Coupo Santo – les petits métiers de jadis -la cardeuse de laine – dessin aquarellé

coupo-santo.1254156237.jpg


Ce dernier week-end,  au « Pin » c’était la fête dite de  » coupo santo »

http://www.bormeslesmimosas.com/evenements/santo.htm

En référence à l’hymne composé par Frédéric Mistral en l’honneur des félibres et qui est devenu l’hymne des provençaux

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Coupo_Santo

http://www.lexilogos.com/coupo_santo.htm

http://www.notreprovence.fr/mouvement_felibrige_coupo.php

Il y avait des stands de produits régionaux, des groupes folkloriques, des tambourinaires, qui ne tambourinaient  pas au moment où je suis venu. Et puis un certain nombre d’évocations des métiers anciens aujourd’hui disparus ou profondément transformés : la dentellière, la lavandière, le forgeron, le rémouleur, le marchand de peaux, etc. Il y avait aussi une dame qui cardait de la laine. Dans l’attitude évoquée par le santonnier avec sa matelassière.

http://lousantonejaire.over-blog.com/article-2005868.html

J’avais mon carnet de croquis et avec son  accord, je me suis assis et j’ai fait le croquis ci-dessous. J’ai pris une photo pour retenir l’ambiance et rentré à la maison j’ai pris ma boîte d’aquarelle. Mais je n’ai pas retouché le croquis que je veux spontané, même si le dessin, n’est pas dans les canons de l’art. Voilà et pour une fois, il n’y a pas foule. La foule était derrière elle regardait la cardeuse et puis cet « original » qui dessinait.

dscn2583.1254156591.JPG

La cardeuse de laine – ©2009 masmoulin

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

Le monde industriel et les peintres du 19ème siècle – Première partie

Il n’a pas fallu attendre le 20 ème siècle pour que les artistes s’intéressent au monde  qui les entoure. Dès le début du 19ème siècle des artistes sont concernés par la révolution industrielle et au monde industriel qui se développait.  Ils ont peint des forges, des ateliers, des usines, des quais.

 http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_industrielle

Ce sont des grands peintres  reconnus ou d’autres plus modestes. Il s’agit souvent, sauf pour Bonhommé, d’incursions dans ce monde industriel, comme pour Sisley, Renoir et d’autres que l’on connaît plus dans leur approche impressionniste.Pour ne pas allonger démesurément mes billets, je livre le fruit de mes recherches dans 2 articles.  Voici la première partie de ce petit invenrtaire non exhaustif 

Etienne Bouhot (1780-1862)

1-etienne-bouhot.1254071235.jpg

Vue intérieure d’une forge près de Châtillon-sur-Seine 1823 

 Théodore Chasseriau (1819-1856)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9odore_Chass%C3%A9riau

theodore-chasseriau-une-forge-au-creusot-1836.1254071341.jpg

 Une forge au Creusot 1836 

 François Ignace BONHOMMÉ (1809-1893)

http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/action-culturelle/celebrations-nationales/2009/arts/ignace-francois-bonhomme

http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?i=81&d=601

bonhomme-tolerie.1254071750.jpg

 Abainville (Meuse) -Tôlerie des forges d’Abainville 1838  Auguste Renoir (1841-1919) 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Auguste_Renoir

http://www.artcyclopedia.com/artists/renoir_pierre-auguste.html

auguste-renoir-_-chalands-sur-la-seine-1869.1254071838.jpg

Chalands sur la Seine 1869 

Alfred Sisley (1839-1899)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alfred_Sisley

http://www.artcyclopedia.com/artists/sisley_alfred.html

sysley-la-forge-a-marly-le-roi-1875.1254071911.jpg

  La Forge à Marly le Roi 1875 

Adolph Von Menzel – peintre allemand (1815-1905)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Adolph_von_Menzel

adolf_friedrich_erdmann_von_menzel-travail-en-usine.1254071997.jpg

Travail en usine 1875

La suite de l’article sera en ligne jeudi 1er octobre

L’aquarelle liquide

aqua-liquide.1253006019.jpg

On parle généralement d’aquarelle liquide mais on désigne aussi le produit sous le nom d’encres aquarelle ou  encres aquarellables. On connait l’écoline de Talens, Colorex de Pebéo. Il y a aussi  Colorine de Sennelier.

