L’école de Paris 2/2 – Billet n° 186

Voici une liste d’artistes, surtout étrangers, beaucoup se sont installés à Paris entre 1920 et 1940. Quelques uns avant 1914 et quelques autres après la seconde guerre mondiale. On les regroupe sous le vocable trompeur d’École de Paris. Cette cohorte hétéroclite recouvre des pratiques picturales très différentes. En effet, il n’y a jamais eu d’organisation ou de structure artistique à ce nom école de Paris. Beaucoup étaient des juifs de l’Europe de l’Est, notamment de Russie, de Pologne. Ils furent nombreux à périre dans les camps de concentration nazis.

Il y a un certain nombre de ces artistes qui sont célèbres. Certains sont arrivés avant 1914 comme Juan Gris, Marc Chagall, Pablo Picasso, Pinchus Kremegne, , Pascin, Amadeo Modigliani, Kees van Dongen, Moïse Kisling, Alexander Archipenko, Joseph Csaky, Ossip Zadkine, Tsugouharu Foujita, Francis Picabia, Marevna Vorobieff, Isaac Païles, Constantin Brancusi , Louis Marcousis, Jacques Lipchitz , Maurice Utrillo , Piet Mondrian ,Jacques Villon = .Beaucoup s’installent entre 1920 à 1940 Henri Epstein , Jacques Chapiro ,Wassily Kandinsky, Joan Miro , Serge Charchoune, Hans Hartung, André Lanskoy , Emmanuel Mané-Katz, Serge Poliakoff , Chaïm Soutine , Sigmund Menkès, Michel Kikoïne, Simon Mondzain, Joachim Weingart, Victor Vasarely , Simon Glatzer= Maurice Estève, Jean-Francis Laglenne, Jules Pascin , Abraham Mintchine. Jean Metzinger , Pierre Tal Coat, Maria Helena Vieira da Silva = Jean Bertholle Et dans l’Après-guerre, on parle de Nouvelle école de Paris, il y a Karel Appel, Corneille, Antoni Clavé, Peter Klasen, Nicolas de Staël, Zao Wou-Ki, Jean Bazaine, Charles Lapicque, Jean Le Moal, Alfred ManessierRobert Helman, Sergio de Castro, Xavier Oriach

Beaucoup d’autres artistes sont considérés comme appartenant à ladite école de Paris
Alfred Aberdam =Michel Adlen =Alexandre Altmann =lexis Arapoff = Isaac Antcher =Armand Assus =Salomon Assus =David Azuz Alexandre Altmann =Gérard Altmann =Maurice Asselin = Moses Bagel = Reszo Balint = Max Band =Toshio Bando = =Henryk Berlewi = Aron Haber Beron =Bärbel Bohey =Benn =Maurice Blond =André Blondel =Arbit Blatas =Joseph Alfred Bellet du Poisat =Albert Benaroya = Walter Bondy =Francisco Bores =Abram Brazer = = Rodolphe Caillaux Federico Cantú =Georges Capon =Esther Carp==Youla Chapoval =Jean Cluseau-Lanauve=Tal Coat=Luigi Corbellini =Béla Czobel =Hermine David = Aaron Dejez =Isaac Dobrinsky =Marcel Dyf = François Eberl =Eugène Ebiche =Willy Eisenschitz= =Alexandre Fasini =Aizik Feder= Adolf Fényes =André Fougeron = Yitzhak Frenkel =Boris Frenkel =Alexandre Frenel = Otto Freundlich = Alexandre Garbell=David Garfinkiel = Léon Gischia= Albert Gleizes =Georges Goldkorn =Samuel Granowsky =Nathan Grunsweigh =Robert Guénine =Léopold Gottlieb =Nahum Gutman =Pierre Grimm =Jacques Hara =Heinrich Hirt = Marthe Hirt =Paul Hirt =Alice Halicka = Henri Hayden =Alexandre Heimovits =Philippe Hosiasson =Shimshon Holzman =Antoine Irisse =Nicolas Issaie =Jacques Kotko = =Alexis Kalaeff =Raymond Kanelba =Georges Kars = =Jesekiel David Kirszenbau ==Alain Kleinmann = Ernst Korner =Isis Kischka = Ismak Kogan =Arthur Kolnik =Sigismond Kolos-Vary =Chana Kowalska =Nathalie Kraemer =Roman Kramsztyk =Menahem Krif =Celso Lagar= Zygmunt Landau = Lucien Lautrec =Léopold-Lévy =Rudolf Levy = =Robert Lotiron =Ossip Lubitch=Jacob Macznik =Tadeusz Makowski=Jerzy Merkel= Jacob Markiel ==Maurice Mendjizki =Grégoire Michonz =Adolphe Milich = Mela Muter= =Édouard Moyse =Vladimir Naïditch =Maxa Nordau=Moritz-Daniel Oppenheim = Józef Pankiewicz = =Leonid Pasternak =Robert Pikelny=,=Joseph Pressmane =Élie Anatole Pavil = Lutka Pink = Isaac Perlmutter =Oscar Rabin = Sam Ringer=Isaachar Ryback=Sam Ringer =Jacinto Salvado =Hugo Scheiber =Savely Schleifer=Zygmund Schreter =Walter Spitzer = Nat Mayer Shapiro =Pinchas Shaar =Edgar Stoebel =Lasar Segall=Simon Segal = David Seifert = Gustave Singier =Marcel Slodki =Simeon Solomon = =Marc Sterling=Marek Szwarc=Kostia Terechkovitch =René Thomsen =Théo Tobiasse =Mark Tochilkin =Yigal Tumarkin == Marcel Vertes =André Villeboeuf =Lazare Volovick=Charles Walch, =Elemer Vagh Weinmann = =Abraham Weinbaum =Léon Weissberg= Charles-André Wolf =Jacques Yankel =Léon Zack =Faïbich-Schraga Zarfin=Eugène Zak =Gabriel Zendel = Alexandre Zinoview

A voir : Villa La Fleur– L’École de Paris à Konstancin (Pologne) = Les russes de la première école de Paris = école de Paris.org de Nadine Nieszawer, spécialiste des peintres juifs de l’École de Paris.

