La peinture à l’huile soluble dans l’eau

Peintures à l’huile miscibles dans l’eau

Mon esprit parfois potache m’avait fait annoncer, le 1er avril 2011, la mise sur le marché de Watercoloroil  une aquarelle diluable dans l’huile. Il s’agissait d’un poisson d’avril.

Mais il existe des peintures à l’huile solubles dans l’eau Dès 2009-2010 Winsor et Newton lançait Artisan bientôt suivi par Talens et sa gamme Cobra On peut télécharger les nuanciers d’Artisan et de Cobra et visionner des vidéos de démonstration et de promotion de ces deux produits. Il ne faut pas non plus oublier Lukas Berlin

Les disparues d’Orsay

L’album « Les disparues d’Orsay »   co-édité par le musée d’Orsay et Futuropolis, est une bande dessinée de Stéphane Levallois publiciste et dessinateur de B.D.

Gardien du musée d’Orsay depuis 30 ans, Virgile Gautrey découvre qu’il n’y a plus de présence féminine dans les tableaux d’Ingres 1780-1867, William Bouguereau 1825-1905, Jean-Léon Gérôme 1824-1904, Henri de Toulouse Lautrec 1864-1901, Pablo Picasso 1881-1973 , Pierre Puvis de Chavannes 1824-1898 , Paul Gauguin 1848-1903, Edgar Degas 1834-1917 , Odilon Redon 1840-1916 . Il part à la recherche du coupable. On se rappelle qu’Orsay avant d’être un musée ( œuvres de 1848 à 1914) a été une gare.

L’auteur entraine le lecteur dans un voyage fantastique et ferroviaire. Les oeuvres sont le fil rouge pour partir à la rencontre des peintres qui ont fait l’histoire de l’art moderne. Voici quelques exemples de planches superbement dessinées de cette histoire  dégantée

Garip Ay apprivoise l’art turc de l’Ebru

garipGarip Ay

En janvier 2010 j’avais consacré un billet au papier marbré.en décrivant 2 approches. Celle des marbreurs japonnais qui pratiquent le suminagashi depuis le 12ème siècle et celle de l’Ebru turc qui remonte au 15 ème siècle.

Voici une démonstration de la technique traditionnelle par l’artiste turc  Nuri Pinar

=o=o=o=o=o=o=

Garip Ay est un artiste turc qui s’exprime lui aussi avec  l’Ebru. Il réalise bien entendu de l’Ebru traditionnel.

Il a aussi une approche contemporaine : il réalise des œuvres éphémères inspirées des tableaux de Vincent Van Gogh comme la Nuit étoilée et l’un de ses autoportraits de 1889

nuit-etoilee-van-goghauto-portrait-van-goghVoici la vidéo

Si vous avez tout compris de la technique de Garip Ay , il ne vous reste plus qu’à . . . .

Exposition d’ Arts pluriels à Bondues (Nord)

arts pluriels 2015L’association « Les Arts pluriels » présente les travaux de ses membres

Espace culturel 3, rue René d’Hespel à Bondues

du 30 mai au 14 juin 2015

Je participe à un atelier de modelage en modèle vivant animé par Samir Leksouri,  tous les vendredi depuis la fin du mois d’octobre 2014. Les séances durent 3 heures. Le modèle tient la même pose trois semaines de suite.Les modèles, femme ou homme, posent seul ou en couple.  Les statues sont donc terminées au bout de 3 semaines. Elles sont ensuite cuites dans le four de l’association.

J’ai déjà une collection de 6 ou 7 œuvres. J’en ai choisi une que j’ai patinée . . .à l’aquarelle puis à la cire d’abeille. Elle sera donc exposée avec celles de mes amies de cet atelier mais aussi des ateliers des autres disciplines

La peinture aux doigts à l’acrylique . . .et pourquoi pas à l’aquarelle

peinture aux doigtsJusqu’à hier, la peinture aux doigts était pour moi une activité ludique réservée aux jeunes enfants.

Or à Atelier 2,  lors de la séance hebdomadaire de modèle vivant nous avons peint avec les doigts à la peinture acrylique noire. Le but n’était pas de s’attacher aux proportions anatomiques mais d’essayer  « nos nouveaux pinceaux ».Dans un premier temps cette approche est plutôt déconcertante et puis l’on commence à maîtriser la technique. Et voici , loin d’être parfaits, quelques nus réalisés en fin de séance.

P1010003Cette pratique m’a interpellé et j’ai recherché si cette technique était utilisée par des artistes.

L’artiste suisse Louis Soutter 1871-1942 dont l’œuvre a été exposée à la Maison rouge en 2012 et  a eu une période  de peinture aux doigts.

Certains artistes contemporains utilisent cette approche la finger painting. Je n’ai pas fait de recherches exhaustives, mais l’on peut citer la japonaise Rokkaku Ayako, l’américaine Iris Scott. Il y a aussi, mais aux pastels secs, ce qui est plus connu, Zaria Forman

Je pense qu’un jour ou l’autre, je vais faire des essais non plus avec de la peinture acrylique mais avec de l’aquarelle. Peut-être que ce médium ne s’y prête pas. L’on verra bien . . . à suivre.

Iris scottIris Scott – Paysage – peinture aux doigts

soutter souplesseLouis Soutter – Souplesse – Peinture aux doigts

ayako RokkatuRokkaku Ayako – sans titre – peinture aux doigts

Zaria FormanZaria Forman – Greenland – Peinture aux doigts

Mon premier modelage d’après Modèle vivant

P1000999J’avais depuis quelques années des velléités de pratiquer la sculpture. Suite à une rencontre, lors d’une exposition, j’ai pris la décision de me lancer.

Depuis la rentrée, début octobre, je participe maintenant, à Arts pluriels, le vendredi matin à un atelier de modelage dirigé par Samir. Le modèle tient la pose pendant 3 heures. Il la reprend, à peu près à l’identique pendant deux autres séances également d’une durée de 3 heures.

Pendant les séances, chaque participant, évolue avec sa sellette à roulette, autour du modèle. Sur le plateau repose le blog de terre, qui d’ébauche aboutira à une pièce terminée. Ensuite, on laisse la pièce sécher puis on la cuit dans le four ad hoc.

Voici donc la première statue que j’ai réalisée en 9 heures. J’avoue que je suis séduit par cette nouvelle pratique artistique et somme toute assez satisfait du résultat. Dans les prochaines semaines je vais rassembler des éléments puis rédiger des articles sur ce sujet. Il est certain que cette pratique, plus concrète que le dessin, favorise l’observation.

George Sand, Victor Hugo et les autres, des histoires de taches

Normal
0
21

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;}

sanddessinGeorge Sand – Dessins et aquarelles

Les taches ont  toujours intéressé les artistes, les poètes, les prédicteurs et les thérapeutes. Les uns les détournent, y trouve l’inspiration, les autres les interprètent.

Dans son Traité de la peinture , Léonard de Vinci (1452-1518) conseille  «  si tu regardes des murs souillés de beaucoup de taches, ou faits de pierres multicolores, avec l’idée d’imaginer quelque scène, tu y trouveras l’analogie de paysages au décor de montagnes, rivières, rochers, arbres, plaines, larges vallées et collines de toute sorte. Tu pourras y voir aussi des batailles et des figures aux gestes vifs et d’étranges visages et costumes et une infinité de choses, que tu pourras ramener à une forme nette et compléter »

La romancière George Sand 1804-1876 utilise la technique de la dendrite ou aquarelle à l’écrasage. Celle-ci consiste à retoucher au pinceau ou à la plume une forme abstraite obtenue par pliage de taches d’encre, de gouache ou d’aquarelle  projetée sur un papier mouillé.

 Son contemporain et confrère en littérature Victor Hugo 1802-1885 quant à lui projette de l’encre mais aussi du café noir, de la suie sur du papier.  Ces taches deviennent des châteaux, des monstres, des personnages. Au siècle suivant, les surréalistes utiliseront aussi ces techniques pour générer des formes aléatoires.