C’est un produit à base d’eau et de gomme arabique et bien entendu de colorants.    L’aquarelle liquide  qui est très concentrée est prête à l’emploi. Elle se dilue à l’eau et sèche rapidement en couches uniformes et permet donc des aplats unis. Ces couleurs sont  lumineuses, transparentes, et miscibles  entre elles. La nuance blanche permet d’éclaircir les différentes nuances et de donner des rendus « pastel ». Le support habituel est le papier aquarelle, le carton.

L’aquarelle liquide est généralement conditionnée en pots de verre et en flacons.  Les fabricants proposent une large gamme de nuances. On l’utilise au pinceau ou à l’aérographe, à la plume ou au traceur. Les couleurs sont miscibles entre elles, intenses et résistantes à la lumière mais il faut éviter l’exposition au soleil et aux rayons ultraviolets. Elles ne sont pas indélébiles sauf dans la gamme Colorex les trois primaires : bleu cyan, rose/rouge magenta et jaune et d’un noir trichrome. 

Elle est d’abord utilisée  par les illustrateurs et les dessinateurs professionnels.

L’aquarelle se marie bien avec l’encre de Chine et avec la Gouache. Cependant, certains l’utilisent avec l’aquarelle classique, notamment l’encre blanche. Ceci pendant l’exécution de l’aquarelle au pinceau mouillé imprégné de l’encre, pour apporter de la clarté, ou encore en fin d’exécution pour créer ou renforcer des blancs. 

Mais il est certain que l’aquarelle liquide, bien que ses composants diffèrent de l’aquarelle liquide, permettent  des « mixages ». Pour des usages marginaux l’on peut se contenter des couleurs primaires, d’un noir et d’un blanc. Mais les nuanciers comportent de nombreuses couleurs.

Gestes techniques du football – Le dribble – Etude de mouvement -Sanguine et Sépia – fond à l’aquarelle

Je ne connais pas beaucoup les règles et les gestes techniques du football. On les trouve sur des tas de sites et sur Wikipédia   http://fr.wikipedia.org/wiki/Football

Voici le dessin que j’ai fait pour illustrer ce que je pense être un « dribble ».La définition de d’action de dribbler c’est « courir en faisant rebondir le ballon sur le sol par petits coups de pied successifs, sans en perdre le contrôle sous les attaques de l’équipe adverse ».

Le dessin est réalisé à la sanguine et à la sépia. J’ai ensuite utilisé l’aquarelle pour figurer le terrain et le fond. C’est sur un papier Canson 180 grammes -24 cm x 32 cm. Ce n’est pas une « oeuvre » aboutie mais un essai, une étude.

 Ici ou là j’ai du reste essuyé quelques critiques ou remarques :

 le ballon est trop petit – les têtes ne sont pas proportionnées – la règle du 1/7 ème n’est pas respectée – le joueur de gauche s’enmèle les pieds …j’allais dire les « pinceaux ».

 C’est sans doute vrai. Mais comme les remarques émanent d’artistes « lambda » je ne m’en préoccupe pas.

Je laboure avec mes moyens, pas toujours très académiques. Parfois il y a des pierres, des grosses racines, mais je creuse mon sillon. C’est pour moi le principal. Et puis au moins, comme je l’ai toujours fait, je n’ai pas peur de montrer mon cheminement. Car la plupart des personnes ne présentent que ce qu’elles trouvent abouti, sans reproche. Mes amis fidèles savent que ce n’est pas ma démarche.

Voici donc mes trois joueurs, en pleine action. Personnellement je suis assez satisfait de l’idée de mouvement que je cherchais à rendre.

dribble-plus.1253610416.jpg

Le dribble – Etude de mouvement – sanguine et sépia -©2009 masmoulin

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Exposition d’art aborigène à Paris au 9 au 18 octobre 2009

aborigene_204.1253956091.jpg

En marge de mon billet sur l’art aborigène australien, j’apprends qu’une exposition va avoir lieu à Paris en Octobre. Elle se déroulera, dans le cadre de la Foire d’automne à la Porte de Versailles du 9 au 18 octobre 2009.