L’école de Paris 1/2 – Billet n° 185

L’école de Paris School of Paris 1900-1950 n’est pas une école. Ce n’est pas non plus un mouvement artistique, ni une institution constituée. C’est plutôt une appellation , comme l’on dit dans le secteur vinicole. C’est au journaliste André Warnod que l’on doit le nom.

Des innovations majeures ont eu lieu à la fin du 19 ème siècle en France comme l’ impressionnisme et le post-impressionnisme. Paris dans les années 1910-1940 aimante les artistes du monde entier. Certaines transformations de l’art moderne y sont lancées, notamment le fauvisme , le cubisme , l’art abstrait et le surréalisme .

Certains artistes sont français mais beaucoup sont des étrangers venus notamment de l’Est européen et aussi d’outre-Atlantique. Ils s’installent à Montparnasse, le quartier des artistes On les appelle les Montparnos Ils se retrouve dans les nombreux cafés. Pour ne pas alourdir le billet, je vais donner la liste des artistes dans un second billet.

La primauté de Paris se termine peu après le fin de la seconde guerre mondiale. C’est alors New-York qui prend le leadership en matière d’art. Mais cela, n’a pas grande chose à voir avec l’Art.

La CIA -Central Intelligence, à fin des années 1950, a financé et utilisé l‘art moderne américain, comme arme dans la guerre froide . On verra à ce sujet dans The independant l’article de Frances Stonor Saunders historienne et journaliste britannique intitulé « Modern art was CIA weapon » ainsi que le livre qu’elle a publié en 1999 Who Paid the Piper?: CIA and the Cultural Cold War. La CIA était épaulée par le marchand de tableau Leo Castelli et par le Congress for Cultural Freedom – CCF

Le Bauhaus – billet n°184

Le Bauhaus ce n’est pas un mouvement artistique mais l’école architecture et d’arts appliqués. Elle a été fondée en 1919 à Weimar par Walter Gropius sous le nom de Staatliches Bauhaus 1919-1933. On y enseigne l’architecture et le design, la photographie, le costume et la danse Elle pose les bases de la réflexion sur l’architecture moderne, et notamment du style international.

Le «State Bauhaus» a été conçu par Walter Gropius comme un groupe de travail réunissant sans distinction les artistes et les artisans. Le Bauhaus était un lieu de création et d’apprentissage pluridisciplinaire où professeurs et étudiants partageaient un même esprit communautaire. Ainsi existaient un atelier de métal, mais aussi de plexiglas, un autre de poterie, ou encore un atelier de menuiserie et de meubles, un autre de textile, et aussi de verre et peinture murale et enfin un atelier de théâtre.

Les idées étaient proches de celles du Werkbund allemand et en partie du mouvement britannique Arts and crafts. Il est d’abord installé en 1919 à Weimar, puis en 1925 à Dessau, puis à peine installé à Berlin en 1933 le régime nazi le contraint à cesser son activité. Mais son influence internationale demeure en design ou en architecture

Parmi les artistes professeurs il y avait Walter Gropius, le fondateur et de nombreux artistes venus d’Europe et d’ailleurs :
Vassily Kandinsky, Paul Klee,Anni Albers, Josef Albers, Herbert Bayer, Marianne Brandt, Marcel Breuer, Christian Dell, Lyonel Feininger, Ludwig Hilberseimer, Johannes Itten, Ernst Kallai, Gerhard Marcks, László Moholy-Nagy,Georg Muche,Walter Peterhans,Lilly Reich,Oskar Schlemmer,Joost Schmidt, Lothar Schreyer, Gunta Stölzl, et souvent oublié Henry Van de Velde

Et parmi les élèves : Max Bill = Theodor Bogler = Kattina Both = Friedl Dicker-Brandeis = Andreas Feininger = Albert Flocon = Jacques Germain= Dörte Helm = Hans Kessler = Jean Leppien = Richard Oelze = Henri Pfeiffer = Élisabeth Ronget = Ré Soupault = Otto Umbehr = Wilhelm Wagenfeld

Il y avait aussi les filles du Bauhaus, professeurs, artistes ou élèves, souvent les épouses. Elles étaient aussi nombreuses que les garçons. Mais l’histoire les a occultées. Voici quelques noms Gunta Stölzl, Gertrud Grunow, Margarete Willers, Lucia Moholy, Ise Gropius, Kattina Both . Voir « les femmes du Bauhaus sur Crap« . Une exposition leur a été consacrée par le Zeppelin Museum
A consulter les sites Archive chez.com = Contemporain.com = numero.com = Bauhaus infos = Bauhaus 100 =

Bauhaus – Logo
Bauhaus – Chaise Breyer
Bruno Fioretti Marquez – Maisons à Dessau
Marcel Breuer – Station de ski de Flaine
William-Lescaze -High-Cross-HouDartington-Hall-School-Devon-1932–
La lampe WG25 de Wilhelm Wagenfeld
La théière de Marianne Brandt
Walter Gropius – Le fauteuil F51
Anni Albers – tapis
Josef Albers – Les tables gigognes
Peter Keler – Berceau
Bauhaus – Gunta Stölzl et 12 hommes. Où sont les autres filles ?
Jonatha Itten – Composition
Paul Klee – Composition
Wassily_Kandinsky – Esquisse_pour_autour_du_cercle)

William Kentridge – un poème qui n’est pas le notre . Au Lam jusqu’au 5 juillet 2020

Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut – Lam propose une rétrospective consacrée à l’artiste sud-africain William Kentridge
Jusqu’au 5 juillet 2020

William Kentridge est fils de Sidney Kentridge et de Felicia Geffen, tous deux acovats et militants anti-apartheid. C’est son père qui défendit Nelson Mandela lors du Procès de la Trahison en 1956 et 1961.

Très jeune il fut donc confronté au régime impitoyable de l’apartheid fait d’injustice, de violence, d’assassinats. Il s’intéresse aussi au rôle, oublié, des africains pendant la Première Guerre mondiale.

