bauhaus sur Crap« . Une exposition leur a été consacrée par le Zeppelin Museum
A consulter les sites Archive chez.com = Contemporain.com = numero.com = Bauhaus infos = Bauhaus 100 =

Bauhaus – Logo
Bauhaus – Chaise Breyer
Bruno Fioretti Marquez – Maisons à Dessau
Marcel Breuer – Station de ski de Flaine
William-Lescaze -High-Cross-HouDartington-Hall-School-Devon-1932–
La lampe WG25 de Wilhelm Wagenfeld
La théière de Marianne Brandt
Walter Gropius – Le fauteuil F51
Anni Albers – tapis
Josef Albers – Les tables gigognes
Peter Keler – Berceau
Bauhaus – Gunta Stölzl et 12 hommes. Où sont les autres filles ?
Jonatha Itten – Composition
Paul Klee – Composition
Wassily_Kandinsky – Esquisse_pour_autour_du_cercle)

William Kentridge – un poème qui n’est pas le notre . Au Lam jusqu’au 5 juillet 2020

Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut – Lam propose une rétrospective consacrée à l’artiste sud-africain William Kentridge
Jusqu’au 5 juillet 2020

William Kentridge est fils de Sidney Kentridge et de Felicia Geffen, tous deux acovats et militants anti-apartheid. C’est son père qui défendit Nelson Mandela lors du Procès de la Trahison en 1956 et 1961.

Très jeune il fut donc confronté au régime impitoyable de l’apartheid fait d’injustice, de violence, d’assassinats. Il s’intéresse aussi au rôle, oublié, des africains pendant la Première Guerre mondiale.

William Kentridge, dessinateur et touche-à-tout de génie, explore avec une grande aisance tous les médiums : gravure, sculpture, tapisserie, film d’animation, performance et installation vidéo.

L’artiste a suivi les cours de l’école internationale de Théâtre Jacques Lecoq. Son intérêt pour le théâtre lui a permis d’établir des passerelles entre les arts plastiques, le cinéma et les arts du spectacle, faisant de lui un virtuose de la mise en scène et de l’image en mouvement. Son œuvre, foisonnante et spectaculaire, plonge le spectateur dans des ambiances sonores et visuelles d’une grande force plastique et souvent ironiques ou poétiques. Parmi ses influences, notamment dans ses films d’animation



L’artiste a participé à organisation et à l’installation de l’exposition et il était présent lors du vernissage. Des rétrospectives ont été organisées au MoMa, au MET de New York, au Reina Sofia de Madrid ou encore au Zeitz MOCAA du Cap. Cette exposition est
la plus importante qui lui ait été consacrée en France.

Rome – Triumps and laments
Ubu_and_the_Truth_Commission

Hallischen Künstlergruppe – Billet n° 183

Hallischen Künstlergruppe – « groupe des artistes de Halle » est un groupe d’artistes fondé en 1919 à Halle par l’architecte Martin Knauthe le peintre Karl Völker les sculpteurs Richard Horn et Paul Horn. Ce groupe est dominé par les idées de la Révolution allemande de 1918. Mais l’avénement de la République de Weimar a très vite eu raison de ce groupe Prolaitaire-révolutionnaire.

Martin Knauthe
Karl Völker – Industrie
Richard Horn – Rue sans fin à Halle
Karl Volker – Rail

Die Darmstädter sezession – Billet n° 182

Darmstädter Sezession -La Sécession de Darmstadt est une association d’artistes réformistes fondée en 1919 par 21 personnes de Darmstadt dont les peintres Max Beckmann et Ludwig Meidner et le sculpteur Well Habicht. Ils étaient en butte contre la bourgeoisie et souhaitaient acquérir la reconnaissance au-delà du Land de Hesse. Le groupe était non seulement ouvert aux artistes visuels, mais comptait également, dans ses rangs, des auteurs, des musiciens et des scientifiques.

Le groupe a été dissous à l’arrivée des nazis en 1933. Il s’est reconstitué en 1945. Il a célébré en Août, de cette année, son centenaire. On peut voir les photos de Christoph Rau qui mettent en valeur la richesse culturelle de la ville

Parmi les membres d’origine ou qui ont rejoint il y avait August Babberger = Max Beckmann = Bernhard Hoetger = Ludwig Meidner =Karl Albiker = Horst Antes =Heinz Battke = Willi Baumeister = Jacob Best = Adolf Bode =Heinrich Campendonk = Michael Croissant =Reinhold Ewald =Willem Grimm = Georg Heck = Bernhard Jäger =Rolf Kissel = Paul Kleinschmidt = Günther Knipp =Karl Kunz =Ferdinand Lammeyer =Wilhelm Loth =Erich Martin =Georg Meistermann =Erna Pinner =Otto Ritschl =Emy Roeder =Renate Sautermeister = Johannes Schreiter =Otto Steinert =Fred Thieler =Richard Martin Werner =Gerhard Wittner = Fritz Wotruba

Et, en cliquant, l’on peut connaitre la liste des membres actuels de ce groupe.

