Art Capital 2019

Dans le cadre d’Art Capital 2019

se tiennent 4 salons artistiques

Salon du dessin et

de la peinture à l’eau   *

Salon des Artistes français

Salon des indépendants

Comparaisons

du 12 au 17 février 2019 au Grand Palais

 *  19 membres de la Société française d’Aquarelle – Sfa participent au Salon du Dessin et de la Peinture à l’eau : 

Juillet Donna Acheson , Alain Berne , Muriel Buthier- Chartrain ,  Danièle Fabre,  Alain Gégout ,  Martine Jolit , Ewa Karpinska,  Marie-Gilles LeBars, Jean-Claude Lizerand ,  Marie-Christine Mouly , Jean-Paul Olivari ,  Franck Perrot, Reine-Marie Pinchon , Michelle Reynier , Roland Sanchez,  Martine  Stanguennec ,  Marie-Hélène Stokkink, Murielle Vanhove , Janick Vergé

Le symbolisme en Pologne, en Allemagne et en Autriche- Billet n° 37

Un certain nombre de peintres, en dehors de la France et de la Belgique ont fait partie du courant.symboliste.

Pologne :

Edward Okun = Wladyslaw. Podkowinski   = Jozef Mehoffer = Jacek  Malczewski-

Edward Okuń – Les philistinsJacek Malczewski autoportrait avec des amiesJozef Mehoffer – La museWladyslaw Podkowiński La folie

Allemagne 

 Karl_Wilhelm_Diefenbach = Max_Klinger = Carlos_Schwabe = Franz_von_Stuck = Hans von Marée =Sascha Schneider

Karl Wilhelm Diefenbach – Titre ?Max Klinger – L’heure bleueCarlos Schwabe – La mort du fossoyeurHans Von Marée – Les danseursFranz Von Stuck – Le gardien du Paradis

Sascha Schneider – Icare

Autriche

Alfred Kubin = Gustav Klimt =Rudolf Jettmar =Karl Mediz =Richard Müller

Alfred Kubin – Illustration  pour la mariée en noir et blanc des Frères GrimmGustav Klimt – Portrait d’Adele Bloch-Bauer

Rudolf Jettmar – Hercule prend les stymphalidesKarl Mediz – La violoniste

 

 

Angoulême 2019 – 46ème Festival de la B.D.

Le 46 ème Festival de la BD – 24 au 27 janvier 2019 se tient à Angoulême jusqu’à ce soir. Voici le palmarès officiel

Grand prixAttribué à Rumiko Takahashi  dessinatrice de mangas née en 1957 à Nigata (Japon)

Prix du meilleur album : Moi ce que j’aime c’est les monstres -My Favorite thing is monsters  de l’  américaine Emil Ferris née à Chicago en 1962

Prix spécial du juryLes rigoles du belge Brecht Evens  né en 1986 à Hasselt

Prix de la sérieDansker du danois d’ Halfdan Pisket né en 1985

Prix révélationTed, drôle de coco ,  qui montre la vie d’un autiste, de la belgo-mexicaine d’Émilie Gleason née en 1992

Le prix JeunesseLe prince et la couturière – The prince and the dressmaker de l’américaine Jen Wang née en 1984 en Californie.

Prix Fauve polar – SncfVillevermine du belge Julien Lambert est né en 1986 à Dinant

Le symbolisme belge – 1880-1905 – billet n°36

La Belgique en 1880 est un très jeune pays Elle doit s’affirmer dans le concert des nations. Dans le domaine littéraire et artistique elle a un rôle novateur. Aussi, à côté du courant français, né le symbolisme belge avec les poètes et/ou écrivains  Émile VerhaerenCharles van Lerberghe , Max Elskamp, Georges Rodenbach, ou encore le dramaturge Maurice Maeterlinck , Prix Nobel de littérature en 1911

Le symbolisme belge concerne également des peintres, notamment Félicien Rops =Léon Spilliaert = James Ensor 

