Le Batik – Hier et aujourd’hui – Partie 1- Pratique traditionnelle

Batik au pinceau – Sri Lanka

 

 Le batik, du javanais titik (point),  est une technique  d’impression des étoffes  pratiquée en Afrique de l’Ouest, au Moyen Orient et en Asie.

L’artiste commence par dessiner son sujet sur le tissu. Il va ensuite travailler, couleur par couleurs, des claires au foncées, en masquant à la cire chaude les zones réservées pour d’autres couleurs. La couleur est appliquée au pinceau ou par trempage dans un bain. Il existe plusieurs techniques décrites ici

En Indonésie l’art du batik se transmet de génération en génération. Il  participe de l’identité culturelle, au travers des significations symboliques de ses couleurs et dessins. A ce titre est a été inscrit par l’Unesco au patrimoine immatériel de l’humanité. Un musée lui est consacré à Pekalongan la Cité du Batik.

Voici quelques sites consacrés au batik :  batik indonésien, Indonesia, batik africain, tissus africains, fabrique au Sri Lanka, batik indien, Africouleur

Voici quelques exemples de batik

Batik indonésien

Batik Srilankais

Batik indien

Batik africain

Batik malaisien

Gimp Paint studio – GPS – Une application graphique réalisée par le peintre espagnol Ramon Mirando

Ramon Miranda est un peintre et graphiste espagnol qui a développé des outils originaux pour The Gimp, le logiciel « open source » concurrent gratuit de PhotoShop. Ils sont regroupés dans un programme « GPS 1.4 – Gimp paint studio ». A ne pas confondre avec le Global Positioning System !

Le logiciel est téléchargeable sur plusieurs plateformes comme 01 Net

A voir aussi ses vidéos sur Vimeo, ses œuvres peintes sur son site portfolio ainsi que la vidéo en espagnol d’une conférence

 On trouve toutes les informations  en anglais sur les sites  Code Google et Graphics Muse, des indications en français pour l’installation sur Wiki Noticia et sur Le pingouin Infos  et un dossier à télécharger au format PDF rédigé en espagnol mais qui comporte des illustrations de outils

<p><a href= »http://vimeo.com/8418808″></a>.</p>

Le nu dans l’art – Partie 2 – Les peintres de la Renaissance italienne

Je poursuis cette série de billets consacrés au « nu dans l’Art ». Je me propose de montrer les œuvres des peintres, d’hier et d’aujourd’hui, qui ont traité ce sujet. Je commence par la Renaissance italienne. Seul Michel Ange est, pour son époque, tout à fait explicite avec le jeune éphèbe.

La Première Renaissance

Sandro_Botticelli  1444-1510 – La naissance de Vénus

Giovanni Bellini 1430-1516 – Jeune fille nue devant son miroir

Jan_van Eyck 1395-1441 – Adam et Ève – retable de Gand

Jérome Bosch 1450-1516 – Le jardin des délices

La Haute Renaissance

Albrecht_Durer 1471-1528 Adam et Eve

Lucas Cranach l’Ancien 1472-1553 Les trois grâces

Hans_Holbein_le_Jeune 1497- 1943 L’ancienne et la nouvelle Loi

Léonard de Vinci 1452-1519 Femme nue

Raphaël 1483-1520 Portrait de jeune femme

Michel Ange 1475-1564 Ignudi (Nu) Chapelle Sixtine – Détail

Giorgione 1477-1510 Venere dormiente

Tiziano Vecelli dit Le Titien 1485-1576 La Vénus d’Urbino

Le Tintoret 1518-1594 Suzanne et les vieillards

Paolo Caliari dit Veronese 1528-1588 Mars, Vénus et l’Amour

Agnolo di Cosimo di Mariano, dit Bronzino 1505-1572 Allégorie

Je rappelle qu’en cliquant sur les images ont obtient généralement un format plus grand

Jackson Pollock (1912-1956) peintre expressionniste abstrait – Le centenaire – 2 – film, images et vidéos

