Generación del 98 – Génération 98 – Billet n° 73

El Generación del 98 ou la Génération 98 est avant tout un mouvement littéraire. Il regroupe les écrivains Miguel de Unamuno (1864-1936) = Ramón del Valle-Inclán (1866-1936) Antonio Machado (1875-1939) = José Martínez Ruiz dit Azorin (1873-1967) = Pío Baroja (1872-1956) = Jacinto Benavente (1866-1954), Prix Nobel 1922 Mais aussi les musiciens Isaac Albeniz (1860-1909) et Enrique Granados et les peintres Ignacio Zuloaga (1870-1945) et Ricardo Baroja 1871-1953 également écrivain.

Ce mouvement bien que partant du même constat de décadence de la Nation espagnole ,ne doit pas être confondu, avec le Regenaracionismo ou Régénérationisme . En effet 1898 est l’année de la guerre éclair hispano-américaine (avril à juillet) appelée côté espagnol el Desastre del 98. L’Espagne se voit contrainte, de céder a vainqueur, les Philippines , Porto Rico et f’accorder l’indépendance à Cuba. Il y a aussi la contestation de la politique menée par la Restauration bourbonienne instituée après la chute de la 1ère République espagnole L’Espagne est dans une phase de déclin et d’anarchie avec sa crise agraire, son retard industriel, les régionalismes. Ce régime est remplacé en 1931 par la seconde République
Le mouvement profond a aussi impliqué des peintres plus que d’autres.Le Musée de l’Orangerie à présenté en 2011 une exposition intitulée « l’Espagne entre deux siècles : de Zulaoga à Picasso » On y rencontre Ignacio Zuloaga 1870-1945 , Hemen Anglada Camarasa 1871-1959 , Joaquin Mir 1873-1940, Eduardo Pinaso 1912-1986 , Santiago Rusiñol 1861-1931, Juan de Echevarría 1875-1931, Joaquin Sunyer 1874-1956, José Luis Gutiérez Solana 1886-1945,

Мир Искусства -Mir Iskoustva : Le Monde de l’Art – 1898 -Billet n° 72

Le monde de l’art

Mir Iskousstva qui se traduit par Le monde de l’Art est une association russe, fondée par des étudiants de l’Académie impériale de Saint-Pétersbourg en 1898. Ils se nomment Alexandre Benois, Konstantin Somov, Dimitri Philosophoff, Léon Bakst et Eugène Lanceray. L’année suivante une revue du même nom est fondée par Sergey Pavlovich Diaghilev 1872-1929, le créateur des Ballets russes. Elle rassemblait des peintres mais aussi des poètes et des musiciens. L’association a organisé jusqu’en 1906, six expositions annuelles. Ils remettent en cause le niveau artistique de leurs ainés les ambulants. Ils veulent ensuite regrouper les artistes russes et finlandais néo-romantiques, symbolistes. Ils affectionnent les carnavals, les rêves et les contes de fées. le style Rococo et leur favori, le valenciennois Antoine Watteau.
On appartenu à cette structure Natan Altman =Mstislav Doboujinski =Albert Edelfelt =Akseli Gallen-Kallela= Alexander Golovine = Nathalie Gontcharoff =Magnus Enckell=Eero Järnefelt Alexandre Iacovleff = Constantin Korovine =Isaac Levitan = Mikhaïl Nesterov = Vilhelms Purvītis =Nicolas Roerich =Valentin Serov = Mikhaïl Vroubel =Ville Vallgren = Väinö Blomstedt = Zaïda Serebriakova

Konstantin Somov, «Portrait de l’artiste Anna Ostroumova-Lebedova»
Léon Bakst. Souper.
Nikolai Sapunov, «Carrousel»
Alexander Golovin, «Une femme espagnole en vert»
Zinaida Serebryakova, «Au petit-déjeuner»

