American realism – 3 -The eight – Billet n° 81

The Eight est un groupe de peintres américains qui n’ont exposé qu’une seule fois ensemble, à New York en 1908. Mais leur détermination, déjà rencontrée par l’ Ash Can School, de rapprocher l’art de la vie quotidienne a grandement influencé le cours de la peinture américaine du XXe siècle.Il faut souligner que les rapports entre Ashcan school et le Groupe des 8 sont étroits. On y trouve en grande partie les mêmes artistes avec les mêmes motivation.

Ici aussi, le leader du groupe des huit était Robert Henri entouré d’ Arthur Bowen Davies = Maurice Prendergast =Ernest Lawson =William Glackens =Everett Shinn =John French Sloan George Luks . .. Ils furent rejoins par George Bellows . Certains se rapprochent des techniques de la B.D. ou encore des travaux des Nabis français. Il n’y a donc pas d’unité de style.

Le groupe des huit n’exposera qu’ une seul fois en 1908 à la Macbeth Gallery, Ce lieu avait été fondé en 1892 par Robert Macbeth
Mieux que quelques images d’œuvres des artistes du Groupe des Huit, voici des vidéos qui leur sont consacrées.

American realism -2 -Ash Can School (1902-1915) Billet n° 80

The Ashcan school Cela se traduit par trashcan= poubelle er ashcan = cendrier. En Arthur Young lance, en dérision, le terme d’Art de la cendre, à propos d’un dessin de Bellow « Disappointment of the Ash Can. Cette mouvance s’inscrit dans le courant du réalisme américain qui voit le jour à l’orée du 20ème siècle. Mais il ne constitue pas çà proprement parler un mouvement et aucun manifeste ne sera jamais publié.

Les artistes peignent des scènes de la vie quotidienne des grandes métropoles américaines, au premier rang desquels New York City. Ils peignent dans des tonalités sombres les bidonvilles, des immigrés, des prostituées, des gamins des rues. Certains les ont appelé « The Apostles of Ugliness« – les apôtres de la laideur . Ils n’apprécient pas l’impressionnisme ainsi que le dessin trop apprêté.

Cette mouvance éphémère entraînée par Robert Henri 1835-1929 groupe quelques uns de ses amis William James Glackens, George Luks , Everett Shinn  et John French Sloan Entre eux ils se désignent sous le nom des Philadelphia Five.

D’autres artistes firent partie de cette nébuleuse comme George. Bellows , Glenn O. Coleman , Jérôme Myers , Gifford Beal , Eugene Higgins , Carl Springchorn par contre Edward Hopper n’y adhéra pas. Avec l’arrivée des visions modernistes et la 1ère guerre mondiale, ce regroupement fit long feu. A voir un article du New-York Times.

William_J.Glackens-_At_Mouquin’s
Bellows_George_Dempsey_and_Firpo
John_Sloan_ Sun and Wind on the Roof
Henri Portrait de Willie Gee
George Luck – rassemblement
Everitt Shinn In the street

American realism 1900-1945 -1 Généralités – Billet n° 79

A l’orée du 20 ème siècle les États-Unis subissent de profondes transformations tant du point de vue économique, qu’industriel, commercial et aussi social. Ils font face à un afflux d’immigrés d’Europe.Les peintres comme les écrivains ou encore les musiciens vont, dans leurs œuvres mettre en lumière les réalités sociales de leur temps. Ils s’intéressent alors à la vie et les activités quotidiennes des gens ordinaires.

Ce que l’on appelle le réalisme social et en peinture l’american realism ou Réalisme américain Un certain nombre d’artistes qui se regroupent dans l’Ashcan School peignent les quartiers de New-York-City. Il y aura en 1908 l’unique exposition du Eigh american artists group. Des prochains billets s’intéresseront à ce mouvement et à cet évènement.

Puis il y aura, un peu plus tardivement, l’implication dans le premier conflit mondial. Et surtout le crash boursier de 1929 et à partir de 1932,la profonde crise économique qui frappa directement le pays. Les artistes seront soutenus par Federal Art Project mis en place par le WPA -Work’s Progress Administration . Certains peintres du mouvement de l‘american regionalism du Midwest quitteront la sphère urbaine pour s’intéresser à l’Amérique profonde
Sur cette période de dépression, une très belle exposition a été organisée par le Musée de l’Orangerie en fin 2016-début 2017  » La peinture américaine des années 1930 -The Age of Anxiety

Grant Woods – American Gothic


.

