Miró et Tériade, l’aventure d’Ubu jusqu’au 31 janvier 2010 au Musée Matisse du Cateau-Cambrésis

miro-au-cateau.1259489924.jpg

http://www.cg59.fr/Frontoffice/UserFiles/File/Musee_Matisse/actualites.htm

Joan Miro (1893-1983) le peintre catalan, figure du surréalisme  a été marqué  par le « père Ubu » qu’Alfred Jarry (1873-1907) a créé en 1898. Avec ce personnage de  tyran grotesque, il dénonce, avec son art,  le régime franquiste qu’il abhorre.  Miro et son ami,  d’origine grecque, Stratis Eleftheriades,  l’éditeur d’art Tériade se connaissent depuis 1921. En 1948 ils forment le projet d’une édition d’Ubu roi, illustrée. L’ouvrage sera publié en 1965.En 1971 ce sera « Ubu aux Baléares » où il dénonce « tous ces Ubus qui se vautrent sur les plages » et en 1975 «  l’enfance d’Ubu ».  La femme de l’éditeur, Alice Tériade, décédée en 2007, a fait don de la collection de son mari au musée du Cateau. L’exposition présente une centaine de pièces réalisée par Miro dont le thème est le personnage d’Ubu. Ce sont des gravures, de la calligraphie, des céramiques des costumes et décors de théâtre. On peut voici une vidéo de la visite de cette exposition sur le site de France 3 Culture Box.

http://culturebox.france3.fr/miro/16636/Ubu-%3A-d-Alfred-Jarry-a-Miro#/miro/16636/Ubu-:-d-Alfred-Jarry-a-Miro/

L’exposition est ouverte tous les jours sauf le mardi, de 10h à 18h – Musée Matisse, palais Fénelon au Cateau-Cambrésis. J’ai rédigé un billet avec des éléments de la biographie de Miro que l’on peut consuler en cliquant  ici

Le Grand Boulevard et le Tramway Mongy – 1909-2009 Le centenaire

100-ans-grand-boulevard.1259469230.jpg

 On a fêté hier samedi 28 novembre 2009,  le centenaire de l’inauguration, du Grand Boulevard et du tram que l’on appelle le Mongy , qui relient Lille, Roubaix et Tourcoing. Elle s’était déroulée en grande pompe le 4 décembre 1909.Le grand boulevard est de nos jours considéré comme l’axe fondateur de la métropole lilloise.

L’idée qui avait germée dans la seconde moitié du 19ème siècle a été concrétisée grâce à deux ingénieurs, Alfred Mongy, le fondateur de la société des tramways ELRT, Arthur-Ghislain Stoclet, ingénieur de la ville de Lille et deux édiles Eugène Motte député-maire de Roubaix et Antoine-Florent Guillain, polytechnicien, député, conseiller général.

Cette voie en Y d’une longueur de 14 kilomètres et d’une largeur de 50 mètres, est de nos jours répartie ainsi : un trottoir, une chaussée latérale, une piste cyclable, une chaussée centrale à quatre voies, une aire réservée aux deux voies des trams, une chaussée latérale, un trottoir.

Pour fêter l’événement de nombreuses expositions ont été organisées et tout l’après-midi dans un certain nombre des 36 stations du tram qui traversent les communes de Lille, La Madeleine, Marcq-en-Barœul, Villeneuve d’Ascq, Croix, Wasquehal, Mouvaux, Roubaix et Tourcoing des animations étaient proposées. Elles se clôturaient par un grand feu d’artifice tiré du Croisé Laroche, là où le tronçon qui part de Lille, se sépare en deux voies.

Le tramway était cet après-midi gratuit. Des personnes de tous âges, beaucoup de bobos avec leurs enfants, l’empruntaient et s’arrêtaient au gré de leurs envies pour découvrir les animations prévues dans les stations. L’ambiance était joyeuse, bon enfant, une sorte de connivence s’installait entre les participants. Je faisais partie des promeneurs et à un certain moment, j’ai assisté à un mini-récital de piano, donné au Conservatoire de Marcq-en-Barœul, proche d’une des stations.

Voici une vidéo sur l’évolution du tram au cours des années

 

 

Le grand boulevard et le Tram Mongy ont 100 ans – Petit récital de piano – Dessin aquarellé

Hier en fin d’après-midi, dans le cadre des festivités du Centenaire du Grand boulevard et du Tram Mongy, j’ai assisté à un petit récital de piano. La salle du conservatoire n’est pas très grande. Lorsque je me suis posté à l’entrée, debout avec mon carnet de croquis, j’ai été frappé par la pianiste, qui dominait littéralement l’assistance. C’est pourquoi, j’ai un peu exagéré la dimension de ce personnage. J’ai colorié à mon retour chez moi.

Voici ce dessin aquarellé sans prétention:

recital-piano.1259471344.jpg

Récital de piano © 2009 masmoulin

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Eric Laurent – aquarelliste

 

numerise-a-19-11-2009-18-54.1258653478.jpg

Eric Laurent

Eric Laurent est un aquarelliste de la région du Nord. Je lsuis son travail, depuis plusieurs années, au fil de ses expositions à galerie Vasse. Il vit dans un petit village aux confins des départements du Nord et du Pas de Calais à quelques kilomètres de Cambrai, où il est né en 1961. Après une formation technique, il  a suivi les cours des Beaux-arts. Il s’est ainsi formé au dessin, à la sculpture et à la photographie.  Il a au détour de rencontres et voyages découvert l’aquarelle. William Turner l’a fortement influencé.  Les encouragements des peintres Ciry  et Degans le confortent dans ses choix. Il a  une sûreté de trait et un sens aigu du détail. Il se fait rapidement remarquer par son style et sa technique. Ses aquarelles aux couleurs éclatantes et lumineuses expriment les atmosphères feutrées que l’on retrouve dans le Nord. Depuis les années 1990, il expose à la galerie Vasse , Raugraff et dans les grands salons dédiés à l’aquarelle comme Namur ou Brioude. Il a été remarqué par  « L’art de l’aquarelle » qui lui a consacré un article dans sa seconde livraison d’octobre-décembre 2009. Sans abandonner l’aquarelle,  il réalise aussi depuis peu, sans perdre les qualités qui le distinguent,  des œuvres à l’acrylique.