Pensylvania impressionnism – 1898-1930 – Billet n°71

The Pensylvania impressionnism ou New Hope School est un mouvement de peintres paysagistes né autour de la bourgade de New-Hope en Pensylvanie. Les impressionnistes de Pennsylvanie, comme leurs compatriotes européens, étaient fascinés par les jeux de lumière, les coups de pinceau visibles et les couleurs expressives. Rejetant les styles de peinture traditionnels qui les ont précédés, tels que la Hudson River School, qui recréait des paysages de manière réaliste; les impressionnistes de Pennsylvanie se sont inspirés du mouvement dans une perspective américaine. Ce sont les paysages du comté de Bucks et la Vallée de la Delaware River qu’ils vont traduire dans leurs œuvres. Ce qui constitue une des premières formes d’un art typiquement américain
On participé à cette mouvance ! Eleanor Abrams = Faye Swengel Badura = Walter Emerson Baum = Theresa Bernstein = Rae Sloan Bredin = Constance Cochrane = Morgan Colt = Fern Coppedge = Nate Dunn = Nancy Maybin Ferguson = John Fulton Folinsbee = Daniel Garber = Frederick Harer = L. Birge Harrison = John Wells James = Peter Keenan = William Langson Lathrop = Harry Leith-Ross = Emma Fordyce MacRae = Robert AD « Rad » Miller =Roy Cleveland = NuseMary = Elizabeth Price = Herbert Pullinger = Edward Redfield = Charles Rosen = Walter Elmer Schofield = Henry B. Snell = George Sotter = Robert Spencer = Louis Stone = Richard Wedderspoon = Karl Buesgen = John Berninger
Une grande exposition leur a été consacrée en 2016 par le Susquehanna Art Museum d’Harrisburg.

Constance Cochrane, Drame de la chute
Edward Willis Redfield, fin d’après-midi,
William_L.Lathrop – –The_Tow_Path
George Sotter – Water mill
Non identifié
Non identifié
John E. Berninge – Eighth bridge .
Walter-emerson-baum – River
Rae_Sloan_Bredin_-_Reverie
Morgan_Colt – _Butcher_Wagon

L’âge d’argent – La Renaissance de l’Art russe – billet n° 70

La Russie à la fin du 19ème siècle vit un Age d’argent ou Silver Age + Cette période, inspirée du symbolisme concerne la littérature, la poésie et le théâtre mais aussi les arts plastiques où elle préfigure l’avant-garde russe. Elle débute à la fin du 19 ème siècle et se poursuivra au début de la révolution soviétique. Il y aura le Monde de l’Art, la Rose bleue, la rose rouge et puis bientôt le réalisme soviétique et la fin de cette renaissance en 1921. Parmi les artistes du début de cette riche période on trouve en peinture : Mikhail Larionov = Natalia Goncharova = Marc Chagall= Konstantin Korovin = Igor Grabar Konstantin Yuon Filipp Malyavin = Konstantin Somov = Mstislav Dobuzhinsky Alexander Golovin = Nicholai Roerich = Mikhail Vroubel

L’hiver moscovite- Natalia Gontcharova,
,Vassily Kandinsky – Tableau sur verre au soleil (petites joies)
Dobuzhinsky_- La vitrine du bardier
Igor_Grabar -Neige en Mars

Le Cercle le Labeur et aussi la Patte du dindon – Billet n° 69

La patte du dindon est une association d’artistes qui autour de 1900 se réunissait dans le café du même nom pour peindre ensemble. Cette académie ou cet atelier réunissait notamment : Firmin Baes, Henri Cassiers4,5, Paul Hermanus, Eugène Laermans, Jean Laudy, Marten Melsen, Henri Ottevaere, Henry Stacquet, Frans Van Leemputten, Constantin Meunier, Victor Uytterschaut.

