Retraite aux flambeaux

Tout ce week-en de la Pentecôte, c’est la fête au Vieux village.

http://www.visitvar.fr/provence-cote-azur/fiche.aspx?idPrestationTif=14906

Hier soir, il y avait la retraite aux flambeaux.

http://www.anthonyraoult.com/index.php

http://www.animationservices.net/index.php

Ce matin, j’ai fait une aquarelle sur ce thème. J’ai essayé de traduire l’ambiance et le contraste entre les maisons éclairées par les lampadaires de la rue et la foule, qui constitue une masse d’ombre.
Je n’ai pas fait de dessin préalable, j’ai fait appel à mes souvenirs, à mes impressions.
J’ai travaillé sur papier Montval 300 grammes grain fin – 50 cm x 65 cm. Papier tendu sur châssis, dans l’humide.
Ceci s’inscrit dans ma démarche d’essayer de « tout représenter », même si ce n’est pas  « romantique », dans le « goût aquarellement correct »

La retraite aux flambeaux – Aquarelle

Aviary, suite logicielle en ligne, de dessin et de traitements d’images

  aviary-portail.1243489780.jpg

Voici une suite logicielle à utiliser en ligne, sans nécessité de télécharger de programme sur son ordinateur. On la trouve sur le site que lui consacre cette société américaine.

http://aviary.com/home

Pour bénéficier de toutes les fonctionnalités des différents logiciels, il suffit de s’inscrire gratuitement. Cependant, rien n’est jamais parfait. . . cette suite est rédigée en anglais. Mais elle est très intuitive.  Elle se compose de quatre applications 

Phoenix  un logiciel de retouche d’image

phoenix.1243489902.jpg

Raven un éditeur d’images vectorielles

raven.1243489922.jpg

Peacock un logiciel de production d’effets

peacock.1243489880.jpg

Toucan une palette graphique

toucan.1243489942.jpg

Les textes de ces bannières ont été traduits par Google

Eugène Delacroix . . . un aquarelliste du 19 ème siècle

delacroix-par-nader.1243416240.jpg

Eugène Delacroix – Photographie par Nader

 Bien entendu Ferdinand Victor Eugène dit Eugène Delacroix (1796-1863) qui est un des grands peintres du 19ème siècle est fort connu pour ses grandes compositions et ses décorations monumentales. Mais il a aussi laissé un très grand nombre d’ »œuvres sur papier » des dessins et aussi  de très belles aquarelles. Ce mode d’expression n’était pas considéré par lui comme un médium à part entière. Il la pratique de façon importante en 1825 et en 1832.Très jeune, dès 1806 son talent de dessinateur trouve à s’exprimer alors qu’il fréquente le Lycée impéial. En 1815 ; son oncle le peintre H F Riesener le recommande à P N Guerin, qui a été formé par David. Au cours de son apprentissage, il fait la connaissance de Gros et Géricuault et Bonington. Il exécute au Louvre des copies des œuvres de Rubens, Velasquez, Rembrandt, Véronèse. Il expose pour la première fois  « Dante et Virgile aux Enfers »en 1822, puis en 1824 « Le Massacre de Scio ». Ces deux œuvres sont achetées par l’Etat. 

En 1825, il passe un peu plus de trois mois en Angleterre, il étudie Constable. Il est attiré par l’atmosphère, la vibration des couleurs. Il côtoie William Etty, Thomas Lawrence, Turner. Pendant cette période il réalise beaucoup d’œuvres à l’aquarelle.  

De retour à Paris, il mène une vie mondaine, fréquente les salons littéraires où il rencontre Stendhal, Mérimée, Victor Hugo, Alexandre Dumas ou encore Théophile Gautier ou Baudelaire. Il est aussi l’ami de musiciens comme Paganini et Chopin. Mais c’est la compagnie de peintres qu’il préfère. 