A la même époque, le médecin suisse Justinus Kerner , artiste et spiritiste invente la Klecksographie qui utilise la technique des dendrites. Au début du 20ème siècle le le psychiatre Hermann Rorschach utilise les taches comme outil d’évaluation psychologique

Plus récemment, venue du Canada l’aquagraphie, écriture de l’eau, est utilisée par les art-thérapeutes ou les orthophonistes. L’interprétation ludique des taches colorées stimule l’imagerie mentale et l’inconscient du patient

Voici quelques dendrites de George Sand

Sand Dendrite 1Sand Dendrite 2Sand Dendrite 3Et quelques dessins de Victor Hugo

Hugo L'homme océanHugo Ma destinéeHugo 3Tache de Rorschach

Rorschach

 

 

Aquarelle en 3D et pâte à modeler

Normal
0
21

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;}

Il y a quelques aquarellistes qui cherchent à innover qui présentent des aquarelles « en relief » autrement dit en 3 D. Personnellement, je ne trouve pas que cela apporte grand chose à ce médium. Mais c’est un point de vue personnel. Ce n’est donc pas une raison pour ne pas évoquer cette approche qui « singe la peinture à l’acrylique »

Ces artistes utilisent une  « pâte à modeler » ou « modeling paste ».

Le fabricant allemand Schmincke  propose « Aqua-pâte à modeler » un produit spécifique pour l’aquarelle

« Cette pâte permet de sculpter littéralement l’aquarelle et de réaliser ainsi des effets en trois dimensions. En ce sens, elle s’apparente aux médiums pour acrylique et permettent le même type d’effets obtenus. Ce médium existe en deux versions, finition lisse ou rugueuse et s’applique à la spatule ou au couteau. La surface peut être teintée par l’ajout d’aquarelle en tube ou de couleurs acryliques. Elle doit être totalement sèche avant de peindre à l’aquarelle »

D’autres marques comme Liquitex ,Pébéo, Lascaux Amsterdam de Talens Golden proposent des pâtes initialement conçues que l’acrylique. A voir à ce sujet une discussion sur le forum WetCancas

Encres sur papier, Zhou Gang et quelques autres

 Le peintre d’origine chinoise Zhou Gang  expose actuellement et jusqu’au 16 février 2013 à la Victoria’s gallery. Il peint à l’encre de chine sur papier.

Zhou Gang – Vent printanier

D’autres artistes  utilisent les mêmes techniques ancestrales  de calligraphie et de peinture à l’encre. On en trouve quelques uns représentés par Art on paper in China. Il y a notamment  Ma Haifang + vidéo = Loch’ ing = T’ang Haywen = Ren Huizhong = Chan Ky-Yut = Yuan Wu = Li Yu Fan = Fabienne Verdier = Sun Cheng Xin = Shan Sa = Ye Xin = Zhao Biru

 Voici quelques œuvres de ces artistes

Ma Haifang marchand de jouets

Loch’ing – White clouds hide the green mountains

T’ang Haywen – Composition

Ren Huizhong – Sans titre

Chan Ki Yut – Encre et aquarelle

Yuan Wu – Sans titre

Li Yu Fan  – Panique – Encre et couleurs

Fabienne Verdier-Pélerinage au mont des intentions pures

Sun Cheng Xin –  Hutong home gate  – Encres

Shan Sa – Encres

Ye Xin

Zhao Biru

Le « cadavre exquis » le jeu inventé par les surréalistes est toujours actuel.

Cadavre exquis par André Breton, Camille Goemans,

Jacques Prévert et Yves Tanguy

 Le cadavre exquis (exquisite corpse en anglais et cadaver exquisito en espagnol) est un jeu collectif inventé par les surréalistes en 1925 dans une maison aujourd’hui disparue, au 54, rue du Château  à Paris où logeaient  Marcel Duhamel, Jacques Prévert, Yves Tanguy.

Parmi les participants, il y avait des peintres et des poètes, notamment André Breton, ,  René Char,  Simone Collinet, Eugène Brendel dit Paul Eluard, Nusch Éluard, Georges Hugnet, Frida Kahlo, Henry Miller. Joan Miró, Max Morise,   Benjamin Peret, Pierre ReverdyMan Ray, Tristan Tzara

Le principe est de créer un poème ou un dessin en groupe. Chacun des participants écrit une phrase ou dessine quelque chose qu’il dissimule à la personne suivante en repliant le papier. Chaque participant ne peut donc pas s’inspirer de ce qui a été fait avant lui. Une fois le jeu terminé, une histoire ou une image insolite formée d’éléments disparates surgit. Le nom de cette méthode est d’ailleurs tiré de la première phrase réalisée de cette façon : « Le cadavre exquis boira le vin nouveau. »

Voici une courte vidéo qui explicite la démarche

On peut voir quelques uns de ces dessins sur exquisite corpse et un article sur Artes magazine

En 2011, « Slick » a proposé à 64 artistes de réaliser un cadavre exquis   long de 100 mètres  pendant la semaine du dessin.  L’Express a proposé un concours lors du festival de la BD d’Angoulême 2012. En 2013, dans le cadre de Marseille Provence, année européenne de la Culture, le Musée Granet d’ Aix-en-Provence va proposer à des artistes de réaliser un cadavre exquis.

 La tradition se perpétue et utilise maintenant les ressources multimédia. Ainsi, l’on peut voir des dessins  du groupe Collaborative corpse sur « deviantART » Il y a aussi le blog de l’artiste espagnol Marc M Gusta.

Un peu moins sérieusement, tout un chacun peut participer au projet d’ Epic exquisite corpse ou encore à celui plus commercial du Wall of fame. Des graphistes revisitent le concept avec le Photoshop ping-pong ou Photoshop RTennis.

Une BD s’intitule Cadavre-exquis.  et aussi le film de Francesco Rosi (1976) qui n’a rien à voir avec le jeu des surréalistes.

Voici quelques « cadavres exquis » réalisés par les surréalistes :

Cadavre exquis  de Man Ray, Joan Miro, Max Morise, Yves Tanguy

Cadavre exquis – André breton,Valentine Gross, Tristan Tzara, Greta Knutson – 1933

Cadavres exquis – André Breton ,  Nusch Eluard

Paul Eluard, Valentine  Gross

Cadavre exquis – André Breton, Jacqueline Lamba, Yves Tanguy

Cadavre exquis -André Breton, Yves Tanguy, Marcel Duchamp, Max Morise,

Cadavres exquis – André Breton, Max Morise, Yves Tanguy, Marcel Duhamel

Le Batik – Hier et aujourd’hui – Partie 1- Pratique traditionnelle

Batik au pinceau – Sri Lanka

 

 Le batik, du javanais titik (point),  est une technique  d’impression des étoffes  pratiquée en Afrique de l’Ouest, au Moyen Orient et en Asie.

L’artiste commence par dessiner son sujet sur le tissu. Il va ensuite travailler, couleur par couleurs, des claires au foncées, en masquant à la cire chaude les zones réservées pour d’autres couleurs. La couleur est appliquée au pinceau ou par trempage dans un bain. Il existe plusieurs techniques décrites ici

En Indonésie l’art du batik se transmet de génération en génération. Il  participe de l’identité culturelle, au travers des significations symboliques de ses couleurs et dessins. A ce titre est a été inscrit par l’Unesco au patrimoine immatériel de l’humanité. Un musée lui est consacré à Pekalongan la Cité du Batik.

Voici quelques sites consacrés au batik :  batik indonésien, Indonesia, batik africain, tissus africains, fabrique au Sri Lanka, batik indien, Africouleur

Voici quelques exemples de batik

Batik indonésien

Batik Srilankais

Batik indien

Batik africain

Batik malaisien

Les contes de Noël et des autres jours et leurs illustrateurs

Christmas Carol de Charles-Dickens Illustration de George Cruikshank

Évoquer les Contes de Noël est une autre façon de souhaiter un Joyeux Noël.

 Dans les contes de Noël et des autres jours,  d’ici et d’ailleurs, il y a bien entendu le texte et la façon de le lire, de préférence à haute voix.

