Les aquarellistes anglais du siècle d’or 1750-1850 – 6ème partie Paul Sandby – Francis Towne – Cornelius Varley – John Varley – William Wells

SANDBY Paul 1725 – 1809, aquarelliste et topographe anglais. Il a été employé à arpenter les Highlands d’Écosse après la rébellion de 1745. Pendant ses années en Écosse (1746-51) il a appris à interpréter le paysage avec une délicatesse et la précision des détails. La plupart de ses peintures de paysages sont réalisés à l’aquarelle ou à la gouache. Il a aussi reproduits ses dessins suivant la technique de , l’aquatinte qu’il a introduit. Il a souvent représenté le château de Windsor. La plupart des ses œuvres sont au Victoria and Albert Museum

http://www.artcyclopedia.com/artists/sandby_paul.html

http://www.darwincountry.org/explore/022378.html

sandbry-windsor-castel.1259947366.jpg

Paul Sandby -Chateau de Windsor

 Francis TOWNE 1739 – 1816 est un aquarelliste anglais né à  Isleworth. Il se forma avec auprès de William Pars et, en 1759, obtint un prix à la Society of Arts, où il exposa de 1762 à 1773. Il peignait à l’huile et à l’aquarelle  Il exposa pour la première fois à la Royal Academy en 1775. Il visita le pays de Galles, l’Italie, la France et la Suisse.

http://www.artcyclopedia.com/artists/towne_francis.html

towne-on-the-dart.1259947834.jpg

Francis Towne – On the Dart

Cornelius Varley 1781-1873 est un aquarelliste et scientifique anglais né à Londres. Il s’intéresse d’abord aux sciences naturelles. Il étudie l’art et le dessin. En 1800, il fait un voyage au Pays de Galles avec son frère ainé John.  Il expose à la  Royal Academy. Il est l’un des fondateurs en 1803, de la Watercolor society. Il a inventé un instrument d’optique, le télescope graphique. Il a publié des séries de gravures de bateaux sur la Tamise

http://www.artcyclopedia.com/artists/varley_cornelius.html

varley-cornelius-pass-of-llanberis.1259947946.jpg

Cornelius Varley –  Pass of Llanberis

John Varley   1778-1842, aquarelliste anglais  Hackney est le frère ainé de Cornelius. Il a d’abord exécuté des portraits à Holborn. Il est devenu l’élève de Joseph Charles Barrow. Il est l’un des fondateurs de la Old Watercolour Society-OWS. Il n’était pas un homme d’affaires avisé et il a noyé par les problèmes d’argent. Il a publié deux ouvrages, Un Traité sur les principes de paysage Dessin La perspective dans la pratiques de l’art du dessin. Il était féru d’astrologie. Une centaine de ses œuvres sont à la Tate Gallery , au  Victoria and Albert Museum et au British Museum.   http://www.artcyclopedia.com/artists/varley_john.html

varley-john-bamborough-castle.1259948164.jpg

Varley John  – Bamborough Castle

 William Frederick WELLS 1762-1836 est un aquarelliste anglais  né à Londres. Il a étudié l’art à Londres, avec John James Barralet. Il est un fondateur à Oxford d’une « Watercolour painters society » Il a beaucoup voyagé en Angleterre, en Norvège et en Suède. Il en a ramené de nombreux dessins et aquarelles qu’il présentait à la Royal Academy. Il a enseigné le dessin au Collège Addinscombre qui formait les officiers de la Compagnie des Indes. Il est était un ami intime de William Turner. A la fin de sa vie il se retira dans le Surrey.

wells-girl-with-a-lamb-on-a-country-lane-by-an-archway-with-two-young-boys-climbing-a-tree.1259948509.jpg

William Frederick Wells – Girl with a lamb on a country lane

by an archway with two young boys climbing a tree

Troisième triennale internationale de l’aquarelle – Terciro Trienal internacional de la Acuarela

trienal-colombie.1262152785.jpg

La 3ème Trienal Internacional de la Acuarela s’est tenu en tenue en Mai – Juin 2009 en Colombie au Museo Bolivariono de Arte Contemporáneo à Santa Marta

Elle a rassemblé plus de 150 participants venants  de 18 pays : Argentine -– Bolivie – Brésil – Canada– Colombie – Costa Ricca – Cuba – Equateur – Espagne – France-  –Honduras – Italie – Mexique – Pérou – Porto Rico – Russie – Uruguay– Venezuela.

