Vernissage à Mons des Aquarellades de Printemps

J’ai assisté, parmi un public nombreux,  au vernissage des « Aquarellades de Printemps » à la Machine à eau à Mons, en Belgique. Trente trois aquarellistes de renom y exposent.

Les organisteurs, Fabienne Crepeele et son mari Teddy, ont su mobiliser une « somme de talents » . Bien entendu, sans surprise, l’on retrouve un  peu toujours les mêmes. Mais c’est tout à fait normal pour une première manifestation.

Chaque artiste a évidemment un style qui lui est propre. Cependant, il faut bien constater que, pour une grande majorité d’entre eux,  ce sont généralement les mêmes thématiques, sages, assez convenues qu’ils poursuivent, de  salons en festivals. A mon humble avis ce n’est  peut-être pas  la meilleure façon de sortir  l’aquarelle du « ghetto ». dans lequel elle reste cantonnée. Pour séduire les galeristes de renom, il faudrait sans aucun doute, que la plupart de ces grands artistes sachent innover. Il n’y a pour s’en convaincre qu’à fréquenter cles galeries  importantes. Les artistes contemporains qui utilisent d’autres médiums l’on bien compris. Mais ceci est une opinion tout à fait  personnelle. Je sais très bien que ce n’est pas ce que recherche le  public des « pratiquants » de l’aquarelle.

Compte tenu du succès rencontré, je pense que cette manifestation se poursuivra à l’avenir. Il serait alors très intéressant de ne pas  présenter que des « locomotives ». Pourquoi pas innover et inviter également quelques aquarelistes doués émergeants donc moins médiatisés. Mais cette réflexion est valable dans la plupart des manifestations. C’est souvent que l’on prend les mêmes et que  l’on recommence. Mais il ne faut oublier, initiative très sympatique, que les aquarellades se poursuivent également, dans les vitrines des commerces du « centre-ville »

Cette petite remarque « aigre-douce », ne vise pas  ces « aquarellades » qui sont une très grande réussite. Aussi, l’exposition vient de commencer, allez la voir. Elle est visible jusqu’au 4 avril.

Voici deux photos de la manifestation de vendredi soir 19 mars 2010

babienne-crepeele-et-freddy-samain.1269193755.jpg

Le discours de Fabienne Crepeele

une-partie-de-la-salle-dexpo.1269193831.jpg

Vue plongeante sur une partie de l’exposition

3 commentaires sur “Vernissage à Mons des Aquarellades de Printemps

  1. Dommage que l’aquarelle, n’est plus considérée comme aquarelle, lorsqu’elle est rehaussée de collages, de textes, etc…càd, lorsqu’elle devient une oeuvre d’art à part entière, qui a sa place dans les galeries.

  2. Il faut savoir que ces salons ( à la qualité des plus diverses ) ont été créés pour compenser cette incompréhension quant au denigrement dont ferait l’objet l’aquarelle en général.
    Du coup, on en a vu fleurir beaucoup.
    Galeries d’art ou musées d’art ont cette notion importante d’ « art » , justement.
    Avant de mettre en avant l’aquarelle, le premier critère de jugement devrait etre ARTistique .
    Certains salons(et pas des moindres, quand on les entend), ont tout misé sur l’aquarelle, oubliant cette notion primordiale d’oeuvre d’art( selon les critères universels que se devraient de connaitre au minimum les organisateurs)
    Il faut aussi savoir que les aquarellistes sont une minorité extrème dans le domaine de la peinture, il est donc logique qu’il existe ces mêmes proportions , quant à la qualité des oeuvres présentées.
    Les ardents defenseurs de l’aquarelle ne sont pas au bout de leur peine.

  3. « Pour séduire les galeristes de renom, il faudrait sans aucun doute, que la plupart de ces grands artistes sachent innover. »
    Tout a fait d’accord, masmoulin. J’aurais meme tendance a changer le mot « innover » par « créer » …Et qu’est-ce que créer ? Vaste débat.

Répondre à yal Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.