Jikken kobo – 実況工房 – Billet n° 324 C

実況工房 – Jikken Kobo« l’atelier expérimental » est un mouvement artistique japonais créé en 1951 et actif jusqu’en 1958. Il marque la renaissance de l’avant garde japonaise de l’après guerre. Il regroupait des artistes, des poétes, des chorégraphes et des musiciens. Le mouvement a été en partie occulté par Gutaï créé en 1954 et qui a connu une reconnaissance internationale.

Jikken Kōbō se composait des peintres Shuzo Takiguchi = Hideko Fukushima = Katsuhiro Yamaguchi (+) =Tetsurō Komai les compositeurs Kazuo Fukushima =Keijirō Satō =, Hiroyoshi Suzuki = Tōru Takemitsu = Jōji Yuasa = le poète Kuniharu Akiyama =les photographes Shōzō Kitadai = Kiyoji Ōtsuji = le concepteur d’éclairage Naoji Imai = le pianiste Takahiro Sonoda = l’ingénieur Hideo Yamazaki.

En septembre-octobre 2011 une exposition a été consacrée à Jikken Kōbō par Béton Salon et aussi au MoMa en 2013

Groupe -Jikken_Kobo_
Hideko Fukushima =
Katsuhiro Yamaguchi
_Katsuhiro Yamaguchi
Tetsuro_Komai
Katsuhiro Yamaguchi
Shuzo Takiguchi
Joji Yuasa

EXAT 51 – Billet n° 324 B

EXAT 51 Eksperimentalni atelje / Experimental atelier est un groupe d’artistes croates fondé à Zagreb en 1951. Le collectif publie un manifeste. Il privilégie l’art abstrait et la synthèse de toutes les disciplines artistiques . La rupture Tito-Staline en 1948 et l’abandon Réalisme socialiste comme art officiel a facilité le développement de idées du groupe. Ce collectif sera actif jusqu’en 1956

EXAT 51 était composé d’architectes, de sculpteurs et de peintres : Bernardo Bernardi = Zdravko Bregovac = Ivan Picelj = Zvonimir Radić =Božidar Rašica =Vjenceslav Richter = Aleksandar Srnec =Vladimir Zarahović =Vladimir Kristl .

Exat 51 est considéré comme le fondement des mouvements d’avant-garde ultérieurs, tels que Gorgona Group (1959) et Nouvelle tendance (1961)

Ivan Picelj
Vladimir_Kristl
Aleksandar Srnec
Bozidar Rasica
Bernardo Bernardi
Zdravko Bregovac
Vjenceslav Richter
Vladimir Zaeahovic
EXAT 51 – A partir 4.40mn

Gruppo degli otto -Billet n° 324-A

Gruppo degli ottogroupe des huit, à ne pas confondre avec les hongrois, un collectif de huit italiens, peintres abstraits créé en 1952 et dissout en 1954.
Il a rassemblé autour du critique Lionello Venturi les peintres Afro Basaldella , Renato Birolli , Antonio Corpora , Mattia Moreni , Ennio Morlotti , Giuseppe Santomaso , Giulio Turcato , Emilio Vedova.

Ils avaient appartenu précédemment au Fronte Nuovo delle Arti créé en 1946 et dissout en 1950 par suite de dissensions entre les peintres figuratifs et les abstraits. Le groupe des huit ne présentait pas une unité stylistique et certains balançaient entre le concret et l’abstraction pure.
Ennio Morlotti quitte le groupe pour rejoindre le « Gli Ultimi naturalisti » de Francesco Arcangeli

Gruppo degli otto
Mattia Moreni
Afro
Renato Borelli
Giuseppe Santomaso ,
Gruppo degli Otto

Pop Art – 6 /6 Féministe – Billet n° 323 F

Certains ont pu avec malice se demander où étaient les femmes dans l’environnement masculin du Pop Art . Le Pop art féministe s’inscrit à la fois dans le mouvement artistique du Pop art et dans le courant contestataire des années 60-70 de l’Art féministe. C’est d’abord l’époque de la Second wave feminism, la deuxième vague féministe. et la revendication de l’égalité des sexes. Il avait été précédé de la première vague 1850-1945 et des suffragettes. C’est aussi les mouvements de contestation de la Guerre au Viêt Nam 1955-1975 notamment par le mouvement Hippie . Il y a aussi les revendications pour les droits civiques. Ce n’est qu’en 1965 que Lyndon B. Johnson met fin au régime ségrégationniste.

Dans le Pop art, les artistes utilisent les images issues de la publicité. Celles stéréotypées. de la ménagère de moins de 50 ans ou celles sexistes de la femme objet, voir de la  pornographie et en général les représentation misogynes  ou machistes de la  culture patriarcale. 

60 ans de clichés sexistes dans la publicité

La position initiale de la pensée féministe face au pop art ne pouvait pas être autre que l’abstinence ou la critique. Mais à partir de 1963 des artistes se sont exprimées en tant que femmes. Elles ont alors lancé le Pop art féministe Elles ont utilisé l’ iconographie , notamment celle des stars du cinéma hollywoodien, les pin-ups , les objets de consommation pour aborder les thèmes de revendication des droits des femmes

Un certain nombre de femmes ont fait partie de cette branche du Pop art comme : Evelyne Axell (+) = Pauline Boty =Vija Celmins,  =Magda Cordell McHale = Rosalyn Drexler = Marisol Escobar = Beatriz Gonzalez = Letty Eisenhauer = Audrey Flack =Sylvie Fleury =Giosetta Fioroni = Dorothy Grebenak = Jann Haworth =Dorothy Iannone (+) =Frances Elizabeth Kent alias Sister Corita = Kiki Kogelnik =Kay Kurt = Yayoi Kusama =Lee Lozano = Nicola L. =Mara Mcafee =Marta Minujin = Barbro Östlihn == Maria Pininska Berres == Anu Pöder = Christina Ramberg = Martha Rosler = Fazth Ringgold = Niki de Saint-Phale = Dorothée Selz =Nancy Spero (+)=May Stevens = Marjorie Strider =Elaine Sturtevant = =Alina Szapocznikow = = Chryssa Vardea-Mavromichali =Idelle Weber= Hannah Wilke = May Wilson