La France était représentée par Annie Chemin – Christiane Juan – Jean-François Contremoulin et Michèle Reynier

On trouvera les œuvres des aquarellistes sur le site du « Museo Bolivariono »et le palmarès ici

C’est le bolivien Ricardo Perez Alcala qui a remporté le premier prix pour Feria.

primerpremio.1262153429.jpg

Ricardo Pérez Alcala – Feria -Aquarelle

En cliquant sur le lien hypertexte l’on peut visionnerune vidéo de ces manifestations.

Et encore une vidéo d’une démonstration pendant cette triennale

Mélanges de couleurs à l’aquarelle – Petites recettes glanées ici ou là

melange-de-couleurs.1262067615.jpg

Il y a bien entendu pour parler des mélanges de couleurs l’ouvrage de Moira Clinch
Et puis ici ou là l’on glane des petites recettes pour avoir un beau gris, un beau vert. Je n’ai pas fait d’expérimentation de tous les mélanges, donc … à essayer


Les violets

 Bleu outremer français WN  +Alizarine cramoisie + Rouge carmin  

Bleu outremer + magenta + bleu de cobalt

Bleu outremer + orange

Rouge d’alizarine + vert

Un bleu sombre 

Bleu + rouge oxyde

Gris de Payne léger + bleu cæruleum phatolo  (cf. Gérard Laserre)

 

Prune

Bleu phtalocyanique + marron de pérylène (cf. Ewa Karpinska) 

Les gris

Bleu outremer +  un rose permanent  (ou rouge de cadmium)

Bleu Blockx + rouge oxyde + ~ rose permanent  cf. JL Morelle

Bleu Blockx + marron de pérylène + ~ vert de vessie  cf. JL Morelle

Bleu + Marron de pérylène    cf. Philippe Mothe

Vert Winsor + Magenta + vert Winsor    cf. Gérard Laserre

Vert Winsor + Rose permanent  >   gris transparent
Vert de Hooker + Alizarine >= Gris brun

Terre d’ombre brûlée + bleu outremer  >  noir puissant et  gris

Terre de sienne brûlée  + bleu Winsor  > gris noir et légèrement verdâtre

Violet + Jaune primaire > gris chaud

Orange + bleu primaire > gris bleutés ardoise
1/3 carmin + 1/3 brun van Dick +1/3 indigo > gris métal argent

 

Les noirs

Bleu outremer + Garance rose

Bleu indigo + brun van Dyck + une pointe d’Alizarine

Bleu outremer + terre de sienne brûlée

Bleu indigo (ou phtalo) + terre d’ombre brûlée

Bleu outremer avec un brun Van Dyck

Bleu Winsor rouge + alizarine + pointe de sienne

+ pointe quinacridone magenta   cf. Maryse De May

Vert Winsor  + cramoisie d alizarine

Vert phtalo + cramoisi d’alizarine (ou rose permanent ou rouge indien)

 

Les verts 

Bleu outremer + jaune transparent = verts lumineux

Bleu de Cobalt + jaune transparent = verts clairs naturels

Terre de Sienne Naturelle + bleu Windsor  = verts lumineux et vifs
Rouge oxyde + bleu cæruleum phtalo + pointe magenta

=  Terre verte   cf. Gérard Laserre

Auréoline + Vert émeraude = vert jaune

Jaune transparent + Vert de Hooker = vert jaune clair

Jaune indien + Vert de Hooker  = vert jaune (+ chaud)

Bleu Winsor vert + jaune indien  = jaune frais et léger

Vert de Hooker + Violet Winsor = vert foncé ~ (conifères)

Vert de vessie  +  violet Winsor = vert foncé

Vert outremer + jaune indien + marron de pérylène (une pointe) = Verts foncés
Jaune  +  noir = vert foncé

Vert de vessie +  violet Winsor (une pointe)  = verts foncés chauds allant vers le  gris foncé

Bleu Winsor vert + Alizarine = pointe violer Winsor = verts gris puis gris
Bleu de Cobalt + jaune indien = verts ternes puis gris

 

Brun

Gris de Payne + rouge magenta  cf. Luc Marion

 

