Aquarellistes professionnels et amateurs : le bon grain et l’ivraie ?

Billet publié le 13 février et révisé (ou modéré si l’on veut)   le 14 février  2008

La Société Française d’Aquarelles a organisé une exposittion à Chamalières du 16 au 30 novembre 2008, L’on ne peut que se réjouir d’une telle manifestation dont le but est de promouvoir l’aquarelle auprès du public français,C’est vrai que pour ne plus chanter en coeur que  » la peinture à l’huile c’est plus difficile, mais c’est bien plus beau que la peinture à l’eau »il y a du chemin à parcourir

C’est donc avec un vif intérêt que j’ai découvert  le reportage qui  était consacré à cette manifestation par  Clermont Première, la télévison locale de la région de Clermont-Ferrand. 

http://www.wat.tv/video/clermont-premiere-actualites-13lx8_k1q2_.html

Aussi, j’ai été, pour le moins, déçu par les propos tenus par la Trésorière de la Société Française d’Aquarelles. Elle s’est cru obligée, pour défendre l’aquarelle (avec un grand A)  de dire que pour le grand public, l’aquarelle c’est une occupation de petites mémés qui à la retraite,,, et dans la foulée de dénigrer   ceux qui peignent des paysages.

J’ai eu tout à fait l’impression qu’elle tenait à séparer le bon grain des professionnels de l’ivraie de amateurs. C’est du reste bien le message qu’a retenu la journaliste., qui a bien précisé  qu’ici d’était une expositon de professionnels ! J’ose espèrer que ces propos ne traduisent pas l’exacte pensée  de cette aquarelliste. Et surtout, que ce n’est pas la  position officielle de la Société Française d’aquarelles,

J’avais initialement annexé à ce billet le texte d’un courriel que j’ai adressé jeudi 12 à la SFA. Un certain nombre de personnes qui fréquentent le forum aquarellissime m’ont dit que j’avais qu’elles n’avaient pas la même interprétation que moi de cette interview. Il n’est pas dans ma nature de créer des polémiques. Aussi, je retire ce « courriel ouvert » Je remarque cependant, qu’à ce jour, je n’ai pas reçu de réponse à mon message. Mais il me reste dans la mémoire le point de vue du collectionneur Jean Saurat dans la revue Pratique des Arts au Printemps, qui a laissé des traces chez les aquarellistes amateurs.

Il n’en demeure pas moins qu’à mon avis, il est important pour tout le monde de ne pas créer un fossé entre les aquarellistes professionnels et amateurs. Car ce ne serait pas le bon chemin pour faire sortir l’aquarelle française de son ghetto.Je dois aussi rappeler que les amateurs, parfois dédaignés, constituent les bataillons de connaisseurs qui fréquentent les stages et les salons des professionnels.Il est à mon avais urgent que les mentalités changent. Il faut que certains, et j’espère que c’est une minorité, cessent de prendre les artistes  amateurs, pour les soeurs et de frères « convers ». de la communauté des aquarellistes. Qu’ils le veuille ou non, nous sommes touts dans le même bâteau.Je constate que dans les pays anglo-saxons il n’y a pas la même frontière. Je donnerai l’exemple de Nicholas Simmons, artiste américain reconnu, qui  n’a pas hésiter à parler de mon site sur son propre blog et à me porter dans ses liens. On en est pas là en France

 J’aimerai avoir l’avis des un(e)s et des autres. Vous, aquarelliste professionnel ou amateur qui me faites l’honneur de visiter mon blog : que pensez vous de cela ?

8 commentaires sur “Aquarellistes professionnels et amateurs : le bon grain et l’ivraie ?

  1. Même si je comprends la démarche et l’intention..
    Qui peut se permettre ( en ce moment) de juger les qualités d’une aquarelle??? et surtout, sur quels critères???
    …Et puis , le public non averti ne vous a rien demandé !!
    …c’est fou, cette notion qu’on voit partout maintenant de vouloir EDUQUER les gens!

    Le jour où quelqu’un pourra se vanter de détenir la vérité, il pourra éduquer les autres..!Et ça n’est pas demain la veille !
    Si j’abondais dans cette philosophie, moi je veux bien eduquer les autres quand à la valeur de certains peintres qui vantent à droite et à gauche leur professionnalisme !!!!

    Incroyable.