The Boston school 1899-1930 – Billet n° 78

La Boston school of painting était un groupe de peintres de Boston actifs de de la toute fin du 19 ème siècle jusqu’aux années 1930. Ils sont généralement rattachés à l’cimpressionnisme américain . Cependant ils avaient une approche régionaliste figurative plutôt conservatrice inspirée de la peinture européenne. Ils peignaient des paysages, des portraits, de jeunes femmes dans des intérieurs . Ils accordent une grande importance à l’habileté technique, à la représentation visuelle précise et à la beauté classique, proche de la peinture française de Barbizon. Ils ont généralement été influencé par des peintres comme Johannes Vermeer, Hunt ou Claude Monet et par des peintres américains issus de l’ Académie Julian, comme John Singer Sargent , Edmund C. Tarbell , Frank Weston Benson ou William McGregor Paxton.
Le leader de la Boston School était Tarbell qui appartenait au Ten American Painters. Il était entouré des Tarbellites comme l’on appelait ses émules.
Sont considéré comme faisant partie de l’école de Boston : Joseph DeCamp = Philip Leslie Hale =] Lilian Westcott Hale = John Joseph Enneking = Gretchen Woodman Rogers = Aldro Hibbard = Frederic Porter. Vinton = Lilla Cabot Perry = Elizabeth Okie Paxton = William Paxton Hermann Dudley Murphy = W. Lester Stevens et aussi Emil Otto Grundmann et Laura Coombs-Hill. Venus plus tard on y rattache : RH Gammell =] Charles Tersolo = Candace Whittemore Lovely

Gretchen Rogers – Woman in a far hat+in+a+fur+hat
William Paxton – The nude
Phillip Hale- The+Crimson+Rambler
Frank_Weston_Benson – Joseph_LindonSmith portrait
Joseph DeCamp – BlueVeil
Laura Coombs Hill – Flowers
Hermann Dudley Murphy – Beach
Marie Danforth Page – TheMother


Die Scholle – 1899 – Billet n° 77

Die Scholle (fr. la plie – uk the plaice) fondée en novembre 1899 par des membres de la secession de Munich. Ce nom vient d’un ver de Michael George Conrad « Mußt Deine eigene Scholle beackern, die siebengescheiten Nachbarn laß gackern » qui se traduit par « Vous devez cultiver votre propre plie, laissez les sept voisins siffler ». Elle a semble-t-il une renommée importante jusqu’à sa dissolution en 1911. Ces artistes visaient tous une réussite individuelle. Cependant, sans parler d’un style commun on considèrent qu’ils développaient une approche progressiste qui annonce l’art nouveau, au plutôt son nom tiré de la revue Jugend

On fait partie de cette association : Gustav Bechler = Hansl Bock = Ludwig Bock = Edward Cucuel = Léopold Durm = Reinhold Max Eichler = Erich Erler = Fritz Erler = Clara Ewald = Max Feldbauer = Matthias Gasteiger et Sophie Gasteiger = Walter Georgi = Adolf Höfer = Kurt Kühn = Adolf Münzer = Walter Püttner = Leo Putz =Marie Schnür= Eduard Thöny = Franz Wilhelm Voigt = Robert Weisse

Edward Cucuel – La mare émeraude
Kurt Kuhn – Paysage
Leo Putz – Jeune femme
Clara Eswar – Ruper Brooke
Fritz Erler – Femme adossée à un arbre
Walter Püttner – Intérieur
Leopold_Durm – Intérieur avec deux femmes nues
Warter Georgi – Chasseur

La sécession viennoise – Billet n° 76

La Sécession viennoise ou Sezessionstil est créée en 1897 par un groupe d’architectes et de plasticiens autrichiens Josef Olbrich, Josef Hoffmann et Gustav Klimt. . Un immeuble le  » Palais de la secession » est édifié et une revue est éditée « Ver sacrum  » Son aire d’influence est Vienne et l’ensemble de l’Empire Austro-Hongrois.
Le but de ce mouvement est de réunir les forces créatrices de ce pays, instaurer des contacts avec les artistes étrangers,prôner un échange international des idées ,lutter contre l’élan nationaliste des pays européens , renouveler les arts appliqués en créer un art total et proposer une nouvelle expression artistique moderne

Les fondateurs de ce mouvement sont Gustav Klimt(1862-1918) = Josef Hoffman (1878-1956) = Josef Maria Olbrich(1867-1908) =Koloman Moser(1868-1918) =Otto Wagner(1841-1918) ou encore Carl Moll ou Ernst Stöhr Ils seront rejoints au fil du temps par Oskar Koloschka = Egon Schiele = Arnold Böcklin =Alfred Roller = Max Kurzweil = Max Klinger = Othmar Schimkowitz = Carl Otto Czeschka = Richard Gerstl = Josef Maria Auxchentaller = , Otto Wagner = Leo Putz = František Bílek = Teresa Feoderovna Ries.