Couleur de la pierre

Violet de cobalt + terre verte

Charles Lapicque – Peintre français et Centralien – Eléments de biographie – oeuvres sur toile et aquarelles

lapicque2.1261899895.jpg

Charles Lapicque 1898-1988

http://www.charleslapicque.fr/lapicque.php

Charles Lapicque (1898-1988) peintre français est né à Theizé dans le Rhône. Son père chef d’orchestre, et aussi peintre, meurt avant sa naissance. Il montre très vite des dons pour la musique et le dessin. Il est marqué par la Bretagne où il passe régulièrement les vacances. familiales. Il commence à peindre en autodidacte dès en 1920 ,mais il se consacrera exclusivement à sa carrière de peintre ne commencera  qu’à la fin des années 1930. Il a fait des études d’ingénieur à l’Ecole Centrale  de Paris, dont il sort diplômé en 1921. Il occupe plusieurs postes d’ingénieur dans le secteur privé tout en poursuivant des études de sciences physique et d’optique. De 1931 à 1943, il travaille à la faculté des Sciences de Paris.

Il y commence ses premières recherches scientifiques sur les contrastes des valeurs et la vision des couleurs. Dans son ouvrage « Le rouge et le bleu dans les arts » il démontre que « la règle classique, celle de Vinci, préconisant de placer les bleus dans le lointain, les rouges, orangés et jaunes au premier plan, est un contre-sens. Il est plus logique, plus favorable de faire l’inverse. Il mettra ses découvertes en application dans sa peinture. Ce peintre discret,  également musicien, sculpteur, sportif, a produit un œuvre picturale diversifiée protéiforme qui suscita les malentendus. . On l’a qualifié d’abstrait, de figuratif, de cubiste, de fauve, mais il ne se rattachait à aucun courant.

Il utilise généralement des couleurs acidulées mais aussi parfois agressives, qui dynamisent la perception. Le « dessin court après la couleur et la couleur après le dessin » pour donner un rythme, un mouvement, une pulsation et un pouvoir d’évocation aux allures de pays des merveilles. C’est un impatient qui supporte mal d’être obligé de composer avec le temps. Lapicque ne dessinait  jamais sur le motif. « A nous, de donner de la réalité une apparence qu’elle n’a pas d’elle-même, une forme, une figure; et cela ne se fait que par la mémoire».

Ses thèmes préférés sont la mer, les rochers, les voiliers, la musique, le tennis, les chevaux, les fauves, les chevaliers et  les rois. Il a un peu voyagé, à Venise et Rome, en Espagne, en Hollande et dans l’Atlas Saharien. Son œuvre peut être arbitrairement répartie en cinq périodes : Période quasi-abstraite (1940-1949) – Période « boucles et entrelacs «  (Récifs, régates, etc… jusqu’en 53) -Période flamboyante (Rome, Venise, personnages, tigres 1950-60) -L’obsession du mouvement (Tennis, Tempêtes 1960-1969) – La sérénité (à partir de 1970). Il a utilisé l’huile, l’acrylique, l’encre de chine et aussi l’aquarelle, au début et à la fin de son œuvre.

André Breton le considérait comme l’un des dix plus importants de l’art occidental et le  grand critique d’art Pierre Restany comme l’un de cinq maîtres de la Peinture française. On considère que ses travaux sur la couleur publiés dans « Essais sur l’art, l’espace et la destinée » (Grasset, 1957) ont influencé des artistes comme Bazaine, Manessier mais aussi Rancillac, Arroyo, Di Rosa, Boisrond, Combas ou encore Dubuffet.

Dès 1929 la galeriste Jeanne Bucher l’expose. En 1953 il reçoit le prix Raoul Duffy. En 1978, le Centre Georges Pompidou lui organise une rétrospective de ses dessins. En 1979, il reçoit le grand prix National de la Peinture. Il était « peintre de la Marine »

« Un dimanche aux régates » – huile sur toile de 1952, était mise à pirx le 11 décembre 2009, par l’étude Beaussant & Lefèvre, lors de la vente de la collection Jean et Gilberte Lescure  pour 20.000 €uros. Elle a été adjugée à 95.000 €

On trouvera des estampes sur Amorosart   et d’autres oeuvres sur Mutual Art ainsi que les oeuvres de l’artiste dans les musées du monde, susrtout pour le Ciudad de la pintura, sur Artcyclopedia

Deux vidéos sur des expositions au Musée de la Poste et au Musée de la Marine à Toulon  