Jackson Pollock dans son atelier en 1950

Un film «  Pollock » a été réalisé et interprété par   Ed Harris en 2002 (voir l’analyse du film)

On peut voir des images des œuvres de Jackson Pollock sur Orazio Centaro’s Images on the Web ou Wahoo Art  ou du MoMa, le Guggenheim New York et aussi le site de Denis Degloire.et sur Wiki Painting

Il y a aussi un certain nombre de vidéos qui sont consacrées à l’artiste Pollock 1  Pollock 2/5 Pollock 3/5 Pollock 4/5 Pollock 5/5 Action painting Jackson Pollock et le Chamanisme et des  éléments de biographie sur Nova   des arts

Moins sérieusement, l’on peut s’essayer à peindre dans le style de Pollock, tout au moins électroniquement, en ligne

Et aussi des images de ma sélection d’œuvres de Jackson Pollock au fil des années. Elle permet de voir l’évolution du  style de Jackson Pollock

Jackson Pollock – Woman – 1930-1932

Jackson Pollock – Cotton Pikers – 1934-36

Jackson Pollock – Naked men with au knief

Jackson Pollock – Untited – 1939

Jackson Pollock – Flame

Jackson Pollock – Moom woman – 1942

Jackson Pollock – Moby dick – 1943

Jackson Pollock – Mural -1943

Jackson Pollock – Tea cup – 1946

Jackson Pollock Fathom-five.d – 1947

Jackson Pollock – Number #8 – 1948

Jackson Pollock – Moon Woman Cuts the Circle – 1949

  Jackson Pollock – Mural on indian red ground – 1950

Jackson Pollock -Number 1 – (Lavander Mist) – 1950

Jackson Pollock – Number 7 – 1951

Jackson Pollock – Convergence – 1952

Jackson Pollock – Black and White – Number 14 – 1952

Jackson Pollock – Easter ans the totem – 1953

Jackson Pollock – The deap

Jackson Pollock – Portrait and a dream – 1953

Jackson Pollock (1912-1956) peintre expressionniste abstrait – Le centenaire – 1 – Eléments de biographie

 Paul Jackson Pollock est né, il y a cent ans, le 28 janvier 2012,  dans le Wyoming. Deux de ses frères, Charles Pollock (1904-1988) et  Sanford Pollock (1909-1963) sont aussi  peintres

Il passe son enfance en Arizona et en Californie. En Arizona il  est marqué par les danses et les peintures de sable des Navahos

 Il suit d’abord les cours de la Manual Arts High School de Los Angeles puis à Art students league de New York il est l’élève de Thomas Hart Benton. Il s’intéresse aux muralistes mexicains comme, José Clemente Orozco, David_Alfaro Siqueiros et Diego Rivera. Il peint alors dans le style régionaliste de l’ American scene. Il a très vite « un problème avec l’alcool » et suit à deux reprises une cure de désintoxication

 Il s’intéresse ensuite aux artistes européens comme le cubiste Picasso et les surréalistes Miro et Masson et à l’écriture automatique. Il peint des toiles abstraites de grandes dimensions,encouragé par la galeriste New-yorkaise Peggy_Guggenheim .Il commence à utiliser la technique de l’all over painting qu’il découvre, en compagnie de Clement Greenberg, lors d’une exposition de Janet Sobel en 1946.