En 2010, le Brooklyn Museum, dans le cadre du  Elizabeth A. Sackler Center for Feminist Art a organisé l’exposition « Seductive Subversion: Women Pop Artists, 1958–1968 »
La même année le Kunsthalle Wien a présenté Power up – Female Pop Art

Rosalyne Dexter – Le gagnant
Rosalyn Drexler, Marilyn Pursued by Death, 1963, 
Marta _Rosler – _Vacuuming PopArt_
Evelyne Axell- Eration
Evelyne Axell – Le-mur-du-son_1966
Pauline Boty -Cuba si
Kiki Kogelnik
Marjorie Strider
Idelle Weber -Escorts
Elaine Strutevant
Pop art féministe – exposition à Namur

Pop Art – 5/6 dans les autres pays -Billet n° 323 E

Le Pop art a, dans les années 1960, essaimé un peu partout dans le monde. Il n’a pas toujours généré de mouvement de Pop art spécifique. Mais a inspiré des artistes dans plusieurs pays :

En Afrique du Sud Walter Battiss
en Allemagne le German Pop a concerné notamment Gerhard Richter  = Sigmar Polke =Konrad Klapheck = Dieter Asmus =Konrad Fischer = Bernd Luz
en Australie Dale Hickey, en Autriche Christian Attersee
en Belgique le Pop-art avec Evelyne Axell = Pol Mara = Roger Raveel
Au Brésil Romero Britto = Claudio Tozzi, au Canada Ivan Eyre
en Chine yu-youhan, en Croatie Boris Bucan , en Espagne Eduardo Arroy
au Japon Keiichi Tanaami = Yayoi Kusama = Tadanori Yokoo,
au Maroc Hassan Hajjaj, en Pologne Alina Szapocznikow = Roman Cieslewicz
au Portugal Lourdes Castro = José de Guimarães = Antonio Areal = Rene Bertholo = Jorge Martins = Antonio Palolo
en Slovenie Marko_Pogacnik, en Turquie Burhan_Dogancay
En France
Alain Jacquet =Charles Lapicque = Martial Raysse = Jacques Monory se rattachent au Pop art

Le Nouveau réalisme , apparaît au début des années 1960 en France au même moment que le Pop art américain.Cependant, s’il en est proche n’en constitue pas une copie. Il s’inspire lui aussi du quotidien et de l’ envahissante publicité. Il utilise les assemblages et les collages. Ce mouvement fait l’objet du billet n° 324

Walter Battiss – Food book
Romero Brutto
Burhan Doğançay – Mystery woman
Yu Youhan – Facing the future
Charles Lapicque
Tadanori Yokoo,
Evelyne Axell – Ice cream – 1964
Hassan Hajjaj Diaspora
Alain Jacquet – Camouflage – Camion
Eduardo Arroya

Pop Art – 4/6 en Suisse -Billet n° 323 D

Swiss Pop art trouve son origine dans la vague du Pop Art qui a déferlé en Suisse, comme dans d’autres pays dans les années 1960.

Malgré le climat feutré, la Croix rouge et le secret bancaire (tombé depuis 2018) la Suisse n’a pas échappé à la Société de consommation et à l’arrivée du Pop art. Mais très vite ce mouvement artistique a été oublié. Heureusement, récemment deux expositions ont rafraichi la mémoire du public suisse : Au Kunsthaus d’ Aarau le Swiss Pop art en 2016 et aussi au Mamco – Musée d’art moderne et contemporain de Genève.

Un certain nombre d’artistes suisses peuvent-être rattachés au courant du Pop art , notamment :
Susi et Ueli Berger, ,Vern Blosum,Fernando Bordoni,, Anton Bruhin ,Carl Bucher, Emilienne Farny , Bendicht Fivian, ,Sylvie Fleury , Franz Gertsch, Alfred Hofkunst, Margrit Jäggli, ,Friedrich Kuhn, Rosina Kuhn, Ruedi Külling ,Jean Lecoultre,Herbert Leupin, Luigi Lurati, Urs Lüthi , Max Matter, Markus Müller , René Myrha ,Meret Oppenheim, , Flavio Paolucci, Markus Raetz, Pierre Raetz, Dieter Roth,Jean-Claude Schauenberg, Hugo Schuhmacher,Daniel Spoerri, Peter Stämpfli, Jean Tinguely, Rico Weber

Emilienne Farny
Markus_Fulvia
Anton Bruhin
Markus Muller
Hugo Schuhmacher
Jean-Claude Schauenberg

Pop Art – 3/6 en Italie -Billet n° 323 C

Pour le grand public, le Pop art est né à New-York au début des années 1960 fondé par Andy Warhol. C’est pourtant à Londres qu’il est apparu dans les années 1950. Tout ceci ne doit pas faire oublier, que ce courant artistique s’est développé un peu partout dans le monde. Sous des formes originales spécifiques à la culture de chaque pays on le trouve en Italie, en Suisse, en Russie, au Japon, etc . . Le présent billet s’intéresse à l’Italie

Le Pop art italien n’est pas un mouvement mais plutôt une mouvance, à la mode, en 1964. Cette année là, la 32 ème Biennale de Venise, dans une confrontation d’influence Europe-Amérique , attribue le 1er prix à Robert Rauschenberg 1925-2008 et consacre ainsi le Pop art et la primauté de New-York sur Paris. Mais cette récompense est aussi perçue comme une trahison des instances vénitiennes par les français. Ils pensaient que ce prix serait attribué à Roger Bissière 1886-1964

La Scuola in Piazza del Popolo est le mouvement fondateur du Pop art Italien. Un groupe de jeunes artistes se réunissent au Caffè Rosati sur la place du peuple.