Et voici une sélection d’oeuvres de l’artiste, à huile, acrylique, l’aquarelle ainsi qu’en lithographie

lapicque-hommage-a-palestrina-1925-huile-resolution-de-lecran.1261904957.jpg

Charles Lapicque – Hommage à Palestrina – 1925 – Huile sur toile

jeanne-darc-traversant-la-loire.1261904659.jpg

Charles Lapicque – Jeanne d’Arc traversant la Loire- 1940- Huile sur toile

la-bataille-de-waterloo-1949-resolution-de-lecran.1261905242.jpg

Charles Lapicque – La bataille de Waterloo- 1949 – Huile sur toile

lapicque-un-dimanche-aux-regates-1952-huile.1261928710.jpg

Charles Lapicque – Un dimanche aux régates – 1952 – Huile sur toile

(Oeuvre présente lors de la vente de la Collection Lescure du 11/12/2009)

coucher-de-soleil-sur-la-guidecca-1954-resolution-de-lecran.1261911001.jpg

Charles Lapicque -Coucher de soleil sur la Guidecca –  1954

le-tigre-des-ming-1961.1261911126.jpg

Charles Lapicque – Le tigre des Ming – 1961

lapicque-le-bal-acryliqe.1261911288.jpg

Charles Lapicque – Le bal – 1971 – Acrylique

lapicque-serigraphie.1261911395.jpg

Charles Lapicque – Sérigraphie

afrika_62_aq-resolution-de-lecran.1261911872.jpg

Charles Lapicque – Africa –  1962 – Aquarelle

aqua_73-resolution-de-lecran.1261912176.jpg

Charles Lapicque – Sans titre – 1973 – Aquarelle

 

Charles Lapicque, « le dérangeur » au Musée de l’Abbaye Sainte Croix aux Sables-d’Olonne

affiche-lapicque.1261891683.jpg

Cette exposition fruit de la collaboration de trois musées régionaux termine ici son périple. Après le musée de l’hospice Saint-Roch d’Issoudun et le musée d’Unterlinden de Colmar, c’est le musée de l’Abbaye de Saint Croix aux Sables-d’Olonne, qui présente cette rétrospective de l’œuvre de Charles Lapicque (1898-1988). Les critiques l’avaient surnommé « le dérangeur ». Cette figure hors norme de la peinture française était non seulement un peintre, mais aussi un scientifique, un philosophe, un musicien, un sportif. L’œuvre picturale de cet autodidacte, ne se rattache à aucun des courants artistiques de son époque.  Une soixantaine de tableaux sont présentés, jusqu’au 14 février 2010. 

Voici une vidéo de cette exposition :

Je mettrai en ligne demain un article sur la biographie et l’oeuvre de Charles Lapicque.

 

Aquarellistes du monde entier – Watercolor artists from around the world – Acuarela artistas de todo el mundo

Le Père noël  Des Aquarellistes – P.D.A

pere-noel-pda.1261759386.jpg

J’ai entre les mains le numéro dernier numéro « hors série Aquarelle » de Pratique des Arts.

Bien entendu, il y a des pages consacrées aux artistes qui font partie du « paysage » des magazines du Groupe Megastar comme Maryse De May , Jérôme Cossé. Et puis aussi  Stéphane Heurion , Annie Chemin , ou Corinne Polimont. Chacun y va de son exposé, ses secrets, ses façons de faire. Il y a toujours à glaner.

Et puis il y de nombreuses découvertes avec ces « 30 aquarellistes venus d’ailleurs ».  Avec d’abord, des articles consacrés à Slawa Prischedko et à Wen Ming Xin que l’on connaît. Une révélation pour moi, Wladyslaw Mirecki , aquarelliste né en Angleterre, qui travaille sur de très grands formats. Il est autodidacte et dit « qu’il a du mal à se sentir véritablement artiste »Et aussi Piet Lap que je redécouvre et dont j’aime les paysages puissants  et lumineux.

Et puis des portfolios pour commencer celui  sur des « aquarellistes d’Europe » :  Trevor Chamberlain, Aurora Charlo , Anet Duncan , Paul Kemp , Lars Ostling , Nemesio Rubio Pedrajas,   José Juarez Perez , Torgeir Schjolberg dont j’ai parlé ici  il y a juste un an ou encore les  « francophones » Georges Artaud, Danielle Carrel , Guy Gruwier , notre ami Yann Lesacher , Pascal Pihen et aussi Wolfram Aichele qui vit en France depuis plus de 50 ans

