Les dix commandements de la créavité de Madone Simard

J’effectue en ce moment des recherches sur la rencontre entre l’aquarelle et les techniques mixtes. Lorsque j’ai fait une requête sur « aquarelle et techniques mixtes » en première position, j’ai trouvé ce site :

http://aquarelletechniquesmixtes.blogspot.com/

C’est un blog tenu épisodiquement par Madone Simard, une aquarelliste de Rosemère au Canada dans la province du Québec. Elle donne des cours dans son pays Roland Palmaerts la site comme amie et artiste pro. Elle donne sur son site quelques exemples de son approche artistique. Celle-ci s’éloigne de la pratique des tenants de l’orthodoxie.Ce qui attiré mon attention, c’est un billet daté de mars 2009, intitulé :

Les dix commandements de la créativité.

Je me suis permis de « personnaliser » ces préceptes que voici :

   Oser dire oui à des méthodes de peinture alternative

   Se laisser envahir par ce que l’on ressent

   Se laisser porter sur les sentiers de la recherche

   Essayer plusieurs techniques

   Enlevez ses doutes

   Avoir un esprit ouvert

   Apprendre à regarder avec d’autres yeux

   Réinterpréter sa façon de voir les choses

   Se permettre de créer de nouvelles textures

   Se laisser guider par sa gestuelle . . . et y aller

Elle cite pour conclure, une remarque du comédien et metteur en scène canadien Robert Lepage : « la plus grande créativité se retrouve dans l’insécurité. C’est lorsqu’on atteint ce niveau d’insécurité que la création émerge ».

http://www.evene.fr/celebre/biographie/robert-lepage-33104.php

J’illustre mon propos en montrant l’une de ses oeuvres. Je crains qu’elle ne puisse pas avant longtemps concourir dans les Salons d’aquarellistes de France et de Naverra. Personnellement je trouve cela tout à fait intéressant. Il y a là à mon avis là des choses à creuser !

madone-simard-reves.1246340065.JPG

Madone Simard -Rêves – Technique mixte

Palmarès de la 11ème Biennale du Salon de l’Aquarelle de Belgique

arsenal1.1246279475.jpg

http://www.salon-aquarelle.be/ouverture.php

Le jury a fait connaître son choix. J’imagine aisément que la tache était difficile. Je rappelle qu’i y avait 112 artistes présents dont 25 appartenant à des nationalités autre que belge. D’antant que l’attribution de seulement trois prix, donne une approche trop réductrice.Il y a peut-être là une idée à creuser de délivrer d’autres prix, pas nécessairement dautés, mais qui apporterait une forme de reconnaissance à leurs bénéficiaires.

Le Prix de la Ville de Namur a été attribué à Pélagie Berquin

prix-ville-de-namur-berquin_pelagie.1246245964.jpg

http://www.pelagie.be/

Le Prix du Jury a été remporté par Guy Gruwier. Il est dit que le jury particulièrement admiré sa technique très réaliste

prix-du-jury-gruwier_guy.1246246125.jpg

http://www.watercolourpainter.eu/

Le Prix du Public est revenu à un artiste allemand qui a forcé l’admiration des nombreux visiteurs : Slawa  Prischedko. La vox populi ne s’est pas trompée.

prix-du-public-prischedko_slawa.1246246368.jpg

http://prischedko.de/index;jsessionid=aSbrm1T66Yv5?s=slava/gallery

La tentation première est d’être strictement informatif ; le jury a délibéré et voici le palmarès. Je suis convaincu qu’à l’heure du  verdict, le choix n’était pas aisé. Mais, je ne peux m’empécher de donner mon point de vue.

J’observe que dans le prix de la Ville de Namur et dans le prix du Jury, c’est le « classicisme » qui a guidé l’aréopage de l’Arsenal. C’est le  réalisme, je dirais même l’hyper réalisme de Guy Gruwier qui a favorablement impressionné le Jury.