Le collectif, emmenés par Mario Schifano regroupait Giosetta Fioroni, Tano Festa, Mario Ceroli et Franco Angeli. Ils sont rejoints par Francesco Lo Savio, Sergio Lombardo, Renato Mambor, Cesare Tacchi, Emilio Tadini, Valerio Adami, Jannis Kounellis ou Pino Pascali ou encore Umberto Bignardi, Piero Manzoni, Gianfranco Baruchello

Avant eux, il y avait déjà quelques artistes précurseurs comme Titina Masell ou encore Enrico Baj ou Mimmo Rotella et à la marge Michelangelo Pistoletto, Domenico Gnolli, Lucio del Pezzoou Dominico Gnoli

Umberto Bignardi – _Quadro Per Bene_1963
Mimmo Rotela – Escape
Giosetta Forini – Casting

Pop Art – 2/6 Aux Etats-Unis -Billet n° 323 B

The Américan Pop art – le Pop art américain est un mouvement artistique qui émerge aux Etats-Unis, presqu’une décennie après le Pop art britannique, sous l’impulsion notamment de Jasper Johns (+) , Robert Rauschenberg. Mais pour le grand public c’est surtout Andy Warhol et sa Factory qui symbolisent le mouvement du Pop art américain. D’autres artistes ont marqué ce mouvement comme Roy Lichtenstein, Tom Wesselmann. James Rosenquist, Claes Oldenburg.

Sont considérés comme faisant partie du mouvement du Pop art américain :
John Alcorn = Allan D’Arcangelo = Richard Artschwager = Jean-Michel Basquiat = = John Chamberlain  =  Jim Dine =Robert Dowd =Tony Fitzpatrick = James Gill =Joe Goode =   Red Grooms  = Keith Haring= Jann Haworth=Phillip Hefferton =Robert Indiana =Justin M. Jenkins

Corita Kent = Yayoi Kusama =Alex Katz  =Edward Kienholz =Ronald B. Kitaj=Kiki Kogelnik =Nicholas Krushenick =Mike Leavitt = Richard Linder = Peter Max  = Sarah Pope  = Mel Ramos  = Nancy Reddin Kienholz = Larry Rivers  = =Edward Ruscha = Don RubboJohny Taylor = George Segal  =John Stango =Wayne Thiebaud= Coosje van Bruggen= Wolf Vostell =Wayne White

Il y a des différences d’approche entre les deux courants anglophones du Pop art. Les artistes britanniques avaient une vision détachée de la culture populaire américaine. Leur point de vue était souvent traduit avec des traits romantiques, sentimentaux et pleins d’humour.

En revanche, les artistes américains, qui visaient dans un monde mercantile, étaient en permanence assaillis, par la publicité. Ils travaillaient avec plus d’agressivité, dans un approche figurative, en détournant les images banales et impersonnelles des objets produits par, ce qu’avec l’économiste John K. Galbraith, on appellera la société de consommation.

Les artistes utilise la technique du color-blocking c’est à dire l’utilisation de couleurs opposées dans le cercle chromatique ou couleurs « flashy »

Dès 1962, le MoMa organise le « Symposium on Pop Art » ce qui rend tout de suite célèbre de terme de Pop art. La même année Walter Hopps conservateur fantasque, organise au Pasadena Art Museum la première exposition de Pop art américain : New Painting of Common Objects

Jasper John
Robert Rauschenberg, Buffalo II, 1964.
James Rosenquist – A lot to liku
Claes Oldenburg, iant BLT (Bacon, Lettuce, and Tomato Sandwich), 1963
Roy Lichtenstein – Whaam! 1963
Andy Warhols– Campbells soup cans
Tom Wesselmann.- still life #33
Sister-Corita-Kent- Stop-the-bombing-1967

Pop Art – 1/6 En Grande Bretagne -Billet n° 323 – A

The British Pop ArtLe pop art britannique est un mouvement artistique contestataire né à Londres, et non pas à New York, au début des années 1950, soit dix ans plus tôt que son homologue américain.

En effet, des architectes, des peintres, des sculpteurs et des critiques se réunissent, dès 1952, sous la conduite de Richard Hamilton, Eduardo Paolozzi, Reyner Banham au sein de The independant group . Outre ses fondateurs le groupe qui se rassemblait à l’ I.C.A. comprenait notamment : Lawrence Alloway, Alison et Peter Smithson architectes brutalistes, William Turnbull, John McHale, Magda et Frank Cordell, Toni del Renzio, Nigel Henderson.

Ces jeunes artistes sont à la recherche d’un art moins élitiste. Ils rejettent ce qu’ils avaient appris dans les écoles d’Art et voient dans les musées. Ils pensent que cela n’avait rien à voir avec leur vie et ce qu’ils voyaient tous les jours autour d’eux. Ils ont cherché l’inspiration dans le cinéma,la publicité, l’emballage des produits, la musique pop et les bandes dessinées.

C’est en 1954 que John McHale propose pour le mouvement qui prend son essor, le terme de Pop Art (Popular Art) dont l’Independant group est considéré comme le précurseur.
En 1956, les membres de l’ Independant Group participent à l’exposition This is Tomorro iw (c’est demain) à la Whitechapel Gallery.

