Au Mexique, dans le Chiapas, près des chutes d’’Agua Azul. Une aquarelle dans l’humide…très humide

Mardi dernier, Dominique ma professeure d’aquarelle,  a commencé son cours par une démonstration. Nous avons ensuite procédé de la même façon qu’elle. Le thème d’inspiration était une photo qu’elle a prise lors d’un voyage au Mexique. IC’est un paysage que l’on peut vraisemblablement situer, dans l’état du Chiapas près des cascades d’Agua Azul.

http://www.carnet-de-voyage.net/merida.html

http://www.mexique-fr.com/

 http://fr.wikipedia.org/wiki/Chiapas

Le papier n’avait pas été préalablement tendu et laissé à sécher, et ensuite remouilllé avec un pinceau large en commençant l’exécution. Ici, l’on a d’abord trempé le papier dans une cuve remplie d’eau, pendant une dizaine de minute. Ensuite, l’on a agrafé le papier trempé sur un châssis nu et le travail a commencé.

Bien entendu, l’on a préalablement choisi les couleurs que l’on allait utiliser et vérifier l’harmonie des mélanges. Et c’est parti pour l’exécution proprement dite : esquisse des grandes masses colorées, circulation de l’eau chargée des diffèrentes couleurs, rencontres et fusion,s à la marge des diffèrents flux. Ensuite, l’on passe au graphisme avec des pigments crémeux, puis les retraits et les apports de couleurs, sur lesquels, il faut souvent revenir. Toute l’attention est requise, tout le temps,. Il n’y a pas un instant à perdre. Il ne faut avoir « à l’oeil  » toutes les parties du tableau. en même temps. Il va se passer des choses. Peut-êre qu’ici cela va sécher trop vite et qu’il faut donner un coup de vaporisateur. Ou bien les couleurs se mélangent là où on ne le souhaite pas. De toutes façons, à chaque instant, l’on court le risque de ne pas maîtriser quelque chose. Bien entendu l’adrénaline monte, mais c’est un vrai bonheur. C’est là toute la joie, les surprises mais aussi les contraintes du cycle de l’eau.

Voici le résultat. Les couleurs réelles sont plus nettes, plus contrastées. Et  il y a bien  un ciel, alors qu’ici l’on ne voit que du blanc.

mexique-agua-azul-_trempe.1241192935.JPG

Au bord du fleuve Tulija ?

In Mexico, in Chiapas, near the falls’Agua Azul.  A watercolor in the wet … very wet

 

3 commentaires sur “Au Mexique, dans le Chiapas, près des chutes d’’Agua Azul. Une aquarelle dans l’humide…très humide

  1. Merci à Joshemari et à Cocole pour vos commentaires.
    Cocole, cela est très réconfortant, quand tu dis que « on retrouve ton style ». Il y a effectivement des moments, où l’on doute de ne pas en avoir un. Merci à toutes et tous de votre accompagnement dans mes recherches, mais essais, mes curiosités. C’est génial cette passion que nous partageons, les uns et les autres.
    Merci à vous deux, et à tous les autres
    @+
    Pierre

  2. Hola Masmoulin, creo que entiende el Español, si no, la próxima vez le escribiré en Francés. ok?
    Llevo mucho tiempo siguiendo su blog y es muy intresante y muy instuctivo. Gracias por toda la información que nos hace llegar a través de su blog.
    Este tema du fleuve Tulija, está muy bien logrado.
    Soy un apasionado de la acuarela, como otros muchos que conozco y que tú también conoces y están en nuestros links y veo tu nombre con frecuencia. Coincimos en muchas cosas.
    Un saludo, Joshemari

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.