William Kentridge, dessinateur et touche-à-tout de génie, explore avec une grande aisance tous les médiums : gravure, sculpture, tapisserie, film d’animation, performance et installation vidéo.

L’artiste a suivi les cours de l’école internationale de Théâtre Jacques Lecoq. Son intérêt pour le théâtre lui a permis d’établir des passerelles entre les arts plastiques, le cinéma et les arts du spectacle, faisant de lui un virtuose de la mise en scène et de l’image en mouvement. Son œuvre, foisonnante et spectaculaire, plonge le spectateur dans des ambiances sonores et visuelles d’une grande force plastique et souvent ironiques ou poétiques. Parmi ses influences, notamment dans ses films d’animation



L’artiste a participé à organisation et à l’installation de l’exposition et il était présent lors du vernissage. Des rétrospectives ont été organisées au MoMa, au MET de New York, au Reina Sofia de Madrid ou encore au Zeitz MOCAA du Cap. Cette exposition est
la plus importante qui lui ait été consacrée en France.

Rome – Triumps and laments
Ubu_and_the_Truth_Commission

Hallischen Künstlergruppe – Billet n° 183

Hallischen Künstlergruppe – « groupe des artistes de Halle » est un groupe d’artistes fondé en 1919 à Halle par l’architecte Martin Knauthe le peintre Karl Völker les sculpteurs Richard Horn et Paul Horn. Ce groupe est dominé par les idées de la Révolution allemande de 1918. Mais l’avénement de la République de Weimar a très vite eu raison de ce groupe Prolaitaire-révolutionnaire.

Martin Knauthe
Karl Völker – Industrie
Richard Horn – Rue sans fin à Halle
Karl Volker – Rail

Die Darmstädter sezession – Billet n° 182

Darmstädter Sezession -La Sécession de Darmstadt est une association d’artistes réformistes fondée en 1919 par 21 personnes de Darmstadt dont les peintres Max Beckmann et Ludwig Meidner et le sculpteur Well Habicht. Ils étaient en butte contre la bourgeoisie et souhaitaient acquérir la reconnaissance au-delà du Land de Hesse. Le groupe était non seulement ouvert aux artistes visuels, mais comptait également, dans ses rangs, des auteurs, des musiciens et des scientifiques.

Le groupe a été dissous à l’arrivée des nazis en 1933. Il s’est reconstitué en 1945. Il a célébré en Août, de cette année, son centenaire. On peut voir les photos de Christoph Rau qui mettent en valeur la richesse culturelle de la ville

Parmi les membres d’origine ou qui ont rejoint il y avait August Babberger = Max Beckmann = Bernhard Hoetger = Ludwig Meidner =Karl Albiker = Horst Antes =Heinz Battke = Willi Baumeister = Jacob Best = Adolf Bode =Heinrich Campendonk = Michael Croissant =Reinhold Ewald =Willem Grimm = Georg Heck = Bernhard Jäger =Rolf Kissel = Paul Kleinschmidt = Günther Knipp =Karl Kunz =Ferdinand Lammeyer =Wilhelm Loth =Erich Martin =Georg Meistermann =Erna Pinner =Otto Ritschl =Emy Roeder =Renate Sautermeister = Johannes Schreiter =Otto Steinert =Fred Thieler =Richard Martin Werner =Gerhard Wittner = Fritz Wotruba

Et, en cliquant, l’on peut connaitre la liste des membres actuels de ce groupe.

La première exposition « Deutscher Expressionismus« in Darmstadt, 10. Juni 1920« , d’une importance nationale, a accueilli des expressionnistes, des dadaïstes, des cubistes, des futuristes, des constructivistes et des représentants de la nouvelle objectivité. Il y avait notamment Otto Dix, Alexej von Jawlensky , Wassily Kandinsky , Kurt Schwitters, Ewald Dülberg , Reinhold Ewald , Carl Gunschmann , Herman Keil.

Il y a eu aussi en 1923 la « Deutsche Kunst Darmstadt » et en 1929 « Mensch in der neuen Kunst ». des expositions importantes mais qui choquèrent certains publics.

Duelberg-Arnheim
Kurt Schwitter -Collages
Wassily Kandisnky – Abstraction au point rouge
Renhold Ewald – Lido
Ludwig Meidner – Schrei vor Tag
Kay Heinrich Nebel – Mythologie
George Heck
Alexei-Jawlensky–Man-of-Sorrows
Max Beckmann – Family
Otto Dix – Rue de Prague
Ewald_Dulberg_Les_Vierges folles

The Seven and Five Society -Billet n° 181

The Seven and Five Society est un mouvement artistique fondé en 1919 par 7 peintres et 5 sculpteurs londoniens sous l’impulsion d’Ivon Hitchen . Ils étaient déçus par le London group qu’ils jugeaient dominé par les ami(e)s de Virginia Woolf . Le but principal était l’organisation d’expositions. Chaque membre était libre d’ avoir ses propres théories sur l’art et le groupe n’en édictait aucune.

Avec l’arrivée en 1924 de Ben Nicholson le mouvement, assez conservateur, s’oriente vers l’abstraction. Le groupe a joué un rôle important, en encourageant le développement de l‘art abstrait en Grande-Bretagne

Le groupe a rassemblé à l’origine ou au cours de l’existence du groupe: Ivon Hitchen, Ben Nicholson , Barbara Hepworth,, , Jessica Dismorr = Claude Flight = Frances Hodgkins = Sidney Hunt = David Jones = Len Lye = Henry Moore =Cedric Morris = John Piper =Cecil Stephenson =Christopher Wood = John Aldrige = Edward Bawden = Cedric MorrisLeon Undewood = Alfred Wallis, William Staite Murray

En 1935 le groupe tient sa 14ème et dernière exposition, entièrement abstraite, à la Zwemmer Gallery. Le groupe se transforme en « Seven and Five Abstract Group« . Cela entraine, le départ de John Aldrige = Edward Bawden = Cedric Morris Eric Ravilious qui créent l’ East Anglian School of Painting and Drawing.