 

La ville de Namur récompense une artiste tout à fait talentueuse, qui enseigne à l’école de Namur. Mais je ne peux pas penser qu’ici l’on est un peu « entre soit ». Personnellement, ma préférence aurait, si l’on reste dans le cadre purement namurois, plutôt été vers les demoiselles « aguichantes » de Stéphane Heurion.

salon-de-namur-2009-078.1246247642.JPG

Si j’en crois l’illustration de l’entretien que le nouveau président du Salon,  José Mespouille, a accordé à Actu 24 be, je ne suis pas le seul à apprecier les oeuvres de Stéphane Heurion.

http://www.actu24.be/article/regions/provincenamur/infosnam/on_ne_simprovise_pas_aquarelliste/282663.aspx

Et il y avait bien d’autres artistes tout aussi talentueux.

En l’état actuel des choses, on reste dans « l’aquarellement correct » Les approches qui s’éloignent du figuratif « pur et dur », celles qui suggèrent plus qu’elles ne disent, celles qui flirtent avec l’abstraction ne semblent pas plaire. On est donc très loin de ce que l’on découvre dans les manifestations de l’art contemporain. Et je ne parle pas des techniques mixtes qui ont le sait, sont bannies en ces lieux, comme ailleurs en Europe.

Pour conclure je pense, que cet « académisme éclairé de bon aloi » ne donne pas d’atouts à l’aquarelle pour rivaliser à armes égales avec la peinture à l’huile ou à l’acrylique.

En aquarelle, il y a eu l’école anglaise avec Turner et d’autres, et France il y  a eu, bien entendu les peintres voyageurs comme Eugène Delacroix. Mais ensuite ce sont « les jeunes filles de bonne famille »» qui faisaient du piano et de l’aquarelle. Mais les choses changent. Beaucoup d’artistes vont de l’avant.

Je vais me répeter, peut-être radoter, mais il faut bien admettre que depuis une vingtaine d’années, des artistes talentueux se révèlent. On a quitté le domaine des « loisirs créatifs. Ces artistes ont suivi un cursur académique ou plus prosaîquement ils se sont formés dans des cours, de stages, des rencontres. Ces autodidactes, que d’aucuns continuent à traiter, d’amateurs, de peintres du dimanche, ont eux aussi des choses à nous montrer. En effet, l’art ne se décréte pas. Il est dans les « tripes » de l’artiste et le style ou mieux le talent ne s’enseigne nul part. C’est le rôle des Salons comme celui-ci de les réveler.

Je souhaite donc ardamment que sous la présidence d’un critique d’art averti comme Monsieur Mespouille  accompagne le mouvement et pourquoi pas le devance. L’avenir nous le dira déjà, lors de la 12ème biennale de 2011. Mais l’on sait que l’on ne change  pas un état d’esprit en deux années. Je lui souhaite bonne chance,  l’énergie et la passion, il les possède.

Lucy Willis, une aquarelliste anglaise…maître de la lumière

lucy-willis.1246080595.jpg

Lucy Willis

http://www.lucywillis.com/

Lucy Willis est une aquarelliste britannique née en 1954. Elle a étudié à la « Ruskin School of Drawing and Fine Art » de l’Université d’Oxford.

http://www.ruskin-sch.ox.ac.uk/

A la fin de ses études, elle s’est installée en Grèce, dans l’île de Suros, où elle a ouvert un atelier de gravure. Elle a parallèlement enseigné le dessin  au «  Aegean Center for the Fine Art »

http://www.aegeancenter.org/

Elle est ensuite rentrée en Angleterre et s’est consacrée principalement à l’aquarelle. Ceci ne l’a pas empêchée de se voir attribuer, en 1992, le  » BP Portrait Award »  pour une huile qu’elle a peinte alors qu’elle était en résidence artistique à « Shepton Mallet Prison »

Elle est membre, depuis 1993, de   la “ Royal West of England Academy” de Bristol

http://www.rwa.org.uk/

Elle a enseigné au « Somerset College of Arts and Technology ». Elle anime des stages en France, Italie,  Espagne, Portugal, Egypte, Maroc, Tunisie, etc.… Elle voyage   dans de nombreux pays et son œuvre est largement inspirée par ses voyages en Inde, en Afrique et en Grèce.