La première exposition « Deutscher Expressionismus« in Darmstadt, 10. Juni 1920« , d’une importance nationale, a accueilli des expressionnistes, des dadaïstes, des cubistes, des futuristes, des constructivistes et des représentants de la nouvelle objectivité. Il y avait notamment Otto Dix, Alexej von Jawlensky , Wassily Kandinsky , Kurt Schwitters, Ewald Dülberg , Reinhold Ewald , Carl Gunschmann , Herman Keil.

Il y a eu aussi en 1923 la « Deutsche Kunst Darmstadt » et en 1929 « Mensch in der neuen Kunst ». des expositions importantes mais qui choquèrent certains publics.

Duelberg-Arnheim
Kurt Schwitter -Collages
Wassily Kandisnky – Abstraction au point rouge
Renhold Ewald – Lido
Ludwig Meidner – Schrei vor Tag
Kay Heinrich Nebel – Mythologie
George Heck
Alexei-Jawlensky–Man-of-Sorrows
Max Beckmann – Family
Otto Dix – Rue de Prague
Ewald_Dulberg_Les_Vierges folles

The Seven and Five Society -Billet n° 181

The Seven and Five Society est un mouvement artistique fondé en 1919 par 7 peintres et 5 sculpteurs londoniens sous l’impulsion d’Ivon Hitchen . Ils étaient déçus par le London group qu’ils jugeaient dominé par les ami(e)s de Virginia Woolf . Le but principal était l’organisation d’expositions. Chaque membre était libre d’ avoir ses propres théories sur l’art et le groupe n’en édictait aucune.

Avec l’arrivée en 1924 de Ben Nicholson le mouvement, assez conservateur, s’oriente vers l’abstraction. Le groupe a joué un rôle important, en encourageant le développement de l‘art abstrait en Grande-Bretagne

Le groupe a rassemblé à l’origine ou au cours de l’existence du groupe: Ivon Hitchen, Ben Nicholson , Barbara Hepworth,, , Jessica Dismorr = Claude Flight = Frances Hodgkins = Sidney Hunt = David Jones = Len Lye = Henry Moore =Cedric Morris = John Piper =Cecil Stephenson =Christopher Wood = John Aldrige = Edward Bawden = Cedric MorrisLeon Undewood = Alfred Wallis, William Staite Murray

En 1935 le groupe tient sa 14ème et dernière exposition, entièrement abstraite, à la Zwemmer Gallery. Le groupe se transforme en « Seven and Five Abstract Group« . Cela entraine, le départ de John Aldrige = Edward Bawden = Cedric Morris Eric Ravilious qui créent l’ East Anglian School of Painting and Drawing.

Ivon-Hitchens- – Flowers-Red-and-Gold
Frances-Hodgkins – nature morte
Cecil Stephenson Canon
John Piper -Abstract composition
Jessica Dismoor – Abstract composition – 1915
Sydney Hunt -Untitle
Ben Nicholson – Composition
Henry-Moore-Suckling-Child-1930
Claude Fligh – Speed – 1920

Jessica Dismoor -Pallant House Gallery
Len lie – Film d’animation abstrait – 1936


Die Dresdner Sezession Gruppe 1919 – Billet n° 180

Die Dresdner Sezession Gruppe 1919 La Secession de Dresde est un un groupe d’expressionnistes fondé à Dresde en 1919. Il est actif jusqu’en 1924. Les principes principaux sont: vérité – fraternité – art. » L’intégration de nouveaux membres est décidée à l’unanimité. Par ailleurs, ils n’étaient pas autorisés à appartenir à un autre groupe d’artistes dresdois.
Il a été fondé par Peter August Böckstiegel, Otto Dix, Conrad Felixmüller, Wilhelm Heckrott, Constantin von Mitschke-Collande, Otto Schubert, Lasar Segall et Hugo Zehder. Ils ont été rejoints par Otto Lange , Peter August Böckstiegel, Gela Forster ,Walter Jacob , Christoph Voll , Eugen Hoffmann et Ludwig Godenschweg
Heinrich Barcinski = Heinrich Burkhardt = Pol (Paul Ernst Karl) Cassel = Gela Forster = Otto Griebel = = Eugen Hoffmann = Walter Jacob = Arthur Kaufmann = Oskar Kokoschka = Otto Krischer = Otto Lange = Elfriede Lohse-Wächtler = Hans Meyboden = Christoph Voll = Gert Wollheim
Deux jeunes artistes Pol Cassel et Otto Griebel qui ne sont pas membres, sont des proches de la Sezession.
Le groupe organise ou participe à de nombreuses expositions à Dresde, Berlin, Prague.
Cette année 2019, pour le centenaire du groupe, une exposition a été organisée, à la Städtische Gelerie Dresden