De jeunes artistes développent alors le British Pop Art comme Clive Barker = Barrie Bates = Peter Blake = Derek Boshier =Pauline Boty= Patrick Caulfield = Philip Colbert = Antony Donaldson =Jann Haworth=David Hockney = Allen Jones = R. B. Kitaj = Gerald Laing = Nicholas Monro,= Peter Philips = Colin Self = Richard Smith = Joe Tilson = Norman Toynton
Plusieurs expositions ont montré des œuvres du Pop Art britannique comme Pioneers of Pop

Eduardo Paolozzi – British Pop Art
Gerald-Laing-Sandra
John-Salt – Crashed-Bonneville
Patrick-Caulfield – Sweet-Bowl
Peter-Blake-& ann-Haworth
Richard Hamilton – Interior
Peter Blake
Philip Corbel – Hunt-Paintings-Boar
David Hockney – A bigger splash
Peter Blake – Girlie Door

Le brutalisme – Billet n° 322

Le Brutalisme, Brutalist architecture; ou encore par la suite le nouveau brutalisme, est un mouvement artistique de l’après-guerre. Il trouve ses racines notamment dans le modernisme d’un Ludwig Mies van der Rohe qui dirigea la Bauhaus de 1930 à 1933.

Les caractéristiques du brutalisme sont l’utilisation de structures aux formes géométriques massives et anguleuses répétitives et dépoullée de fioritures ornementales, avec souvent des fenêtres toutes identiques et bien entendu l’utilisation du béton. Mais d’autres matériaux sont souvent incorporés , la brique, le verre, l’acier, la pierre grossièrement taillée. Par ailleurs, des installations de ventilation, des citernes sont parfois apparentes ce qui annonce le Centre Pompidou

Le style émerge à la fois en en Grande Bretagne où en 1955 les britanniques Alison et Peter Smithson puis le critique Reyner Banham l’ont popularisé en l’associant au béton brut cher à Auguste Perret qui a reconstruit Le Havre. Le brutalisme s’impose des années 1950 à 1970 puis ressurgi au XXI ème siècle (*) avec un retour au béton.

A la même époque Charles-Édouard Jeanneret-Gris alias Le Corbusier avait la même approche à Chandigarh (Inde) ou à la Cité radieuse appelée dans les années 50 « La maison du Fada » qui est classée au Patrimoine de l’Unesco.

Le brutalisme s’impose en Grande-Bretagne notamment dans la construction des logements sociaux comme les Robin Hood Gardens ou le Barbican Estate mais aussi dans les centres commerciaux et les bâtiments publics et universitaires un peu partout dans le monde. Aux États-Unis, au Canada, en Australie, en France, en Italie, en Espagne, en URSS et dans le bloc de l’Est notamment à Belgrade et aussi au Japon, l’Inde, le Brésil, les Philippines et Israël.
Cependant certaines réalisations qui n’ont pas résisté à l’outrage des ans, sont menacées, telles celles d’Owen Luder

Les principaux architectes brutalistes sont Le Corbusier =Alison et Peter Smithson =John Andrews=Takamitsu Azuma =Marcel Breuer = Fernand Boukobza =Paul-Marie Côté =Balkrishna Vithaldas Doshi =Leonie Geisendorf=Bertrand Goldberg =Ernő Goldfinger =Gérard Grandval =Louis Kahn =Jacques Kalisz =Ram Karmi =Sigurd Lewerentz =Berthold Lubetkin = Owen Luder=Kunio Maekawa = Anant Raje=Jean Renaudie =Paul Rudolph =James Stirling =Kenzō Tange =Clorindo Testa =Vittoriano Vigano =Jean Zumbrunnen

Choux de Créteil – Gérarn Granval
Geisel Library by William Pereira. 1970, San Diego, CA.
Le Corbusier – Palace_of_Assembly_Chandigarh
Boston city Hall
Léonie Geisendorf – Villa Delin
Cité radieuse de Le Corbusier

Groupe Espace – Billet n° 321 B

Le Groupe Espace a été fondé en 1951 par André Bloc et Félix del Marle au moment de la reconstruction d’après guerre. Ils publient en 1952 le manifeste du Groupe Espace dans le catalogue du Salon des Réalités nouvelles.
Le Groupe Espace veut réaliser la synthèse entre les arts, peinture et sculpture avec l’architecture. Et porter les idées du constructivisme et du néo-plasticisme dans l’urbanisme et le domaine social.

Le groupe associe des sculpteurs, des peintres et des architectes, parmi eux
Les Architectes :André Bloc André Bruyère, Jean Fayeton, Jean George, Jean Ginsberg, Pierre Guéret, Gabriel Guévrékian, Paul Herbé, Arne Jacobsen, Jean De Mailly, Richard J. Neutra, Alfred Roth,Ionel Schein, André Sive, Bernard Zehrfuss Rémy Le Caisne

Les Constructeurs : Bernard Lafaille, Robert Le Ricolais, Jean Prouvé

Les Plasticiens : Aegard Andersen, Ole Baertling, Étienne Béothy, Silvano Bozzolini, Burgoine-Diller Sonia Delaunay,Félix del Marle, Roger Desserprit , Jean Dewasne, Piero Dorazio, Paul-Etienne-Sarisson, Pierre Faucheux, Adolf Fleischman, Georges Folmer, Jean Gorin, Robert Jacobsen, Berto Lardera,Fernand Léger, Jean Mégard, Georges L. K. Morris,Edgard Pillet, Nicolas Schöffer, Pierre Székely, Victor Vasarely,, Nicolas Waarb, Jean Weinbaum, .