Cette exposition est présentée à tort par certains médias comme étant la première exposition d’art aborigène en France. C’est bien sur totalement faut. Tout d’abord l’ambassade d’Australie présente régulièrement des artistes aborigènes.

http://www.france.embassy.gov.au/parifrancais/events.html

 Ensuite il y eu à Nice une exposition au MAMAC en 2008 et actuellement se déroule l’exposition de Bormes les Mimosas. Mais cela vérifie le propos qu’Amelie Nothomb fait dire au narrateur dans son nouveau « blockbuster » -« au-delà du périphique c’est l’étranger »

L’art aborigène australien contemporain

 aborigene-2.1253906702.jpg

Un peu d’histoire

On pense que les ancêtres des aborigènes sont venus d’Asie, il y a environ 40 000 ans, à pied sec, profitant d’une baisse du niveau des mers entre l’Asie et l’Australie. Ils  étaient organisés en tribus nomades. Pendant toute la période de « colonisation » Ils ont été longtemps concentrés, pour ne pas dire « parqués », dans les régions septentrionales, dans des réserves appelées « communautés » . Ce n’est qu’en 1967 qu’ils ont été obtenu la citoyenneté australienne et en 1976 que des terres leurs ont été restituées.

Ils ignoraient toute forme d’écriture et la transmission du savoir était orale. La peinture rupestre, corporelle, sur les écores ou sur le sable,  a toujours joué un rôle très important dans les cérémonies initiatiques. Les représentations picturales, intègrent « l’évocation du Temps du Rêve » et la transmission du savoir entre les anciens et ceux qui sont initiés. 

L’art aborigène contemporain 

Des 1934, le peintre australien Rex Batterbee enseigne, la peinture des paysages à l’aquarelle, à quelques artistes comme Albert Namatjira. Mais l’on reste dans la culture occidentale.  

C’est à Geoffrey Bardon, professeur de dessin, que l’on doit en 1971-1972, d’avoir initié la renaissance de l’art aborigène. Il a d’abord intéressé des adolescents puis des adultes de Papunya au nord est d’Alice Spring. Ceux-ci  souhaitaient retrouver, préserver et de transmettre leur patrimoine culturel et artistique menacé. Leurs œuvres sont réalisées à la peinture acrylique, tout d’abord sur carton, puis sur toile. L’essentiel des peintures sur toile reprend les motifs du « Temps du Rêve » : évocation des Grands Ancêtres, des sites liés à leur commémoration et de cérémonies sacrées organisées autour de points d’eau… Héritière des peintures rupestres, sur sol et sur écorce, la peinture sur toile en reprend les symboles. Chaque symbole, renvoie à une codification esthétique précise. Enfin l’antique peinture sur sable influence la technique pointilliste dite « peinture à points ». La pratique picturale est très tactile, c’est, un art du toucher et de la matière.

Bien entendu, un peu comme en France à Vallauris, l’on trouve en Australie des boutiques de souvenirs, qui vendent une production stéréotypée sans grande valeur artistique. Mais à côté des marchands du temple, s’est développé un véritable art aborigène.

On citera parmi ses représentants Clifford Possum Tjapaltjarri (1932-2002) Johnny Warangkula, dont l’une de ses œuvres «  Water Dreaming at Kalipinya » a été adjugée plus de 350.000 euros en 2000. Un certain nombre d’artistes se sont regrupés au sein de l’association Warlukwlangu, Paddy Japaljarri Stewart  en est issu. De la communauté d’Utopia il faut citer d’Emily Kame Kngwarreye  actuellement âgée de 80 ans. Sa nièce Kathleen Petyarre, Rover Thomas, Queenie McKenzie et Gordon Bennett ,  Turkey Tolsen Tjupurrula  Minnie Pwerle,  Petyarre, Ronnie Tjampitjinpa ou encore, : Ningura Napurrula, qui a réalisé certaines peintures ornementales du Musée du Quai Branly. 