Ivon-Hitchens- – Flowers-Red-and-Gold
Frances-Hodgkins – nature morte
Cecil Stephenson Canon
John Piper -Abstract composition
Jessica Dismoor – Abstract composition – 1915
Sydney Hunt -Untitle
Ben Nicholson – Composition
Henry-Moore-Suckling-Child-1930
Claude Fligh – Speed – 1920

Jessica Dismoor -Pallant House Gallery
Len lie – Film d’animation abstrait – 1936


Die Dresdner Sezession Gruppe 1919 – Billet n° 180

Die Dresdner Sezession Gruppe 1919 La Secession de Dresde est un un groupe d’expressionnistes fondé à Dresde en 1919. Il est actif jusqu’en 1924. Les principes principaux sont: vérité – fraternité – art. » L’intégration de nouveaux membres est décidée à l’unanimité. Par ailleurs, ils n’étaient pas autorisés à appartenir à un autre groupe d’artistes dresdois.
Il a été fondé par Peter August Böckstiegel, Otto Dix, Conrad Felixmüller, Wilhelm Heckrott, Constantin von Mitschke-Collande, Otto Schubert, Lasar Segall et Hugo Zehder. Ils ont été rejoints par Otto Lange , Peter August Böckstiegel, Gela Forster ,Walter Jacob , Christoph Voll , Eugen Hoffmann et Ludwig Godenschweg
Heinrich Barcinski = Heinrich Burkhardt = Pol (Paul Ernst Karl) Cassel = Gela Forster = Otto Griebel = = Eugen Hoffmann = Walter Jacob = Arthur Kaufmann = Oskar Kokoschka = Otto Krischer = Otto Lange = Elfriede Lohse-Wächtler = Hans Meyboden = Christoph Voll = Gert Wollheim
Deux jeunes artistes Pol Cassel et Otto Griebel qui ne sont pas membres, sont des proches de la Sezession.
Le groupe organise ou participe à de nombreuses expositions à Dresde, Berlin, Prague.
Cette année 2019, pour le centenaire du groupe, une exposition a été organisée, à la Städtische Gelerie Dresden

Constantin von Mitschke-Collande – Mütter. Holzschnitt , 1920.
Otto Dix – autoportrait ?
Otto Dix, Storm Troops Advance under Gas Attack (1924)
Otto-Lange-Junge-mit-Katzen
Otto Dix– Pragerstrasse 1920
Lasar Segal – Autoportrait

Le groupe Unovis–n° 179 B

Unovis est un groupe éphémère mais influent d’artistes russes. Il a été créé en 1919 par Kazimir Malevich à l’École d’art de Vitebsk (Biélorussie), fondée par Marc Chagall. Le groupe a été dissous en 1923.
D’abord appelé Molposnovis le groupe change de nom en 1920 pour devenir ‘Unovis – Utverditeli Novovo Iskusstva » Il peut se traduire par les champions du Nouvel Art. Le groupe est inspiré par les idées suprématistes chères à Kasimir Malevich, qui sont partie prenante dans le régime issu de la Révolution de 1917. Il explore et développe des nouvelles théories et de nouveaux concepts dans l’Art. Le mouvement s’intéresse aux arts visuels, aux éléments de décoration, à la chorégraphie mais aussi à l’urbanisme et à l’architecture.

Parmi les membres du groupe il y a : El Lissitzky , Lazar Khidekel , Nikolai Suetin , Ilia Chashnik , Vera Ermolaeva , Anna Kagan, Lev Yudin David Iakerson, Iouri Pen , Alexander Romm.

Choice, une agence de l’Union Européenne s’est récemment chargé de faire connaitre dans la ville qui a l’a vu naître, le patrimoine historique et culturel de l’Unovis. Et une importante exposition a été organisée en 2018 au Centre Pompidou

El Lissitzky. Abattez les Blancs avec le coin rouge
El Lissitzky, « Proun 1D » (ca. 1919).
Nikolaï Souiétine, Vitebsk. Wagon avec le signet UNOVIS, 1920
<kounine l’art de la commune-
Mikhaïl Veksler. Composition, 1921-1922
Marc Chagall, « Au-dessus de Vitebsk

Das Junge Rheinland- Billet n° 179 -A

Das Junge Rheinland , Jeune Rhénanie ou encore Young Rhineland était une association d’artistes avant-gardistes de gauche créée en février 1919 à Düsseldorf par Arthur Kaufmann et Adolf Uzarski ainsi que le poète Herbert Eulenberg . C’est Walter Cohen qui a donné le nom de ce groupe.

Son but principal était de représenter les intérêts communs des jeunes artistes rhénans et organiser des expositions. En effet, les artistes rhénans n’avaient pas pu exposer à la Grosse Berliner Kunstausstellung

La «Jeune Rhénanie» comprenait Otto Dix , Joseph Enseling , Max Ernst , Hans Füsser , Ernst Gottschalk , Adolf de Haer , Werner Heuser , Richard Schwarzkopf , Ludwig ten Hompel , Peter Janssen , Curt Lahs , Ulrich Leman , Otto Pankok , Jean Paul Schmitz , Werner Schramm et Mathias Barz , Bernhard Gobiet , Theo Champion , Heinz May , Carlo Mense , Walter Ophey , Hans Rilke , Else Sehrig-Vehling ,Otto et Karli Sohn-Rethel , Lorenz Bösken , Otto von Wätjen , Karl Schwesig , Harriet Ellen Siderovna von Rathlef-Keilmann , Carl Lauterbach , Arno Breker , Reinhold Ewald et Gert Heinrich Wollheim .
A l’avénement du nazisme, en 1933, le groupe du cesser son activité.