Le projet avorté de Village polychrome à Biot commandé en 1952 à l’architecte André Bruyère et au peintre Fernand Léger par le magnat de la presse brésilien Francisco Assis de Chateaubriand est un exemple de la synthèse entre les arts et l’architecture promue par le Groupe Espace.
Toutefois en 1954 une exposition du Groupe Espace « Architecture, formes, couleur » a été organisée à Biot. En 2016, le Musée Fernand Léger a présenté une rétrospective « L’été 1954 à Biot« 

Affiche exposition 2016
Félix Del Marie
Arne Jocobsen – Faueuil egg
André Bruyère – Villa à Maussane-les-Alpilles
Alberto Magnelli
Jean Gorin – Maquette
Jean Fayeton – Eglise Ste Jeanne d’Arc -Verdun
André Bloc – Structure habitable – Meudon

Grupo Frente – Billet n° 321A

Grupo Frente est un collectif d’artistes brésiliens abstraits emmené par Ivan Serpa. . Dans des approches parfois différentes, ses membres sont adeptes de l’abstraction géométrique encore appelée l’art concret.
Ce groupe rassemblait notamment, outre Ivan Serpa, Eric Baruch , Aluísio Carvão , Abraham Palatnik , Lygia Pape , Décio Vieira , Lygia Clark , Vincent Iberson , João José da Silva Costa , Carlos Val , Rubem Ludolf , César Oiticica , Hélio Oiticica , Elisa Martins da Silveira et Franz Weissman

Grupo Frente a été actif de 1952 à 1956. Il a organisé deux expositions dont une au Museu de Arte Moderna Par la suite certains de ses membres adhèrent au néo-concrétisme.

Ivan Serpa
Hélio Oiticica
Lygia Pape
João José Costa,
Rubem Ludolf,
Aluísio Carvão,
Hélio Oiticica

Arte nucleaire et autres – Billet n°320

Dès 1948, le peintre Voltolino Fontani avait fondé, avec Marcello Landi poète, Guido Favati linguiste et les peintres Angelo Sirio Pellegrini et Aldo Neri, le mouvement d’avant-garde Eaismo. Dans un manifeste ils alertent sur les conséquences négatives de l’utilisation de l’énergie atomique.

Le movimento d’ Arte nucleare que l’on pourrait traduire par  » l’Art pour l’ère nucléaire, trouve son origine dans l’exposition organisée en 1951 à Milan par Enrico Baj (+)Gianni Bertini, Sergio Dangelo puis Gianni Dova et Mario Colucci intitulée « Pittura Nucleare« . Il est parfois considéré comme l’équivalent italien de CoBrA. Il a disparu au début des années 1960.

Dans la même ligne Arte nucleare dénonce, dans un manifeste les dangers d’une mauvaise application de la technologie nucléaire. Ce mouvement est proche de l’art informel. Il utilise des techniques automatiques du surréalisme. Les œuvres sont influencées par les conséquences tragiques de la 2ème Guerre mondiale et des bombardements atomiques d’ Hiroshima et Nagasaki .

Ce groupement qui a publié quelques numéros de la revue Il Gesto voulait promouvoir une nouvelle forme d’art où la peinture était marginalisée.

Outre les artistes milanais : Joe Colombo , Enzo Preda, Ettore Sordini , Angelo Verga; Piero Manzoni, des napolitains du Groupe 58 Guido Biasi , Franco Palumbo , Mario Colucci , Mario Persico Lucio Del Pezzo, le mouvement a aussi attiré des artistes étrangers comme Arman , Yves Klein , Antonio Saura et Asger Jorn .

Sans qu’ils aient appartenu à l’art nucléaire, Salvador Dali et sa période de mystique nucléaire en Espagne, Bernard Lorjou en France, e Eugene Von Bruenchenhein aux États Unis, Henry Moore en Grande Bretagne ont des idées assez proches.

Plus près de nous, l’explosion en 2011 de la centrale de Fukushima des artistes japonais comme Shigenobu Yoshida, Tatsuo Miyajima , Shimpei Takeda , Fuyuki Yamakawa ,Toshi Maruki, se sont exprimés sur le nucléaire. Le critique Akira Mizuta Lippit a organisé en 2015 au Canada l’exposition Camera Atomica, Aux Etats Unis il y a par exemple Eric Lo Presti dans cette approche

Enrico Baj – Manifesto
Enrico Baj – Fire,Fire 1963
Guido Biasi
Lucio Del Pezzo – Senza titolo
Mario PERSICO – Couple avec un faune impatient – 1959
Sergio Dangelo
What is art nuclear ? auteur non identifié
Enzo Preda
Enrico Baj
Eric Lo Presti


Phases – Billet n° 319

Phases est un mouvement artistique et littéraire proche du surréaliste et de l’abstraction lyrique, créé autour de la revue du même nom fondée en 1954 par le poète et critique Édouard Jaguer, collaborateur des revues « La main à la plume » et CoBrA et son épouse Anne Ethuin .

Phases lors des expositions qu’il organise donne un coup de projecteur sur les œuvres alors oubliées ou méconnues des pionniers du dadaïsme, de l’abstraction, du futurisme. De multiples divergences se font jour entre les phasistes et les surréalistes.

Le groupe Phases a rassemblé jusqu’en 1975 des peintres, des poètes et des écrivains d’Europe et d’Amérique latine. Parmi les peintres qui ont appartenu à cette mouvance il y avait :
Daniel Abel = Pierre Alechinsky =Enrico Baj = Guido Biasi =Camille Bryen =Marie Carlier = Corneille ==Sergio Dangelo = Gianni Dova =Anne Ethuin .=Wilhelm Freddie =Lucio Fontana =Karl-Otto Götz =Edouard Jaguer = Asger Jorn =Konrad Klapheck =Freddy Flores Knistoff =Jacques Lacomblez =Wifredo Lam =Francis Picabia =Emilio Scanavino = Claude Tarnaud =Jean Thiercelin =Jean-Pierre Vielfaure =Claude Viseux = Jacques Zimmermann

Wifredo Lam
Pierre_alechinsky – Le_principe_feminin)
Corneille
Enrico Baj

Kitchen Sink painters – Billet n° 318

Kitchen Sink painters, littéralement « peintres de l’évier de cuisine » est un terme appliqué, en dérision, par le critique d’art David Sylvester dans le numéro de décembre 1954 de la revue Encounter. Il appliquait le terme « Kitchen Sink painters » à un groupe d’artistes britanniques inspirés par le réalisme social. Dans les années 1950, ils peignaient  » des gens ordinaires dans des scènes de la vie quotidienne« .