Wilhelm Gause, – A la cour de Vienne

Die 11 et Berliner Secession – Billet n° 75

Le Vereinigung « Die XI » ou Groupe des 11 a été créé en 1892 à Berlin. Il rassemblait les artistes suivants: Jacob Alberts (1860-1941) = Hans Herrmann (1858-1942) Ludwig von Hofmann (1861-1945) = Walter Leistikow (1865-1908) = George Mosson (1851-1933) = Konrad Müller-Kurzwelly (1855-1914) – Hugo Schnars-Alquist (1855-1939) = Friedrich Stahl (1863-1940) = Hugo Vogel (1855-1934) Ils sont soutenus par Max Liebermann (1847-1935) et Franz Skarbina (1849-1910). Les sortants sont remplacés Max Klinger (1857-1920) = Dora Hitz (1856-1924) =8 Martin Brandenburg (1870-1919)

Il annonçait la Berliner Secession – La Sécession de Berlin qui est fondée en 1898, en réaction au conservatisme de la Verein Berliner Künstler V.B.K. l’ association des artistes de Berlin fondée en 1841. Celle-ci a passé la période du nazisme et elle vient de fêter son 175 ème anniversaire.

C’est le refus, par la VBK d’exposer une œuvre de Walter Leistikow «  Grunewald » à la « Große Berliner Kunstausstellung de 1898 qui aurait entrainé la création de la Berliner Secession.
Les principaux membres de ce nouveau mouvement étaient : Hans Baluschek = Ernst Barlach = Paul Baum = Max Beckmann = Charlotte Berend-Corinth = Josef Block = Erich Büttner = Lovis Corinth = Anna Costenoble = Charles Crodel = Heinrich Basedow l’Ancien = Ludwig Dettmann = Anton Faistauer = Philipp Franck = Hugo von Habermann = August Gaul = Karl Hagemeister =Franz Heckendorf =Dora Hitz = Ulrich Hübner = Franz Jansen = Willy Jaeckel =Max Klinger =Fritz Klimsch =Wilhelm Kohlhoff = Georg Kolbe =Käthe Kollwitz = Leo von König = August Kraus = Bruno Krauskopf = Walter Leistikow = Max Liebermann = Heinrich Eduard Linde-Walther = Ernst Ludwig Kirchner = Karl Schmidt-Rottluff = Erich Heckel = Otto Modersohn =Edvard Munch = Max Neumann = Emil Nolde =Ernst Oppler = Emil Orlik =Rosa Pfäffiger = Max Schlichting = Franz Skarbina = Maria Slavona = Max Slevogt = Eugene Spiro = Wilhelm Trübner = Louis Tuaillon = Lesser Ury = Julie Wolfthorn = Heinrich Zille = ioba Zisler

C’est l’impressionnisme allemand qui prédomine à la création puis le néo-impressionnisme avec Paul Baum. Un grave conflit voit le jour en 1910 lorsque le jury refuse les œuvres de 27 peintres expressionnistes parmi lesquels Max Beckmann, Georg Tappert, Heinrich Richter-Berlin (en), Otto Mueller et Max Pechstein. Ils vont fonder la nouvelle seccssion (1910-1914) et organiseront l’exposition des refusés de la Sécession-1910 – Le mouvement s‘ essouffle dès 1914 et il éclate à l’évènement du 3ème Reich.

Hans Baluschek
Lovis Corinth A l’abattoir
EmilNolde- Blumengarten
Emil_Orlik_Junge_Frau_im_grünen

La sécession hongroise – Magyar szecesszió -1897 – Billet n° 74

La sécession hongroise – Magyar szecesszió n’est pas un mouvement pictural. Il s’applique essentiellement à l’architecture donnant naissance à un style national hongrois inspiré de l’Art nouveau. Ce renouveau débute dans la décennie 90 pour se terminer avec la première guerre mondiale. Elle est visible en Hongrie mais aussi dans les territoire rattachés à l’Empire austro-hongrois, comme à cette époque, la Slovaquie, la Transylvanie, la Voïvodine et la Croatie.