Pour le centenaire de Das Junge Rheinland le Kunst Palast de Dusseldorf a organisé une exposition intitulée « Zu schön, um wahr zu sein » que l’on traduit par « Trop beau pour être vrai »

Gruppe
Werner Heuser – In den Anlagen
Gert H. Wollheim | – Abschied von Düsseldorf, 1924
Die Dix- Kunsthändlerin-Frau- Joana
August Macke, Vier Mädchen, 1913,
Mathias Barz – malte die Proletarierkinder – 1926.
Carl Lauterbach Karneval, 1929
Das Junge Rheinland – 1919-2019 -1
Das Junge Rheinland – 1919-2019 -2
Das Junge Rheinland – 1919-2019 -3
Das Junge Rheinland – 1919-2019 -4
Das Junge Rheinland – 1919-2019 -5

Das Junge Rheinland – 1919-2019 -6

Der Künstlergruppe Dachau- Billet n° 178 B

Dachau, pour nombre d’entre nous, évoque surtout le camp de concentration construit par le régime nazi en 1933 , à une dizaine de kilomètres de la ville.. Là ont eu lieu les sinistres expériences du Dr Rascher.

Mais bien entendu, les gens du coin ne savaient rien ? Oublions, le temps de ce billet, ce terrible passé. Dachau en Bavière, à 15 kilomètres de Munich est une ville résidentielle de 45.000 habitants Les paysagistes de la Colonie d’artistes de Dachau 1890-1914 ont peint l‘Amper. Jusqu’en 1933 elle était considérée comme le Barbizon de la capitale bavaroise. De nos jours l’office de tourisme vante les charmes de la ville.

=o=o=o=o=o=o=o=o=o=o=

Franz-Marc- Maisons de travailleurs dans les zones humides de Dachau

Mais intéressons nous aux mouvements artistiques.
Die Künstlergruppe Dachau ( groupe d’artistes de Dachau) a émergé du « Conseil des travailleurs intellectuels». Il comprenait 44 artistes qui sont restés à Dachau après la Première Guerre mondiale. Après que la première exposition du château a été achevée avec succès en 1919, plusieurs expositions y ont été organisées jusqu’en 1924. Le groupe , emmené en 1927 par Hermann Stockmann lui donne le nom de Künstlervereinigung (KVD)

Le groupe Dachau comprenait des peintres de styles divers et de qualité inégale : Giulio Beda = Carl Buchka = Emmy Buchka-Lenbach = Felix Bürgers=+ = Gertrud Bürgers-Laurenz = Carl Felber = Max Feldbauer= Wilma von Friedrich = Richard Graef = Hugo Hatzler = Marie Keller-Hermann = August Kallert = Maria Langer-Schöller= Ferdinand Mirwald = Hans Müller-Dachau = Henry Niestlé = Carl Olaf Petersen = Karl Prühäußer =Walter von Ruckteschell = Fritz Scholl = Karl Schröder-Tapiau =Hermann Stockmann =Carl Theodor Thiemann = Jean Jacques Vrieslander = Friedrich Wilke = Paula Wimmer

Felix Bürgers – Atelier

Le musée de Dachau a pour les 100 ans de la création du groupe organisé une exposition Die Anfänge der Künstlergruppe Dachau

Ludwig von Dill – Weißes Moos“
Adolf Hölzel Junges Bauernpaar auf der Rast
Emmi_Walther_-_Zwei_Engel_1910
Emmi Walther – Mädchen am Wasser
Paula Wimmer
Carl-felber-Bergtanne
Maria Langer-Schöller
Richard Graef – Varietetänzerinnen
Walter von Ruckteschell – Mère et enfant

Üecht gruppe – Billet n° 178-A

Le cercle des artistes révolutionnaires Üecht gruppe ( de uohta qui en haut vieil allemand signifie matin ou aube) , est une association fondée en 1919 à Stuttgart. Elle était une antenne locale du Novembergruppe. Elle est dissoute en 1924. Ces artistes ont étudié auprès d’Adolf Holzel à l’Académie dont ils demandent la dissolution.

Ce petit groupe comprenait les peintres Oskar Schlemmer , Willi Baumeister , Gottfried Graf , Edmund Daniel Kinzinger , Albert Mueller Hans Spiegel et l’architecte Richard Herre . Voir le site de la fondation Baumeister
Il organisèrent,, avec le soutien du magazine expressionniste Der Sturm, le « Premier Salon d’automne du nouvel art » en octobre 1919

Willi Baumeister: Affiche pour le 1er. Salon d’automne du nouvel art
Oskar_Schlemmer_- Tänzerin_(Geste)
Gottfried Graf – Composition
Willi Baumeister – Composition abstraite
Edmund Daniel Kinzinger -Composition
Albert Mueller
Hans Spiegel

Gruppe Rih – Billet n° 177

Gruppe Rih a été fondé en 1919 à Karlsruhe par quelques artistes proches du dadaïsme et du cubisme qui s’orientèrent vers la nouvelle objectivité . Il n’a duré qu’une année. Il rassemblait les peintres Rudolf Schlichter , Wladimir von Zabotin , Georg Scholz , Oskar Fischer , Julius Kaspar , Egon Itta , Eugen Segewitz et Walter Becker .

Rudolf Schlichter, Dada Roof Studio 920
Georg Scholt -Nächtlicher Lärm
Vladimir Zabotin -Musichall
Oskar Fischer –Der liebe Scherenschleifer – 1919
Egon Itta – Capri
Walter Becker – Droschkenpferd, 1919.
Eugen Segewitz – Paysage
Rudolf Schlichter

Pratique des Arts – n° 150 -Anniv.

Pratique des Arts, avec son n° 150, fête son 25ème anniversaire. C’est un numéro « augmenté » de 180 pages. Il débute par un portfolio qui survole ces 25 années de parution. Puis c’est la vie des artistes avec notamment,les salons et autres biennales d’aquarelles et des autres médiums, de toute l’année 2020 ainsi que les expositions de musées.
Le passage en revue des ateliers de peintres : Michael Bastow = Rémy Aron =Philippe Dutilleul = Malvina = Alain Bonnefoit = de sculpteurs : Michel Pigeon = Philippe Morel et Aurélien Raynaud = Emmanuel Michel = Etienne = Serge Baroteaux = Jurgen Lingl-Rebetez et d’autres : Michel Jouenne = Georges Bodenstein = Joanna Hair = Olivier Suire-Verley = Le papier des moulins.