 

Voici quelques unes de ses oeuvres.

entre_les_arbres.1258653645.jpg

Eric Laurent – Entre les arbres – Aquarelle

eric-laurent-reflets.1258653722.jpg

Eric Laurent – Reflets – Aquarelle

le-petit-village-de-corse-santori_eric-laurent.1258653897.jpg

Eric Laurent – Petit village corse – Aquarelle

eric-laurent-douce_lumiere.1258654300.jpg

Eric Laurent – Douce lumière – acrylique sur toile

Hugo Pratt – le père de Corto Maltese – ses aquarelles et les enchères du commissaire priseur

hugo-pratt.1259251744.jpg

Hugo Pratt

Hugo Pratt ( 1927-1995) dessinateur italien, est avec Hergé et quelques autres, l’un des grands noms de la bande dessinée. Né à Venise, il suit en 1941 ses parents en Abyssinie colonisée  par Mussolini. Enrôlé dans l’armée du Duce, il rejoint les alliés. A la fin de la guerre il lance la revue « L’As de pique », influencée par les comics américains. Il s’installe en Argentine et  travaille aux séries « Sergent Kirk » et « Ann de la Jungle ». A son retour en Europe en 1967 parait  dans Pif « La Ballade de la mer salée ».Le personnage de Corto Maltese, marin, anarchiste et romantique y fait ses débuts. Dans les années 1970, il fait du cinéma, d’autres aventures comme Jesuit Joe et poursuit sa série culte avec par exemple « Corto en Sibérie » Dans les années 1980, des expositions lui sont consacrées .En 2005 a été publié chez Casterman,  « Périples imaginaires  » dont le tome I est consacré à ses aquarelles de 1965  à 1995

C’est justement l’aquarelle originale qui a servi à l’illustration de couverture de l’album « Corto Maltese en Sibérie » (Hugo Pratt, 1973)  qui a été adjugée lors des enchères instrumentées les 20 et 21 novembre 2009 par Eric Leroy de l’étude de commissaires-priseurs Artcurial –Briest-Poulain-F.Tajan   pour un montant de 247.840 €. Il s’agit d’une œuvre à l’encre de Chine, feutre noir, gouache noire et aquarelles de couleurs, encadrée de 64 x 49,5 cm estimée entre 90 000 – 120 000 €. Pourquoi pas ?

hugo-pratt-lot-487-artcurial-siberie.1259251643.jpg

Hugo Pratt -Corto Maltese en Sibérie

Ce n’est pas le record, puisque la même étude Artcurial avait adjugé une aquarelle de Corto Maltese, « Le Etiopiche (l’éthiopien) » en mars 2008 à 300.830 €.

hugo-pratt-etiopiche-enchere-2008-artcurial_pratt.1259251729.jpg

Hugo Pratt – Le Etiopiche

Voici la vidéo de cette enchère historique

 

Les aquarellistes anglais du siècle d’or 1750-1850 – Deuxième partie John Cotman – Alexander Cozens – John Robert Cozens – John

John Sell Cotman, aquarelliste anglais est né à Norwich en 1782. Il arrive à Londres en 1798. Il n’a pas reçu de formation académique. Il a travaillé avec le Docteur Monro, un médecin  épris d’art qui a aussi initié Turner. Il devient membre du club de dessin fondé par Tom Girtin. Il a été entre 1802 et 1805, professeur de dessin de la famille Cholmondley dans le Yorkshire. Il y a peint « Greta Bridge », l’une de sa plus célèbre aquarelle. En 1806, il rendre alors à Norwich et devient membre de la Norwich Society of Artists. Il a voyagé au pays de Galles, en Normandie.  En 1834 il devient professeur de dessin au King’s College. Il a illustré un certain nombre d’ouvrages. Il est considéré avec John Crome, comme le fondateur de la « Norwich school of painters »

http://myweb.tiscali.co.uk/speel/group/norsch.htm

 Le British museum possède une importante collection d’œuvres de Cotman ainsi que le Victoria and Albert museum, ainsi que le Norwich Castle museumSes fils Miles Edmund Cotman (1810-1858) et John Joseph Cotman (1814-1878) étaient également peintres et membres de l’école de Norwich.

 http://www.reproarte.com/artiste/506_John+Sell+Cotman/index.html

http://wwar.com/masters/c/cotman-john_sell.html

http://www.artcyclopedia.com/artists/cotman_john_sell.html

http://www.tate.org.uk/servlet/ArtistWorks?cgroupid=999999961&artistid=116&page=1

cotman-greta-bridge-1807-aqua.1259042632.jpg

John Cotman – Greta Bridge – 1807 – aquarelle

 cotman-paysage-fluvial-avec-le-troupeau-de-bovins-1810.1259042705.jpg

John Cotman – River landscape with cattle herd 1810 – Aquarelle

Alexander Cozens (1717-1786)   aquarelliste anglais est né en Russie. Il a d’abord pratiqué la peinture en plein aire en Italie. Il s’est installé à Londres en 1746 et il y est devenu un professeur de dessin à la mode. IL a également enseigné à Eton. Il est l’un des premiers maîtres du paysage en aquarelle. C’était aussi un théoricien de l’art et il a rédigé plusieurs traités. Il a souvent utilisé l’abstraction comme un point de départ pour ses compositions. Sa technique était de couvrir le papier avec ce qu’il a appelé «taches», arbitrairement placés éléments du paysage, et à développer un imaginaire paysage à partir d’eux. En effet, il proposait dans son dernier ouvrage «  Nouvelle méthode pour faciliter l’invention de compositions originales de pays » de «  s’en remettre pour le peintre aux taches faites par hasard, sur le papier ou sur la toile, « qui inclinent à élargir les pouvoirs de l’imagination… ouvrir l’esprit et le mettre sur la voie de pensées neuves ». Il réalisait surtout des lavis monochromes gris et bruns. Il était l’ami du romancier et collectionneur William Beckford

http://www.artcyclopedia.com/artists/cozens_alexander.html

 cozens-alexander-vale-near-matlock.1259042822.jpg

Alexander Cozens – Vale near Marlock – aquarelle

John Robert Cozens (1752 – 1799) aquarelliste anglais né à Londres, est le fils d’Alexander Cozens. Il a été formé par son père. Dès l’âge de 15 ans, ses dessins sont exposés à la « Society of artists ». Il a beaucoup voyagé et séjourné en Suisse et en Italie, notamment à Naples. Il réussissait des effets atmosphériques qui ont eu un influence sur Thomas Girtin et J.M.W. Turner. Il savait traduire la tranquillité, la poésie, le mystère d’un paysage. John Constable le considérait comme un génie du paysage. Il avait une manière simple de peindre assez colorée

 http://www.artcyclopedia.com/artists/cozens_john_robert.html

cozens-john-robert-golf-de-salerne.1259043346.jpg

John Cozens – Golf de Salerne – Aquarelle et crayon

John Crome (1768-1821)  est un peintre anglais né à Norwich. Il travaillait à l’aquarelle et à l’huile  Il a fondé avec Cotman la « Norwich school of painters » où il a enseigné. Il a fait quelques voyages mais a toujours vécu dans sa ville natale.

http://www.artcyclopedia.com/artists/crome_john.html

 crome-moonlight.1259043488.jpeg

John Crome – Moonlight

 

Sous bois – Aquarelle

La semaine dernière, au cours,  j’ai fait une aquarelle qui représente un sous-bois. Dans l’atelier, là où j’étais installé, il y avait devant moi une grande photo en noir et blanc de plus d’un mètre  cinquante de large. J’en ai sélectionné une partie et j’ai inventé les couleurs.

