Aquarelle etc . . . – Partie 1/4 – l’aquarelle tout simplement – Pure watercolour- Transparent watercolor

Au 19ème siècle dans le monde anglo-saxon  dans les débats qui opposent les tenants de la gouache et de l’aquarelle traditionnelle, c’est la transparence qui fait triompher cette dernière. On n’utilise pas le  blanc du dioxyde de titane  mais celui du papier et les terres avec parcimonie ainsi que le noir.

Ces données sont de plus en plus souvent remises en questions, notamment dans les pays anglo-saxons. J’ai voulu y voir un peu plus clair. Aussi, je me propose dans cette série de quatre articles d’aborder quelques acceptions qui se rapportent à l’aquarelle. Ce sera  «  l’aquarelle etc.… »

Tout d’abord l’aquarelle pure, puis celle mêlée à d’autres médiums, les mixed media, puis les watermedia où l’eau n’est pas toujours de l’eau et enfin celle où il s’agit en fait d’acrylique.

Un petit groupe informel « The Pure Watercolour Society – PPS » réunit James Fletcher Watson =David Curtis=  Robert Wade = Charles Reid =  Steve Hall = Judi Whitton =   Andrew Hucklesby = Tony Taylor = Peter Cronin. Ces grands aquarellistes veulent suivre l’exemple des artistes du 19ème siècle, comme John Sell Cotman, Richard Parkes Bonington, David Cox, Thomas Girtin ou J.M.W. Turner et leurs “suiveurs” au 20 ème siècle comme, Edward Seago, , Leonard Squirrell, Charles Knight.

James Fletcher Watson disait lors de la création de cette structure en 1999 qu’il ne s’agissait pas de les copier, mais de s’en inspirer, d’être simple et efficace pour exprimer la beauté du paysage, en privilégiant la transparence et l’utilisation des glacis.

La “Transparent Watercolor Society od America – TWSA” constate que la technologie moderne produit de nombreux nouveaux produits solubles dans l’eau. La plupart des Sociétés d’Aquarelle accueillent les artistes qui utilisent les nouveaux médiums solubles dans l’eau issus de la chimie moderne. La TWSA quant à elle, elle entend maintenir la distinction entre les média à base d’eau et  l’aquarelle transparente et promouvoir uniquement cette dernière. La Transparent Watercolor West Society poursuit le même but.

En 1980 Inessa Drekastch a publié Transparent watercolor : Painting Methods and marerials. L’aquarelliste Jim Kosvanec tenant de la “pure watercolor”  donne sur son site une sélection de tubes d’aquarelles transparentes. Le site de Painters on line a mis en ligne en 2008 un article de David Poxon publié dans « The artist » consacré à la « Pure watercolour » Enfin sur le « Face Book » francophone  un compte est ouvert qui s’appelle The art of the pure watercolour

Un commentaire sur “Aquarelle etc . . . – Partie 1/4 – l’aquarelle tout simplement – Pure watercolour- Transparent watercolor

  1. Bonjour et merci pour ce magnifique blogue!
    Turner mélangeait ses aquarelles à de la gouache, non? Il faisait ce que l’on appelle l’aquarelle gouachée. Donc cette histoire de « pure watercolour » heureusement n’est pas non plus du XIX siècle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.