Il y a des rencontres ou interview avec Michèle Taupin = Irina Yermolova =Patrick Bastardoz =Yangyang Pan =Danièle Fabre = Joan Jaconetti =Brenda Boylan = Frédérique Nalpas = Kurt A.Weiser = Marie-Pierre Omnès = Rachelle Kearns = Mathieu Nozières = Élisabeth Stenne = Tess Dumon = Didier Würtz
Les carnets de voyages de Jean-Marc Panfili . La visite de la papeterie Canson à Annonay
Une petite rétrospective « Il était une fois . . . Pratique des Arts » et aussi la galerie des lecteurs Le guide pratique « spécial 25 ans » qui sur 57 pages reprend 25 années d’astuces et de conseils.

Die Kugel- Billet n° 176

Die Kugel (le bal) était une association artistique et littéraire fondée en Août 1919 . par de jeunes peintres expressionnistes et graphistes allemands à Magdebourg
Parmi eux il y avait les peintres Bruno Beye , Wilhelm Höpfner, Günther Vogler , Max Dungert, et August Bratfisch, Rudolf Wewerka , l’architecte Adolf Behne et aussi les écrivains Maximilian Rosenberg, Robert Seitz Erich Weinert . Johannes R. Becher , Theodor Däubler et Max Herrmann-Neiße

Bruno-Beye-Demaskierung-Nach
August Bratfisch landschaft
Bruno Bye – Café du Dôme
– Bruno Bye Südländische Hafenstadt
Guenther Vogler – Nu couché
Rudolf Wewerka_landschaft
Max Dungert -Yvette Guilbert
Wilhelm Höpfner – sans titre
Adolf Behne

La Pologne et ses peintres 3/3 -Jung Jidysz – Billet n° 175

Alors que le mouvement Jeune Pologne s’arrête à Cracovie, des jeunes artistes de tradition juive qui vivent à Łódź, créent en 1918 le groupe Jung Kigyz .

Bien qu’il ait cessé son activité en 1921, Jung Jidysz a joué un rôle notable dans le domaine de l’art dans la Pologne . Il se veux en rupture avec le passé, pour donner donner une nouvelle direction à l’art.
Autour de Mojzesz Broderson, se rassemblent notamment Jankiel Adler, Marek Szwarc, , Henryk Berlewi, Samuel Cygler, Icchak Kacenelson, , Pola Lindenfeld, Dina Matus, , Natan Szpigel et Władysław Wajntraub. Beaucoup d’entre-eux furent assassinés dans les camps nazis.

Marek Szwarc – Autoportrait
– Jankel_Adler – The_Venus_of_Kirkcudbright
Henryk Berlew – Mechano-facture

La Pologne et ses peintres 2/3 Jeune Pologne- Billet n° 174

Młoda Polska Jeune Pologne est entre 1890 et 1918 un mouvement moderniste en littérature, musical et artistique polonais. En peinture, il n’y a pas d’art polonais à proprement parlé. Bien que fascinés par l’impressionnisme, les artistes sont influencés par ce qui se fait alors en Europe occidentale : Art nouveau, le néo-romantisme et le symbolisme

Les peintres et les sculpteurs de ce mouvement sont : Ferdinand Ruszczyc, Jacek Malczewski , Józef Mehoffer , Józef Pankiewicz , Władysław Ślewiński , Leon Wyczółkowski , Stanisław Wyspiański , Olga Boznańska , Jan Bukowski , Wojciech Kossak , Jan Talaga , Maurycy Lilien , Teofil Terlecki , Karol Frycz , Julian Fałat , Ludwik Konarzewski, Jan Stanisławski , Teodor Axentowicz , Włodzimierz Przerwa-Tetmajer , Witold Wojtkiewicz , Wojciech Weiss , Wojciech Gerson . Wacław Szymanowski et Jan Raszka

Et il ne faut pas oublier les architectes comme Franciszek Mączyński , Tadeusz Stryjeński, Ludwik Wojtyczko, Sławomir Odrzywolski, Beniamin Torbe, Romuald Miller, Wiktor Miarczyński.

Olga Boznanska

La Pologne et ses peintres 1/3 Un peu d’histoire et l’âme polonaise au Louvre-Lens – Billet n° 173

Pour commencer un peu d’histoire. La Pologne a fait partie de la République des deux nations qui a réuni le royaume de Pologne et le Grand Duché de Lituanie par le Traité de Lublin en 1569.

Elle subit un premier partage en 1772, puis un second partage en 1793. Le territoire est alors considérablement réduit. Un troisième partage a lieu en 1795. Il est la conséquence de l’échec de l’insurrection de Kościuszko. L’espoir napoléonien s’écroule avec la chute de l’Empire.

Le partage est confirmé lors du Congrès de Vienne 1814-15.Elle est répartie entre l’Autriche, la Prusse et la Russie. La Pologne n’existe plus en tant qu’État. Mais certains polonais militent pour la résurrection de la Pologne +1 +2, car le sentiment national ou ce que l’on appelle la polonité a toujours animé ce peuple dépossédé de sa terre.
Ce n’est qu’avec la fin de la Première guerre mondiale, en 1918 puis en 1923, que la Pologne reviendra dans le Concert des Nations. Mais ce ne sera pas un long fleuve tranquille notamment pendant la seconde guerre mondiale, sous la domination nazie. Ce moment d’histoire de la Pologne souvent méconnu.
Et à partir de 1945, la Pologne vivra sous le joug soviétique. Jusqu’en 1989 ce sera alors la République Populaire de Pologne. Puis c’est Solidarnostc, la chute du régime communiste, l’évolution économique du pays et l’adhésion à l’Union européenne et à l’Otan. Aussi, les enseignants sont à la peine pour expliquer l’histoire de leur pays
Ce propos est sans doute un peu long, mais il permet, je l’espère de mieux aborder les mouvements artistiques comme la Jeune Pologne ou Jung Jidysz ainsi que l’exposition du Louvre-Lens. Car créer c’est résister.