Des photos de sous-bois l’on en trouve à foison sur le net. Attention elles ne sont pas toujours libres de droit.  Voici quelques sites :

http://www.photo-paysage.com/thumbnails.php?album=3

http://www.diaph.org/galerie/theme.asp?pre=100&Rubrique=101&suiv=155

http://www.artpaperbank.com/fr/nature/foret/index.php

http://www.djibnet.com/photo/sous+bois/

Mon aquarelle a été réalisée dans l’humide – sur papier Montval – 300 grammes – grain fin – Format « raisin » 50 cm x 65 cm – tendu sur châssis –

sous-bois.1258867454.JPG

Sous bois ©2009 masmoulin – Aquarelle

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Fabriquer ses aquarelles ?

pigments2.1258707365.jpg

Jusqu’au milieu du 19ème siècle, avant l’apparition des tubes,  les peintres fabriquaient leurs couleurs eux-mêmes. Par une sorte de retour aux sources certains peintres ou aquarellistes disent fabriquer leurs couleurs. Un certain nombre de firmes proposent des pigments qui sont la base de la composition.

http://kremer-pigmente.de/fr

http://www.artisanpastellier.com/pigments_naturels.php

http://www.blockx.be/fr/produits/pigments.asp

http://www.okhra.com/@fr/shop/1/dept.asp

On utilise des pigments en poudre. On les  mélange en petite quantité avec un peu de liant par exemple celui de Sennelier ou Blockx. On peut aussi utiliser de la gomme arabique auquel on ajoute de la glycérine pour la transparence et bien entendu de l’eau, qui sera sucrée. A titre indicatif les proportions : Une cuiller à café de pigments et une cuiller à café de gomme arabique. Pour le broyage on peut utiliser une molette en verre avec une plaque de verre ou de marbre dépolie ou encore un pilon et un mortier. On ajoute à cet amalgame,  le liquide constitué de deux cuillers d’eau déminéralisée et d’une  cuiller de glucose ou de miel pour la transparence. On pourra ajouter quelques gouttes d’un agent conservateur et de fiel de bœuf pour fluidifier. On mélange le tout. On obtient une pâte que l’on laisse sécher pendant 12 heures. Les couleurs obtenues se gardent dans des pots hermétiques.

Tout cela est fastidieux, mais peut-être séduisant pour les adeptes du « fait à la maison »

Des explications illustrées sur le site de Nadja  et une petite démonstration en vidéo sur la façon  de s’y prendre par ‘Isabelle Labat


Jerry Stitt , un aquarelliste américain – Jerry Stitt, an american watercolorist

jerry-stitt.1258792359.jpg

Jerry Stitt

http://jerrystittaws.com/index.html

Jerry Stitt est un aquarelliste américain né à Seattle et qui vit à Saudalito en Californie. Il a étudié avec de nombreux artistes : Rex Brandt –  Fred Marshall –  John Ringen, Sergei Bongart – Robert E. Wood- et Christopher Schink. Il est un membre de l’American Watercolor Society et la National Watercolor Society. Il a présidé la Northwest Watercolor Society. et il est membre à vie du Puget Sound Group of Northwest painters

Il est peintre de la Marine à la  «  United States Navy combat » Ses œuvres sont présentes  dans les collections du Pentagone, du roi Gustav de Suède et en l’Arabie saoudite et d’importantes firmes américaines. Il a réalisé les affiches de plusieurs festivals artistiques

Il donne des cours dans son atelier et pour diverses sociétés d’aquarelle. Il a enseigné à l’Université de Washington et de l’Université de Puget Sound. Il a enregistré une vidéo “ I don’t stay in the lines ”  Il a été remarqué par les magazines “American artist » et  « Watercolor magazine »

Voici quelques exemples de son travail. Il y a beaucoup de lumière et il flirte parfois avec l’abstrait.

jerry-stitt-wetlands.1258788485.jpg

Jerry Stitt-  Wetlands – aquarelle

jerry-stitt-winter-birch.1258788073.jpg

Jerry Stitt – Winter birch – aquarelle

jerry-stitt-new-york.1258788414.jpg

Jerry Stitt – New York – Aquarelle

jerry-stitt-n-y-skyline.1258788457.jpg

Jerry Stitt – N Y Skyline – Aquarelle

La Grande roue de Lille – Grand’Place – En cours de montage – dessin aquarellé

La Grande roue  fête cette année les vingt ans de sa venue dans la capitale des Flandres. C’est en effet à l’hiver 1989 qu’elle a été installée pour la première fois installée sur la Grand’ Place de Lille, sous le regard médusé de la « Déesse »  Depuis chaque année son propriétaire Jan Vanderhoning lui fait prendre chaque année autour de Noël. Elle nous vient de Heerenveen  en Hollande où elle est « née » il y a 28 ans. Quand elle n’est pas à Lille, sur la Grand’ Place ou à l’Esplanade pendant la foire de septembre,  ainsi que dans les fêtes foraines d’Anvers, Bruxelles et Amsterdam, ou ailleurs elle se repose dans un entrepôt à Anvers. » Cette année elle sera en marche du 25 novembre au 10 janvier 2010

Hier matin, elle était en cours de montage. J’ai réalisé sur mon carnet de croquis format A5 un dessin aquarellé des opérations. J’ai en effet trouvé qu’il était plus original de la montrée comme cela que lorsqu’elle tourne en rond. Le beffroi de la Bourse est un peu de guingois et sur la gauche, c’est la Déesse.Je me rends compte que j’aurais du soigner un peu  plus le camion grue et les chevaux de bois (en plastique ?)

ca-73-montage-grande-roue.1258796807.jpg

Grande roue à Lille -Le montage ©2009 masmoulin

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

La brosse à dents et la soufflette – projections – histoires d’aquarelle

002.1258700831.JPG

 Lorsque l’on peint à l’aquarelle bien entendu l’on utilise des pinceaux pour appliquer la couleur. La charge de pigments sera appliquée de façon plus ou moins contrôlée suivant la technique choisie, sur papier sec ou humide.

 L’on peut aussi chercher obtenir des effets aléatoires en réalisant des « projections »

Avec un pinceau chargé de pigments, que l’on va heurter avec un doigt pour donner des effets de cailloux, de feuilles.

Mais il y a aussi la brosse à dents. On la choisit de préférence souple et usagée. On la charge de couleur avec un pinceau. Et fait gicler des fines gouttelettes sur le papier à l’aide du doigt ou d’un peigne.

On peut aussi utiliser une soufflette, pour projeter ou appliquer les couleurs. C’est un peu l’aérographe du pauvre.La tige est plongée dans un récipient, flacon, petit bac. On souffle dans l’embout et la peinture se disperse avec plus ou moins de précision.

Dans toutes ces méthodes la position plus ou moins éloignée de l’engin influencera le résultat obtenu.

L’on peut aussi projeter, avec précaution, des gouttelettes d’eau pure. Quel que soit le dispositif retenu, il est prudent de faire des essais au préalable.