Lucy Willis a rédigée plusieurs ouvrages sur les techniques de l’aquarelle, illustrés de ses œuvres. Elle a publié  en anglais  « Travels with Watercolour » et «  Light in Watercolour ».

willis-light-in-watercolour.1246081197.jpg

Lucy Willis – Lignt in watercolour

Ce livre est paru en France, en 1990, chez Ulisse, sous le titre de « Lumière dans la peinture ». Il semble actuellement épuisé, chez les « libraires en ligne »

Elle expose dans de nombreuses galeries. Par exemple en 2006 à la « Curwen gallery ». Sur le site de cette galerie ainsi bien entendu que son site personnel on pourra trouver un large éventail de son oeuvfre. 

http://www.curwengallery.co.uk/gallery/willis06/title.htm

Elle utilise les propriétés de l’aquarelle pour l’étude de la lumière, l’espace et les ombres avec une très grande maîtrise. Elle propose bien entendu ses œuvres originales mais aussi des reproductions.

On trouvera ici quelques une de ces œuvres :

wilis-lucy-1.1246080753.jpg

Lucy Willis – Aquarelle

willis-white-umbrella.1246080859.jpg

Lucy Willis – White umbella – aquarelle

wilis-_evening-at-instow.1246080957.jpg

Lucy Willis  – Evening at Instow – Aquarelle

willis-canal-boat-tongli-china.1246081098.jpg

Lucy Willis – Canal boat – Tongli China – Aquarelle

willis-2009-surferslge.1246081397.jpg

Lucy Willis –  surferslge – 2009 – Aquarelle

willis-2008-sussex-milll.1246081600.jpg

Lucy Willis – Sussex mill – 2008 – Aquarelle

Un nouveau forum dédié à l’aquarelle vient de voir le jour

Assez discrétement, un nouveau forum est né à la fin du mois de mai 2009

La bannière du site est explicite et affiche clairement le but poursuivi

aquarelle-et-amitie.1246112563.jpg

et voici son adresse

http://aquarelle.forumactif.net

Je viens d’être avisé par l’administratice,

 vendredi 18 septembre 2009

 de la fermeture définitive du forum

C’est le forum AQUARELLE,  un lieu de rendez-vous des acteurs de la vie scolaire, qui l’a remplacé. Plus rien à voir avec une pratique picturale

Un temps de lecture à la médiathèque – croquis aquarellé

Hier après-midi, j’étais à la Médiathèque de la Corderie. corderie.1246082865.pdf

J’avais, à tout hasard, emmené mon carnet de croquis. Je me suis d’abord cassé le nez lorsque j’ai tenté de dessiner la verrière du hall d’entrée. Je me suis ravisé et je suis entré à l’intérieur. Je me suis assis dans l’un des salons de lecture. Celui-ci est équipé avec deux vastes méridiennes rouges. En face de moi, il y avait un garçon qui était plongé dans la lecture.. J’ai croqué la scène. La voici

lecteurs-100.1246090813.jpg

Lecteurs – Croquis aquarellé

Coup de pinceau . . . de mon projecteur – Séquence n° 7

Je poursuis mon périple à travers le Monde. J’ai choisi aujourd’hui de mettre en lumières les sites ou blogs de quelques aquarellistes originaires de la  Nouvelle Zélande.

nouvelle-zelande.1246003982.jpg

 Kay de Lautour Scott

http://www.kayscott-artist.com/index.html

kay-scott.1246003535.jpg

 Kay de Lautour Scott, artiste  professionnelle et enseignante. Certaines de ses œuvres sont achetées par des musées, des collections privées et des entreprises, en Nouvelle-Zélande, Australie, Etats-Unis et en Europe.  Elle habite maintenant en Italie Elle peint à l’aquarelle et aussi avec les nouveaux médiums.