Ensuite sur les « aquarellistes d’Amérique » : John Salminen , Noriko Imaï, Mauro Castillo , Carol Ann Schrader , Carla O’Connor , Sandra Walker ou Frederick  Graff ou encore Alvaro Castagnet dont j’ai aussi parlé ici

Et encore le portfolio sur les « aquarellistes d’Asie« , Chan Chang How , Kim Eng Yeo , Prashant Prabhu que l’on connaît et Milind Mulick dont j’ai aussi parlé ici

Et enfin celui sur les « aquarellistes d’Océanie «  : Adrienne Pavelka , Joseph Zbukvick que l’on connaît bien, Wayne Roberts et Paul Margocsy

Je pense que le fait de disposer par le truchement de ce billet d’un accès direct vers les sites de ces artistes vous intéressera. Au fil du temps, je me promets de revenir sur le parcours de certains d’entre eux, venus d’ailleurs. Ils nous montrent souvent des choses différentes et ce changement d’air nous vivifie.

Les peintres et la Nativité – Nativity and painters

La Nativité a inspiré les peintres au cours des siècles. Il est certain que entre les douzième et seizième siècle que les représentations sont les plus nombreuses. Mais certains artistes de l’époque moderne comme Gauguin et Chagall ont donné leur interprétation.

On trouvera sur « The text this week » un certain nombre de renvoi vers les oeuvres qui représentent la Nativité, au cours des siècles.

Voici une courte sélection de ces représentations de la Nativité parfois appelée aussi dans le titre du tableau « Naissance de Jésus »

giotto-di-bondone-1267-1337.1261589395.jpg

Giotto di Bondone – 1267-1337

1-botticelli-nativite-mystique.1261589312.jpg

Botticelli 1445-1510 – Nativité mystique

2-nicolas-poussin-nativite.1261589505.JPG

Nicolas Poussin 1594-1665

5-philippe-de-champaigne_nativite.1261589645.jpg

Philippe de Champaigne 1602-1674

6-paul-gauguin_-te-tamari-no-atua-nativity-1896.1261589695.JPG

Paul Gauguin – 1848-1903 – Te tamari no atua

chagall_nativite.1261589790.jpg

Marc Chagall 1889-1945

woonbo-kim-ki-chang-coree-nativite.1261589871.jpg

Woonbo-kim-ki-chang -Corée 1914-2001

navidad-mexique.1261589948.jpg

Nativité contemporaine -Mexique

the-birth-of-jesus-afrique.1261590029.jpg

Nativité moderne Afrique

Les arbres – – Formes et variétés – Partie I/3

arbre-extraordinaire.1261553217.jpg

Source : Blog insolite

et des information sur cet arbre vieux de 1500 ans sur Angel Oak tree

Avant des dessiner ou de peindre les arbres il semble important d’essayer de mieux les connaitre

La structure des arbres

 De façon simplifiée, un arbre peut être représenté de la façon suivante :

 

arbre-silhouette.1261553298.jpg

 Les arbres et la lumière

Les arbres suivant leur structure ne laissent pas tous passer la lumière de la même façon

arbres-trasparence-des-feuilles.1261554193.jpg

Les arbres à la belle saison

La plupart des arbres  peuvent se réduire à des formes géométriques que l’on peut classer dans les  quatre catégories suivantes :

 Les arbres arrondis  comme le chêne, le marronnier, le noyer, l’orme, le hêtre ou le figuier ont une forme de dôme.

Leurs branches et leur feuillage couvrent en été les 2/3 de leur hauteur. N’est donc visible qu’une petite partie du tronc

arbres-en-dome.1261553386.jpg

Les arbres hauts et fins comme le peuplier, le bouleau, le platane ou encore le pin sylvestre, le cyprès, Ils ont la forme d’un ovale long et étroit. Le feuillage qui couvre environ les 2/3 de la hauteur pousse en touffes un peu espacées. On voit donc apparaître le tronc et les branches robustes et relativement courtes. Entre les espaces l’on peut voir le ciel et les arbres voisins

arbres-hauts-et-fins.1261553460.jpg

 Les conifères, pins et sapins sont des arbres  à la forme coniques. Les branches cachent la presque totalité du tronc

arbres-coniferes.1261553767.jpg

 Les arbres à sommet plat, comme le cèdre, le pin parasol, le baobab Les branches et les feuilles sont généralement asymétriques.