A noter qu’Andy Warhol, dans des œuvres des années 1960-1960 a réalisé des œuvres sur toile où il combinait des coupures de magazines et des projections d’aquarelle

Une autre façon de faire des projections, mais pas avec l’aquarelle, c’est le « dripping » inventé par Max Ernst et que de Jackson Pollock a largement utilisé dans ses oeuvres


Les aquarellistes anglais du siècle d’or 1750-1850 – Partie n° 1 Samuel Atkins – Richard Bonnington – William Callow – George Chinnery – John Constable

 Samuel ATKINS  est un aquarelliste anglais, né à Londres en 1760. II expose dès 1787 à la Royal Academy. Il enseigne le dessin.  Puis il voyage, séjourne dans les Indes. Il peint essentiellement des marines. Certaines de ses œuvres figurent dans les collections du Musée national maritime de Greenwich, le Peabody Essex Museum,  le Victoria and Albert Museum et le British Museum à Londres. Il meurt en 1810

atkins_samuel_shipping_in_ramsgate_harbour_large.1258602019.jpg

Samuel Atkins – Shipping in Ramsgate Harbour

 Richard Parkes BONINGTON, aquarelliste anglais est né en 1802 près de Nottingham. Son père l’initie très jeune à l’aquarelle. En 1817, il déménage à Calais où ses parents installent une fabrique. Il  prend des cours auprès de François-Louis Francia. L’année suivant il est à Paris, il y rencontre Eugène Delacroix avec qui il se lie d’amitié. Les études académiques le lassent vite. Il réalise des esquisses « sur le motif » dans les faubourgs et la campagne. Il voyage beaucoup, la Normandie, l’Ecosse, Venise et l’Italie et l’Angleterre. Il réalise des lithographies pour illustrer divers ouvrages. Il expose au salon de Paris, à la Royal Academy. Eugène Delacroix a dit de lui «  « .. personne dans cette école moderne, et peut-être avant lui, n’a possédé cette légèreté dans l’exécution, qui, particulièrement dans l’aquarelle, fait de ses ouvrages des espèces de diamants dont l’œil est flatté et ravi, indépendamment de tout sujet et de toute imitation. » Il meurt en 1928 à l’âge de 26 ans.

On peut voir des œuvres peintes à l’aquarelle ou à l’huile sur ces deux sites

http://www.tate.org.uk/servlet/ArtistWorks?cgroupid=999999961&artistid=41&page=1http://www.abcgallery.com/B/bonington/bonington.html

 

bonington-view-of-norman-coast.1258602103.jpg

 Richard Parkes Bollington – View of Norman Coast.

 William CALLOW,  aquarelliste anglais,  est né à Greenwich en 1812. Il reçoit une formation de graveur auprès de Théodore Fielding. Il arrive à Paris en 1829 où très vite il expose. Il enseigne le dessin aux enfants de Louis-Philippe. Il   visite à pied l’Europe méridionale et centrale Ces œuvres sont appréciés par les collectionneurs. Il rejoint Londres en 1841. Il voyage entre Glasgow et Londres en s’arrêtant dans les principales villes.  Il expose à la «  Old Watercolour society » dont il deviendra associé puis membre. C’est avant tout un paysagiste. Il meurt en Angleterre en 1908.

On trouve ses œuvres sur ces deux sites

 http://www.tate.org.uk/servlet/ArtistWorks?cgroupid=999999961&artistid=79&page=1

http://www.artcyclopedia.com/artists/callow_william.html

 callow-dunster-castle.1258602205.jpg

William Callow – Dunster Castle

 George CHINNERY,  aquarelliste anglais, est né à Londres en 1774. Son père artiste amateur l’initie à la peinture. Plus tard il suit les cours de la Royal Academy. En 1794, il  s’installe à Dublin et s’y fait connaître pour ses portraits. Il quitte l’Europe en 1802. Il fera presque toute sa carrière dans le monde oriental, à Calcutta jusqu’en 1825, puis jusqu’à la fin de sa vie, en 1852, à Macao. Il fait des incursions à Canton et Hong Kong. Toute sa vie il a été reconnu comme portraitiste des notables et des marchands. Pourtant, de nos jours sa réputation  repose surtout sur ses scènes de la vie indienne ou chinoise et sur les paysages qu’il peint pour son propre plaisir. Il annotait ses croquis avec les signes de la sténographie.

On peut voir des œuvres sur Artcyclopedia

 http://www.artcyclopedia.com/artists/chinnery_george.html

chinnery_indian_herdsman_on_a_bank.1258602306.jpg

George Chimery – Cattle Watering In A River Below

 John CONSTABLE, peintre paysagiste anglais est né en 1776 dans le Suffolk. Il est pendant quelques années à la Royal Academy l’élève de Joseph Farington. Il s’exerce ensuite en copiant les œuvres de Jacob Van Ruysdael et Claude Lorrain. En 1802, il expose à Londres ses premières œuvres personnelles. C’est avant out un paysagiste. Il peint sur le motif et se détache des modèles classiques. Il ne copie pas le monde mais restitue la vision qu’il en a.  Pour lui contrairement à Reynolds ou Gainsborough, le paysage n’est pas seulement un décor, c’est le sujet principal. Il restitue l’atmosphère, les jeux de lumière, les reflets de l’eau. Il notait au dos de ses études la date, l’heure et les conditions climatiques. Et lorsqu’il représente des personnages il les montre dans leurs occupations de tous les jours. Il expose à Paris en 1824. Il est nommé à la Royal Academy en 1829. Il est mort en 1837.

Son art n’eut pas d’influence notable dans son pays. Par contre, il fut admiré par Delacroix et il inspira Millet, Eugène Boudin, Claude Monet et les paysagistes de l’école de Barbizon, Claude Monet et l’école de Crozant.

On trouve sur ces deux sites

http://www.artcyclopedia.com/artists/constable_john.html

http://painting.emdec.co.uk/fba_constable.php

john_constable_025.1258602441.jpg

John Constable – Etude de ciel

constable_haywain1.1258602519.jpg

John Constable – Haywain

Le chat sur la toile et le chat sur le papier – Aquarelle

Pascale, est une amie « fan » des chats. Elle en possède quatre ou cinq. Depuis plus d’un an, elle me demande de lui faire un chat à l’aquarelle. C’est le chat sur le papier. Le chat, est très présent sur la toile. Je veux dire parler de l’internet et non de celle des peintres à l’huile ou à l’acrylique. C’est le chat sur la toile. Effectivement, sur Internet, l’on trouve un peu de tout autour des chats :

Des informations sur sa morphologie sur Chats et Compagnie

http://www.chat-et-cie.fr/anatomie.htm

ainsi qu’une petite synthèse

http://www.ac-nancy-metz.fr/ia88/Durkheim/eleves/pages_personnelles/perso2000/chats_2000/le_chat_domestique.htm