Constantin von Mitschke-Collande – Mütter. Holzschnitt , 1920.
Otto Dix – autoportrait ?
Otto Dix, Storm Troops Advance under Gas Attack (1924)
Otto-Lange-Junge-mit-Katzen
Otto Dix– Pragerstrasse 1920
Lasar Segal – Autoportrait

Le groupe Unovis–n° 179 B

Unovis est un groupe éphémère mais influent d’artistes russes. Il a été créé en 1919 par Kazimir Malevich à l’École d’art de Vitebsk (Biélorussie), fondée par Marc Chagall. Le groupe a été dissous en 1923.
D’abord appelé Molposnovis le groupe change de nom en 1920 pour devenir ‘Unovis – Utverditeli Novovo Iskusstva » Il peut se traduire par les champions du Nouvel Art. Le groupe est inspiré par les idées suprématistes chères à Kasimir Malevich, qui sont partie prenante dans le régime issu de la Révolution de 1917. Il explore et développe des nouvelles théories et de nouveaux concepts dans l’Art. Le mouvement s’intéresse aux arts visuels, aux éléments de décoration, à la chorégraphie mais aussi à l’urbanisme et à l’architecture.

Parmi les membres du groupe il y a : El Lissitzky , Lazar Khidekel , Nikolai Suetin , Ilia Chashnik , Vera Ermolaeva , Anna Kagan, Lev Yudin David Iakerson, Iouri Pen , Alexander Romm.

Choice, une agence de l’Union Européenne s’est récemment chargé de faire connaitre dans la ville qui a l’a vu naître, le patrimoine historique et culturel de l’Unovis. Et une importante exposition a été organisée en 2018 au Centre Pompidou

El Lissitzky. Abattez les Blancs avec le coin rouge
El Lissitzky, « Proun 1D » (ca. 1919).
Nikolaï Souiétine, Vitebsk. Wagon avec le signet UNOVIS, 1920
<kounine l’art de la commune-
Mikhaïl Veksler. Composition, 1921-1922
Marc Chagall, « Au-dessus de Vitebsk

Das Junge Rheinland- Billet n° 179 -A

Das Junge Rheinland , Jeune Rhénanie ou encore Young Rhineland était une association d’artistes avant-gardistes de gauche créée en février 1919 à Düsseldorf par Arthur Kaufmann et Adolf Uzarski ainsi que le poète Herbert Eulenberg . C’est Walter Cohen qui a donné le nom de ce groupe.

Son but principal était de représenter les intérêts communs des jeunes artistes rhénans et organiser des expositions. En effet, les artistes rhénans n’avaient pas pu exposer à la Grosse Berliner Kunstausstellung

La «Jeune Rhénanie» comprenait Otto Dix , Joseph Enseling , Max Ernst , Hans Füsser , Ernst Gottschalk , Adolf de Haer , Werner Heuser , Richard Schwarzkopf , Ludwig ten Hompel , Peter Janssen , Curt Lahs , Ulrich Leman , Otto Pankok , Jean Paul Schmitz , Werner Schramm et Mathias Barz , Bernhard Gobiet , Theo Champion , Heinz May , Carlo Mense , Walter Ophey , Hans Rilke , Else Sehrig-Vehling ,Otto et Karli Sohn-Rethel , Lorenz Bösken , Otto von Wätjen , Karl Schwesig , Harriet Ellen Siderovna von Rathlef-Keilmann , Carl Lauterbach , Arno Breker , Reinhold Ewald et Gert Heinrich Wollheim .
A l’avénement du nazisme, en 1933, le groupe du cesser son activité.

Pour le centenaire de Das Junge Rheinland le Kunst Palast de Dusseldorf a organisé une exposition intitulée « Zu schön, um wahr zu sein » que l’on traduit par « Trop beau p