arbres-a-sommet-plat.1261553853.jpg

Bien entendu certains arbres ne peuvent pas être  classés suivant des formes géométriques simples, comme le saule pleureur, l’olivier, le palmier

arbres-divers.1261553939.jpg

Les arbres en hiver

Cette saison est intéressante pour observer la structure, le squelette des arbres, avec son tronc et ses branches

arbres-en-hiver.1261554006.jpg

Des sites pour apprendre à connaître les arbres

DomtarDesign vegetal Les arbres.fr Les arbres.free   – Vert de terre –  Arbre.org VisifloraKrapo arboricole Et puis pour termner le « test de l’arbre » cher aux psychologues

Les aquarellistes anglais du siècle d’or 1750-1850 – 5ème partie William Payne – Thomas Rowlandson – David Roberts

William Payne 1769-1843, aquarelliste anglais né à Londres. Il est l’’inventeur du « Gris de Payne », une couleur que tous les aquarellistes connaissent et utilisent. On sait peu de choses sur lui. Il a commencé à exposer à la  Society of Artists of Great Britain. Dans les années 1780 il vit à Plymouth. Il réalise de nombreuses aquarelles dans le Devon et les Cornouailles. En 1790, il retourne à Londres, où il est devient un artiste à la mode. Il a réaliser de nombreuses œuvres. 

http://www.artcyclopedia.com/artists/pyne_william_henry.html

pyne-william-landscape-with-a-shepherd-and-his-flock.1259899532.jpg

William Payne – landscape with shepherd and his flock – aquarelle

 William Pars (1742-1782) est un artiste et topographe anglais. Il est portraitiste et il  enseigne à l’école de dessin Slipey à Londres. Il est choisi par la « Dilettanti society» pour participer à une expédition archéologique de Richard Chandler et Nicholas Revett en Grèce et en Asie mineure. Il en a remmené  de nombreux dessins et aquarelles  qui ont été publiées dans des revues spécialisées, ntoamment dans « Ionian antiquities » et  Il a aussi visité la Suisse et l’Italie. En 1770 il est admis à la Royal académie.

http://www.artcyclopedia.com/artists/pars_william.html

pars-glacier-du-rhone.1259909362.jpg

William Pars – Le glacier du Rhone – aquarelle

 Thomas Rowlandson 1756 – 1827 né à Londres était le fils d’un commerçant prospère. Dès l’âge de 10 ans il apprend à dessiner. Après  ses études secondaires à Eton, il s’installe à Paris de 1772 à 1775 chez un oncle et entre suit des cours de dessins avec Pigalle. Il fera de nombreux voyages  en Europe. En 1777, il s’établit comme peintre de portraits  et de paysages et jouit d’une bonne réputation. Cependant il hérite en 1782 d’une tante française. Il délaisse alors la création artistique pour se consacrer presque uniquement au jeu. Assez vite ruiné il se lance avec un  certain succès dans la caricature. Il est illustrateur pour l’éditeur d’art Rudolph Ackermann. En 1809, sa série de gravures pour « The Schoolmaster’s Tour » est très populaire. Il grave ensuite et publie à titre personnelle des séries du Dr Syntaxe et également des eaux-fortes érotiques.  http://www.artcyclopedia.com/artists/rowlandson_thomas.html

 rowlandson-nymphes-a-la-baignade.1259899849.jpg

Thomas Rawlandson – Nymphes à la baignade – aquarelle

David Roberts 1796-1864  est né à Edimbourg en Ecosse en 1796. Il est d’abord peintre en bâtiments et décorateur. Il étudie l’art, le soir et en 1820 il rencontre le peintre de marines Clarkson Stanfield qui l’encourage à embrasser une carrière artistique. Il s’installe alors à Londres et expose à la Société des artistes britanniques. Il effectue un voyage en Égypte, en Nubie, en Terre Sainte et en Syrie Il peint les monuments, et les personnages. Ses œuvres sont publiées avec succès par le lithographe Louis Haghe, en six volumes vendu par abonnement de 248 lithographies coloriées à la main. Ces illustrations d’Egypte sont actuellement recherchées des collectionneurs. Il est rentré à la Royal academy. Il a continué à voyager et à peindre. Il a publié « Dessins pittoresques d’Espagne » et « L’Italie classique, historique et pittoresque »

http://www.museum-tours.com/museum/roberts/roberts0.htm

http://www.artcyclopedia.com/artists/roberts_david.html

  roberts-david-vallee-des-rois.1259900311.jpg

David Roberts – La vallée des rois – aquarelle