Sur Internet des sites proposent le texte des certains contes. On trouve ainsi les contes  de Charles Perrault, de Mme d’Aulnoy, Jeanne-Marie Leprince de Beaumont de la Fée Clochette , d’ Andersen, des Frères Grimm, de Sindbad le marin, du  Petit chaperon rouge, de Boucle d’or et les trois ours. Et aussi des contes africains, d’Afrique, le génie du manguier ,  des contes du Québec, des contes japonais, des contes de Noël,  Halloween, l’ourson bleu, d’ailleurs,Princesse aux petits pois, Soudan

Leur illustration joue aussi un rôle primordial. Quand nous nous remémorons les contes de notre enfance, ce sont d’abord des images qui s’imposent à nous.

 Le premier illustrateur connu est sans doute Clément-Pierre Marillier (1740-1808) qui a illustré le Cabinet des Fées. Il y a un peu plus tard George Cruikshank  (1792-1878)  qui illustre les Contes de Grimm ou Adrian Ludwig Richter (1803-1884)  les contes populaires allemands, les « Volksmärchen des Deutschen »

 On connait bien entendu les illustrations que Gustave Doré (1832-1883)  a faites des  contes de Perrault. Il y a ensuite  Walter Crane (1845-1915)  Henry Morin (1873-1961), Félix Lorioux (1872-1964) Arthur Rackham  (1867-1939), Edmond Dulac,  Edmond Dulac (1882-1953) Kay Nielsen (1886-1957)

Au cours du 20ème siècle il y d’autres illustrateurs comme Ezio Anichini 1886-1948 ,Georges Beuville 1902-1982, Dimpre, Henri Dimpre 1907-1971  Manon Iessel 1909-1985. Paul Kauffmann 1849-1940. Joseph Kuhn-Régnier 1873-1940. Maurice Lemainque . Yvon Le Gall 1934-1984.René Peron 1904-1972  Roger Schardner 1898-1981 Léon Zeytline 1885-1962 Boris Zworykine 1872-1942.

De nos jours de nombreux artistes illustrent toujours les contes, comme : Monique Azemat = Catherine Bayle = Corinne Binois = François Bourgeon = Martine Bourre = Catherine Chardonnay = = Isabelle Chatellard = Céline Chevrel = =Jean_Claverie = Frederic Clément=  Richard Clifton-Dey = Mélanie Combes =Laurent Corvaisier = Philippe Davaine = Antoine Déprez =  Bertrand Dubois = Daniel Dupuy = Dominique Fages =Elsa Fouquier = Jean Giannini =Stéphane Girel = Christian Guibbaud =Judith Gueyfier = Vanessa Hié = Véronique Joffre = Cécile Landowski =Arnaud Laval ==Frederick Mansot =Lise Marin = Jean-Francois Martin == Vincent Mathy =  Véronique Mazière =   Fabrice Mondejar =Santiago Monteil= Peggy Nille =Jacques Pecnard =François Place  = Eric Puybaret =Nancy Ribard =Francois Roca =Charlotte Roederer = Maurice Sandak =Sylvie Serprix =Eléonore Zuber =  Lisbeth Zwerger  et aussi sur les sites de la Maison des illustrateurs et de Ricochet Jeunes

Et quelques exemples d’illustrations

Gustave Doré – Cendrillon

Franz Jüttner – Blanche neige et les sept nains

François Place – La femme scarabée

Frédéric Manso  – Tamanna Princesse d’arabesques

Christian Guibbaud – Un truc sur un machin

Nancy Ribard – Dix contes de chevaliers

Nathalie Serprix – Un beau jour du crocodile

L’empreinte de poisson. L’art japonais du Gyotaku 魚拓

 Jean-Pierre Guilleron – Bars et ban de tacauds

Le Gyotaku du japonais Gyo ( poisson)  et Taku (empreinte, trace) que l’on traduit en français par ichtyogramme et en anglais par Fish print est une forme particulière de l’’art japonais qui consiste à reproduire l’image d’un poisson par empreinte dus papier ou sur soie. Cette technique d’empreinte était utilisée en Chine depuis des temps immémoriaux pour exécuter des relevés de stèles.

 Les premiers  « gyotaku » que l’on connaît remontent à l’époque Edo. Ils ont une fonction utilitaire.Ce sont les pécheurs qui souhaitent garder le souvenir d’une belle prise, Le poisson est d’abord nettoyé, soit avec du sel soit avec du vinaigre. L’encre de Chine ou de la peinture à l’eau est appliquée dans le sens des écailles. On applique le papier sur le modèle et on le frotte à la main, toujours dans le même sens tête queue. Enfin, on décolle le papier inscrit d’une empreinte.

 Au milieu du 20 ème siècle Koyoo Inada donne un sens artistique à cette démarche. Il utilise la soie comme support.

De nos jours, l’artiste dépose de l’encre ou de l’aquarelle sur le poisson qui est utilisé comme un tampon. Le papier recueille ainsi l’empreinte qui servira de base au tableau, achevé « a la prima », en privilégiant spontanéité et économie de moyens afin de préserver l’impression première et l’esprit du poisson. C’est la technique qu’utilise l’aquarelliste français Jean-Pierre Guilleron. Un pécheur et plasticien breton Gédéka réalise aussi des gyutakus.

On trouve des informations sur le  Gyutaku sur les sites de  Gyoan, Gyotaku Maui, Biglobe et aussi Le Japon.org/

Et ci-dessous une démonstration de Justin Smith

 Le Musée de la pèche de Concarneau a présenté cette année Gyotaku, l’art de l’empreinte  Voir un dossier et « Gyotaku, l’âme de poissons » un ouvrage collectif

Il existe aussi une Compétition de gyatakus ou chtyogrammes

Enfin un la « Nature Printing Society » regroupe un certain nombres d’artistes qui partiquent le « fish print » mais aussi les empreintes botaniques.

La plupart de ces artistes sont de nationalité américaine.  Voici les liens vers les sites d’artistes qui pratiquent le  gyatuku

Fred B. Mullett = Lori Hatch = Shane & Genny Anderson = Sharron Huffman

 Heather Fortner = Mineo Yamamoto = Nancy Gorr = Don & Kay Jenson =

Michael Reimer = Stephen Di Cerbo = Kim & Ian Workman  =Suzan Carranza

= Rachel Ramirez = Jack Schwartz = Ken Dara = Barry Singer

Lisa Stirrett = Ed Guttery = Joe McAuliffe =Andrew Jensen = Charlie Brown

= Jeanette Jobson = Gyota Kumaui = Laron Takeo Kageyama

= Rob Billabong =   Naoki

Les feutres aquarellables – Watercolor markers – Fieltros de acuarela

Feutres aquarellables Tombow et  Posca

Généralement les feutres aquarellables évoquent l’école maternelle, avec Carioca Junior  Colorella Star On pense aussi au  scrapbooking ou collimage.

Or, cette technique de dessin n’est pas réservée aux enfants  et aux loisirs créatifs. Un certain nombre d’artistes, plasticiens, graphistes, dessinateurs de bandes dessinées les utilisent. Par exemple Irisha, Popay , Sly 2, Ken Mizoguchi dit  Postics ou la démo de peinture rapide  du hollandais Sly Masmeijer

Ces feutres comportent généralement une pointe rigide pour le dessin et une pointe souple en forme de pinceau pour les « effets aquarelle »

Ils me semblent bien adapté pour les esquisses et croquis rapide du genre carnet de voyages. Je viens d’acheter un petit coffret d’Abt Dual Brush Pen de Tombow. J’avais hésité avec la marque Posca d’Uniball qui est l’autre marque favorite des artistes. Leur avantage « la qualité » le défaut « le prix »Je compte m’en servir à la rentrée à l’Atelier libre de modèle vivant que je fréquente.

Il existe d’autres feutres aquarellables comme Floricolor, Pitt de Faber-Castell, Twin Tut 80 de Kurutake, Pigma Micron de Sakura ou Lyra Aquabrush. Il y a aussi assez proche Promarker de Letraset feutres à base d’alcool miscibles entre eux et aussi Molotow

Art et récupération

recyclage.1302746114.jpg

Exemple de Récup’Art

Notre environnement, peu écologique, croule littéralement  sous les déchets, tissus abîmés, bois, bouteilles en plastique, vieux papier, canettes de bière, mobilier usagé, rebut de l’aire électronique, etc.