Cette architecture « art nouveau » a été mis en œuvre par des architectes comme Odon Lechner 1845-1914 = Frieges Spiegel 1866-1933 = Emil Vidor 1867-1952 = Marcell Komor 1868-1944 = Ferec J Raichle 1869-1960=Béla Lajta 1873-1920 = Béla Malnai 1878-1941 = Kos Laroly 1883-1977.
Les constructions les plus typiques de ce style sont Musée hongrois des arts décoratifs= Institut hongrois de géologie et de géophysique =Caisse d’épargne de la poste =Mausolée Törley =Palais Gresham = Foyer Gutenberg =Maison Brudern =Église paroissiale Saint-Ladislas de Kőbánya Synagogue de Kazinczy utca = Thermes Gellért = Hôtel de ville de Kecskemét = le Cifrapalota = Église Sainte-Élisabeth de Bratislava = Église réformée calviniste au Coq à Kolozsvar = Synagogue de Novi Sad = Palais Menrath à Novi Sad = Maison située 10 rue Dositejeva à Novi Sad

Generación del 98 – Génération 98 – Billet n° 73

El Generación del 98 ou la Génération 98 est avant tout un mouvement littéraire. Il regroupe les écrivains Miguel de Unamuno (1864-1936) = Ramón del Valle-Inclán (1866-1936) Antonio Machado (1875-1939) = José Martínez Ruiz dit Azorin (1873-1967) = Pío Baroja (1872-1956) = Jacinto Benavente (1866-1954), Prix Nobel 1922 Mais aussi les musiciens Isaac Albeniz (1860-1909) et Enrique Granados et les peintres Ignacio Zuloaga (1870-1945) et Ricardo Baroja 1871-1953 également écrivain.

Ce mouvement bien que partant du même constat de décadence de la Nation espagnole ,ne doit pas être confondu, avec le Regenaracionismo ou Régénérationisme . En effet 1898 est l’année de la guerre éclair hispano-américaine (avril à juillet) appelée côté espagnol el Desastre del 98. L’Espagne se voit contrainte, de céder a vainqueur, les Philippines , Porto Rico et f’accorder l’indépendance à Cuba. Il y a aussi la contestation de la politique menée par la Restauration bourbonienne instituée après la chute de la 1ère République espagnole L’Espagne est dans une phase de déclin et d’anarchie avec sa crise agraire, son retard industriel, les régionalismes. Ce régime est remplacé en 1931 par la seconde République
Le mouvement profond a aussi impliqué des peintres plus que d’autres.Le Musée de l’Orangerie à présenté en 2011 une exposition intitulée « l’Espagne entre deux siècles : de Zulaoga à Picasso » On y rencontre Ignacio Zuloaga 1870-1945 , Hemen Anglada Camarasa 1871-1959 , Joaquin Mir 1873-1940, Eduardo Pinaso 1912-1986 , Santiago Rusiñol 1861-1931, Juan de Echevarría 1875-1931, Joaquin Sunyer 1874-1956, José Luis Gutiérez Solana 1886-1945,

Мир Искусства -Mir Iskoustva : Le Monde de l’Art – 1898 -Billet n° 72

Le monde de l’art

Mir Iskousstva qui se traduit par Le monde de l’Art est une association russe, fondée par des étudiants de l’Académie impériale de Saint-Pétersbourg en 1898. Ils se nomment Alexandre Benois, Konstantin Somov, Dimitri Philosophoff, Léon Bakst et Eugène Lanceray. L’année suivante une revue du même nom est fondée par Sergey Pavlovich Diaghilev 1872-1929, le créateur des Ballets russes. Elle rassemblait des peintres mais aussi des poètes et des musiciens. L’association a organisé jusqu’en 1906, six expositions annuelles. Ils remettent en cause le niveau artistique de leurs ainés les ambulants. Ils veulent ensuite regrouper les artistes russes et finlandais néo-romantiques, symbolistes. Ils affectionnent les carnavals, les rêves et les contes de fées. le style Rococo et leur favori, le valenciennois Antoine Watteau.
On appartenu à cette structure Natan Altman =Mstislav Doboujinski =Albert Edelfelt =Akseli Gallen-Kallela= Alexander Golovine = Nathalie Gontcharoff =Magnus Enckell=Eero Järnefelt Alexandre Iacovleff = Constantin Korovine =Isaac Levitan = Mikhaïl Nesterov = Vilhelms Purvītis =Nicolas Roerich =Valentin Serov = Mikhaïl Vroubel =Ville Vallgren = Väinö Blomstedt = Zaïda Serebriakova

Konstantin Somov, «Portrait de l’artiste Anna Ostroumova-Lebedova»
Léon Bakst. Souper.
Nikolai Sapunov, «Carrousel»
Alexander Golovin, «Une femme espagnole en vert»
Zinaida Serebryakova, «Au petit-déjeuner»