Pendant presque toute l’année 1832, il fait partie de la mission du Comte de Mornay auprès de Muley Abd Err Rahman, l’empereur du Maroc. Il visite le Maroc mais aussi Oran et Alger ainsi que Cadix en Espagne. C’est aux cours de ce long séjour qu’il découvre la lumière et de la couleur des paysages, mais aussi des gens simples et authentiques. Une autre culture, une sensualité,  un certain mystère des ambiances orientales, qu’il découvre. Il réalise de nombreux croquis et aquarelles qui alimenteront beaucoup son oeuvre tout le reste de sa vie. Aussi, outre les commandes monumentales, il continuera toute sa vie à peindre des portraits et des toiles d’inspiration orientale 

On trouvera des informations complémentaires sur les sites 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Eug%C3%A8ne_Delacroix

http://www.musee-delacroix.fr/

Et aussi des reproductions de ses œuvres sur Arcyclopedia

http://www.artcyclopedia.com/artists/delacroix_eugene.html

Voici quelques unes de ses oeuvres :

delacroix-campagne-anglaise.1243416755.jpg

Eugène Delacroix – Campagne anglaise 1825-Aquarelle

delacroix-campagne-anglaise-2jpg.1243416738.jpg

Eugène Delacroix – Campagne anglaise 1825-Aquarelle

eugene_delacroix-falaises-detretat.1243418000.jpg

Eugène Delacroix – Falaises à Etretat – Aquarelle

eugene_delacroix-tete-lion-rugissant.1243417196.jpg

Eugène Delacroix – Tête de lion rugissant 1832- aquarelle

delacroix-mariee-juive.1243417333.jpg

Eugène Delacroix – La mariée juive – 1832 Aquarelle

delacroix-marpc.1243417442.jpg

Eugène Delacroix – Portrait de ministre – 1832 – Aquarelle

delacroix-femmes-a-la-fontaine.1243417577.jpg

Eugène Delacroix – Femmes à la fontaine – 1832 – Aquarelle

delacroix-trois-arbres-sur-la-colline.1243417709.jpg

Eugène Delacroix – Trois arbres sur la colline –  1832 – Aquarelle

soldats-endormis-_corps-de-garde.1243417848.jpg

Eugène Delacroix -Soldats endormis – 1832 – Aquarelle

 

L’aquarelle doit elle répondre à des « canons » pour être « aquarellement correcte »

Je me demande souvent ce qui fait une « belle aquarelle » et bien entendu, je n’ai pas trouvé de solution. L’on va parler de transparence, de ressenti, de suggéré, de graphisme et ensuite, quoi faire. 

Je n’avais pas mis en ligne jusqu’à présent une de mes dernières réalisations. J’ai regardé, par la fenêtre du rez-de-jardin, où j’ai installé mon atelier (sic) quand je suis dans le Sud et voilà ce que cela a donné.

roses-plus.1243330672.jpg

J’ai mis cette aquarelle sur un forum que je fréquente régulièrement. Il s’agit d’une sorte de galerie où l’on expose ses réalisations. Ce n’est pas une rubrique d’aide et de critiques.Voici quelques échantillons de commentaires qui ont été fait à propos de cet envoi 

C. a dit « Aquarelle pure, simple et belle » 

K. a dit « Tu as bien raison de peindre comme tu l’entends ou comme tu le sens !!!! » E. a dit « Moi je préfère tes dessins aquarellés car j’ai l’impression que tu as beaucoup pataugé dan l’eau pour ton bouquet » 

F. a dit « Dans ton bouquet de fleurs, que tu as du faire dans le mouillé, on ne retrouve pas la transparence de l’aquarelle. On dirait que tu as frotté le papier, à moins que cela provienne du papier. « En plus tes fleurs sont un peu trop serrées. En dessiner quelques unes, puis suggérer les autres et jouer un peu sur les couleurs — un peu trop monotones les roses et les verts. Il ne faut pas hésiter à foncer tes verts et ajouter un peu de marron et varier les couleurs des fleurs. Il faudra recommencer et ce n’est pas évident. B. a dit « Ce foisonnement de fleurs est intense mais tout est de même force et l’oeil ne peut se reposer.Je crois qu’il faudrait faire quelques fleurs, feuilles, tiges « nettes » plus en force de couleur (ce qui les place « devant » ou « au-dessus ») et en faire moins « floues » plus pâles comme elles sont là mais beaucoup moins nombreuses pour que l’on puisse « respirer » L’évocation d’un foisonnement peut se faire en évoquant plus qu’en disant à profusion. Parfois c’est l’absence qui révèle la présence …avec plus de force que trop de présence. 