Ils étaient quatre artistes connus sous le nom de « Beaux Arts Quarter » : John Bratby , Derrick Greaves , Edward Middleditch et Jack Smith. De 1952 à 1954 ils ont exposé à la Beaux-Arts Gallery dirigée par la peintre moderniste Helen Lessore. En 1956, ils ont représenté la Grande Bretagne à la Biennale de Venise. Tout cela a été emporté par la crise économique britannique des années 1970 qui a amené aux années Thatcher. Cependant quelques artistes contemporains représentent encore l’évier de cuisine, comme Patrick Caulfield ou Nigel Cooke

Le terme plus large de « Kitchen sink realism » a désigné un mouvement culturel plus large animé par les  » angry young men  » et assez comparable à Ashcan_School de l’orée du XXème siècle. Leurs films, pièces de théâtre et romans se déroulaient souvent dans les zones industrielles plus pauvres du nord de l’Angleterre. Je pense que Ken Loach, le social worker est le continuateur de ce courant.

John Bratby – Still Life with Chip Frier 1954
Jack Smith -Mother Bathing Child 1953
John Bratby – Jean and Table top
Derrick-Greaves- Sheffield-1953
Edward Middleditch -Flowers, Chairs and Bedsprings 1956
Nigel_Cooke
Patrick Caulfield – After Lunch’

Gruppo Origine – Billet n° 317

Gruppo Origine a été fondé à Milan en 1950. Il était constitué par Mario Ballocco fondateur en 1949 du magazine AZ , Alberto Burri , Giuseppe Capogrotssi et Ettore Colla. Le groupe voulaient promouvoir un retour à la forme et à la couleur simples dans l’art abstrait.

Une seule exposition s’est tenue à Rome en 1951. Puis par suite de mésentente le groupe a été dissous cette même année. Seule la galerie et aussi le magazine ont continué d’exister quelques temps.

Alberto Burri
Giuseppe Capogrossi – Study for-“superficie »
Gruppo Origine

Jeune création Billet n° 316

Jeune création n’est pas un mouvement. C’est une association artistique fondée en 1950. Elle organise un salon annuel réservé aux jeunes artistes, au travers un appel à candidatures qui recueillait jusqu’à 2000 demande La manifestation est appelée « Salon de la jeune peinture » jusqu’en 1983. Jeune création est toujours active au XXI ème siècle. La moyenne d’âge des artistes était de 32 ans.

Parmi les peintres figuratifs les plus représentatifs de cette « jeune peinture » se trouvent René Aberlenc, Guy Bardone, François Baron-Renouard, Jean Baudet, Michel Bertrand, Roland Bierge, Bernard Buffet, Maurice Boitel, Yves Brayer, Paul Collomb, Maurice Verdier, André Mignaux, Gaëtan de Rosnay, Françoise Adnet, Balias, Philippe Cara-Costea, Geoffroy Dauvergne, Jean Dries, Roger Forissier, Daniel du Janerand, Michel de Gallard, Jansem, Jean Joyet, François Heaulmé, Gabriel Dauchot, René Margotton, Marinette Mathieu, Yvonne Mottet, Orazi, Danièle Perré, Pierre-Henry, Raoul Pradier, Claude Schürr, Paul Schuss, Gaston Sébire, Éliane Thiollier, Michel Thompson, Jean Vinay et Louis Vuillermoz.

Le terme a auparavant été utilisé pour désigner, dans le sillage d’André Derain, les peintres figuratifs de 1910 à 1940. C’est aussi le titre d’un ouvrage d‘André Salmon paru en 1912

Philippe CARA COSTEA
Raoul Pradier
Gaëtan de Rosnay – Coupeurs de cannes
Bernard Buffet -Cote almafitaine
Roger Forissier
Louis Vuillermoz.
Yves Brayer

The Bay area Figurative movement-Billet n° 315

The Bay Area Figurative Movement encore appelé École de San-Francisco, est un mouvement artistique américain actif dans les années 1950-1960. Il est né de la volonté pour un groupe de peintres de la Baie de San Francisco d’échapper au courant dominant de l’expressionnisme abstrait pour revenir à une approche figurative. Les institutions artistiques de la région ont favorisé le développement de cette mouvance, comme le San Francisco Art Institute , le California College of Arts and Crafts et l’ Université de Californie à Berkeley .

Trois générations d’artistes se sont succédées . Tout d’abord la « First generation » qui a rassemblé des artistes issus de l’ abstraction :David Park , Richard Diebenkorn , Rex Ashlock , Elmer Bischoff , Glenn Wessels , Wayne Thiebaud et James Weeks .
Suivie de la « Bridge generation » composée de Henrietta Berk , Nathan Oliveira , Theophilus Brown , Paul Wonner , Roland Petersen , John Hultberg et Frank Lobdell . [
Et enfin la « Second generation » composée surtout d’élèves des membres de la First generation : Bruce McGaw, Henry Villierme, Joan Brown, Manuel Neri, and Robert Qualters.