De nombreux sites d’associations de chats ou plutôt de propriétaires de chats : Chats de France – Chats du Monde ou encore Felichats

http://www.chatsdefrance.asso.fr/

http://www.chatsdumonde.com/

http://www.felichats.com/

Il y a également des sites dédiés à   une race particulière, les siamois, les persans, les chartreux

http://www.afas-siamois.com/

http://www.chats-persans.com/_fr/

http://www.club-du-chartreux.com/accueil.html

Lorsqu’on a perdu son chat, un site pour le retrouver

http://www.chat-perdu.org/

De nombreuses photos de chats sur Photo-animaux

http://www.photos-animaux.com/photos,chats.html

Certains se souviendrons des Chats sauvages un groupe de rock des années soixante.

http://www.retrojeunesse60.com/les.chats.sauvages.html

En argot un chat c’est un greffier mais un chat fourré désigne un juge ou un greffier. Je n’oublie pas le chat ou tchat, qui désigne les applications qui permenttent à des internautes de dialoguer en temps réel.

 http://www.tchatche.com/

J’avais envie de mettre dans l’article le poème de  Charles Baudelaire dans les Fleurs du mal. Comme cela prendrait trop de place, je le joins en fichier PDF

les-chats-de-charles-baudelaire.1258525902.pdf

Et voici maintenant le Chat de Pascale. J’ai réalisé cette aquarelle dans l’humide, sur papier tendu sur châssis. C’est un papier Canson, 180 grammes au format A4, que l’on trouve dans les super marchés. Il est utilisé pour le dessin dans les écoles. Il n’est pas du tout adapté pour l’aquarelle. C’est peut-être pourquoi, il n’a pas l’air commode ce chat

chat-de-pascale-plus.1258525645.JPG

Le chat de Pascale ©2009 masmoulin – Aquarelle

 

La projection d’art – dessin sans peine ? Avec l’épiscope, le rétroprojecteur, le diascope, le vidéoprojecteur

episcopes.1257577923.jpg

Il y a un an ou deux,  j’ai été intrigué par les publicités  récurrentes dans le magazine « Pratique des Arts » sur « Tracer » et d’autres épiscopes. J’ai regardé d’un peu plus prêt la question, lorsque je me suis rendu dans mon magasin habituel de fournitures Beaux-Arts.

Depuis la Renaissance, les artistes utilisent à l’aide de la « Camara obscura » les techniques de projection pour calquer directement des images sur la toile ou le mur pour réaliser de vastes fresques. Grâce à l’évolution technologique, les aux artistes disposent de nos jours de l’épiscope. Cet appareil qui combine optique et électricité permet d’agrandir, et de projeter sur le support  de l’œuvre à naître les images, photos esquisses que l’artiste, l’illustrateur, le dessinateur veut reproduire. Le grossissement peut aller de 10 à 30 fois le support original, suivant le type d’appareil et son corollaire le prix.

Le site « comment fait-on » explique sommairement « comment dessiner par projection »

http://www.commentfaiton.com/fiche/voir/11530/comment_dessiner_par_projection

 Des artistes fâchés avec le dessin ou d’autres qui disent vouloir surtout se consacrer à la couleur utiliserons l’épiscope. Il existe d’autres appareils comparables, le diascope ou projecteur de diapositives, le vidéo-projecteur relié directement avec un ordinateur, le rétroprojecteur. Ce dernier dispositif nécessite la reproduction du croquis sur un support transparent.

De nos jours, les artistes avouent rarement utiliser cette aide technique. C’est bien connu, ils savent dessiner. Par contre les tenants de la « figuration narative ne faisaient pas un miystère que l’aérographe, faisaient partie de leur panoplie

http://www.connaissancedesarts.com/peinture-sculpture/diaporama/figuration-narrative-51937.php#

http://www.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-figuration-narrative/ENS-figuration-narrative2.html

Voici les sites de deux distributeurs d’épiscope Sennelier et Bossu

http://www.magasinsennelier.com/dessin/episcope.html

http://membres.lycos.fr/lerool/episcope.html

On peut imaginer que l’artiste qui peint une fresque trouve une aide avec ce type de dispositif. Cela semble aussi intéressant pour les peintres qui travaillent dans l’hyperréalisme, comme toutes « ces rues de New York ». Pour l’aquarelliste, qui ne travaille pas verticalement, mais souvent à plat, le dispositif est plus malaisé à utiliser, sauf à punaiser la feuille de papieraquarelle sur un mur. Mais surtout, je trouve que ce type d’appareil bloque la spontanéité. Et puis je ne suis pas pressé. Donc je continuerai de dessiner

Gottfried Salzmann, aquarelliste et photographe – éléments de biographie

salzmann-photo.1258440484.jpg

Gottfried Salzmann

Gottfried Salzmann aquarelliste et photographe d’origine autrichienne est né en 1943  à Saalfeden près de Salzbourg. Il a suivi une formation académique d’abord à  l’Ecole des Beaux arts de Vienne, puis à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts à .Il est installé en France depuis près de 30 ans. Il partage son atelier du quartier du Marais avec Nicole Bottet.

Il est considéré comme un maître de l’aquarelle dont il utilise l’infinité des tonalités en parfait coloriste .Il combine le jeu des pigments, de l’eau, du grain du papier, et maintenant souvent des encres. Il est fasciné  par la ville, les sites urbains, les reflets. Il se défend d’être un peintre abstrait. Dans ses premières œuvres il utilisait uniquement l’aquarelle. Actuellement, il travaille aussi une technique mixte où il mêle aquarelle et photographie.

Cela fera hurler les tenants de l’orthodoxie aquarelliste. Cependant, c’est sans doute l’un des aquarellistes européen qui a le mieux su promouvoir cet art. D’aucuns diront qu’il y a un effet de mode dans l’art contemporain dans lequel il a su s’insérere. Mais à connaissance , contrairement à ses « collègues , il expose dans les principales galeries internationales en Allemagne, Autriche, France, Suisse, Belgique, Japon, Grande Bretagne, Etats – Unis. Voir par exemple  la Franklin Bowles Gallery

De nombreuses publications lui ont été consacrées en français, allemand, anglais. Notamment la monographie de Pascal Bonnafoux, Nikolaus Schaffer  et Karl Schroeder  que Thalia Edition a publié en 2006, lorsqu’a été inauguré au musée Carolino August reum de Salzbourg, une salle qui lui est consacrée. Ses œuvres figurent dans des collections publiques : Musée de l’Albertina de Vienne, Musée de la Ville de Paris, Bibliothèque Nationale de Paris, Musée de Séoul, Metropolitan Museum de Manille. Il est présent dans la grande manifestation d’art contemporain, à Cologne, Düsseldorf, Bâle, Vienne, Paris, Washington, Los Angeles, Stockholm, Hong Kong, Gand, Francfort, Strasbourg. Dès 1982 il exposait au célèbre musée Albertina de Vienne. En 2008 une exposition lui a été consacrée à l’Esplanade Raymond Moretti du quartier de la Défense. Et au début de cette année à Tarbes. On peut visionner ici le reportage que lui a consacré FR3. Sa fille Nieves, trentenaire, peint également de paysages urbains, mais à l’huile