Mais aussi :  Bellor =Henriette Calais =Anto Carte =Albert Ciamberlani =Jean François De Boeve ==Georges MinneWilliam Degouve de Nuncques  =Jean Delville= Émile Fabry =Léon Frédérick =Henry de Groux =Fernand Khnopff  =Auguste Levêque =Xavier Mellery =Constant Montald ==Valérius De Saedeleer = Gustave van de Woestijne

L’universitaire et conservateur Michel Draguet, spécialiste de ce courant artistique a consacré un ouvrage qui fait référence  en la matière. En 2010, le musée d’art moderne de Bruxelles a organisé une exposition « Le symbolisme en Belgique » Par ailleurs, en 2013 a été inauguré, à Bruxelles,   le Musée « Fin de Siècle » 1868-1914

Et une exposition est actuellement consacrée à Fernand Khnopff au Petit Palais

Quelques œuvresJean Delville – L’ange des splendeursFélicien Rops – La tentation de Saint-AntoineFernand Khnopff- Marguerite Carlos Schwabe -La Mort du fossoyeur Léon Frédéric– Le repas de funérailles William Degouve de Nuncques- Les-PaonsXavier Mellery – La Ronde des heuresJames Ensor – La mort et les masquesLéon Spilliaert – Sans titre

Vidéos

Le symbolisme français – 1880-1914 – Billet n° 35

Le symbolisme est un mouvement artistique et littéraire européen de la fin du 19ème siècle. Il s’oppose dans le domaine de l’écrit au naturalisme et au mouvement parnassien. Ce sont les écrivains  Gustave Kahn et Jean Moréas, qui utilisèrent pour la première fois le terme « symbolisme » en 1886.

Le symbolisme apparaît, en pleine révolution industrielle. La France entre dans l’ère de la modernité technique et scientifique. Le symbolisme, par son rejet de toute rationalité, est une forme de réaction contre cette modernité. Être hors de ce monde qui se matérialise en y opposant les idées, le rêve. A l’heure où la science impose ses certitudes, le symbolisme, lui, présente un univers dans lequel, l’étrangeté et l’ambiguïté règnent en maître : êtres androgynes, sont les femmes à la fois attirantes et fatales qui peupleront l’univers du symbolisme.

En peinture,ce mouvement s’adresse plus à notre imagination qu’à notre regard. Il magnifie l’image de la femme , fatale comme Salomé ou Dalila, sacrée comme Sainte Geneviève ou encore représentée en fée en sphinge. Elle est entourée de décors fantastiques, souvent nue et parée de bijoux ou vêtue de vêtements chatoyants.

Parmi les peintres symbolistes français, il y a,  outre les précurseurs,  Gustave Moreau et Puvis de Chavannes un certain  nombre d’artistes qui ont pu du reste appartenir antérieurement à d’autres mouvements :Edmond Aman-Jean =Jean Francis Auburtin =Gaston Bussière =Eugène Carrière =Félix Courché =Henry Daras = Antonio de La Gandara =Jean Delville = ==Émile Fabry  =Georges de Feure ==Bruno Héroux =František Kupka =François Étienne Lahaye =Lucien Lévy-Dhurmer =Henri Jean Guillaume Martin  =Edgard Maxence =René Ménard =Gustav-Adolf Mossa =Alphonse Osbert =Odilon Redon = =Léonard Sarluis =Carlos Schwabe =Giovanni Segantini  =Alexandre Séon =Léon Spilliaert =Franz von Stuck =James Whistler

Des œuvresGaston Bussières – Naïades Edgar Maxence – Les fleurs du lacJean-Francis Auburtin- La_calanque

Gustave Moreau – Le sphinxPierre Puvis de Chavanne – Pauvre pécheur Alphonse Osbert – Poésie du soirÉmile-René Ménard – Naïades au bord de l’eau

Des vidéos

Coëx : Il n’y aura plus de rendez-vous d’aquarelle

L’association Palettes et pinceaux à Coëx en Vendée n’organisera plus de rendez-vous d’aquarelle. C’est ce que la présidente, Annie Chauwin, vient de m’annoncer. Le 7ème rendez-vous qui s’est tenu les 8-9 et 10 septembre 2018 était le dernier.