On trouvera ci-après de nombreux sites et portails consacrés à l’art aborigène australien contemporain. 

http://www.aboriginalartdirectory.com/ 

http://www.nouvellescles.com/rubrique.php3?id_rubrique=118

Azureva

http://pedagogie2.ac-reunion.fr/clgLaSaline/vie_scolaire/Aborigenes/CultureAbori.htm

Berndt  Museum of Anthropology

http://www.berndt.uwa.edu.au/

Galeries

http://www.artsdaustralie.com/ 

http://www.artaborigene.com/sitev2/artaborigene.php

http://www.galerielucberthier.com/ 

http://www.peintureaborigenedaustralie.over-blog.com/ 

http://www.artaborigenedaustralie.com/

Et voici quelques exemples d’œuvres d’artistes cités 

ningura-napurrula.1253906973.jpg

Ningura Napurrula

emily-kame-kngwarreye.1253906895.jpg

Emily Kame Kngwarreye

kathleen-petyarre.1253907003.jpg

Kathleen Petyarre

clifford-possum-tjapaltjarri.1253906823.jpg

Clifford Possum Tjapaltjarri

art-aborigene-contemporain.1253906747.jpg

Naata Nungarrayi

paddy-japaljarri-stewart.1253906941.jpg

Paddy Japaljarri Stewart

johnny-warangkula.1253906862.jpg

Johnny Warangkula

Noëlle Herrenschmidt « reporter aquarelliste » – dessinatrice d’audience au procès Clearstream

clearstream.1253813417.jpg

Dans le prétoire – Noëlle Herrenschmidt

D’abord dessinatrice, Noëlle Herrenschmidt découvre le reportage en 1983 auprès de Mère Teresa, à Calcutta. En 1987, elle est accréditée par le journal La Croix pour suivre le procès de Klaus Barbie à Lyon. Elle est ensuite envoyée par le journal Le Monde, pour suivre les procès de aux procès de Paul Touvier, de Maurice Papon, du sang contaminé et Roland Dumas. On sait en effet, qu’au cours d’un procès, les photographes ne sont pas admis dans la salle des audiencses.

C’est encore pour le journal Le Monde qu’elle suit aujourd’hui le procès Clearstream qui se déroule actuellement devant la 11ème chambre du Tribunal correctionnel de Paris. 

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2009/09/20/dominique-de-villepin-et-marie-antoinette/

Elle ne se considère pas comme une artiste mais comme une reporter, une « reporter aquarelliste ». Elle dit que c’est le travail de journalisme qui l’intéresse.

On peut visionner une interview de l’intéressée, au cours d’un JT de France 5

ttp://videos.france5.fr/video/iLyROoafJn1G.html

Outre ses prestations de dessinatrice d’audience, elle a publié des recueils de croquis à l’aquarelle sur des milieux aussi différents que l’univers carcéral, le Vatican, la gendarmerie. Mais aussi sujet qu’elle connaît bien le Palais de Justice et encore les hôpitaux de l’Assistance publique où passé trois ans, son matériel embarqué sur un chariot d’infirmière.

 Les titres de ses ouvrages « L’hôpital à la vie à la mort » – « Carnet du Jubilé » – « Carnets des prisons » – « Carnets de la gendarmerie » – « Carnet du Palais » et tout récemment « Itinéraires spirituels en France : Corps et âmes » sur les différentes pratiques religieuses en France .

http://recherche.fnac.com/ia60555/Noelle-Herrenschmidt

Autres dessinateurs d’audience ou reporters-aquarellistes

Bien entendu, il existe d’autres dessinateurs d’audience ou de « reporter aquarelliste »Je n’ai pas la prétention d’être exhaustif, mais je citerai

Sylvie Guillot qui suit également le procès Clearstream pour le Figaro

clearstream-figaro.1254588514.jpg

Procès Clearstream par Sylvie Guillot

David WassemanIl qui est dessinateur d’audience qui est de tous les grands procès. Il croque aussi l’opéra, la danse, les festivals

http://davidwasserman.free.fr/JUSTICE/justicex.html

lockerbie.1253815446.jpg

Procès de Lockerbie par David Wasseman 

Benoit Peyrucq est aussi est dessinateur d’audience : Procès Guy Georges, des écoutes téléphoniques, d’Yvon Colonna, des époux Fourniret pour l’ Agence France Presse. Mais aussi pour Libération, Le Figaro. Il intervient aussi dans les festivals de Jazz, ou des événements de musique classique. Il suit également le procès Clearstream

http://benoitpeyrucq.blogspot.com/

foruniret.1253866399.jpg

Procès époux Fourniret – Benoît Peyrucq

Luc Le Moustier a réalisé des reportages dessinés pour la Marine nationale. Il a embarqué pendant 6 mois, Imprimerie BBV, Garde Républicaine, etc.