En 2000, le San Jose museum a organisé une exposition consacrée à ce mouvement intitulée « The lighter Side of Bay Area Figuration« 

Elmer Bischoff – Orange sweatshirt
David Park
Glenn Wessels – Dark see
San Francisco baye area artist
San Francisco baye area artist
San Francisco baye area artist

Spatialisme- Billet n° 314

Le spatialisme – Spazialista est un mouvement artistique d’avant-garde, dans la mouvance de l’art informel fondé en 1950 par le peintre italien d’origine argentine Lucio Fontana 1899-1968. Il avait publié en 1946, dans le cadre de l’ Academia Altamira le Manifiesto Blanco proche du futurisme italien . Entre 1946 et 1952 il participera à la publication d’ autres manifestes fondateurs du mouvement : Spatialistes I rédigé en 1947 par Beniamino Joppolo et Spatialistes II par Antonino Tuillier en 1948.

Ce mouvement artistique ne doit pas être confondu avec un mouvement littéraire appelé aussi spatialisme créé en 1963 par le couple de poètes Ilise et Pierre Garnier

Les spatialistes rejettent à la fois la tradition réaliste et le courant abstrait contemporain. Ils situent leur art en dehors de la peinture et de la sculpture. A la recherche de formes nouvelles, ils veulent combiner l’unité de temps et d’espace avec la couleur, le son, le mouvement. Ils utilisent des moyens techniques comme la lumière de Wood, les tubes au néon, le radar, la télévision.
Lucio Fontana peint des surfaces monochromes qu’il perfore et incise brutalement. Il a aussi collaboré avec l’architecte Luciano Baldessari.

Outre Lucio Fontana sont rattachés au spatialisme les artistes suivants :
Roberto Crippa =Mario Deluigi =Giuseppe Capogrossi =Emilio Scanavino =Gianni Dova =Alberto Viani =Guido Antoni = Giorgio Kaisserlian =Beniamino Joppolo =Milena Milani = Sergio Dangelo =Edmondo Bacci =Tancredi Parmeggiani =Ettore Sottsass =Giorgio Amelio Roccamonte= Giuseppe Tarantino =Gian Carozzi =Jean Bouvier =Pippo Casellati =Enrico Castellani =Turi Simeti

D’abord incompris, l’œuvre de Fontana est reconnue par les musées et les collectionneurs. Lors d’une vente aux enchères chez Sotheby’s à Londres son oeuf « Concetto Spaziale, la Fine di Dio » a été attribué pour 21,6 millions d’euros

Roberto Crippa – Spirale
Pippo Casellati
Guido Antoni – Lo sbarco sulla Luna
Edmondo Bacci
Guiseppe Taeantinoe -Acrobates
Alberto Viani – Nu

Neo-Dada -Billet n° 313

Neo-Dada est un mouvement artistique et littéraire né à New-York en 1952. L‘appellation a été donnée dans les années 1960 par l’historienne de l’art Barbara Rose.
Les artistes Néo-Dadaïstes se revendiquent de Marcel Duchamp. Ils utilisent des matériaux modernes de la vie quotidienne, les objets trouvés (cf. le junk art ) , l’imagerie des médias de masse, et le contraste absurde. Ils pratiquent aussi la performance ou encore les Combines painting Ils rejettent les tableaux chargés d’émotion de l’expressionnisme abstrait. Les néo-dadaïstes préfigurent le pop art , le minimalisme ou le conceptualisme .
Les leaders du mouvement neo-dada sont Robert Raus henberg (*) , Jasper Johns et Allan Kaprow.
On rattache également à cette mouvance Genpei Akasegawa =Joseph Beuys =Jaap Blonk = George Brecht =John Cage =John Chamberlain =Jim Dine =Jacques Halbert =Dick Higgins =Kommissar Hjuler =Yves Klein =Alison Knowles =George Maciunas =Piero Manzoni = Yoko Ono =Page Robin =Nam June Paik =Ushio Shinohara =Wolf Vostell

Robert Rauschenberg – combines painting
Robert_Rauschenberg,_Retroactive_II
Robert Rauschenberg – Monogram
Jasper Johns
Yves Klein
Ushio Shinohara

Nieuwe Haagse School- n° 312

Nieuwe Haagse schoolNew Hague School – la Nouvelle école de La Haye ne doit pas être confondue avec le style d’architecture des années 1920, ni avec le courant artistique de la fin du 19 ème siècle (1870-1920)Les années 1950-1960 sont riches dans le domaine artistique hollandais. Bien qu’il soit international, il y a CoBrA fondé à Paris en 1947 notamment par deux néerlandais Karel Appel et Constant auquel s’opposait les membres de la Nouvelle école de La Haye, influencés par l’Ecole de Paris.
Comme on peut le constater sur la photo de groupe ci-dessous, aucune place n’était faite aux femmes artistes.

Nieuwe Haagse School Cherchez les femmes

Dès 1951 est créé le groep Verve par des peintres figuratifs : Theo Bitter , Jan van Heel , Nol Kroes , Willem Schrofer et Frans de Wit Ils sont rejoints par les peintres Kees Andrea = Hannie Bal = Herman Berserik = Querine Collard = Rein Draijer == Aart van den IJssel = George Lampe =Willem Minderman =Christiaan de Moor = Henk Munnik = Rinus van der Neut =Ferry Slebe = Frans Vollmer = Co Westerik = et les sculpteurs: Hubert Bekman =Dirk Bus = Theo van der Nahmer = Rudi Rooijackers = Bram Roth.
Le groupe expose régulièrement de 1951 à 1957

