Mono-ha -Billet n° 416

Mono-haも の 派 , que l’on peut traduite par School of things ou l ‘école des choses, est une mouvance plus qu’un mouvement artistique japonais actif de 1968 à 1975. Ils s’opposent à l’avant-garde japonaise et prônent un retour aux choses. Les artistes de Mono-ha, dans une approche minimaliste se sont intéressé à la combinaison entre les matériaux de la nature et ceux créés par l’industrie. Ils utilisent souvent de façon éphémère la pierre, le sol, les plaques d’acier, le verre, les ampoules électriques, le coton, l’éponge, le papier, le bois, le fil, la corde, le cuir, l’huile, la paraffine et l’eau.

Mono-ha est proche d’autres mouvements comme Supports/Surfaces =Arte povera = Minimalism movement. Bien que Mono-ha ne soit pas politique, il faut rappeler qu’à cette époque la contestation estudiantine est importante.

Mono-ha était constitué par 1- le groupe de Nobuo Sekine avec Katsuro Yoshida = Shingo Honda = Katsuhiko Narita = Kishio Suga = Jirō Takamatsu et Lee Ufan .2- Le groupe Geidai avec Kōji Enokura = Noboru Takayama = Hiroshi Fuji = 3-Le groupe Nichidai emmené par Noriyuki Haraguchi et aussi Suzumu Koshimizu = Kishio Suga = Kenji Inumaki

Une exposition Japon 1970, consacrée à Mono-ha, d’abord présentée au Japon dans les musées d’Osaka = Gifu = Hiroshima, Kitakyushu et le Momas à Saitama­ a été présentée au Musée d’art moderne de Saint-Étienne en 1996. Et aussi en 2012  à Los Angeles : Requiem for the Sun: The Art of Mono-ha et en 2013 : Prima Materia à la Fondation Pinault à Venise

Nobuo Sekine, ‘Phase – Mother Earth’ (1968)
-Noboru Takayama – 5noboru
Susumu Koshimizu, ‘Paper’ (1969)
Katsuhiko Narita, ‘Sumi’ (1969)
Mono-ha – installation