Le réalisme socialiste dans les arts, les dissidences, et l’après – 1 /31 -Un peu d’ Histoire – Billet n° 492

J’ai déjà évoqué le réalisme socialiste en URSS de la Révolution bolchevique jusqu’à la mort de Staline en mars 1953 dans une série d’articles Les Arts visuels en Union Soviétique de 1917 à 1953. Billets numéros : 205 = 206 = 207 = 208 = 209 A = 209 B = 209 C = 209 D. Je me suis également intéressé au Réalisme socialiste en France de 1932 à 1945.

A l’issue de la seconde guerre mondiale, dans la période dite de l’Après-guerre, les pays de l’Europe de l’Est se constituent en Démocraties Populaires. Ces pays dits du bloc de l’Est sont soumis à la domination de l’Union Soviétique qui exerce une véritable supervision des régimes autoritaires mis en place. Ceux-ci instaurent une censure sévère qui touche l’ensemble des activités culturelles et notamment les arts visuels. Il ne faut pas oublier la Mongolie
Par ailleurs il faut rappeler les Pays Baltes : Estonie = Lettonie et Lituanie ont été envahis par l’Urss au début de la seconde guerre mondiale. Et cette occupation s’est poursuivie jusqu’au moment de la chute de L’Urss en 1991. Ils ont malgré eux, connu en art, le réalisme soviétique.

Le réalisme socialiste est aussi présent en Yougoslavie qui s’est libérée de l’emprise soviétique, en France et en Italie. Il s’installe également ailleurs qu’en Europe, notamment à Cuba, en Chine, au Vietnam, en Philippine, en Corée du Nord

Mais pendant toute cette période, des artistes se sont rebellés. Et un certain nombre de mouvements non conformistes se sont constitué. Par exemple le Sots Art = les conceptualistes de Moscou = la Nouvelle vague en Ukraine ou en Chine = Le Political pop en Chine.

Entre 1988 et 1991, la chute des régimes communistes dans les pays satellites va les délivrer du jouc du grand frère de Moscou. L’un des moments historiques de cette évolution a été , en novembre 1989 la chute du Mur de Berlin et l’émancipation de la République démocratique allemande RDA.

Le vent de liberté avait déjà commencé à souffler. Tout d’abord en, Pologne, entrainé par Solidarność, puis en Tchécoslovaquie lors de la Révolution de Velours, en douceur en Hongrie qui s’était révoltée en 1956 sans oublier la Bulgarie. Par contre en Roumanie la prise du pouvoir a été plus violente et l’on se souvient de l’exécution sans réel procès du tyran Nicolae Ceausescu et de son épouse Elena Ceausescu Par contre en Albanie pays qui en 1960 s’était aligné sur le régime de Pékin il faudra attendre 1991 pour que le pays commence sa mutation.

La Yougoslavie qui dès 1945 s’est éloignée de URSS connaissait des dissensions depuis le décès de Tito en 1980. A sa création le régime fédéral regroupait : la Bosnie-Herzégovine,la Croatie, la Macédoine, le Monténégro, la Slovénie, , la Serbie et ses provinces autonomes de la Voïvodine et du Kosovo.Et les républiques de ce pays prirent leur indépendance, entrainant la dislocation du régime puis la guerre en Bosnie-Herzégobine d’avril 199 à décembre 1995

Avec ce rappel historique le décor est planté. Je vous convie , au fil d’une série de billets, à un périple dans un monde en partie révolu. Mais qui de toutes façons a laissé des traces positives ou négatives dans le monde de l’Art. A suivre

L’Art face à la censure