Entre 1956 et 1962, un certain nombre de membres de l’Ecole de La Haye font également partie du Posthoorn groep du nom d’un café où ils se rassemblent et exposent. Johan van den Berg = Jos van der Berg =Theo Bitter = Karel Bleijenberg =Kees van Bohemen =Carolien Boedijn =Amélie de Bourbon = Wil Bouthoorn =Dirk Bus =Jan Cremer = Gérard Fieret =Lotti van der Gaag =Willem Hussem = Aart van den IJssel =Nol Kroes =Joop Kropff =Paul Kromjong =George Lampe=Hans van der Lek =Will Leewens =Ber Mengels =Theo van der Nahmer = Jaap Nanning =Jan Olyslager = Thijs Overmans =Jan Roede = Marianne de Ruiter =Willem Schrofer = Wim Sinemus = Ferry Slebe =Arnold Smith =Meike Sund = Hiske Tas =Gerard Verdijk = Aat Verhoog = Joop Vreugdenhil = Frans de Wit

En 1959, cinq peintres de La Haye, Hans van der Lek =  Gerard Verdijk  = Henk de Vries = Aat Verhoog et  Roger Chailloux d’Amsterdam, membres du Posthoorn groep (le cor postal) fondent Atol Groep. Il ne durera que trois ans.

En 1960, certains membres de Verve, sous l’impulsion de George Lampe créent Fugare.
Le groupe qui arrêtera son activité en 1967 était composé de dix peintres et deux sculpteurs: Theo Bitter = Harry Disberg =Jan van Heel =Willem Hussem = Aart van den IJssel = Nol Kroes = Joop Kropff = George Lampe = Christiaan de Moor = Theo van der Nahmer =Jaap Nanninga = Wim Sinemus =Gerard Verdijk = Frans de Wit

Joop Kropff
Willem Hussem
Frans de Wit
Jan Vanheele
George Lampe
Gerard Verdijk
Nouvelle école de La Haye

Generación de la Ruptura -Billet n° 311

Generación de la Ruptura est un mouvement, peu organisé, d’artistes mexicains ou étrangers qui réagissaient dans les années 1950, contre les tendances nationalistes de l’Escuela Mexicana de Pintura – l’école mexicaine de peinture encore connue sous le vocable de Muralisme mexicain. Sans rejeter les influences de la culture populaire, ces jeunes artistes sont influencé les tendances artistiques de l’Europe et de leur grand voisin : cubisme et expressionnisme abstrait. A l’origine le mouvement est censuré par le Partido Revolucionario Institucional, parti autoritaire au pouvoir de 1929 à 2000.
Les artistes ont du attendre les années 1960 pour pouvoir exposer au Museo de Arte Moderno et au Palacio de Bellas Artes ..
.
Ont fait partie de cette mouvance des mexicains mais aussi des immigrants et des artistes qui ont fuit le nazisme. Vicente Rojo Almazán =Gabriel Ramírez Aznar =Lilia Carrillo = Gastón González César = Arnaldo Coen = Pedro Coronel = José Luis Cuevas Enrique Echeverría =Manuel Felguérez =Fernando García Ponce = Günther Gerzo = Alberto Gironella =Mathias Goeritz = Roger von Gunten =Francisco Icaza = Carlos Mérida = Gustavo Arias Murueta =Gilberto Aceves Navarro = Brian Nissen =Wolfgang Paalen = Kazuya Sakai = Gilberto Aceves Navarro = Juan Soriano =Rufino Tamayo = Francisco Toledo ==María Teresa Vieyra ,=Vlady =Beatriz Zamora = Guillermo Zapfe

Voici une série en 13 parties consacrées à la Generación de la Ruptura. Malheureusement sauf pour la Partie 11, le dispositif de traduction de sous titre en français n’est pas opérationnelopérationnel.

The New York figurative expressionnism – Billet n° 310

The New York figurative expressionnism – The Figurative Fifties =l’expressionnisme figuratif New-yorkais est un mouvement artistique né dans les années 1950. Il est une résurgence de l’expressionnisme américain né à Boston dans les années 1930.L’historienne de l’art Judith Stein relève qu’au sortir de la guerre, le public n’est pas réceptif à l’art abstrait. Et dans le même temps Clement Greenberg proclame qu’il ne saurait y avoir de peinture qu’abstraite. En réaction, en 1953, est fondée la revue Reality « pour défendre le droit de tout peintre de peindre comme il l’entend. Le comité de rédaction est composé d’ Edward Hopper (*) = Isabel Bishop == Jack Levine = Raphael Soyer = Henry Varnum Poor

Sont notamment rattachés à l’expressionnisme figuratif les peintres Jan Müller = Robert Beauchamp = Bob Thompson =Irving Kriesberg = Elaine de Kooning = Jane Freilicher = Felix Pasilis = Wolf Kahn = Marcia Marcus

Jan Müller – Five virgins – 1957
Bob Tompson
Robert Beauchamp
Felix Basilis – Palm frond
Elaine de Kooning
Jane Freilicher
Raphael Soyer – Girl
Irving Kriesberg
Wolf Kahn-stately-and-bright
Marcia Marcus

Zen 49 – Billet n° 309

Zen 49 appelé initialement « Gruppe der Ungegenständlichen » (groupe non objectif) est un groupe d’artistes allemands créé à Munich en juillet 1949. Ils ont pour but de promouvoir l’art abstrait. Il existera jusqu’en 1957.

Membes de Ezn 49

Il est initié par le critique d’art britannique John Anthony Thwaites et le peintre Rupprecht Geiger. Ils sont rejoints par Willi Baumeister , Rolf Cavael , Gerhard Fietz , Willy Hempel , Brigitte Matschinsky-Denninghoff et Fritz Winter-Haus puis par Bernard Schultze

Zen 49 s’expose notamment à Munich en 1950 au Central Art Collecting Point –et en 1955 à la Städtische Galerie im Lenbachhaus.Et plus récemment en 1989 au Centre d’art contemporain de Saint-Priest-en Jarez

Rupprecht Geiger – Composition