Jean-Baptiste Corot – Éléments de biographie et quelques œuvres

Normal
0
21

MicrosoftInternetExplorer4

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;}

Jean-Baptiste Corot – Photographie

Jean-baptiste Camille Corot (1796-1875) est un peintre français né à Paris où ses parents tiennent un magasin de mode réputé. Après des études médiocres à Rouen, il travaille, sans enthousiasme,  chez des marchands de drap. Heureusement, il apprend le dessin à l’ l’Académie Suisse.

 En 1822, ses parents lui allouent une rente annuelle qui lui permet de se consacrer entièrement à sa passion. Il entre dans l’atelier d’Achille Etna Michallon (1796-1822) grand prix de Rome, qui décède la même année. Corot se tourne alors vers le paysagiste historique Jean-Victor Bertin (1767-1842) qui a été l’élève de Pierre-Henri de Valenciennes (1750-1819), lui conseille d’aller peindre dans la forêt de Fontainebleau.

 Entre 1825 et 1843 il fera plusieurs séjour en Italie, à Rome, Naples, Venise et en Toscane. Il y fait la connaissance de Théodore Caruelle d’Aligny (1798-1871) familier de Barbizon.

 Il peint souvent à Ville d’Avray mais aussi un peu partout en France, notamment dans le Nord, à l’invitation de Constant Dutilleux (1807-1865), dans le Dauphiné et à Auvers-sur-Oise en compagnie de Charles-Françoise Daubigny (1817-1878) et aussi en Hollande et en Belgique.

 Dans les années 1850 sa notoriété grandit et il renonce, dans ses paysages aux récits historiques. Il participe avec Gustave Courbet (1819-1877), en Charente, à l’atelier de plein air du « Groupe du Pont-Berteau ».

Jean-Baptiste Corot est l’un des fondateurs de l’Ecole de Barbizon. A son époque il est parfois considéré comme un précurseur de l’impressionniste, ce qui est paradoxal puisqu’il avait une approche plutôt conservatrice. Il a influencé un certain nombre de peintres, notamment Eugène Boudin (1824-1898),  François Louis Français (1814-1897), Berthe Morisot (1841-1895) ou encore Camille Pissarro (1830-1903)

 A la fin de sa vie, grâce à la vente de ses œuvres, très demandées, il est riche. Il se montre alors d’une générosité qui le fait surnommer le Bon Papa Corot.

 On peut voir un certain nombre de ses œuvres sur les sites Kerdonis et  J B Corot.org et aussi sur cette vidéo

 

 En voici quelques unes

Jean-Baptiste Corot – Le Colisée Vu des Jardins Farnèse – 1826Jean-Baptiste Corot – Rome. L’île et le pont San Bartolomeo, vers 1826-1828Jean-Baptiste – Barques à voiles échouées à Trouville – 1829Jean-Baptiste Corot – La cathédrale de Chartres – 1830Jean-Baptiste Corot – Portrait de Marie-Louise Laure Sennegon 1831Jean-Baptiste Corot – La fuite en Égypte  -1840Jean-Baptiste Corot – L’Église de Lormes  -1841Jean-Baptiste Corot – Homère et les Bergers -1845Jean-Baptiste Corot – Le Concert champêtre  – 1857Jean-Baptiste Corot – Jeune paysanne à la source – 1860Jean-Baptiste Corot – Jeune fille à sa Toilette 1860-1865Jean-Baptiste Corot – La lecture interrompue 1865-70Jean-Baptiste Corot – Souvenir de Marissel – 1866Jean-Baptiste Corot – Ville d’Avray – 1867Jean-Baptiste Corot – Jeune Femme au corsage rose

Jean-Baptiste Corot – Byblis – 1875