Voici quelques œuvres de Salzmann

salzmann-paysage-ii-1981.1258440669.jpg

Gootfried Salzmann – Paysage II – 1981 – Aquarelle

gottfried-salzmann-berlin-spiegelung.1258441511.jpg

Gottfried Salzmann – Berlin Spiegelung – Gravure – 1999

 

saltzmann-2006-n-y-santori.1258440871.jpg

Gootfried Salzmann – N Y Santori – 2006 – Technique mixte

 

saltzmann-2008-la-diagonale.1258441241.jpg

 

Gootfried Salzmann – La diagonale – 2008 – Aquarelle

saltzmann-nuit-tombante-aquarelle.1258441859.jpg

Gootfried Salzmann – Nuit tombante – Aquarelle

Cercle royal des Beaux-arts de Liège – Exposition collective du 20 novembre au 15 décembre 2009

expo-richard.1258434389.jpg

http://www.art-liege.be/addresses_infos.php?lieuid=17

 A cette exposition participe Richard Stas , architecte et aquarelliste, certainement le commentateur le plus régulier du blog.  Si vous résidez près de Liège, allez faire un tour. Vous pourrez rencontrer Richard qui sera présent au vernissage, ainsi que les après-midi des 25 et 29 novembre et 6 décembre 2009.  Avec lui, j’inaugure une petite rubrique « mes amis exposent »

Gottfried Salzmann à la Galerie New Art City à Lille

saltzmann-new-york-faile_-technique-mixte-sur-toile_2009.1258358713.jpg

Gottfried Saltzmann –  New York Faile- Technique mixte sur toile – 2009

La galerie New Art city, créée il y a juste un an, fin octobre 2008, est une galerie d’art tournée vers l’Art contemporain. Elle est installée dans le Vieux Lille au 67, rue Saint André. Ici

L’accueillante galeriste Blandine  Reyns a choisi de nous présenter l’artiste autrichien

Gottfried Salzmann

du 6 novembre 2009 au  16 janvier 2010

Trente cinq de ses œuvres y sont accrochées. Cet artiste est un aquarelliste  de renommée internationale. Il est exposé dans de très nombreux musées de part le monde. Il peint à l’aquarelle sur ses propres photos. Dans ses œuvres qui nous montrent les grandes cités dans des visions aériennes impressionnantes. Il joue de la transparence et de la complémentarité entre les encres et les pigments. Il allie la précision de la photographie et la transparence de l’aquarelle. Les couleurs des encres et des pigments fusionnent harmonieusement. Il est certain que les puristes de l’aquarelle ne s’y  retrouveront pas toujours. Certaines œuvres revendiquent l’étiquette d’aquarelle, d’autres sont de  la « Technique mixte sur photo ». Il y a aussi des « photeauforte » un néologisme crée par l’artiste, en fait des estampes numériques numérotées. C’est la première fois que cet artiste est exposé à Lille.

On trouvera dans un autre article des éléments biographiques sur cet artiste. On peut aussi trouver quelques informations  sur ce site de la galerie Arcturus

La galerie est ouverte du mardi au samedi de 14 heures à 19 heures.

Accident de la circulation – Le constat amiable – dessin aquarellé

Lorsqu’il prend le volant, tout automobiliste risque un jour ou l’autre d’avoir un accrochage avec un autre véhicule. S’il n’y a que des tôles froissées, après parfois une confrontation en peu agitée, les protagonistes vont rédiger un « constat amiable »

Vous savez bien entendu comment il se présente. A tout hasard le voici, en format PDF.

constat-amiable.1257826495.pdf

Et puis quelques liens vers des sites où sont prodigués des conseils sur la conduite à tenir dans cette situation

http://www.netassurances.com/bibliotheque/constat.asp

http://www.constat-amiable.com/

http://www.01men.com/editorial/336269/magazine-auto/

Egalement une petite vidéo, sur dailymotion

http://www.dailymotion.com/video/x27wo5_cdh2-en-cas-daccrochage_auto

Et puis bien entendu, le dessin aquarellé que j’ai réalisé, pour illustrer ce type de situation

ca-69-constat.1257826624.jpg

Constat amiable ©masmoulin 2009 dessin aquarellé

Cliquer sur l’image pour l’agradir

 

Groupe de Bloomsbury – Les peintres – Vanessa Bell, Roger Fry et Ducan Grant – Biographies

Les  trois principaux artistes peintres qui ont fait partie du Bloomsbury sont : Vanessa Bell, Roger Fry et Ducan Grant. Une exposition « Conversation anglaise » leur est consacrée  à  la Piscine – Musée d’art et d’Industrie de Roubaix.

vanessa-bell-self-portrait.1257676666.jpg

Vanessa Bell – autoportrait

Vanessa Bell (1879-1961) peintre et décoratrice née à Londres est la fille de l’écrivain Leslie Stephen et la sœur ainée de l’écrivaine Virginia Woolf. Elle suit les cours de la Royal academy School où elle étudie auprès de John Singer Sargent.

http://www.johnsingersargent.org/

Elle a eu une vie sentimentale tumultueuse. On lui prête de nombreuses liaisons masculines et féminines. D’abord mariée avec Clive Bell, avec qui elle a eu  deux enfants, ils se séparèrent en 1913. Elle a un temps une liaison avec Roger Fry.  Elle vécu ensuite avec Ducan Grant dont elle eu une fille en 1918. Vanessa travaille alors avec son compagnon, les « arts décoratifs » dans leur ferme de Charleston.

http://www.charleston.org.uk/   et  http://www.youtube.com/watch?v=8uw49axuvXA

Vanessa Bell a peint des portraits aux formes simplifiées et aux couleurs éclatantes et aussi des œuvres abstraites. Dans les années 1930 elle séjourne régulièrement à Cassis.  Elle a enseigné quelque temps à l’Euston Road School fondée par William Coldstream et Victor Pasmore.

On trouve les œuvres de Vanessa Bell, exposées dans les musées du Monde, sur Artcyclopedia et aussi sur la site de la Tate

http://www.artcyclopedia.com/artists/bell_vanessa.html

http://www.tate.org.uk/servlet/ArtistWorks?cgroupid=999999961&artistid=731&page=1

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

 roger_fry.1257676824.jpg

Roger Fry – Autoportrait

Roger Eliot Fry (1836-1934) peintre anglais et critique d’art est né à Londres. Il a étudié les  sciences naturelles à Cambridge. Il enseigne d’abord l’histoire de l’art à la Slade School art. Il passe plusieurs années comme conservateur au Moma de New York. A son retour à Londres en 1910 il organise à la Grafton Gallery,  consacre une exposition à Manet et aux « post-impressionnistes » Il écrit des essais sur la peinture française contemporaine. En 1933, il  devient titulaire à l’université de Cambridge de  la chaire d’enseignement des beaux arts. Il meurt l’année suivante des suites d’une chute à son domicile.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Roger_Fry