Toutefois, depuis quelques temps, les artistes, designers, décorateurs, sculpteurs, contribuent au sauvetage de notre planète . . . en récupérant, en recyclant, en détournant. Mon ami Laurent Pruvot-Huysman en donnait un bel exemple avec deux sculptures qu’il présentait l’autre mois à Villeneuve d’Ascq

C’est ce que l’on appelle, le Récup’Art   l’Art recyclé – le recyclage décoratif, reclycl’art ,  la récupération décorative, recup design , l’éco designRe et chez les anglo-saxons Art of recycling –  Art recycling recycled art et en espagnol Arte Reciclado ou Arte Reciclaje

Les brésiliens Fernando et Humberto Campana ont été des précurseurs avec en 2003 la diffusion de leur fauteuil « Favela ».Depuis des décorateurs, des « désigneurs » leur ont emboîté le pas, comme Elise Fouin, Regis-r , qui recycle les bidons, bouteilles, capsules et autres rebus de la pétrochimie. Martine Camilieri explique comment procéder pour recycler. En Angleterre, le collectif Farm designs recycle des meubles, du carton, du bois. Il y a aussi le thaïlandais Singh Intrachooto, le papier avec l’anglaise Hannah Lobley  ou le belge – Charles Kaisin

On trouve un certain nombre d’associations et ateliers de récupération et de ressourcerie. Ces structures n’ont pas à proprement parler une vocation artistique, encore que lorsqu’il s’agit par exemple de « relooker » des meubles il y a une démarche créative proche de l’art. On   y rencontre Koko MokoEt Colégram – –ArtémieArt GensLa glanerie Recycleries – RessourceriesTrame de soiLara –  La ressourcerie verte –

Et puis il y a des récupérateurs qui sont des artistes, le plus souvent des sculpteurs, comme par exemple, dans le désordre, Ambroise Monod  Patrick SapinDepoutot Daniel  – Guénette GenevièveJean-René Laval – Andouin StéphaneNo artPatrick NicolFrancine NoëlNadège Pagès – Eddie Panger –Angelo PagavinoNicolas Guy –- Mich MaoAlain Bouvet – – Philippe GigotVincent PrieurPierre Prévost – François Courson – – Denis Charlot – Gilles ClaudeLouise ParenteauAnne BenraisMarco –Jean-Pierre Moreau-  Zac Freeman


Quelques éléments et observations sur la conservation et restauration des aquarelles et autres œuvres d’arts graphiques

restauration-oeuvre-sur-papier.1297226185.jpg

Définition des « arts graphiques »

Les arts graphiques regroupent les dessins, créations, esquisses  et autres documents exécutés sur tous types de papiers, y compris le papier calque et le carton, avec des techniques graphiques comme la mine graphite, la pierre noire, la sanguine, le fusain, la plume, la pastel, des techniques picturales comme l’aquarelle, la gouache ou des techniques d’impression comme la taille douce, la xylographie, la lithographie, la sérigraphie.Les aquarelles sont dans les grands musées comme au Louvre ,  classée dans la catégorie des Arts graphiques.

Conservation des aquarelles et autres œuvres sur papier

En raison de leur fragilité à la lumière elles ne sont le plus souvent présentées au public que lors d’expositions temporaires. C’était le cas à Aquarelle : Atelier et plein air une exposition de la galerie des arts graphiques d’Orsay en 2008 ou prochainement cellequi va être consacrée aux périples de Prisse d’Avennes à la Bnf

En effet ces œuvres doivent pour perdurer être mises à l’abri de la lumière, dans une atmosphère sèche, autour de 20°,  bien à plat, dans des cartons à dessins de bonne qualité, en matériau non acide.

Si les aquarelles ou dessins sont exposés il faut éviter l’éclairage direct Elles doivent être éloignées de toute source de chaleur et surtout ne pas être exposées au soleil. Les dessins au fusain, aux pastels secs, à la mine de plomb et au crayon doivent avoir été traités avec un fixatif

Chaque  aquarelle ou dessin devra être séparée à l’aide de feuilles de papier cristal paraffiné  pour  d’éviter friction et adhérence. Il faut proscrire pour la conservation les papier d’emballage, papier journal et autres papiers recyclés

Ce n’est pas le support ni le medium qui fait la pérennité de l’oeuvre, c’est la façon de faire de l’artiste, son souci de préservation de l’oeuvre. Les toiles de Turner ont souvent plus souffert que ses aquarelles.

Mais évidemment il faut être vigilant sur la stabilité des pigments et surtout des liants. Le choix d’un papier non acide  et antifongique est  tout aussi primordial.

Personnellement je possède chez moi, plusieurs aquarelles que j’ai achetées il y a plus de trente ans. Il y en a notamment une signée « Davy ». Je n’ai jamais pu savoir s’il avait un rapport avec le gris du même nom. Elles ont de façon continue été accrochées chez moi. Je constate qu’elles ont gardé toute leur luminosité et leur fraîcheur. Bien entendu, je ne sais pas comment elles évolueront dans cinquante ou cent ans.

Restauration des oeuvres d’art sur papier

Lorsque les aquarelles et autres œuvres sur papier subissent l’outrage du temps il faut les restaurer. C’est le travail du « restaurateur conservateur » Il doit avoir une bonne connaissance de toutes les techniques d’impression et de réalisation des dessins, aquarelles, etc. et aussi de la nature du papier. Il utilise des  produits réputés  stable dans le temps et réversible. Restaurer n’est pas rénover. Il existe des formations spécifiques. Le portail Artisans-patrimoine recense les sites de spécialistes qui appartiennent généralement à la Fédération Française des professionnels de la conservation restauration

Cette vidéo sur restauration d’œuvres sur papier illustre bien le propos. J’avais par ailleurs en son temps évoqué la restauration des aquarelles d’Emile Marquette par le musée des Beaux-Arts de Lille

Les crayons fusain pastel et autres pastels aquarellables.

fusain-pastel.1292573828.jpg

Dans ma  pratique récente du modèle vivant j’essaie de varier les « instruments de dessin » Mon voisin d’atelier utilise des « crayons fusain pastel CarbOthello ». J’ai acheté quelques crayons mais avant de les acheter, j’avais procédé à un petit tour d’horizon. Il existe des produits comparables sur le marché.

Ces produits de dessin sont relativement récents sur le marché. Ils  sont très intéressants  pour les esquisses, les travaux qui ne sont pas  destinés à être conservés durablement. Certains s’apparentent  au crayon de fusain. Tous peuvent se diluer, à même le dessin,  avec un pinceau imbibé d’eau comme les crayons aquarellables. Ils sont généralement d’un prix modique.

L’allemand Stabilo dispose  donc dans la gamme  de CarbOthello  «  un crayon fusain pastel, qui a une luminosité et un grand pouvoir couvrant, qui se détache même de fonds sombres. Le tracé, comme pour tout fusain, est sec et poudreux. Il est miscible et estompable à l’envie mais aussi soluble à l’eau » Il existe en 60 couleurs

Le britannique Derwent propose  Graphitint « qui offre la créativité et les effets d’un crayon graphite, avec en plus une touche de couleur délicate et subtile. Utilisé à sec, il produit un léger soupçon de couleur dont l’éclat peut être révélé avec un peu d’eau » Graphitint dispose de  24 couleurs

Le suisse Caran d’Ache propose ses pastels  à la cire, aquarellables, Neocolor II « Ces craies de très haute qualité, riches en pigments, très lumineuses, offrent une excellente tenue à la lumière et peuvent s’utiliser pour le dessin à sec ou humide » Ils sont déclinés en 126 couleurs

Le français Oz International présente les  Craies d’art aquarellables  Carré pastel disponibles en 150 couleurs

Il y a d’autres produits mais ils sont distribués par des sites en ligne étrangers, notamment aux Etats-Unis. Et compte tenu de la faible valeur unitaire du produit, les coûts de transports sont disproportionnés.