Ces commentaires me confortent dans l’idée, que l’œuvre c’est ce que le spectateur voit. Mais cela me pose aussi la question : à partir de quand une aquarelle est terminée. Comment ne pas aller trop loin et peut-être gâcher ce qui avait une cohérence, une esthétique. Je pense qu’au fil des réalisations que j’ai montré transparaît une certaine orientation de mes recherches. 

A mon avis, l’’aquarelle ne doit pas se cantonner, aux jolis paysages, aux magnifiques fleurs, au chat de la voisine. L’aquarelle, si elle veut devenir véritablement un art majeur au même titre que la peinture à l’huile doit aborder tous les sujets sans exception.  Il ne faut pas peindre « pour faire joli », mais essayer de montrer ce que l’on ressent. L’artiste doit être témoin de son temps. Ce que l’on voit au 21 ème siècle, ce ne sont pas seulement d’aimable paysages de campagne, mais aussi tout un environnement  industriel et urbain. Aussi le commentaire de D. a  a propos de ma « Nef baroque » m’a profondément touché.  Elle a dit « masmoulin, j’aime bien la façon dont tu travailles l’aquarelle, tu en joues, tu la désacralises, tu as une touche tout a fait moderne, ta préoccupation ce n’est pas de faire du joli, mais de faire des recherches picturales très réussies avec ce médium utilisé souvent d’une façon trop sage et bien comme il faut. Tu es un rebelle de l’aquarelle. 

Cela mon conforte dans mon orientation de « faire ce qui me plait » et de temps à autres il y a rencontre entre celui qui peint et celui qui regarde. Mais tous ceux qui regardent ne voient pas la même chose……

Nef d’une basilique… de style baroque ?

C’est une aquarelle d’ambiance. Je ne vais bien entendu pas restituer les lignes architecturales conçues par Gian Lorenzo Bernini, dit le Cavalier Bernin, qui s’illustra à Rome. Il s’agit ici, simplement d’une nef, avec la lumière et des personnages… des fidèles ou plus certainement un groupe de visiteurs, de touristes. 

Elle est réalisée sur Arches 300 grammes grain fin  31 cm x 41 cm – mouillé sur mouillé.  Je mets aussi quelques liens en rapport avec l’architecture baroque. 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Architecture_baroque

http://www.picturalissime.com/art_baroque.htm

http://www.memo.fr/article.asp?ID=THE_ART_012

 

nef.1243183771.jpg

Nef baroque et touristes – Aquarelle

Symbolique et usage du blanc

carre-blanc-2.1243108235.jpg

Le blanc est la « couleur » de la neige, des nuages, du coton, du lait. Elle vient du germanique blank « brillant, clair, sans tache » mais aussi « nu »  Elle appartient au même champ chromatique que l’albâtre, le blanc de céruse, le blanc de Chine, le coquille d’oeuf, le  crayeux, le crème ,l’ écru, le blanc d’Espagne, l’ivoire, le blanc de lait, laiteux, blanc lunaire, blanc de Meudon, la neige, l’opalin, le  platine, le  blanc de plomb, le blanc de Troyes,le blanc de zinc.Le blanc n’est pas une couleur à proprement parler puisqu’il est la « somme » de toutes les couleurs, c’est plutôt une valeur. Cependant, notamment il trouve sa place dans la palette est il est donc considéré comme une couleur à part entière. Par exemple, on utilise bien le terme blanc pour définir la couleur d’un objet.

Le blanc est souvent considéré comme une couleur neutre.  Dans les faits un blanc n’est jamais pur. S’il se rapproche du jaune, l’on dira qu’il est chaud. On dira qu’il est froid s’il est proche du bleu.Pour l’aquarelliste c’est le papier qui donne la couleur blanche. Encore que certains utiulise la couleur blanche de la gouache ou de l’acrylique. Quelqu’un comme Roland Palmaert n’en fait pas un secret.

Déjà chez les Celtes et les Latins, le blanc, c’était « l’immaculé ». Elle est associée à la pureté, l’innocence, la paix, la virginité, la spiritualité. Mais c’est aussi à la vieillesse,à la mort, àl’angoisse. Les symboliques asiatique  et africaine associent également le blanc à la mort, au deuil, au passage vers un nouveau monde.