On trouve les œuvres de Roger Fry qui sont exposées dans les musées du Monde sur Artcyclopedia

http://www.artcyclopedia.com/artists/fry_roger.html

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

ducan-grant-autoportrait.1257676749.jpg

Ducan Grant – auto portrait

Ducan James Corrowr Grant (1885-1978) est un peintre écossais né à Rothiemurchus. Il a vécu en Inde jusqu’à l’âge de 9 ans. Il a étudié à la Slade art school. . Très jeune il voyage en Italie en Turquie. Il étudie à Pairs avec Jean-Emile Banche, il y côtoie Picasso, Matisse et Derain. Après un succès initial, il a vite connu la désaffection du public qui jugeait ses œuvres trop modernes. Il ne se souciait pas de la mode il « obéissait à son propre œil et à son imagination.  Il a réalisé de nombreuses décorations d’intérieurs et de lieux publics. Il a pratiqué la céramique, la gravure et l’estampe, illustré des livres, des décors de théâtre et de ballets. Il a travaillé tant à l’huile, qu’au pastel et à l’aquarelle et il était très bon dessinateur. Ce n’est pas un théoricien mais un instinctif. Son coté un peu « touche à tout » a nuit à son identité artistique. Mais c’est aussi ce qui fait sa richesse, que l’on découvre.

il a été le compagnon de Vanessa Bell et a eu beaucoup de liaisons masculines, notamment avec l’économiste John Maynard Keynes.

On trouvera ses œuvres sur les sites d’Artcyclopedia et de la Tate

http://www.artcyclopedia.com/artists/grant_duncan.html

http://www.tate.org.uk/servlet/ArtistWorks?cgroupid=999999961&artistid=1203&page=1

Vanessa Bell, Roger Fry et Duncan Grant ont fondé à Fitzroy Square, Omega Workshops, un atelier d’art et d’artisanat situé à Fiteroy square à Londres.

http://www.tate.org.uk/archivejourneys/bloomsburyhtml/art_omega.htm

Et aussi la récente exposition à la Courtauld Gallery : Beyond bloomsbury : Desing of The Omege Workshops 1913-19

http://www.courtauld.ac.uk/GALLERY/exhibitiolans/2009/omega/bloomsbury.shtml

@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@@

Je rappelle qu’une exposition qui leur est consacrée s’ouvrira à la Piscine de Roubaix le 21 novembre 2009. Elle durera jusqu’au 28 février 2010

http://masmoulin.blog.lemonde.fr/2009/11/07/conversation-anglaise-le-groupe-de-blomsbury-a-la-piscine-de-roubaix-du-21-novembre-2009-au-28-fevrier-2010/

Le groupe de Bloomsbury – Bloomsbury Group

london.1257661337.jpg

 Le groupe de Bloomsbury désigne un petit cercle d’intellectuels et d’artistes, qui se réunissaient dans le quartier de  Bloomsbury au centre de Londres. Le noyau originel est un groupe d’amis étudiants  à Cambridge constitué de Leonard Woolf, Lytton Strachey, John Maynard Keynes, Clive Bell. Ils se réunissent à partir de 1904 chez les sœurs Stephen. : Vanessa la peintre épousera Clive Bell et Virginia l’essayiste et romancière se mariera en 1912 avec Léonard Woolf. Ils seront rejoint par les peintres Duncan Grant et Roger Fry et Desmond McCarthy. D’autres en firent également partie Lytton Strachey, Edward Morgan Forster,  Sitwell, Aldous Huxley et les frères Stephen. Ils se réuniront jusqu’au début de la première  guerre mondiale.

Le groupe  s’intéresse à tous les domaines intellectuels et artistiques. Il a une grande influence en Grande Bretagne, sur la vie littéraire et sur les arts. Ils y firent connaître les « post impressionnistes » français.

groupe-de-bloomsbury.1257661208.jpg

Après la guerre, les années 1920 voient la floraison des œuvres de ses membres. Dans les années 1930, le groupe entamera son déclin et s’éteindra avec la seconde guerre mondiale.

On peut trouver de nombreuses informations sur le groupe de Bloomsbury dans les sites suivants :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bloomsbury_Group

http://bloomsbury.denise-randle.co.uk/intro.htm

http://therem.net/bloohttp://www.tate.org.uk/archivejourneys/bloomsburyhtml/group.htmm.htm

Ainsi que de nombreux portraits  sur le site du  National portrait Gallery

http://www.npg.org.uk/collections/search/person-list.php?search=as&grp=1021;Bloomsbury

Anniversaire – Revue de Presse et Raout – Peut-être seulement un rêve -Dessin aquarellé

bougie.1258002708.jpg

 Le blog de masmoulin a un an !

http://masmoulin.blog.lemonde.fr/2008/11/14/la-peinture-a-lhuile-cest-plus-difficile-mais-cest-bien-plus-beau-que-la-peinture-a-leau/

L’événement à fait la « une » dans la presse !

Le Monde – New York Times – El Pais

Berliner Zeitung – La Stampa – De Standaard

Hong Kong News – Le Devoir – Sydney Morning Herald

Ils en parlent tous !!!

 revue-de-presse.1258001265.jpg

  Une partie de l’assistance , pendant le discours de masmoulin

raout.1258001395.jpg

Raout ©2009 masmoulin

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Il y a bien un an que j’ai créé le blog, c’est certain  Le  reste :  les articles dans la presse, la manifestation, le discours, le champagne Je pense, à la reflexion,  que tout cela c’était simplement

Un rève !!!

Vous avez dit « Musées »

Allez voir le billet en dessous, daté aussi du 14 novembre. Il y a une petite surprise, à télécharger en format PDF

fleche_bas_incendie.1258188765.jpg

Annuaire des musées d’art du monde entier… ou presque – Directory of art museums around the world … almost – Directorio de museos de arte de todo el mundo … casi

musee-dossier-page-de-garde.1258008312.jpg

Tous les musées d’art de France et  du monde entier

Art museum in France and in the world

Museo de arte en Francia y en todo el monde

Museu de arte em França e no mundo

Museo d’arte in Francia e in tutto il mondo

Art museum in Frankrijk in der Welt

Meseum fur zeitgenossische Kunst

in Frankreich in der Welt

Fransa ve tüm dünyada sanat müzesi

Muzeum sztuki we Francji i na świecie

Muzeul de Arta din FranŃa si din întreaga lume

Museum seni di Prancis dan di seluruh dunia

Художественный музей во Франции и во всем мире

جميع متاحف الفن في فرنسا وحول العالم

همه موزه های هنری در فرانسه و در سراسر جهان

フランスと世界中の美術館

艺术博物馆在法国和世界各地

μουσείο τέχνης στη Γαλλία και σε όλο τον κόσμο

ทั้งหมดพิพิธภัณฑ์ศิลปะในฝรั่งเศสและทั่วโลก

כל המוזיאונים בצרפת וב

Pour « célébrer » à ma façon, l’anniversaire de mon blog, je mets en ligne, en format PDF, téléchargeable, l’annuaire des musées  d’art de France et du monde.