Peintres de la bouche et du pied – of Mouth and Foot Painting Artists – pintor de la boca o el pie

sigle.1288675282.jpg

affiche-espagne.1289266943.jpg

A l’approche des fêtes, qui n’a pas reçu par voie postale, un envoi de cartes avec la mention « peintes à la bouche » émanant d’une association. J’ai voulu en savoir un peu plus.

 L’association internationale des peintres de la bouche et du pied VDMFK – en anglais, « l’Association of Mouth and Foot Painting Artists worldwide » a été fondée par Arnulf Erich Stegmann il y a un peu plus de cinquante ans. Elle compte 900 adhérents répartis dans le monde entier dont 40 en France. Ces artistes utilisent une manière différente pour s’exprimer suite à une maladie, un accident ou un handicap de naissance. Leurs oeuvres sont commercialisées par la vente de cartes postales mais aussi par la vente des toiles au cours d’ expositions. Lors de l’une d’elles consacrée au canadien Daniel Laflamme le journal l’express avait exposé le contexte dans lequel évoluent ces artistes.

Il y a des organisations nationale qui regroupe les artistes comme au Canada en Espagne ou en Belgique. J’ai trouvé aussi des blogs et des sites d’artistes handicapés. Bien entendu la qualité des œuvres n’est pas homogène.

Voici quelques uns de ses sites. Ceux des français  Cyril Papinou  Michel GuillemetteJean-Michel ArtisChristine Minet Joseph MartinsChristophe Maillard  Messaoud Belabbas  Serge-Maudet .

Il y a aussi  des artistes américains comme Ray Robins  Michael Platzer Moses Amilton ou le collectif de Mouth and foot painters. Et encore le japonais Shiro Kotobuki un dessinateur réputé  de manga.ou le suisse –Josef HabelerSans oublier deux artistes décédées Denise Legris et  Aimée Rapin

On trouve aussi une vidéo de Pierre Bellot et une autre de Myopator , un journal-en-ligne consacré à plusieurs artistes et un diaporama en « slade » de  mouth-and-foot-painting

Voici quelques exemples d’oeuvres de ces artistes.

mouthpainter.1289266546.jpg

Des chevaux par Michael Platzer

dolores510817841.1289267383.jpg

Des fleurs par Dolorès Vasquez

hamilton.1289267798.jpg

Lune à Na Pali – Hawaii par Moses Amilton

kotobuki012op.1289268078.jpg

Christmas card de Shiro Kotobuki

aimee-rapin-depart-de-feu.1289268635.jpg

Bergère – départ de feu par Aimée Rapin

 

La peinture au vin – Painting with wine – Pittura con il vino

grands-crus.1287521711.jpg

Pour un certain nombre de peintres le vin est aussi un médium à par entière. Son utilisation est proche de celle de l’aquarelle liquide. En effet, le « divin brevage » joue à la fois le rôle de l’eau et du pigment. Cependant son utilisation est moins souple que l’aquarelle. En effet, une fois séché, il n’y a plus aucun recours. Il faut noter que chaque cru  ou chaque cépage à sa teinte particulière. Par exemple le cot ou malbec, que l’on trouve dans le Cahors,  donne un bleu, le cabernet un rouge, le  merlot   brun et le syrah un violet (*).  C’est ce qui est expliqué dans l’une des vidéos indiquée ci-dessous. En conclusion, le résultat sera plus subtil si l’on a plusieurs bouteilles à sa disposition. Et donc un conseil éviter le « gros rouge qui tache » Je sais que lorsqu’une bouteille a été ouverte, le vin tourne au vinaigre au bout que quelques jours. Il devient donc impropre à la consommation mais j’ignore si l’on peut encore peindre avec. Sinon, il ne reste plus qu’à le déguster une fois la peinture exécutée. Mais tout le monde sait que« un verre ça va . . . trois verres bonjour les dégâts » De toutes façons des libations en cours d’exécution d’une oeuvre laisserait des traces . . . de pinceaux.

Voici les sites d’artistes qui peignent avec du vin. Ils résident un peu partout dans le monde.  Philippe Dufrenoy – l’ OenographeMika le caricaturisque, en France, puis Jean-Luc Dossche en Belgique – Nelva Richardson et  Christina LoCascio aux Etats-Unis,  Stewwart K. Moore  à Prague- Luis Casanova Sorolla au Pérou – Marcello Daldoce au Brésil à Sao Paulo. Il y a sans doute d’autres artistes qui utilisent de médium, mais ceux-ci m’ont paru talentueux. C’est pour eux, même si cela semble plaire aux journalistes, être bien plus qu’un simple gadget  

Et voici des liens vers un certain nombre de vidéo relatives à la peinture avec du vin : Painting with wine 2 Painting with wine 1Painting with wine 3 par Cristina LoCascio – Charles Bukowski  painted with wine  par Marcello Daldoce ou encore Chaque vin à sa couleur

La plupart des artistes  utilisent, comme à l’aquarelle, le support papier mais certains  peignent sur toile. J’ai par ailleurs rencontré un peintre qui se servait de lie de vin, voir de mou, comme pigment. Mais alors, l’on sort du médium liquide.

* J’ai réuni dans un petit document au format Pdf un lexique des « mots du vin  » avec notamment les termes autour de la couleur

Voici quelques peintures au vin

vin-oenographe.1287522841.jpg

Oenographe

vin-mika.1287522954.jpg

Mika

vin-casanova.1287522878.jpg

Luis Casanova Sorolla

vin-papi.1287523021.jpg

Jean-Luc Dossche

vin-virginia-lo-cascio.1287523052.jpg

Christina LoCascio

vin-daldoce-shiraz.1287522921.jpg

Marcello Daldoce

Livres d’artistes – artists books

  Enan Burgos

Il existe depuis de nombreuses années des livres illustrés par des artistes renommés.  Cependant, malgré leurs qualités esthétiques évidentes, il ne semble pas que l’on puisse parler alors de « livres d’artistes »  mais de « livres d’art » Tout au long du 20ème siècle par de  grands peintres et graveurs comme Zao Wou KiMaria Elena Vieira da SilvaJean BazaineAlfred ManessierOlivier DebréPierre Tal Coat ou encore Antoni Tapiés ont illustrés ces « beaux livres »

Les « livres d’artistes »  apparaissent au tout début des années 1960 à la fois aux Etats-Unis et en Europe, et prospèrent dans les années 1970, en lien avec les mouvements artistiques de l’époque,  l’ art conceptuel, l’art minimal, le pop art, le mouvement Fluxus, poésie concrète, poésie visuelle. Certains cherchent des origines lointaines dans les incunables ou dans « Les très riches-heures-du-duc-de-Berry

Le livre d’artiste se distingue de l’ouvrage de bibliophilie qui est plutôt ouvrage de collection que l’on apprécie pour ses qualités esthétiques et techniques.

Certains auteurs, comme Anne Moeglin-Delcroix,  englobent sous le vocable de « livres d’artistes, des ouvrages à tirage illimité, d’apparence ordinaire, imprimés avec les techniques modernes type offset.

Le livre d’artiste est édité en tirage limité. Il s’agit généralement d’ouvrages « autoédités » ou publiés par des petites maisons d’éditions. Ils  se distinguent parla qualité ou l’originalité de leur conception et de leur fabrication ; illustration, papier artisanal, typographie recherchée. Le livre d’artiste peut être un livre peint, un livre illustré, un livre manuscrit, un livre imprimé, un livre objet, un livre monstre, un livre d’auteur.

C’est généralement un   livre « unique » autographe ou le « livre de dialogue » fait en collaboration entre un poète et un peintre, un photographe, voir un sculpteur mais aussi un éditeur, un typographe, un imprimeur, sans oublier le relieur.

 Peu importe en fait la technique utilisée. L’on trouve des livres d’artistes dans des techniques numériques, comme par exemple le Cédérom de Jean-Michel Othoniel. Ils peuvent revêtir des formes originales, dépliants, cylindres, coffrets. Ils réalisés souvent en papier mais peuvent utiliser les matériaux les plus divers, tissus, plexiglas, bois, cuir. Ils sont généralement illustrés par des gravures, de dessins, des aquarelles, des gouaches ou toute autre médium. On trouve une étude très complète sur Almanart ,une thèse d’une canadienne « histoire du livre d’artiste par Isabelle Jameson  » et le  site du  Centre du graphisme qui aborde la question.