  2. Réponse d’Annie Chemin par courriel du 15 février 2009
    Je vous rejoins sur ce point qu’il n’y a pas de limite à créer entre amateurs et professionnels. Il me parait, par contre, utile de permettre à un public non averti de s’initier à la compréhension, à la lecture de l’aquarelle pour qu’il puisse distinguer ce qui lui semble le plus intéressant parmi tout ce qu’il peut voir d’aquarelles.
    Quant au milieu des aquarellistes français, il n’est a priori pas différent de celui des français dans leur ensemble.
    Je la remercie de cette réponse très juste
    http://www.anniechemin.com/

  3. c’est comme ça dans tous les domaines de la peinture, les « grands » dénigrent les « petits » en parlant de croutes, et les « touts petits » n’existent même pas pour eux. C’est ainsi et c’est surement humain, je ne crois pas que l’on y puisse grand chose. Ceci dit cela ne m’étonne pas que ton blog aie été cité par un artiste étranger, tu sors du lot par le contenu même de ton blog, et ta technique est loin d’être débutante.
    Maintenant si des personnes veulent mettre des barrières entre les artistes qui coûtent cher et les autres, et bien ils s’en mordront les doigts un jour certainement. Ce monde restera fermé et ils passeront le temps à s’autocongratuler ou à se bouffer le nez comme souvent entre grands de la musique!

  4. Pour répondre à Jojo, je serais tenté de lui dire qu’un navet encadré se vendra tres bien surtout s’il s’agi d’une aquarelle
    botanique peintes par un artiste réputé. j’ai un n° MDA ainsi qu’un Siret, c’est surtout pour être en confirmité avec la loi, mais je ne me sens pas professionnel.j’aurais deu chemin à faire
    et puis, je trouve qu’il y a trop d’amalgame entre pros et confirmés et amateurs et débutants

  5. si je comprend bien, la difference entre un amateur et un pro, c’est plus une histoire d’argent
    un navet bien encadre, se vendra plus facilement, qu’une petite merveille expose en toute simplicite , je suppose.
    pour donner mon opinion sur les memees de l’aquarelle,
    quand est representente de haut niveau, on ne reprend pas les termes qui sont atribues pour cette peinture, on doit les faire oublier et avoir un autre discours pour defendre et revaloriser ce medium,

  6. Le tout est de savoir à partir de quand l’on passe d’amateur à professionnel. est ce du moment où l’on peut vivre de sa peinture (comme un plombier ou un charcutier) ou bien des le premier euro perçu ? j’ai demandé des renseignement à la MDA au sujet des peintres amateurs, et l’on m’a repondu « des l’instant où il y rentrée d’argent il n’y a plus de notions d’amateur.je pense que des limites devraient être fixées

  7. Il ne faut pas te formaliser de ce genre de reflexions…
    Beaucoup d’artistes ont besoin, pour se valoriser, de créer des « castes » afin de s’auto-promotionner.
    Dans ces castes ou ces assos, il y a aussi à boire et à manger…évidemment!
    L’artiste qui travaille et qui vend son travail, n’a pas besoin de s’auto-proclamer parmi l’élite pour justifier de sa qualité..on a trop tendance à prendre les amateurs d’art et de peinture pour des andouilles, comme s’ils ne pouvaient pas faire un choix esthétique et technique par eux-même..
    L’artiste qui vit de ses pinceaux, se réjouirait plutôt de savoir que bon nombre de « découvreurs » de l’aquarelle souhaite suivre ses traces..
    Il y a , chez les professionnels à la technique aguérrie, des travaux ne présentant aucun interêt..et puis , parfois, chez des amateurs passionnés, de vraiment belles perles…tu le sais sûrement!
    Alors encore une fois, ne te formalise pas sur ce genre de réflexions maladroites…animées sans doute par l’incertitude et le doute, quant à la qualité de son propre travail (!)

    Réjouissons-nous plutôt de l’envie de ces aquarellistes »amateurs », tous les « pros » sont passés par là…et parfois en ramant davantage! lol

    Bonne continuation !

  8. Quelle quantité du temps une personne a-t-elle à dédier pour être professionnel(professionnelle) ? Quelle quantité de l’argent doit-il(elle) gagner avec son art ? Quelle formation doit-il(elle) avoir ? De combien de succès doit-il(elle) jouir ? Combien de critiques doivent-ils le marquer comme artiste ? peu de biographies fameuses d’artistes(artistes) pourraient surpasser ce scrutin.
    Je crois que ce peintre pèche par orgueil

    Un salut.

    J’ai utilisé un traducteur d’un web.

Répondre à cocole Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.