Quelques uns de ces artistes constituèrent avec d’autres, à la même époque une autre association « Le Labeur » dont le but était d’organiser des expositions au Musée d’Art moderne de Bruxelles. Participèrent à ces exposition, emmenés par Auguste Oleffe des peintres bruxellois et quelques invités étrangers comme : Richard Baseleer, Alfred Bastien, Joseph Baudrenghien, Ernst J. Bäumer, Henri Binard, Louis-Gustave Cambier, André Collin, Albéric Coppieters, Adhémar Cosyns, Antoine Daens, René de Baugnies, Jules De Bruycker, Alfred Delaunois, Léandre Grandmoulin, Victor Hageman, Jules Herbays, Benoni Lagye, Camille Lambert, Louis Ludwig, Jacques Madyol, Marten Melsen, Jules Merckaert, Maurice Nykerk, Henry Ottmann, Willem Paerels, Armand Rassenfosse, Alexandre Robinson, Ferdinand Schirren, Paul Stievenart, Louis Thevenet, Henri Thomas, Emile Thysebaert, Médard Tytgat, Walter Vaes, Hubert Van den Bossche, Léon Vandenhouten, André Vanderstraeten, Eugeen Van Mieghem, Georges Van Zevenberghen,

Auguste Oleffe – Le printemps
Auguste Oleffe – L’attente
Richard Baseleer – Marine
Carl Werlemann- Forêt enneigée

Ten American Painters group -1897 Billet n° 68

Ten american painters

Le « Ten american painters » ou « The Ten » et comme son nom d’ indique un groupe de 10 peintres américains, En 1897, ils quittent la Society of American Artists . Ils trouvent que cette organisation, créée 20 ans auparavant, par Mary Cassatt, James Whistler, Thomas Eakins et Winslow Homer a depuis pris une orientation mercantile inorganisée. Ces artistes : Childe Hassam, Julian Alden Weir, John Henry Twachtman ,remplacé par William Merritt Chase, Robert Lewis Reid, Willard Metcalf, Frank Weston Benson, Edmund Charles Tarbell, Thomas Wilmer Dewing, Joseph DeCamp et Edward Simmons sont basés sur la côte Est à New York et à Boston. Ce sont des peintres du mouvement impressionnistes américain . On sait que l’impressionnisme se développe aux États-Unis deux décennies après la naissance du mouvement en France

A voir 23 œuvres des Ten

joseph Rodefer De Camp – Pear Orchard
Frank Weston Benson Four Children at North Haven,
Child Hassam The South Window,
Julian Alden Weir – The Two Sisters,

Sociatatae Ileana & Cercul artistic – Roumanie – Billet n°67

La Société pour le développement des arts en Roumanie, en bref « Socieettea Ileana » a été fondée en 1897 notamment par Constantin Artachino , Nicolae Vermont et Stefan Luchian . Le but de cette entité était de donner une impulsion au mouvement artistique au niveau national = contribuer à la préservation et à la promotion des monuments et des œuvres d’art en Roumanie = ouvrir des ateliers de sculpture et de peinture . A la même époque existe également le Cercul artistic fondé en 1890. Auquel participaient des artistes comme Sava Hentia, , Constantin Pascali, Gheorghe Ioanide, , Dimitrie Serafim, Eugen Voinescu et Stefan Ionescu-Valbudea Une fusion avait été envisagée mais n’a pu aboutir.

Stefan Luchian – Autoportrait
Constantin_Aricescu_-_effets de lumière
Constantin_Pascali_-_Femme allongée

A cette époque beaucoup de peintre roumains complètent leur formation en France par exemple en Bretagne ou à Barbizon

Société des artistes polonais Sztuka 1897 -Billet n°66

Sztuka

La Société des Artistes polonais Sztuka (Sztuka veut dire Art) a été fondée à Cracovie en 1897. A cette époque la Pologne n’existe plus en tant d’état. La Prusse, l’Autriche et la Russie se sont répartis le territoire. Il faudra 1918 pour que la Pologne retrouve son indépendance. La prise de conscience d’une identité polonaise se développe à la fin du 19 ème siècle. C’est dans ce contexte que l’association Sztuka qui regroupe des artistes visuels est fondée.