C’est l’américain Edward Ruscha  qui a le premier en 1963  défini les lois du genre, à travers l’emblématique Twenty six Gasoline Stations. Puis les anglo-saxons Mark DionJonathan MonkLarry Clark   Lawrence Weiner  Sol Lewitt  lui ont emboité le pas. Ce fut à la même époque, en Europe Dieter RothMarcel BroodthaersIan Hamilton FinlayHerman de Vries Robert  FiliouChristian Boltanski

De nombreux artistes depuis les années 1970, en France ou à l’étranger, réalisent des livres d’artistes. On peut citer  Alain BarGeneviève BesseRobert BarryAlain de la BourdonnayeDaniel BurenJean- Marc CerinoSerge ChamchinovClaude CloskyPeter DownsbourghMohamed El BazPatricia ErbeldingAntonio GallegoPaul-Armand GetteDouglas HueblerRémy JacquierAllan KaprowJoseph Kosuth Pierre LecuireThierry le SaecClaude LévêqueRoberto MartinezAnnette MessagerGabriel MéxèneMarie-France MissirJean-Michel OthonielYves PicquetFrançois RighiHubert RenardJean-Jacques RullierTony SouliéCoco Texedre ou encore Eric Watier

Il existe en France dans le Limousin à  Saint-Yrieix-le-Perche le Centre des livres d’artistes – Cdla . On trouve aussi des manifestations consacrées à ce support artistique comme au Canada la  Biennale du livre d’artistes à Lanaudière et en France la biennale  « Délires de livres »  le festival de Soultz -la Bibliothèque des Arts décoratifs leur ont consacré une exposition en 2008. et le Centre Pompidou a accueilli l’Artists books international

 Et puis encore ceux de Maurice Estève (1904-2001)  ou Family Reliquary  de Peter Pelchat

Un certain nombre de petites structures réalisent et éditent des livres d’artistes et sur les sites desquels l’on trouve des listes d’artistes actuels et des documents. Certains artistes comme Gervais Jassaud   – Michael Woolworth Throsten Baensch, des éditeurs ou des imprimeurs comme –Amour de papierArtistes du livreKaugummi  Editions AnakatabaseEditions Incertain Sens  Livres à l’oeuvre  Documents d’artistes de Bretagne/ 

Certaines éditeurs comme Trois ourses produisent des livres d’artistes à l’intention de la jeunesse qui sont souvent des « livres objets » comme ceux de Bruno Munari ou du japonais Katsumi Komagata. A voir aussi une vidéo d’une exposition où Youl Illustre Butor.

Voir aussi avec Googles des sites qui montrent des images  de livres d’artistes ou artists books

Dans un ouvrage assez récent, Sandra Fantino & Stéphane Bernard  parlent de « Livres d’artiste en scrapbooling et mixed media ». Je pense qu’ils confondent l’ Art et les loisirs créatifs…

 

La peinture à la tempera

egg-tempera-header.1284799524.jpg

La  tempera vient du latin « temperare » qui veut dire détremper. Ce qui explique la confusion qui est faite entre la « détrempe » et la « tempera ». La tempera désigne toute peinture dont le diluant est l’eau – le liant peut être une gomme, une colle, du jaune d’œuf, de la caséine, etc. Dans un certain nombre de cas le procédé à un ,nom générique et l’on parlera de la gouache, de l’aquarelle, de la peinture à l’acrylique, etc.

Dès la préhistoire, les peintures pariétales étaient réalisées suivant un technique à la tempera .Dans les sociétés antiques du pourtour méditerranéen la « tempera » et connue et pratiquée. On utilise alors l’eau et parfois l’œuf. Les pigments sont généralement d’origine minérales puis plus tard animales ou encore terres naturelles ou brûlées. Les œuvres sont généralement peintes sur les murs. Cependant on les trouve aussi sur des tissus, des meubles, de vases, etc.

Au Moyen-Âge et jusqu’à la fin du 16ème siècle, les artistes vont utiliser comme support de leurs œuvres les panneaux de bois amovibles. Ceci va permettre la circulation des œuvres. Ils abandonnent souvent l’eau pour lui substituer l’œuf un médium qui permet d’avoir des peintures plus résistantes à l’épreuve du temps.Mais dès la Haute Renaissance, la peinture à l’huile va durablement l’éclipser.

Il faudra attendre le début du 20ème siècle avec notamment Diego Rivera le « muraliste » mexicain, et mari de Frida Kahlo, puis à partir des  années 1930 des américains comme  Andrew Wyeth 1917-2009 Thomas Hart BentonPaul Cadmus ou Jackson Pollock vont utiliser cette technique à l’œuf ou à la caséine. On n’oubliera pas Gustav Klimt et sa frise Beethoven réalisée avec une peinture à la caséine

De nos jours un certain nombre d’artistes utilisent la tempera à la colle ou à l’œuf généralement en alternance avec d’autres mediums. On trouve deux sites qui regroupent des praticiens de la tempera  « egg tempera » en français et en anglais

Par ailleurs les artistes qui peignent des icônes ou des fresques perpétuent les techniques anciennes.

Voir aussi de nombreuses  informations et liens sur  Squidoo (anglais)

On trouve des « recettes » de mise en œuvre de la tempera par exemple chez le fabricant Caseo ou les sites estompartAnamorpheAtelier tempera  ou encore sur le site Couleurs du temps de Sandrine Aulagnon . et aussi une démonstration pas à pas sur Kama pigment

Certains fabricants, comme Sennelier , Daler Rowney proposent des peintures à la tempera à l’oeuf,prêtes à l’emploi. A noter que Pébéo, pour un produit qui ne contient pas d’oeuf, associe les termes tempera et gouache

La peinture à l’encaustique – Partie 2 – Les artistes qui l’ont pratiquée

Dans une partie 1 j’ai parlé j’ai parlé de l’histoire, de la technique et j’ai donné des sites de peintres qui ont pratiqué cette technique picturale.

Voici maintenant  un certain nombre d’oeuvres réalisées à la peinture à l’encaustique :

thebes.1276531436.jpg

Portrait de Jeune fille – Thèbes -161-180 après J.C encaustique sur bois

l_egyptienne-encaustique-sur-toile-1891.1276619274.jpg

Paul Ranson – L’Egyptienne – Encaustique sur toile – 1891

deneu-halles-aux-fleurs.1276532337.jpg

Gabriel-Charles Deneux

Concarneau : le marché derrière les halles-  1920 – encaustique sur toile

scherman_01emma-bovary-2006.1276530830.jpg

Tony Sherman  Madame Bovary – Encaustique sur toile

belckner-trhobbing-heart-1994.1276533242.jpg

Ross Bleckner, Throbbing Hearts, 1994 – Encaustique sur toile

dechets-philippe-vignee.1276533412.jpg

Philippe Cognée – Déchets – Encaustique sur toile -2010

brauner-1854-sans-titre-encaustique.1276534015.jpg

 Victor Brauner – Sans titre – 1954 – Encaustique

cat_sommeil_1980.1276534433.jpg

Roland Cat – Le sommeil – 1980 – Encaustique

jasper-johns-flag-1960-1966.1276614975.jpg

Jasper Johns – Flag – encaustique sur toile et papier journal

1960-1966- Adjugé en mai 2010 – 28M$

 

jasper-johns-figure-5-1960.1276615818.jpg

 

Jasper Johns – Figure 5 – encaustique sur toile et papier journal – 1960

 

sergio-prata-couple-1993.1276618626.jpg

 

Sergio Prata – Couple – Encaustique sur toile – 1993

 

joanne-mattera-uttar-286-2006.1276617412.jpg

 

Joanne Matterra – Uttar 286 – Encaustique sur panneau – 2006

 

palantino.1276618230.jpg
 Mimmo Paladino  Sans titre -Technique mixte à l’encaustique – 2000

 

La peinture à l’encaustique Partie 1- Son histoire, la technique, la pratique

encaustique.1276448519.jpg

Illustration empruntée à Pierre Converset

La peinture à l’encaustique,  du grec enkaiein – faire brûler,  également appelée peinture à la cire d’abeille. Elle  était déjà  utilisée par les artistes égyptiens, grecs et romains de l’Antiquité. Certainsportraits de Fayoum ont été peints suivant cette technique. La cire a un pouvoir hydrophobe qui assure une qualité exceptionnelle de conservation des œuvres.