L’année 2019 marque le centenaire de la signature, le 3 septembre 1919, de la convention entre la France et la Pologne « relative à l’émigration et à l’immigration » C’est dans ce contexte que le Louvre-Lens a proposé, jusqu’au 20 janvier 2020, en collaboration avec le Musée national de Varsovie et Institut Adam Mickiewicz

« Pologne. 1840-1918. Peindre l’âme d’une Nation »


avec notamment les peintres : Jan Matejko, Józef Chełmoński, Jacek Malczewski , Józef Brandt, Aleksander Gierymski, Olga Boznańska Stanisław Ignacy Witkiewicz ou Anna Bilińska.et encore Henryk Rodakowski, , Ferdynand Ruszczyc Stanislaw Wyspianski = Artur Grottger =Wodzimierz_Tetmajer + liste des peintres polonais.

Stanisław Wyspiański – Polonia
Jacek Malczewski – Mélancolie
Jozef Brandt – Chodkiewicz pod Chocimiem
Olga_Boznańska_- Macierzynstwo – 1902_
Ferdynand Ruszczyc – Nec mergitur
Anna Bilińska-Bohdanowicz – Autoportrait
Leon Wyczolkowski – Le Chevalier aux fleurs 1904
Aleksander Gierymski – Cercueil de paysans, 1894
Aleksander Gierymski, Paysan de Bronowice 1893-1895
Jozef Chelmonski -Eté indien -1875
Stanisław Ignacy Witkiewicz – Fantaisie
Leon Wyczókowski, Pêcheurs, 1891.
Wladyslaw Jarock – Houtsoules-dans-les-carpates
Paysage d’hiver
Józef Mehoffer – Soleil de mai – 1911
Leon Wyczolkowski – Stańczyk Stańczy 1898
Wlodzimierz Tetmajer, – Accomplissement – 1905

Les Italiens de Paris-Billet n° 172

Il y a eu un fort courant d’immigration de l’Italie vers la France, et notamment à Paris, à partir des années 1860. Parmi les migrants, il y avait des artistes. C’est ce que développe l’ouvrage  » Les peintres italiens à Paris en quête d’identité (1855-1909) « de Marion Lagrange .

Ils constituaient une colonie d’artistes avec Giovanni Boldini, Guieseppe de Nittis, John Singer Sargent, américain né à Florence, Giovanni Costetti = Pio Semeghini, Gino Rossi, Leonardo Dudreville, Anselmo Bucci, Arturo Martini, Ardengo Soffici, Lorenzo Viani, Giacomo Balla, Gino Severini et aussi Amedeo Modigliani.

En 1912 à la Galerie Bermheim-Jeune s’est tenue une exposition consacrée aux peintres futuristes italiens : Gino Severini , Umberto Boccioni , Carlo Carrà , Giacomo Balla et Luigi Russolo

Ces peintres italiens à Paris, ne constituent pas un groupe. Ils ont fait l’objet d’une exposition en 2018 à la Galerie Maurizio Nobile Intitulée Les italiens à Paris de Boldini à Severini (1870 – 1930) .
Le galeriste a rassemblé des oeuvres de : Giovanni Boldini , Vittorio Matteo Corcos, Antonio Mancini, Ludovico Marchetti, Pompeo Mariani, Alberto Masini, Federico Rossano, Pietro Scopetta, Federico Zandomeneghi.

De gauche à droite : L. Russolo, C. Carra, F.T. Marinetti,U. Boccioni,

Et en 2008, au Centre Pompidou, une exposition a été consacrée au futurisme à Paris, une avant-garde explosive . On peut aussi consulter le projet de recherche du bibliothécaire François Michaud « Les peintres italiens à Paris -1900-1940″ c’est

Enfin, Italiens de Paris, aussi appelé groupe des sept est un cercle de peintres transalpins vivant à Paris. C’est le critique d’art Waldemar-George , proche de l’extrême droite, qui fera à la fin des années 20, leur promotion.

Ils se rassemblent en 1918 sous l’impulsion du Futuriste Gino Severini.
Ils sont donc 7 : Gino Severini, Mario Tozzi, Renato Paresce, Massimo Campigli, Andrea Savinio et Giorgio De Chirico, Filippo de Pisis. Un huitième est proche Severo Pozzati dit Sepo . C’est dans la période 1928-1933 qu’ils sont reconnus en tant qu’Italiens de Paris.

En 2018, une exposition leur a été consacré « Sette italiani alla conquista di Parigi » au Museo e Oratorio di Santa Maria della Vita. . Par ailleurs, il y a l’ouvrage de Rachele Ferrario « Sette artisti alla conquista di Parigi »

Enfin, le Centre culturel italien a organisé à la Galerie Grand E’terna une exposition consacrée à 14 artistes italiens contemporains qui vivent à Paris : Natalino Andolfatto, Sergio Birga, Paolo Boni, Leonardo Cremonini, Lucio Fanti, Ferrante Ferranti, Andrea Lomanzo, Titana Maselli, Augusto Pavanel, Fabio Rieti, Giuseppe Stival, Sergio Storel, Lucien Tessarolo, Vito Tongiani
On pourrait en ajouter quelques autres comme Leonardo Cremonini

Les Italiens de Paris ou plus exactement les italiens à Paris. Cela se passe entre 1932 et 1936 où, au service de la propagande fasciste, des œuvres d’artistes italiens sont offertes aux musées français.Une exposition, en 2010, a été montrée sur ce sujet à l’Esa de Bourges.
Parmi les œuvres données figuraient les plus illustres artistes italiens du temps, qu’ils vivent en Italie ou à Paris : Gino Severini, le futuriste et Enrico Prampolini, Fikippo Tommaso Marinetti proches du Duce
Et Carlo Carra, Benedetta Cappa, Luigi Filia, Arturo Tosi, Pompeo Borra, Cipriano Efisio Oppo, Mario Sironi .