http://pagesperso-orange.fr/luc.de-moustier/jpp/Index.html

depart_nantes.1253866648.gif

Départ à Nantes – Luc Le Moustier

Christophe Verdier a notamment embarqué sur le « Marion-Dufresne pour une campagne océanique à la Réunion, Mayotte, Kerguelen

http://pagesperso-orange.fr/bro-plistin/Artistes-peinture.htm#Photo 

Dominique Lemarié qui a débuté aux Etats-Unis où ele a suivi notamment l’affaire du Watergate, puis  en France les procès Barbie, Papon. Elle travaille actuellement à France 3

Il faut encore parler de  Michel Pichon, Tignous que l’on peut retrouver avec d’autres  sur le site d‘Iconovox  et aussi Vic . Si vcus connaissez  un  « reporter aquarelliste » ajoutez le dans un commentaire.

Voir aussi le site Traits de Justice

« Rêves aborigènes » au musée de Bormes les Mimosas (Var) jusqu’au 11 octobre 2009

L’association Lalan présente au Musée de Bormes les Mimosas, les « Rêves Aborigènes»  Y est présenté un ensemble de plus de trente d’œuvres issues de la collection de Marc Sordello considérée comme « le spécialiste » en France de cet art.

Ce mode d’ expression artistique, à visée religieuse, qui relie l’homme et son environnement est transmise par « l’esprit » des ancêtres, Elle était pratiquée par les tribus qui peuplaient le centre de l’Australie depuis des millénaires, lors des cérémonies rituelles. Généralement  étaient appliqués sur les parois rocheuses ou sur la peau, ou encore sur le sable, des pigments naturels, de la terre glaise ou de matières végétales.

Comme d’autres peuples des origines, les aborigènes australiens n’ont pas été épargnés par les conquérants qui investirent cette « terra nullus » au 18 ème siècles. Ils étaient à cette époque estimés à un million. Ils ont été décimés par les épidémies, l’alcool, l’esclavage, les mauvais traitements. Ils n’étaient plus que 70.000 dans les années 1900, parqués dans des réserves.L’art aborigène renaît dans ces communautés, il y a une quarantaine d’années grâce à quelques esprits éclairés comme Geoffrey Bardon. Il procure à ces hommes et à ces femmes de la peinture acrylique et des toiles. Ainsi s’est développée cette  expression contemporaine qui jouit maintenant d’une reconnaissance toujours plus grande.En effet, outre le sens symbolique en quelque sorte caché de ces œuvres,  que nous ne pouvons pas comprendre, c’est leur facture très moderne et abstraite qui nous séduit.On peut citer parmi les artistes présentés, Kudditji Kngwarreye, Turkey Tolsen Tjupurrula, Minnie Pwerle, , Kathleen Petyarre Ronnie Tjampitjinpa  Ningura Napurrula.

Je vais consacrer un de mes prochains billet à l’art aborigène.

Les musées de Berlin – Museen in Berlin

 

musee-dossier-page-de-garde.1253690941.jpg

BERLIN
Musée Guggenheim-Berlin
http://www.deutsche.guggenheim-berlin.de
Centre international du design
http://www.idz.de
Musée du design
http://www.design-museum.de/museum/weil/ausstellung/index.php
Berliner Festpiele
http://www.berlinerfestspiele.de/en/aktuell/Startseite.php
Académie d’art
http://www.adk.de/
La collection du Bauhaus
http://www.bauhaus.de/english/index.htm
Galerie berlinoise
http://www.berlinischegalerie.de/index.php?id=270&L=1
Musée d’art nouveau Broehan
http://www.broehan-museum.de/fr_index.html
Musée Bruecke
http://www.bruecke-museum.de/english.html
Musée Georg Kolbe
http://www.georg-kolbe-museum.de/kolbe-engl.htm
Musée historique allemand
http://www.dhm.de/ENGLISH/index.html
Musée d’art contemporain
http://www.hamburgerbahnhof.de/text.php?lang=en
Musée Kaethe Kollwitz
http://kaethe-kollwitz.de/museum-fr.htm
Musée Van der Robe
http://www.germangalleries.com/MiesVanDerRoheHaus/MiesVanDerRoheHaus2E.html