 Dans cette technique du dripping et du pooring  Pollock n’utilise ni pinceaux, ni palette. Il peint avec des bâtons, avec une truelle, avec des couteaux, avec ses mains. Il promène dans des trajectoires très étudiées,  sur le support posé à même le sol, des récipients au fond percé, remplis de peinture domestique à base d’Alkyde, p, qu’il balance au bout d’un ficelle. Il incorpore à ces œuvres du sable, du verre brisé et d’autres corps étrangers. Mais mieux qu’un long exposé, ce petit film montre très bien la pratique du peintre par Hans Namuth et Paul Falkenberg que l’on trouvera au pied de l’article

 Cependant pendant les années 1950 il alterne les œuvres figuratives et d’autres qui évoluent vers l’abstraction. Le magazine Time en février 1956 le surnomme alors « Jack the Dripper » C’est dans les années 1960 qu’il acquiert un statut d’artiste majeur de la peinture américaine, à cause de son art et aussi de son côté « bad boy »

Lee Krasner  (1908-1984) épousée en 1944 est également  peintre expressionniste abstrait. Ils achètent une maison à la campagne, à East Hampton qui est devenu le study centre Pollock-Krasner. Jackson transforme la grange en atelier. Elle aussi pratique ce que le critique d’art Harold Rosemberg appellera en 1952  l’action painting .   Mais son art a été longtemps occulté par la notoriété de son mari. C’est elle, qui lui en donné l’idée de ne plus donner des titres à ses œuvres mais seulement un numéro.

Au début des années 50 il abandonne un moment la couleur et utilise les pinceaux. Il réintroduit des éléments figuratifs dans ses  toiles, mais surtout il traverse alors une période de  doute. Il meurt dans un accident automobile en 1956 dans lequel, seule Ruth Kligman (1930-2010), sa maîtresse s’en sort grièvement blessée.

Il a laissé plus de 700 œuvres. Les critiques d’art se sont souvent opposés, souvent par voie de presse au sujet de l’œuvre de Pollock . Certains y voyaient des gribouillages et d’autre l’œuvre d’un génie.

Des études et des expériences ont été menées par menées par l’universitaire Richard Taylor et son équipe. Elles ont montré que les œuvres de Pollock présentent de propriétés comparables aux fractales. C’est ce qu’explique le Professeur Marcus du Sautoy

En 1973 la National Gallery of Australia s’est rendu acquéreur de Blue Poles : Number 11, 1952 pour 1,3 millions de dollars australiens et en 2006 Number 5, 1948 a été adjugé 140 millions de dollars U.S. De nombreux musées possèdent des œuvres de Pollock

De grands musées ont consacré des expositions à l’artistes, comme le MoMa, en 1956, 1967 et 1998-1999, Tate gallery  ,le Centre Pompidou, la National Gallery of australia Plus récemment, en 2008, au Jewish Museum, l’année suivante le Musée des Beaux Arts de Lyon dans le cadre de l’exposition « Repartir à zéro »  et la Pinacothèque de Paris « Pollock et le Chamanisme » et le Saint_Louis_Art_Museum

<iframe width= »380″ height= »315″ src= »http://www.youtube.com/embed/6cgBvpjwOGo » frameborder= »0″ allowfullscreen></iframe

=o=o=o=o=o=


Jackson Pollock (1912-1956) peintre expressionniste abstrait – Le centenaire – 2 – film, images et vidéos

Jackson Pollock dans son atelier en 1950

Un film «  Pollock » a été réalisé et interprété par   Ed Harris en 2002 (voir l’analyse du film)

On peut voir des images des œuvres de Jackson Pollock sur Orazio Centaro’s Images on the Web ou Wahoo Art  ou du MoMa, le Guggenheim New York et aussi le site de Denis Degloire.et sur Wiki Painting

Il y a aussi un certain nombre de vidéos qui sont consacrées à l’artiste Pollock 1  Pollock 2/5 Pollock 3/5 Pollock 4/5 Pollock 5/5 Action painting Jackson Pollock et le Chamanisme et des  éléments de biographie sur Nova   des arts

Moins sérieusement, l’on peut s’essayer à peindre dans le style de Pollock, tout au moins électroniquement, en ligne

Et aussi des images de ma sélection d’œuvres de Jackson Pollock au fil des années. Elle permet de voir l’évolution du  style de Jackson Pollock