Il faut dire qu’en Italie les rapports entre l’art et le fascisme sont ambigus et celle des Italiens en France aussi. A partir de 1945, les allers- retours, artistiques entre l’Italie et la France reprendront, au service des relations entre les deux pays latins

Agrupación Courbet – Billet n° 171

L’ Agrupación Courbet ou Groupe Courbet est un mouvement artistique espagnol éphémère.Il se créé à Barcelone en 1918 et se dissous en 1919. Il entend rénover le Novecentismo.

Josep Llorens i Artigas et Josep Francesc Ràfols en sont les initiateurs. Ils sont rejoints par Rafael Benet, Francesc Domingo, Marià Espinal, Lluís Llimona, Joan Miró, Josep Obiols, Enric C.Ricard, Olga Sacharoff, Rafael Sala, Josep de Togores et Joaquim Torres-Garcia.

Groninger Kunstkring de ploeg- Billet n° 170

Groninger Kunstkring de Ploeg (La charrue) est un collectif de jeunes artistes hollandais. Il a été fondé en 1918 dans la ville de Groningen . Les membres sont principalement des peintres , mais aussi des musiciens et des littérateurs. Leurs motivations sont un peu floues, puisqu’ils entendent « Rapprocher les artistes de Groningue et promouvoir la vie artistique de toutes les manières ».

Le mouvement sera dissous en 1941, le pays étant occupé par l’Allemagne nazie. En 1945, le groupe se reconstitue. Il a fêté son centenaire en 2018 Et une grande exposition a été organisée par le Groninger Museum.

Les membres d’origine étaient Jan Wiegers , Johan Dijkstra , Jan Altink , George Martens , Alida Jantina Pott, Simon Steenmeijer et Hendrik Werkman rejoints par Johann Faber, , Wobbe Alkema , Jan van der Zee

Johan Dijkstra (1896-1978) -Garnwerd
Jan Altink, ‘De rode boerderij’, 1926
Jan-Wiegers-Music-Hall
Hendrik Werkman
Johan Dijkstra
Johan Faber – Paysage
George Martens –
Da Jantina Pott
Simon Steenmeijer – Noorderplantsoen, Groningen
Wobbe-Alkema Compositie-No.-22
Johan Dijkstra-Kerkje-Oostum
Jan van der Zee, Landschap met afgemeerde boten
Hendrik Nicolaas Werkman, Twee maskers,
Jan Gerrit Jordens, Duinlandschap

Arbeitsrat für Kunst – Billet n°169

Arbeitsrat für KunstConseil des travailleurs pour l’Art était une association d’architectes, de peintres, de sculpteurs et d’écrivains d’art, qui a été fondée à Berlin en 1918 en réponse aux Arteiter und soldatenrat . Il travaille en liaison avec le Novembergruppe et le Deutscher Werkbund . Il cesse son activité en 1921.

Les leaders initiaux furent Bruno Taut, Walter Gropius, César Klein et Adolf Behne .

Les signataires du premier manifeste furent : Lyonel Feininger, Otto Freundlich, Jefim (Jef) Golyscheff,, Hermann Hasler, Erwin Hahs, Erich Heckel, Paul Rudolf Henning, Karl Jakob Hirsch, Walter Kaesbach, Georg Kolbe, Gerhard Marcks, Ludwig Meidner, Moritz Melzer, Otto Mueller, Franz Mutzenbecher, Emil Nolde, Max Pechstein, Friedrich Perzynski, , Richard Scheibe, Karl Schmidt-Rottluff, Fritz Stuckenberg, Georg Tappert, Max Taut, Arnold Topp et Wilhelm Reinhold Valentiner.

Plus de cent artistes, venant aussi bien d’Allemagne que de l’étranger, comptèrent parmi les sympathisants du groupe de travail et participèrent à ses expositions.

Il y eut entre autres : Karl Paul Andrae, Walter Curt Behrendt, Max Berg, Paul Cassirer, Hermann Finsterlin, Paul Goesch, Otto Gothe, Wenzel Hablik, Oswald Herzog, Bernhard Hoetger, Willy Jaeckel, Käthe Kollwitz, Carl Krayl, Mechtilde Lichnowsky, Hans und Wassili Luckhardt, Paul Mebes, Ludwig Meidner, Julius Meier-Graefe, Adolf Meyer, Erich Mendelsohn, Johannes Molzahn, Karl Ernst Osthaus, Hans Poelzig, Paul Schmitthenner, Herman Sörgel, Milly Steger, Heinrich Tessenow et Wilhelm Worringer.

Finsterlin- House_of_glass,_,_1924
Wenzel Hablik – Utopian Buildings – 1922
Lyonel Feininger „Rue St. Jacques“
Käthe Kollwitz
Lyonel Feininger – Kathedrale
Emil Nolde – Najda
Gerhard Marcks
Erich Mendelsohn – Einsteinturm 1917-1921
Cesar Klein – Oberitalien 1915
Karl Jacob Hirsch – Plate n° V
Karl Schmidt-Rottluff – Autoportrait – 1919

Architekturtheorie Zwei / Bruno Taut III / Bart Lootsma from architecturaltheory.eu on Vimeo.

Sécessions artistiques – Billet n° 168

Avant de partir à la recherche des mouvements artistiques modernes et contemporains, je connaissais surtout la sécession de Vienne . Mais au fil de mes investigations je me suis aperçu que Klimt et les autres ont fait école.

En effet, les sécessions dans l’art moderne ont été nombreuses.Cette tendance a lieu, essentiellement en Allemagne dès les années 1880, jusque dans les années 1930. Les artistes d’avant-garde ou modernistes n’ont de cesse de « tuer le père » en l’espèce l’Art académique ou celui de leurs ainés.

Voici quelques unes de ces ruptures : La Sécession de Munich 1892 , celle de Berlin 1898 , de Stuttgart 1923 , The Blue Rider 1912, Baden 1927, Darmstadt 1945 , Dresde 1919, Sécession libre 1914, Sécession de Graz 1923 , Sécession de Hambourg 1919 Sécession de Kassel 1927, Nouvelle sécession de Munich 1913 , Nouvelle sécession 1910, , Sécession de Prague 1928 , Sécession rhénane 1919, , Nouvelle sécession de Stuttgart 1929, , Sécession de Hesse 1946