C’est toujours avec regret que l’on voit disparaître une manifestation  consacrée à l’Aquarelle. Mais  l’on sait qu’il est de plus en plus difficile d’organiser de tels évènements. Il y a bien entendu les contingences matérielles, les rapports pas toujours aisés avec les structures territoriales. Et aussi souvent, l’essoufflement des bénévoles. Mais c’est la vie !

Néo-impressionnisme -1880-1890 – n° 34

C’est le critique d’art Félix Fénéon, qui a appelé le groupe fondé par Seurat de néo-impressionnistes A noter que ce critique mais aussi peintre sera exposé à l’Orangerie en fin d’année 2019.

Ces artistes ne renient pas l’héritage impressionniste. Mais ils tirent profit des théories scientifiques relatives à la couleur et à la lumière. Notamment aux travaux de Michel-Eugène Chevreul et son célèbre ouvrage De la loi du contraste simultané des couleurs et de l’assortiment des objets colorés  (1839), (cf. e-book) Et le principe des mélanges optiques développé dans à la Grammaire des arts du dessin de Charles Blanc (1867) Ainsi qu’à l’introduction à une esthétique scientifique (1885).  de Charles Henry

D’après ces théories, l’art est, comme les sciences, régi par des lois. Les lignes ascendantes suscitent la joie, les descendantes la tristesse, les couleurs vives sont liées à l’euphorie, les couleurs sombres à la mélancolie. Ces artistes peignent en juxtaposant les couleurs sans les mélanger, d’où les noms de pointillisme  , divisionnisme, ou encore chromo luminarisme qu’on leur attribue.

Le chemin tracé par Georges Seurat est suivi  par un certain nombre d’artistes et notamment :Charles Angrand =Anna Boch=Henri-Edmond Cross= Robert Delaunay =Albert Dubois-Pillet =Willy Finch =Georges Lemmen =Maximilien Luce=Henri Matisse =Jean Metzinger =Hippolyte Petitjean =Robert Antoine Pinchon= Camille Pissarro=Lucien Pissarro Théo van Rysselberghe=Paul Signac =Jan Toorop   =Henry van de Velde

Documents intéressants : d’Eugène Delacroix aux néo-impressionnisme par Paul Signac + Encyclopédie de l’Agora + Arts Savoir +

Quelques œuvresGeorges Seurat – Un après-midi à la Grande JatteThéo Van Rysselbergue portrait de Madame Charles Mos

Henry Van de Velde – La fille qui remailleHenri Edmond Cross- Clairière en ProvenceMaximilien Luce- Quai St-Michel et Notre-DameVincent Van Gogh – Le semeurCharles Angrand – Homme et femme dans la rueCamille Pissarro – Gelée blanche, jeune paysanne faisant du feuPaul Signac – La Seine à Saint-Cloud

Quelques vidéos

Post-impressionnisme – Post-impressionnism 1880-1910 – Billet n° 33

Le post-impressionnisme, est un terme inventé, à la demande d’une journaliste,  par le critique d’art et peintre britannique  Roger Fry, lors de l’exposition qu’il a organisée à Londres  aux Grafton Galleries en 1910 : Manet and the post  – impressionism.  

Dans son essai, Les impressionnistes_en_1886« , le critique d’art, Félix Fénéon 1861-1944 dit qu’avec cette exposition(la 8ème et dernière) l’impressionnisme est définitivement mort

Le terme postimpressionnisme est donc une appellation qui  recouvre comme son nom l’indique, les tendances artistiques, qui sont apparues après l’impressionnisme et annonce les avant-gardes. du 20 ème siècle. Ces mouvements néo-impressionnismes : synthétisme, symbolisme, nabi, fauvisme, cloisonnisme et autres avant-gardes   avec notamment Gauguin, Van Gogh= Cézanne

