La taille douce ou taille directe en creux ou chalcographie : le « beau métier » Au burin, à la pointe sèche, à la manière noire ou encore à la manière de crayon

outils-du-graveur.1296327473.jpg

Les outils du graveur

La taille directe en creux ou taille-douce ou « intaglio » en anglais est la technique reine de la gravure. Elle consiste à creuser dans une plaque métallique généralement  en cuivre, avec un outil les lignes ou les points du dessin à reproduire. On utilise parfois du zinc, du laiton, du plastique ou du plexiglas. Il existe plusieurs techniques de gravure, au burin, à la pointe sèche, à la manière noire, à la manière de crayon ou  à la roulette.

La gravure au burin , le « beau métier » se développe à partir des outils de l’orfèvre, au cours du 15ème siècle. Dans  cette technique le buriniste utilise . . . un burin. C’est une lame d’acier de section carrée ou rectangulaire, coupée en biseau, montée sur un manche en bois. Il creuse un sillon en « V » en poussant la lame. Et dégage des copeaux. Il obtient des tailles nettes, sans rebord, d’une finesse et d’une profondeur variables. Le travail au burin est long et minutieux. L’artiste doit mesurer son geste : la pression exercée sur l’outil, son inclinaison, une erreur est difficilement réparable. La maîtrise de cette technique  nécessite à long apprentissage. Outre les burins , le graveur un ébarboir, un brunissoir et une loupe

Les nuances de valeur sont obtenues par la modulation de l’épaisseur du trait et la densité des trames Le resserrement des traits donne l’impression de volume et la variété du graphisme crée les effets de matière. Une taille profonde donne à l’impression un noir dense, alors qu’une éraflure donne du gris. L’un des inconvénients de cette technique est que contrairement à la gravure sur bois le texte n’est pas imprimé en même temps que l’illustration

La gravure à la pointe sèche  consiste à tailler directement dans la plaque de métal à l’aide d’une tige d’acier aiguisée. Cette pointe ne creuse pas un sillon net, mais raye et laboure le métal de façon plus irrégulière. La pointe sèche laisse sur les bords du trait des barbes de métal, qui retiennent l’encre et donnent un aspect velouté à l’impression. Cette technique ne permet d’obtenir qu’une trentaine d’épreuve. Elle est souvent utilisée en appoint

Dans la technique de la manière noire aussi appelée mezzotinto l’artiste utilise d’abord le « Berceau » puis le grattoir et le brunisseur. En pressant plus ou moins fort, le graveur atténue ou fait disparaître les grains de la plaque.

La manière de crayon ou à la roulette est un procédé de gravure imitant le trait crayonné. Les premiers graveurs utilisaient  des tiges à trois pointes et des matoirs pour obtenir un trait à l’aspect granuleux  et des matoirs et des roulettes dentées pour rendre les hachures.

 Dans de prochains articles je parcourrai le monde des «taille-douciers » à travers les siècles. Voici une petite documentation sur l‘atelier du graveur . On peut visiter l’atelier de  l’un d’eux René Tazé et aussi voir une vidéo de démonstration proposée par le Centre international des estampes et du livre – Urdla

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.