To « celebrate » my way, the anniversary of my blog, I put online in PDF format, downloadable directory of museums   . art of France and the world.

Para « celebrar » a mi manera, el aniversario de mi blog, me puso en línea en formato PDF, descargar el directorio de los museos de arte de Francia y el mundo.

Pourquoi cet annuaire

Lorsque je fais des recherches sur internet, dans le domaine de l’art, j’ai souvent regretté de ne pas disposer d’un outil où j’aurais pu facilement accéder aux sites des musées, en France ou ailleurs. Il y a bien quelques sites qui se sont consacrés à ce recensement. Mais très souvent il est parcellaire. et s’intéressent qu’aux grands musées.

J’ai sans doute été présomptueux mais j’ai souhaité faire l’inventaire des sites de tous les musées du monde.

Lorsque j’ai établi le dossier, en juillet-août 2009, j’ai vérifié la validité de tous les liens, un à un. Bien entendu, certains sites ont pu depuis  fermer ou changer d’hébergeur, d’autres se sont créés. Je pense notamment au « Grand égyptian museum »   dont le lien http://www.gem.gov.eg/ n’est pas pour l’instant consultable.

 Bien entendu, j’aurai pu conserver cet outil sur mon « petit ordinateur à moi ». Vous avez pu constater que mon approche est différente. Je souhaite, dans l’esprit qui animait les pionniers du Net, faire partager le fruit de mes recherches. J’ai immédiatement pensé que je devais le mettre à la disposition de vous tous mes amis et aussi de celles et ceux qui passerons, peut-être alertés par le « buuz » qui peut-être fait autour du dossier.

Je le mets à la disposition de tous mes visiteurs, qui l’utiliseront à des fins personnelles. Par contre,  je rappelle que les textes et documents  et images de mon blog sont protégés par le droit de la propriété intellectuelle. L’utilisation de cet annuaire, à des fins commerciales, sous quelque forme que ce soit, est donc interdite, sauf accord expresse de ma part

Cet annuaire mondial se présente sous la forme d’un dossier de 124 pages. Il reprend, les liens vers les musées d’art du monde entier, pour ceux bien entendu, qui en possèdent un.

 Avec le format PDF, l’on a accès directement à un site internet, en cliquant sur le lien du musée. On peut aussi faire des recherches, avec le moteur intégré.

Voici donc ce fichier téléchargeable

So this downloadable file

Así que este archivo descargable

les-musees-du-monde-entier.1258008459.pdf

J’espère que ce dossier vous rendra service.  Faites de bonnes visites !

I hope this file you will use. Do good visits!

Espero que este archivo que va a utilizar. Hacer visitas bueno!

 

Dessiner des personnages – Quelques sites plein de ressources

http://www.youtube.com/embed/rWvwyH1E9_A

Tout le monde n’a pas la possibilité de dessiner en participant à un atelier de « modèle vivant » La toile fourmille de sites plus ou moins recommandables, qui montrent des modèles dévêtus. Ce n’est pas ce type d’officine douteuse que je vous convie à visiter.

Il s’agit de sites d’aide aux dessinateurs, illustrateurs, souvent proches des mangas.

D’abord « Character designs » qui présente notamment des modèles « académiques » de femmes et d’hommes nus ou habillés.

http://www.characterdesigns.com/

et plus précisément ces « photo sets »  que l’on traduit pas  jeux de photos. En cliquant sur ce mot dans la colonne latérale de gauche, l’on trouve, à l’aide d’un menu déroulant, de nombreuses propositions de sujets. Les personnages dessinés dans la vidée ci-dessus, sont issus de ce site.

http://www.characterdesigns.com/index.php?sitepage=photosets

Egalement le site Taïwanais du « Digital Content Institute » de Taipei. Il est en chinois mais aussi en anglais.

http://www.dci.org.tw/english/

Et aussi le site japonais   « style arena » qui montre des photos de jeunes femmes élégantes dans les rues de Tokyo. Elles sont intéressantes par la diversité des façons de s’habiller.

http://www.style-arena.jp/en/

L’estampe numérique

2-presses.1258088226.jpg

Le terme général d’estampe désigne depuis toujours,  une œuvre originale  conçue et mise en œuvre par un artiste. Celui-ci réalise la matrice puis fait imprimer un nombre limité d’exemplaires numérotés qu’il authentifie par sa signature.

Au fil des siècles les techniques ont évoluées.  La  taille-douce ou gravure en creux sur métal : au burin, à la pointe sèche, eau-forte, aquatinte, etc. La gravure en relief sur bois ou sur lino. Les pro- Les procédés à plat : lithographie, sérigraphie, pochoir, monotype, etc.

Depuis les années 1980 ont vu le jour les procédés informatiques. La matrice est ici essentiellement numérique et l’impression peut combiner les techniques d’impression numériques ou traditionnelles. Un certain nombre d’institutions au Canada, en France et au Japon désignent cette nouvelle pratique sous le vocable « estampe numérique » On parle aussi d’estampe digitale, d’imprimé numérique, d’impression numérique, d’œuvre numérique, de tirage analogique, de tirage numérique, d’infographie d’art, d’estampe infographique originale, d’épreuve numérique, d’estampe virtuelle.

On trouvera sur le site de « l’estampe au carré » deux fichiers sur un essai de la définition de l’estampe

http://www.xn--estampesaucarr-okb.com/

Ainsi qu’un glossaire, en anglais, sur les termes de l’art numérique et de l’estampe établi par un groupement américain, le DAPTTF

http://www.dpandi.com/DAPTTF/index.html

L’artiste trouve à sa disposition des logiciels de dessin, de peinture, de traitement de l’image, des tablettes graphiques, des scanneurs et bien entendu d’ordinateurs de plus en plus performants. Par ailleurs les qualités des encres semblent assurer une conservation de longue durée.

Compte tenu de l’immatérialité de l’œuvre originale sur un simple fichier informatique, se pose le problème de l’authentification des copies. Certains artistes ne veulent plus parler d’estampe mais de « moyens nouveaux d’expression » Louise Poissant chercheuse en arts médiatique à l’Université du Québec pense que de toute façon, « tous les arts se redéfinissent devant le numérique »

http://www.experts.uqam.ca/pages/poissant.louise.htm

Le site Canadien présente des productions d’artistes

http://www.sagamie.com/edition/index1.html

Et le Dpandi, déjà cité, un répertoire d’artistes essentiellement nord-américains

http://www.dpandi.com/resources/artists/index.html#tradartists

Enfin la Bibliothèque Nationale de France – BNF qui pérennise le vocable, donne des liens dans son signet « l’estampe numérique »

http://signets.bnf.fr/Html/categories/c_760estampe_num.html

L’un d’eux renvoie à la 4ème exposition internationale  d’estampes numérique d’Ottawa qui s’est tenue au début de cette année On y trouve les œuvres primées

http://www.numartexpo.ca/selections2009/index.htm

Ainsi que les sites d’organisations en France

http://graver.maintenant.free.fr/

http://www.manifestampe.org/index.php