 Sarah Scott

http://www.sarahscottpainting.com/

scott.1246003799.jpg

Cette jeune artiste pratique l’aquarelle depuis quatre ans. Elle est très fière de ce qu’elle fait. Elle travaille par lavis superposés. Pour elle l’eau c’est la vie, la danse. Elle a une approche très originale des portraits, colorée et expressive. Actuellement elle réside aux Etats-Unis

nancy-tycheborne.1246003898.jpg

Nancy Tichborne

http://www.watercolours.co.nz/originals.htm

Nancy Tichborne  est une aquarelliste de réputation internationale. Ces calendriers annuels illustrés par ses soins de fleurs, d’animaux, sont connus dans de nombreux pays. En 2009 c’était la 25ème édition. Ella a été formée et  a vécu en Grande Bretagne ainsi  qu’à Hong Kong. Revenue dans son pays, elle a été paysagiste, puis s’est installé dan l’île du Sud dans une propriété de 4 hectares avec un grand jardin. Elle a enregistré des DVD pédagogiques sur l’aquarelle et a illustré de nombreux ouvrages. Elle a animé des stages pendant plusieurs années. Elle a également illustrés des timbres postes dans son pays  au Bhoutan et au Pitcairn. En 2007 elle a été élu présidente de l’organisation néo-zélandaise d’aquarelle.

 ben-woollcombe.1246003481.jpg

 Ben Woollcombe

http://bensart1.homestead.com/

 Ben Woollcombe peint depuis une trentaine d’années. Elle s’exprime surtout à l’aquarelle, mais aussi à l’huile et au fusain. Elle représente  des paysages de l’île du Sud de la Nouvelle Zélande, mais aussi des portraits et des natures mortes. Elle a voyage en Europe : Allemagne, Hollande, Grèce, Belgique, Ecosse, Toscane et Provence

 

Convertir les devises du Monde entier en euros – Logiciel gratuit « euro converter »

Pendant que je rédigeais le billet sur Irma Stenr, j’ai eu besoin de convertir des prix, des enchères de certaines de ses oeuvres, libéllés en Rand sud africain et en Livre sterling, en euros. J’ai trouvé un petit programme de conversion gratuit téléchargeable à l’adresse suivante

http://www.tekool.net/php/euro_converter/

Il se présente sous la forme d’une calculette, comme ceci :

euro-converter.1245908572.jpg

En cliquant sur cette calculette, on se trouve directement sur le site de « tekool ». On y  trouve le lien de téléchargement et aussi une calculette en ligne 

Oeuvres sur papier d’ Irma Stern, peintre sud africaine

irma-stern-peignant.1245905103.jpg

Irma Stern

 Irma Stern est une artiste peintre sud africaine née à Schweitzer-Renecke dans le Transvaal, en 1894 de  parents d’origine allemande. Elle est décédée, à Cape Town  (Le  Cap) en 1966. Dans la maison où elle a vécut plus de 40ans sa vie est devenu en 1971 un musée qui lui est consacré.

http://www.irmastern.co.za/

Au moment de la guerre des Boers qui oppose les colons originaires de Hollande, Allemagne ou France, aux britanniques, ses parents rentre dans leur pays d’origine.Dès 1913 elle étudie l’Art à l’Académie de Weimar puis  auprès de  Max Pechstein, du mouvement « Novembergruppe ». Elle est associée dès 1917 à l’expressionnisme allemand. Elle expose à Belin en 1919. Elle est aussi associée à l’Ecole de Paris En 1920 elle rentre en Afrique du Sud.

Irma Stern est une grande voyageuse. Elle visite bien entendu l’Afrique du Sud, l’Afrique Centrale,  le Sénégal, le Congo et Zanzibar, mais aussi Madère. Vers la fin de sa vie elle se rend en Espagne et en France. Au cours de ses voyages elle peint beaucoup et aborde tous les sujets. Très souvent elle met en scène des personnes de couleur. Au début de sa carrière, dans les « années 20 », les critiques de son pays ne sont pas tendre avec elle. L’un deux dire  « L’art de Miss Irma Stern – laideur comme un culte ». A partir de 1940 elle rencontre une reconnaissance nationale et internationale qui ne s’est jamais démentie. Elle fait l’objet de très nombreuses expositions non seulement dans son pays mais en Allemande, en France en Italie et en Angleterre. Ses œuvres sont présentes dans les musées et galerie de son pays, notamment à Pretoria et à l’Africana Museum de Johannesburg. Elle bénéficie d’une cote tout à fait remarquable. En 2000,  Sotheby’s – Johannesburg avait vendu une œuvre 150.000 €. Plus récemment la firme Bonhams de Londres  http://www.bonhams.com/   a vendu des tableaux à des prix avoisinant  250.000 €.