Jackson Pollock – Woman – 1930-1932

Jackson Pollock – Cotton Pikers – 1934-36

Jackson Pollock – Naked men with au knief

Jackson Pollock – Untited – 1939

Jackson Pollock – Flame

Jackson Pollock – Moom woman – 1942

Jackson Pollock – Moby dick – 1943

Jackson Pollock – Mural -1943

Jackson Pollock – Tea cup – 1946

Jackson Pollock Fathom-five.d – 1947

Jackson Pollock – Number #8 – 1948

Jackson Pollock – Moon Woman Cuts the Circle – 1943

  Jackson Pollock – Mural on indian red ground – 1950

Jackson Pollock -Number 1 – (Lavander Mist) – 1950

Jackson Pollock – Number 7 – 1951

Jackson Pollock – Convergence – 1952

Jackson Pollock – Black and White – Number 14 – 1952

Jackson Pollock – Easter ans the totem – 1953

Jackson Pollock – The deap

Jackson Pollock – Portrait and a dream – 1953 

Quelques aquarellistes français disparus au 20ème siècle – Partie 1 – Louis-Noël Ageron – Louis Anquetin – Jean Béraud – Frank Meyrs Boggs – Henri-Maurice Cahours – Suzanne Cornillac – Jean Feugereux – Eugène Fidler

Louis-Noël Ageron 1865-1935

 Louis Noël Ageron   est un aquarelliste français né à Valence. Il se forme d’abord aux Beaux Arts de Lyon puis à Paris auprès de Jean-Léon Gérôme et de Henri-Joseph Harpignies  Il retourne ensuite dans sa ville natale. Il y dirigera l’Ecole d’Art de la ville pendant plusieurs années. Il a peint des portraits et des caricatures et surtout des paysages impressionnistes

Louis-Noël Ageron – Paysage

Louis Anquetin 1861-1932

Louis Anquetin (1861-1932) est un dessinateur et aquarelliste français né dans l’Eure. Après son baccalauréat il entre dans l’atelier de  Léon Bonnat (1833-1922) puis dans celui de Fernand Cormon (1845-1924) Il est proche d’artistes comme Vincent van_Gogh (1853-1890) et de Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901) et plus tard d’ Emile Bernard (1868-1941). Il fait la connaissance de Claude Monet (1840-1926) et de Georges Seurat (1859-1891). Il a inventé le cloisonnisme  avec Emile Bernard . Il  bientôt, admirateur de Rubens, il revient au classicisme. Il a Jacques Maroger comme élève. Un médium est commercialisé sous son nom par Lefranc Bourgeois. Il était proche des milieux anarchistes. On trouve certaine des ses œuvres sur le site d’ Athenaeum. Le Van Gogh Museum a récemment acheté l’une de ses aquarelles

Louis Anquetil – Avenue de Clichy à 5 heures

 Jean-Béraud 1848-1935

Jean Beraud est un peintre français né à Saint-Pétersbourg. Il a été l’élève de Léon Bonnat (1833-1922) Il a peint la Vie parisienne, les petits métiers, les Boulevards, les cafés et aussi des portraits. Des images de ses œuvres sur French painters et sur Google

Jean Béraud – Boulevard des Capucines

 Frank-Meyrs Boggs 1855-1926

Frank Boggs est un aquarelliste et graveur  d’origine américaine né dans l’Ohio et naturalisé en 1923. Il a été l’élève de Jean-Léon Gérôme. Il a vécu alternativement à Paris et à New York. Ce paysagiste est un peintre de plein air qui se rattache au courant impressionniste bien qu’il n’en ait jamais fait partie. Il a peint Paris, la Normandie, les villes et villages, les marchés, les ports, des marines. Son art a un air de famille avec celui d’un Johan_Barthold Jongking ou d’un Eugène Boudin. On peut voir certaines de ces œuvres sur le site d’Athenaeum

Frank Meyrs Boggs – Bords de Seine

 Henri Maurice Cahours 1889-1974

Maurice Cahours est un aquarelliste et graveur français né à Paris. Il fréquente l’école des Beaux-Arts d’Amiens puis de Lille. Il est le gendre du sculpteur Frédéric Debon. Il a participé au Salon des Artistes Français et a exposé dans plusieurs galeries parisiennes. Il a surtout peint des marines et les rues du Vieux Montmartre. Il avait été nommé Peintre officiel de la Marine en 1942. Il s’est installé en 1965 à Vence et passait chaque été dans le Pays de Caux. Une rétrospective lui avait été consacrée en 1976 à Salon de Provence au Château de l’Emperi puis en 1987 au Musée de Montmartre.