Sztuka

Un certain nombre d’artistes ont adhéré à cette société artistique polonaise : Leon Wyczółkowski, , Teodor. Axentowicz , Jacek Malczewski , Józef Mehoffer Józef Chełmoński , Julian Fałat , Antoni Piotrowski , Jan Stanisławski , Włodzimierz Tetmajer Josef Pankiewicz Stanisław Wyspiański et plus tard Olga Boznańska et Józef Pankiewicz que l’on retrouvera en Bretagne.

Julian Falat – Femme au bonnet
Josef Méhoffer – Soleil en mai
Stanilaw Wyspianski – Enfant dormant sur un oreiller
Josef Packiewicz – Portait de Madame Bonnard

L’école du Bengale / Bengal school of art – 1896 – Billet n° 65

L’Inde a été colonisée par l’ East India Company (1600-1857) puis par la couronne britannique (1858-1948) pendant le British Raj. C’est pendant le Raj qu’est né le mouvement appelé Bengal school of art ou école du Bengale. Il s’inscrit dans un mouvement culturel et religieux de la Renaissance du Bengale.

Ce mouvement artistique d’inspiration nationaliste a été fondé par Abanindranath Tagore peintre et écrivain et neveu de Rabindranath Tagore, le prix Nobel de 1913. Il entend moderniser la peinture classique comme celle de Raja Ravi Vernà mais aussi se démarquer de l’art occidental. Le groupe considère que la peinture indienne doit s’inspirer de la tradition artistique non occidentale et restituer l’âme orientale. Ils abandonnent l’huile. Ils s’inspirent des miniatures anciennes et des peintures rupestres d’Ajanta, de Bagh de l’art Moghol . Et aussi des légendes du Ramayana, du Mahabharata, du Bhagavad Gita et des Puranas , des écrits de Kalidasa et d’Omar Khayyam ou encore de l’art japonais.

Outre Rabindranath Tagore, les principaux peintres de ce mouvement étaient : Abanindranath Tagore = Nandalal Bose = Gaganendranath Tagore = Asit Kumar Haldar = Sunayani Devi , Manishi Dey, Mukul Dey, Kalipada Ghoshal, Asit Kumar Haldar, Sudhir Khastgir, Kshitindranath Majumdar, Sughra Rababi, Debi Prasad Roychoudhury, Bireswar Sen, Beohar Rammanohar Sinha, Kiron Sinha = Sarada Ukil

Quelques œuvres

Abanindranath Tagore – Bharat Mata
Abanindranath TagoreBirth of Krishna
Bandalall – Bose – Sati

L’expressionnisme – Généralités Billet n° 64

L’expressionnisme est un mouvement artistique qui se développe en Europe du Nord à l’orée du 20 ème siècle. C’est le critique allemand Wihelm Worringer qui en 1908 invente le terme . L’expressionnisme embrasse non seulement la peinture mais également l‘architecture, la littérature, le théâtre, le Cinéma, la Musique, la danse
Ce mouvement s’oppose à l’impressionnisme français. L ‘expressionnisme tend à déformer la réalité pour inspirer au spectateur une réaction émotionnelle souvent angoissante. Les représentations sont souvent fondées sur des visions angoissantes, déformant et stylisant la réalité pour atteindre la plus grande intensité expressive. Celles-ci sont le reflet de la vision pessimiste que les expressionnistes ont de leur époque En effet, l’artiste s’intéresse à la condition sociale des gens, Aussi, il a souvent une approche pessimiste des sujets. La représentation s’éloigne de la figuration .. Les compositions sont simplifiées ? Les couleurs utilisées sont très vives et contrastées, Les traces de pinceaux sont apparentes . Les règles de la perspective sont souvent abandonnées.
Le célèbre tableau du peintre norvégien Edward Munch « Le Cri » peint en 1893 annonce le mouvement Expressionniste

Le Cri

Ce mouvement se développe d’abord en Allemagne et en Autriche. Il se réparti en deux courants : Die Brücke (le pont) né à Dresde en 1905 et Der Blaue Reiter (le cavalier bleu) à Munich en 1911. J’ai choisi l’ordre chronologique. C’est donc un peu plus tard que j’aborderai ces courants. Ainsi que dans les autres pays où ce mouvement s’est développé