o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

Cathy « une expatriée en Afrique du Sud » comme elle s’intitule sur son très joli blog « C comme… » vient de consacré deux récents billets à cette artiste.

c-ommme.1245905379.jpg

 http://cardsandstuff.canalblog.com/

 Il y a quelque temps j’ai lu un article consacré à Cape Town, où l’on parlait d’Irma Stern. J’ai commencé a faire des recherches et  j’ai eu des contacts avec Cathy. Ce qui m’intéressait, c’est son œuvre sur papier. En effet, au cours de ses voyages elle faisait beaucoup d’esquisses, d’aquarelles, de gouaches. Elle a notamment, dans les années 40,  illustré deux ouvrages « Zanzibar » et « Congo » J’ai convenu avec Cathy que je parlerai donc de cette partie de l’œuvre d’Irma Stern. Le résultat de ma quête a été  maigre. Je livre cependant  le fruit, issu souvent de sites d’enchères, car sur la plupart des sites qui évoquent son œuvre, c’est d’huile dont il s’agit

irma-sterne-aquarelle.1245905456.jpg

Irma Stern -Congolaise – Aquarelle

irma_stern_001.1245905564.jpg

Irma Stern – Nature morte – aquarelle

sterb-2-women-carrung-pots-crayon.1245905794.jpg

Irma Stern – two women carring pots –  crayon.jpg

stern-gondoles-gouache.1245905918.jpg

Irma Stern – Gondoles – Gouache

stern-gouache.1245906003.jpg

Irma Stern – trois femmes

cote-azur-2.1245906127.jpg

Irma Stern – Scenes on the French Riviera  Medium mixte  24 x 35 cm.

stern-irma-cote-azur-copie.1245906407.jpg

Irma Stern Scenes on the French Riviera Crayon

Symbolique et usages du rose

rose.1245562422.jpg

 Le rose est la couleur de la rose commune. Il vient du latin « rosa ». Il correspond à un éventail varié qui va du magenta vif au rouge pâle.  Elle Le rose fait partie du même champ chromatique que le rose bonbon, la carnation, la chair, le rose dragée, le fuchsia, l’incarnadin, le magenta, le mauve, la pêche, le rosacé, le rosâtre, le rosé, le saumon ou le saumoné, la rosé thé. C’est une couleur dynamique mais délicate et douce, mais elle peut devenir criarde.

 C’est couleur de la séduction, du romantisme et de la féminité, de la délicatesse, de la douceur. Elle symbolise aussi l’ingénuité, la candeur, la pureté, la  tendresse et le bonheur et l’optimisme. Dans le rite catholique, le rose des ornements sacerdotaux,  marque les pauses joyeuses dans les temps de jeûne et de pénitence. La connotation n’est pas toujours flatteuse, c’est le rose niais, le roman à l’eau de rose.

Elle se veut égalitaire, multiculturelle avec le rose socialiste et celui des magasins Tati ou communautaire avec le triangle rose de la  « gay pride ». Elle est aussi parfois moins reluisante. C’est le téléphone ou la messagerie rose, les ballets roses, les éléphants roses de la drogue.

Le rose est utilisé dans de nombreuses expressions comme, voir la vie en rose, une histoire  à l’eau de rose, tout n’est pas rose. Il évoque l’enfance avec la barbe à papa, la bibliothèque rose.

Dans la nature, beaucoup d’animaux, mammifères et oiseaux, dépourvus de poils ou de plumes, sont roses à la naissance. C’est la couleur de la peau et de certaines muqueuses. Le cochon et les cochonnailles, la viande de veau sont roses. Egalement le  « fruit du dragon », un fruit tropical, rose vif encore appelé pitaya.  L’hebdomadaire « L’express » a consacré un article intéressant à cette couleur

 http://www.lexpress.fr/informations/la-vie-en-rose_654121.html