Henri-Maurice Cahours – Marée en Basse Bretagne

Suzanne Cornillac 1904-1982

Suzanne Cornillac est une aquarelliste française née à Paris. J’ai évoqué cette artiste dans un article du blog en avril 2010

Suzanne Cornillac – Paysage de Corse

Jean Feugereux 1923-1992

Jean Feugereux est un paysagiste, aquarelliste et graveur français. Il a été l’élève de Raymond Renefer. On lui doit de nombreuses aquarelles, des peintures à l’huile et plus de 300 planches gravées. Il a peint la Beauce et la Bretagne. Il a aussi illustré la Terre d’Emile Zola et des textes de son ami Charles Péguy. Il a figuré parmi les organisateurs du Salon Comparaisons. Il a dirigé l’école de dessin ABC. Ses œuvres ont été exposées un peu partout en France et aussi à Vienne, New York, Genève ou Tokyo. En 1985, une rétrospective lui a été consacrée à la Collégiale Saint-André de Chartres. Il a été le président de l’Adagp qui gère les droits d’auteur des artistes. La Galerie Correlleau à Pont-Aven présente ses œuvres bretonnes.

Jean Feugereux – La Beauce sous la neige

 Eugène Fidler 1910-1990

Eugène Fidler est un peintre collagiste, aquarelliste, graveur et céramiste français né en Moldavie. Il est arrivé en France en 1918.Il s’est formé à l’ Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts et à l’Académie Julian. Il a fait partie des céramistes de l’Age d’or de Vallauris

Eugène Fidler – Le saltimbanque

Renaud Marca illustrateur et Claire Marca racontent leurs voyages à travers le monde, en mots et à l’aquarelle

 Les Marca, Claire et Renaud, se sont rencontrés à Paris, lors de leurs études d’architectes d’intérieur. Mais, la lyonnaise et le breton semblent plus attirés par l’extérieur. Ils ne veulent pas  « entrer dans la vie adulte, sans avoir rien vécu, rien vu » En avril 2000 après 2 ans de préparatifs, ils prennent de large. Ils traversent, en automobile, l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Asie,  en tout 25 pays.

De retour en France,  . . . trois ans plus tard ils racontent leur périple dans Trois ans de voyage. Claire qui était devenue assistante de production à la télévision raconte leur expérience et Renaud peint et dessine. C’est son métier. Il a publié Esprit de Provence en 1998 et a collaboré comme illustrateur, chez Actes sud, La Martinière jeunesse, Hachette, Minerva, Michelin. Maintenant ils travaillent à deux pour la presse généraliste ou spécialisée. Ils ont publié en 2007 Madagascar_3 mois de voyage sur l’ile rouge et en 2008  avec  Algérie, Soyez les bienvenus !

Ils ont été récompensé , à la Biennale du Carnet de voyage de Clermont Ferrand et au Festival Georges de Caunes  de Vallauris. Les œuvres de Renaud Marca sont présentes à la Galerie des Petits papiers. Sur le site l’on trouve œuvres à l’aquarelle et en technique mixte. Il y a auss, sur la galerie photos de très jolies vues

Voici quelques exemples d’œuvres de Renaud Marca

La locomotive jaune

Renaud Marca – Le vieux pécheur (breton)

Renaud Marca -Le marché de Ghardaia

Renaud Marca – Touareg . . . à mobylette

Renaud Marca – Habana – Le vieux port