De nombreuses expressions sont associées au blanc. Être blanc, comme un cachet d’aspirine, comme neige, comme un linge. être blanchi, se faire des cheveux blancs, montrer patte blanche, avoir carte blanche, être bonnet blanc et blanc bonnet, chauffer à blanc, saigner à blanc, faire chou blanc. Et aussi « La blanche » pour l’héroïne, l’or blanc, cousu de fil blanc, à l’arme blanche, blanchir sous le harnais , blanchiment d’argent . Et encore  blanche hermine, blanchette, les Blancs opposés aux Rouges, les blancs manteaux, chevalier blanc, col blanc, képi blanc, livre blanc, Maison Blanche, pages blanches, patte blanche, petits lits blancs, peur blanche, porcelaine blanche, semaine du blanc, vallée blanche, balle à blanc, opération blanche…

Dans la nature l’on trouve un certain nombre d’animaux blancs : cheval, colombe, cygne, éléphant, loup, oie, ours, perdrix, tigre, tourterelle, l’hermine. Et aussi de nombreux végétaux  ont des fleurs blanches : la marguerite, le lys, le gui, le coton. On qualifie de blanc certaines espèces, le nénuphar blanc, le peuplier blanc, le sapin blanc, le saule blanc, …Des minéraux sont blancs : le diamant, le quartz,  le gypse, la craie, le calcaire,  le  plâtre, le  marbre.

Sans oublier de nombreux aliments : le beurre blanc, la bière blanche, le blanc de blanc, le blanc manger, le , blanc d’œuf, la blanquette, la blanquette de Limoux, le boudin blanc, le fromage blanc  les haricots blancs, le jambon blanc ,un  petit blanc, les raisins blancs, le sel, le sucre blanc, les  viandes blanches,  le vin blanc.

Enfin, on utilise le blanc pour se protéger de la chaleur et des rayons du soleil : vêtements, véhicules, réservoirs.

http://www.almanart.com/la-couleur-blanche.html

http://www.lexpress.fr/styles/3-le-blanc-partout-il-dit-la-purete-et-l-innocence_489015.html

 

Palette pour l’aquarelle

Voici les trois palettes que j’utilise actuellement

dscn2333.1242999090.JPG

Je peux y ajouter une palette ronde à alvéoles et une palette qui se replie comme un portefeuille. Bien entendu, quoi que l’on choisisse, il faut que la surface soit parfaitement blanche, pour que les couleurs que l’on y pose ressortent sans distorsions. Je me propose dans ce billet de faire l’inventaire de ce qui existe : 

Il y a bien entendu, « tout bêtement », l’assiette blanche en porcelaine ou en carton, un carreau de faïence blanche, un plateau à desservir, genre Ikéa, un plat à instruments de dentiste…

1palette.1242999357.jpg

On trouve ensuite dans le commerce toutes sortes de palettes : des rondes, des rectangulaires. Elles sont en plastique, en métal, parfois en bois.

3-palettes.1242999440.jpg2-palettes.1242999562.jpg

On trouve aussi des palettes en papier, jetables après la séance de travail, par exemple de Talens.

palette-papier-talens.1242999758.jpg

Par ailleurs un certain nombre d’aquarellistes ont en  liaison avec des marques, attachés leur nom à une palette spécifique, notamment Robert Wade  

 http://www.seniorart.com.au/   

palette-robert-wade.1243000065.jpg

ou encore Jones Peacock ou  Roland Palmaerts.

Je voudrais enfin parler d’une palette qu’ Isabelle Fournier a trouvé chez son fournisseur habituel

http://isabellefournierperdrix.blog4ever.com/blog/index-155548.html

andre-denis.1243000254.jpg

Elle est constituée d’un grand plateau – de 6 coupelles plates pour les mélanges et de  30 godets amovibles pour déposer les couleurs. Elle dispose d’un couvercle et elle se ferme hermétiquement grâce à des joints et des fixations. Sa dimension 34  x 24 cm Prix ~25 €.

Voici ses coordonnées :  André Denis – Fourniture pour artistes ZA La Grande Plaine 14760 Breteville-sur-Odon Tél. 02.31.74.45.45 et Fax. 02.31.74.45.46.

 http://materiel-peinture-encadrement-photos-tableau-materiel-dessin-14.denis-beaux-arts.com/