Cette technique était utilisée au Moyen âge et pendant la Renaissance. Au 19ème siècle le sculpteur Henry Cros qui a mis au point une Pâte de verre s’est aussi intéressé à l’encaustique. Eugène Delacroixa peint certaines œuvres monumentale en utilisant une composition à base d’encaustique.

Dans cette technique on mélange des pigments à de la cire d’abeille en état de légère fusion. La pratique de l’encaustique s’apparente à de la cuisine. On utilise une plaque chauffante ou une cocotte chauffante,  des récipients pour les pigments et la cire et bien entendu des pinceaux, des spatules, des couteaux, un pistolet chauffant.

Ce médium grâce au fini ambré et à la transparence de la cire permet des effets flous et de fondus. La cire sèche rapidement et permet les « repentirs » La peinture à l’encaustique se pratique sur le bois, la toile, un papier spécial, et tout support rigide et poreux.

Laurent Phelep ou Alexandre Masino présentent sur leurs sites une documentation très complète. On trouve des conseils et aussi des « recettes »  de mise en œuvre, sur les sites de Ann de Rodegain et Anamorphe  et en anglais sur pa »color: black; »>waxes et la cire et les pigments chez les fournisseurs de Beaux-Arts, comme Sennelier.

Dans les pays anglo-saxons, en Hollande et en Allemange,  où la pratique semble plus répandue, on parle d’ « encaustic art » d’ « encaustic painting » ou de « wax art ». Il existe une Conférence annuelle qui lui est consacré. En Allemagne existe « Die Encaustic Academie« 

 Des artistes contemporains  utilisent ce médium, comme  par exemple Jean Avy  Ross BlecknerVictor Brauner Roland CatPhilippe CognéeJasper JohnsJoanne MatteraMimmo PaladinoSergio Prata  Tony Scherman

et aussi certains artistes peut-être moins connus, en France Sylvie Henry  Myriam Rioualou  à l’étranger Kathryn Bevier Andrea BirdEdith GeduldigAndrea Haubrich  Brigitte Noël  Ursula Koch   Sabine Noll Elisabeth Van Uden

Ces artistes prennent parfois le nom de leurs ancétres de Pompéï ou autres lieux antiques. On parle alors de « peintres encaustes » L’encaustique est souvent utilisée en technique mixte avec notamment l‘acrylique ou les encres.

Un second article montre des oeuvres réalisées à l’encaustique par des peintres reconnus

A.T.C. Artist trading Cards – Cartes d’artistes à échanger

  

de-flers.1274086541.jpg

On voit ici une carte illustrée à l’aquarelle envoyée à l’occasion des voeux la nouvelle année 1900. Je la dois à une collectionneurse qui visite le blog. C’est une « carte d’artiste » qui ressort plutôt de l’art postal, inventé en Autriche au 19ème siècle.

Le concept des « cartes d’artistes à échanger » ou  « Artist trading cards – ATC »  est beaucoup plus récent. Il a été inventé au milieu des années 1990 par un artiste suisse de Zurich, M. Vänçi Stirnemann. C’est alors qu’il assistait à des rencontres de hockey sur glace, qu’il a vu des adultes, à la façon des enfants dans les « cours de récré » échanger des petites cartes, genre Pokemon, qu’est née cette idée.

Il ne s’agit pas ici de cartes postales. Les ATC sont des oeuvres d’art miniatures, créées sur des cartons dont les dimensions sont nécessairement de 64 mm x 89 mm (2,5 x 3,5 pouces) Type pokemon. Elles peuvent être utilisées horizontalement ou verticalement.

Toutes les techniques peuvent être utilisées, les crayons, les stylos, les marqueurs, la gouache, l’aquarelle, la peinture acrylique, les collages, les découpages, les tampons en caoutchouc,  les images. Elles sont généralement en deux dimensions. Cependant les réalisations en trois dimensions sont admises.

Au départ il s’agissait de pièces uniques et les cartes étaient surtout  échangées. Elles ne transitent pas par la poste. Au verso de la carte sont généralement indiqués, le nom de l’œuvre, les coordonnées de l’artiste, la signature manuscrite et éventuellement une référence. Les A.T.C. ont de nombreux adeptes aux Etats-Unis et au Canada et en Suisse. Il existe des organisations officielles comme artist trading cards.org/  ou artist-trading-cards.ch/ 

Mais très vite le concept a été « récupéré » par les circuits mercantiles.  Les cartes d’artistes se vendent alors en série, en tirage limité, un peu comme les lithographies, bien que les prix soient plus modestes 

Des systèmes de diffusion et d’échange « ACEO – Art Cards, Editions and Originals » se sont mis en place avec notamment art-cards.org/ ou artcards.cc/ 

Il a aussi été créé des clubs d’artistes comme le whos who art.ch leillustratedatcs.com// ou des sites marchands comme artists cards ltd. ou art cards.co 

Et puis des magazines en ligne comme  art trader mag.com// et altered arts ou   atc quarterlym/ 

Et aussi des forums comme en anglais atcsforall et en français art-trading-card.superforum 

Des sites d’apprentissage comme art junction.atcs ou d’information comme cedarseed.atc.html 

et enfin quelques ouvrages ouvrages comme « Les ATC, créez et échangez vos cartes d’artistes d’ Emmanuelle Ballereau-  Laurie Batic et Séverine Sorbier ou « Les ATC, Artist Trading Cards » une aventure en miniature  d’ Isabelle Auroux Editions de Saxe, 2009 – 

Peinture en bâtons à l’huile , oil stick ou encore oilbar

oils-sticks.1271176380.jpg

Voici un médium qui n’avait pas encore été évoqué.  Malgré sa présentation particulière, le « bâton à l’huile » ou « oil  stick » est une peinture à l’huile de qualité artistique, au même titre que les tubes. Il en a les mêmes avantages de consistance et de brillance.

Sa forme permet de le manipuler comme un crayon, une craie. Elle  procure une aisance d’utilisation comparable au pastel ou au fusain. Il est possible avec cet « outil » de dessiner directement sur la toile et bien entendu d’appliquer de la matière, de façon très souple, avec ou sans l’usage d’un pinceau. Le temps de séchage de la couche supérieure ne dépasse pas 24 heures.

Les couleurs sont pâteuses et onctueuses et miscibles entre elles. On peut pour les appliquer, outre les doigts, se servir des brosses, pinceaux, couteaux, pointes et autres cure-dents. Elles permettent les empâtements, mais aussi les fondus avec l’essence de térébenthine et l’estompage avec le papier « essuie-tout »

L’Oil stick peut être utilisé sur les supports rigides, tels que la toile, le carton, le contre-plaqué, le papier encollé.

A condition de respecter le principe du « gras sur maigre » il est possible d’utiliser ces pigments avec d’autres médiums, huile traditionnelle, alkydes, gouache

Les bâtons trouvent également à l’employer pour réaliser des pochades, faire des tracés préparatoires, faire de ajouts.

Il ne faut pas confondre l’oil stick et le pastel à l’huile, bien qu’ils soient tous les deux élaborés à base de cire et d’huile. L’huile de lin, non siccative, de l’oil stick , est semblable à celle des peintures extra-fines traditionnelles. La cire quant à elle crée un film protecteur et accélère le séchage. Le pastel à l’huile est fabriqué avec une huile minérale qui ne sèche pas. Il peut être utilisé, non seulement sur le papier et le carton mais aussi sur le bois, le verre, le métal, les matières plastiques. Sa consitance s’apparente au rouge à lèvres.On trouve ce type de produit chez  Sennelier Winsor & Newton  Jack Richeson & Co  R & F   Kama Pigments 

Voici pour terminer une petite démonstration de Bruce Baker,  malheureusement elle est en anglais,. Mais ce sont les gestes qui comptent.