Quelques vidéos en français, en anglais et en allemand

https://dai.ly/xfn4b3

Heidelberg school – les impressionnistes Australiens- 1880-1890 – Billet n° 32

Heidelberg school ou école d’art d’Heidelberg est un mouvement artistique australien vers 1e la fin du 19ème siècle. Le nom d’impressionnisme australien  a été donné par un critique d’art. La National gallery de Londres et celle de  Melbourne, ont récemment consacré une exposition à 4 d’entre-eux

Il s’agit au départ d’un groupe limité d’artistes, emmenés par Tom Roberts, Arthur Streeton,   Frederick McCubbin , Charles Conder Ils peignent en plein air, à Heidelberg , à une dizaine de kilomètres de Melbourne. Ils cherchent à capturer les particularités des paysages et de la vie australienne, le bush, le soleil écrasant, les couleurs intenses et en résumé l’identité de leur pays.

Ils investissent également la région de Sidney à Balmoral beach , Mosman. mais aussi bien d’autres lieux proche de la ville, comme BoxHill= Bulleen =Templestowe= Warrandyte =Eltham Diamond Creek=Ferntree Gully Olinda=Mount Dandenong=Kalorama=Silvan =Lilydale =Yarra Glen =Coldstream  =Yering =Mentone

Par la suite, l’école d’Heidelberg pris une signification plus large et engloba les artistes australiens de la fin du 19ème siècle qui ont peint en plein-air dans la tradition impressionniste.

Outre les artistes déjà cités, on retiendra les noms de :Louis Abrahams =Louis Buvelot =David Davies =Emanuel Phillips Fox =Ethel Carrick Fox =Leon Pole =Jane Price =Charles Douglas Richardson =Clara Southern =Jane Sutherland =Tudor St George Tucker =May Vale =Walter Withers  

Comme les impressionnistes en France les peintres australiens furent d’abord moqués par les critiques et le grand public

Quelques œuvres-Charles Conder –  Holiday at MentoneJulian Ashton – The Corner of the PaddockArthur Streeton – The purple noons transparent mightArthur Streeton -FiresArthur Streeton – Golden summer at EaglemontArthur Streeton  -Near HeidelbergDown on his luck

Elioth Gruner – Spring FrostJane Sutherland – ObstructionLeon Pole_Village_Laundress

Vidéos

The american Tonalism – Le Tonalisme américain 1880-1915 – Billet n° 31

The tonalism – le Tonalisme n’est pas à proprement parler un mouvement pictural constitué. Il s’agit d’un style pratiqué par les artistes américains dans les années 1880 Le précurseur est  dans les années 1870  James Whistler Celui-ci, incompris du public et de la critique,  compose ses tableaux comme des œuvres musicales cf. la série des  Nocturnes D’où le mot tonalité utilisé par les critiques.

Ces artistes paysagistes ont souvent une palette où dominent les tons sombres ou neutres, les bruns et les bleus pour traduire des atmosphères nimbées, brumeuses et les clairs obscurs qui peuvent rappeler l’école de Barbizon.

Outre les leaders James Whistler et =George Inness se rattachent au tonalisme  :

Willis Seaver Adams =Edward Mitchell Bannister=Ralph Albert Blakelock = Bruce Crane = Leon Dabo = Angel De Cora =Charles Melville Dewey =Thomas Dewing=Charles Warren Eaton =Henry Farrer =Percy Gray =L. Birge Harrison =Arthur Hoeber =William Keith =Xavier Martinez =Arthur Frank Mathews =Robert Crannell Minor =John Francis Murphy =Henry Ward Ranger =Granville Redmond =Albert Pinkham Ryder =Dwight William Tryon =John Twachtman =Clark Greenwood Voorhees =Alexander Helwig Wyant

Quelques œuvres

Dwight William Tryon – Automne en nouvelle angleterre

George Inness – Frosty morning Granville_Redmond_-_Coastal_storm John H Twachtman White bridge Alexander-H.-Wyant – Tennessee- Whistler – Nocturne in black and gold – The falling rocket

Vidéos