Le gesso

gesso-trois.1264495648.jpg

Le « gesso » vient d’ un mot italien dérivé du latin « gypsum » et du grec « gypse ». γύψος  C’est un enduit, le « gesso duro » qui a été utilisé dans peinture artistique, depuis l’antiquité,  dans des compositions ornementales peintes et sculptées, comme par exemple à Cnossos.

Le gesso traditionnel est obtenu par mélange du gypse, une pierre naturelle, qui sert à fabriquer le plâtre, le blanc d’Espagne ou blanc de Meudon, avec de la colle de peau de lapin. On l’applique sur la surface à peindre bois,toile ou papier, etc… Une fois qu’il est sec il peut être poncé pour obtenir une surface parfaitement lisse mais adhérente, absorbante.

Le gesso se combine aussi, en techniques mixtes , pour donner des effets de matière,  avec tous les médiums, la peinture à l’huile, la peinture à l’acrylique mais aussi l’aquarelle.

Certains continue de fabriquer du gesso traditionnel. On trouve ici un mode opératoire .  et une vidéo de démonstration.

Mais de nos jours on utilise généralement  un gesso acrylique. C’est un produit à base de  carbonate de calcium mélangé à un polymère acrylique, un liant, des pigments et autres produits chimiques On le trouve dans le commerce, prêt à l’usage.

Ce produit est proposé par tous les fabricants de produits de Beaux-arts, mais aussi en produits de décoration.  Par exemple Golden –   Pébéo –    Sennelier 

Techniques mixtes et les grands peintres – Partie 2/3

Voici quelques exemples d’oeuvres où des techniques mixtes ont été utlisées

par des « grands peintres »

dufy-presentation-des-chevaux-1949-aquarelle-et-gouache.1263885106.jpg

Raoul Dufy – Présentation des chevaux – 1949 –  aquarelle et gouache

kandinsky-spitz-im-werck-1927-aquarelle-et-encre-sur-papier-maroufle.1263885340.jpg

Kandinsky –  Spitz im Werck (1927)  – aquarelle et encre sur papier marouflé

klee-in-the-current-six-threshold-huile-et-tempera-1929.1263885457.jpg

Paul klee In the current six threshold -Huile et tempera 1929

matisse-fleur-de-neige-aquarelle-gouache-et-papiers-colles-1951.1263885645.jpg

Henri Matisse – Fleur de neige – Aquarelle,  Gouache et papiers collés – 1951

pablo-picasso-tete-dhomme-gouache-oil-and-crayon-on-cardboard-sir-toile-1969.1263885761.jpg

Pablo Picasso -Tête d’homme-

Gouache, huile et  crayon sur carton et toile –  1969

rouault-fille-de-cirque-huile-fusain-et-craie.1263886163.jpg

Georges Rouault – Fille de cirque – Huile Fusain et craie

signac-vue-du-port-aquarelle-et-pastel.1263886232.jpg

Signac – Vue du port – aquarelle et pastel

picabia-la-ville-de-new-york-apercue-a-travers-le-corps-1913.1263886309.jpg

Picabia – La ville de New York aperçue à travers le corps – 1913

Gouache, aquarelle, crayon et encre de Chine sur papier

munch-promenade-des-anglais-1891-huile-et-pastel-sur-toile.1264048120.jpg

Edward Munch – Promenade des anglais –  1891 – huile et pastel sur toile

 

Techniques mixtes et l’aquarelle, l’acrylique, l’huile – Mixed media en anglais – Partie 1/3

techniques-mixtes.1263194001.jpg

Dans le milieu  des aquarellistes est de plus en plus souvent évoqué l’usage de techniques mixtes. Ce sont les Canadiens et les Américains qui ont les premiers a remettre cette pratique en vigueur. Au Canada et aux Etats Unis, des oeuvres issues de ces pratiques ,figurent dans les expostions et salons, Il est vrai que la définition de l’aquarelle y est plus large qu’en Europe. Mais ce n’est pas une pratique nouvelle, en effet, de grands artistes comme, Marc Chagall, Raoul Dufy, Paul Klee, Pablo Picasso, Edvard Munch, Paul Signac, Auguste Renoir, Georges Rouault, Vincent Van Gogh et bien d’autres y avaient recours il y a bien longtemps.

On peut définir par « technique mixte », toute pratique artistique qui, dans une même œuvre,  allie différentes  techniques d’expression, utilise  plusieurs médiums, ou encore plusieurs supports, ou divers matériaux.

On parle de techniques mixtes, mais aussi de Mixed media ou encore de Water media. Ces pratiques concernent tous les artistes peintres qu’ils utilisent la peinture à l’huile, à l’acrylique, l’aquarelle, la gouache, les pastels, etc.

Ils disposent pour cela de nombreux médiums ou matériaux, : l’aquarelle , la gouache , la peinture à l’acrylique , le gesso , la peinture à l’huile , le graphite en crayons ou bâtons, les carrés conté, les crayons aquarelle , l’encre de chine , le pastel sec , le pastel gras ou à l’huile, les crayons de couleurs,  la sanguine , la cire de couleur type « crayola », les craies ,  la paraffine, le fusain, les  feutres , la pierre noire , les papiers de soie ou autres, les journaux ou de magazines, les affiches, le transfert d’images , l’inclusion de sable, de graines, de perles, de coquillages, de plumes, de morceaux de tissus ou d’épices, les photographies, les empreintes de pochoirs. Les supports sont eux aussi très variés, le papier aquarelle, le papier kraft, la toile, le bois, le contraplaqué, les feuilles de métal, etc..

Les combinaisons sont multiples, on peut citer : l’aquarelle et l’encre de chine ou le fusain, l’aquarelle et la peinture à l’huile, l’aquarelle et la peinture à l’acrylique, l’aquarelle et le pastel sec ou gras. On peut ainsi allier la transparence de l’aquarelle et la douceur du pastel tendre, rehausser un lavis d’un trait de plume, faire un rehaut avec un pastel à l’huile, aviver un reflet d’une touche de gouache ou créer de la texture au moyen des matériaux les plus divers.

Des ouvrages développent ces techniques. Celui de  Ray Balkwill   » Aquarelles et Techniques mixtes », chez Eyrolles. Et celui de Michèle Reynier « Aquarelle et jeux de matières «  ou encore celui de Michael Wrigh  » introduction aux techniques mixtes  » chez Bordaset ausside Daniel Chompré chez Dessain & Tolra « Les techniques mixtes »

Parfois à vouloir agréger toutes sortes de matières, de la poudre de bronze et bien d’autres choses, j’ai l’impression de l’on s’oriente un peu vers le domaine de loisirs créatifs mais la frontière est ténue.Il suffit de parcourir les sites du  Le jardin du mixed media  de Couleurs et mixed media , le forum Mixed media France les Bulles dorées   et encore la Grenouille verte et le Scrapbooking  pour le constater.

Mais il y a bien entendu des artistes peintres qui travaillent essentiellement dans les techniques mixtes.Voici des galeries Fine america, la Galerie.be à Bruxelles  ou encore  World Wide Arts Resources 

On trouve un certain nombre de liens vers des sites d’artistes qui y ont recours sur l’annuaire « dmoz » J’ai également recensé divers sites d’artistes. Ce n’est bien entendu pas exhaustif. Il y en a bien entendu beaucoup d’autres, souvent d’outre-atllantique.

Joëlle Chen  qui pratique à base d’huile – Marie Hermance qui pratique  sur bois –Denis Blondel  Madone Simard  Nancy Barch  –  Nita Leland Pat avec l’encre et l’aquarelle, Terry Banderas ou encore Ruth Brownlee et pour terminer une démonstration de notre amie Catherine de Rycke

Quelques liens vers des vidéos de démonstrations, à l’acrylique, en trois parties III III et encore celle-ci et celle-là . Un article est aussi consacré aux oeuvres de grands peintres et d’artistes contemporains adeptes des techniques mixtes.